Des panélistes expliquent les coulisses du Plan de Séparation

Other Manual Translations: English Português Español
C'est l'amour de l'Église Méthodiste Unie qui a amené 16 personnes - parfois hostiles - à trouver un point d'accord pour le futur de cette Église mondiale.

Même si l'accord est de se séparer, les participants ont quand même évoqué le fait de s'aimer les uns les autres lors d'un débat en direct le 13 janvier pour expliquer comment le Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation a été formé.

« Nous avons commencé avec beaucoup de tension et, en fait, de l'hostilité dans la salle, » a déclaré l'évêque Christian Alsted, de la région épiscopale nordique et balte. « Mais un sentiment d'espoir et la possibilité de trouver un terrain d'entente ont émergé. C'était un tour de montagnes russes ... parfois nous voulions descendre mais nous sommes tous restés. »

Le célèbre médiateur Kenneth Feinberg, qui a aidé les Méthodistes Unis, représentant des points de vue divers et fortement ancrés, à obtenir un oui, était au centre du groupe.

Feinberg a dit que la question qu'il a posée au groupe était la suivante : « Quelle est l'alternative à des décennies de conflits, de tensions et de stress ? »

Jan Lawrence, représentante des progressistes, a dit que l'équipe avait la chance d'avoir eu Feinberg. 

« Pour réussir, nous avons senti qu'il nous fallait quelque chose de différent, » a-t-elle dit. « Notre réponse à cette question était de solliciter les services d’un médiateur professionnel. »

Feinberg, qui a offert gracieusement ses services à la dénomination, a dit qu'il savait dès le premier jour qu'il avait le bon groupe de personnes dans la salle. Il a aussi dit qu'il avait aussi deux armes secrètes : Rick Godfrey et Wendy Bloom de Kirkland and Ellis, un cabinet d'avocats de Washington et Chicago.

Tim Tanton, de United Methodist News, a animé le panel.

Tanton a dit que l'une des questions les plus posées depuis l'annonce du protocole est : « Pourquoi est-ce que ce sont les traditionalistes qui partent ? »

Le Révérend Keith Boyette, représentant les traditionalistes, a dit : « En acceptant de partir, les traditionalistes ont choisi de libérer l'église de ce conflit. »

A la fin de la Conférence Générale spéciale de 2019, le camp traditionnel a remporté le vote, mais le conflit n'a pas pris fin, a-t-il expliqué.

Les progressistes et les centristes ont clairement indiqué qu'ils continueraient à résister et qu'ils n'étaient pas disposés à quitter la dénomination. 

Les gens se demandent aussi qui était et n'était pas inclus dans l'équipe de médiation.

Feinberg a dit qu'avec trop de gens, la médiation ne fonctionnera pas.

« Malgré les paramètres de la taille du groupe, nous avons quand même eu un groupe de personnes assez diversifié représentant une large perspective théologique » a dit le Révérend Junius Dotson, représentant des centristes. Il y a aussi eu des conversations avec d'autres personnes en dehors des 16 qui étaient dans la salle de médiation, a-t-il ajouté.

Le groupe a dû se mettre d'accord sur des propositions de restructuration, des propositions de gouvernance et des finances. Le travail s'est déroulé en six sessions de deux jours.

Dans le cadre du processus, le groupe a fait appel à des experts financiers de l'église pour arriver à la décision de 25 millions de dollars pour les traditionalistes pour commencer une nouvelle dénomination, 39 millions de dollars pour le caucus ethnique et Africa University et 2 millions de dollars pour les fonds de démarrage pour toute autre dénomination qui pourrait se créer.

En savoir plus

Un groupe de divers dirigeants propose un plan de séparation

Réaction en masse face au plan de séparation

Feinberg kept church negotiators at table

Resistance to Traditional Plan accelerates

Protocol process painful but fruitful

Le document « Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la séparation » partage la proposition d'un groupe diversifié d'évêques Méthodistes Unis et d'autres leaders. Cliquez ici.

Le groupe a également publié un document de Foire aux questions. Cliquez ici.
Si le protocole est adopté, le processus pour décider où quelqu'un s'affilie est similaire pour le clergé, les conférences annuelles et les églises locales, a expliqué l'évêque Thomas Bickerton.

« Nous aiderons chaque personne dans les déterminations qu'elle doit prendre en cette période très tendre et vulnérable pour l'Église, » a-t-il dit. 

Une équipe de ce groupe travaille maintenant sur une législation qui doit être constitutionnelle et traduite dans les langues officielles de l'Eglise, a dit le pasteur Tom Berlin, centriste.

En fin de compte, ce sont les délégués qui décideront si le protocole doit être accepté.

« Si ce plan ou un plan similaire n'est pas adopté, ce sera catastrophique, » a déclaré l'évêque John Yambasu, de la Sierra Leone. Yambasu a convoqué la première réunion des traditionalistes, des centristes et des progressistes après la Conférence Générale de 2019.

Il a quitté la conférence de 2019 rempli d'inquiétude, a-t-il dit.

« En rentrant chez moi, j'ai entendu une voix me dire : 'John, tu dois faire quelque chose.’ » "

Berlin a dit que toutes les réunions commençaient dans la prière et que dans les moments de tension, ils cherchaient la direction de l'Esprit Saint.

« Ces moments de prière ont été des occasions pour toute l'équipe de reconnaître les limites humaines, » a dit Yambasu.

Gilbert est rédactrice pour United Methodist News. Contact Méias : [email protected]
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.
La Conférence Générale
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Des efforts visent à mettre fin aux retards de la Conférence Générale

Les organisateurs de la plus importante Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie cherchent à résoudre les principaux problèmes qui les ont amenés à reporter une troisième fois la Conférence Générale. Ces problèmes sont les visas et la logistique.
Le Haut-Conseil Judiciaire
Membres du Conseil Judiciaire 2016-2020. (De gauche à Droite) Premier rang : Deanell Reece Tacha, N. Oswald Tweh Sr. et le Révérend Luan-Vu Tran. Rangée arrière : Lydia Romão Gulele, feu Ruben T. Reyes, le Révérend Øyvind Helliesen, le Révérend Dennis Blackwell, et le Révérend J. Kabamba Kiboko. (Pas sur la photo, Beth Capen) Le Conseil judiciaire a publié d'autres décisions le 16 mars. Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

La cour de l’église examine les questions relatives à la Conférence Annuelle

Le Conseil Judiciaire prévoit également de reprendre les questions des Évêques après le troisième report de la Conférence Générale. Entre-temps, la Cour Méthodiste Unie continue à travailler sur son rôle d'automne.