Réaction en masse face au plan de séparation

Other Manual Translations: English

Les Méthodistes Unis de diverses perspectives théologique réagissent à un nouveau plan majeur pour mettre fin à la longue lutte de la dénomination sur la façon d'être inclusif des personnes LGBTQ - un plan qui demande aux traditionalistes de se séparer et de former leur propre groupe d'églises.

Soutien, critique, chagrin d'amour. Tous les sentiments ont été exprimés et parfois en combinaison. Il en était de même des préoccupations, y compris en Afrique, concernant les personnes qui n'étaient pas assez bien représentées à la table de négociation.

De nombreux leaders d'églises ont souligné que le plan n'est que - un plan - et que les délégués à la Conférence Générale de 2020, prévue du 5 au 15 mai à Minneapolis, auront le dernier mot.
 
« Pour être clair, rien ne se passera immédiatement, et il reste beaucoup de travail à faire car une législation est actuellement en cours d'élaboration pour que les délégués puissent éventuellement prendre une décision, » a déclaré Michael McKee, Evêque de la Conférence du Texas du Nord, dans une lettre adressée à sa conférence.

Pour plus d’informations

Lire l’article de UM News sur Un groupe diversifié de leaders propose un plan de séparation

Le document « Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la séparation » partage la proposition d'un groupe diversifié d'évêques Méthodistes Unis et d'autres leaders. Cliquez ici.

Le groupe a également publié un document de Foire aux questions. Cliquez ici
Un groupe de 16 leaders d'églises a rendu public le 3 janvier un « protocole » ou un plan selon lequel les traditionalistes - qui s'opposent pour des raisons bibliques aux unions de personnes de même sexe et à l'ordination du clergé homosexuel « pratiquant » - quitteraient pour former une nouvelle dénomination, en utilisant 25 millions de dollars de fonds Méthodistes Unis.
 
La législation expliquant le plan complet est encore en préparation, mais le récit des chefs traditionalistes, centristes et progressistes qui se sont réunis pour proposer une séparation à l'amiable a fait la une de l’actualité nationale, y compris la une du New York Times.
 
Les Méthodistes Unis ont immédiatement commencé à digérer le plan et à partager leurs premières réflexions.

Jim Allen, trésorier de la Conférence du Tennessee et premier délégué laïc élu de la Conférence pour la Conférence Générale de 2020, s'est joint à McKee pour accueillir le plan mais reconnaître les défis à relever.

« Ce prend fait l’objet de beaucoup de publicité, et pourtant il est en retard, » a déclaré M. Allen. « Je doute qu'ils puissent même le glisser sous la porte. Il n'y a pas de législation pour l'accompagner, et le diable est toujours dans les détails. »

Beaucoup d'autres ont dit que la proposition leur donnait un nouvel espoir.
 
Elaine Stanovsky, Evêque de la région épiscopale de Greater Northwest, qui ne faisait pas partie de l'équipe de négociation, a qualifié cette proposition de « meilleure étape suivante » pour la dénomination.

« Il ne garantit pas un résultat particulier, mais il semble offrir aux Méthodistes Unis des États-Unis la possibilité de choisir un avenir qui inclut pleinement les personnes LGBTQ, » a-t-elle déclaré dans une lettre adressée à sa conférence.
L'évêque Elaine Stanovsky donne le sermon pendant un culte matinal à la Conférence Générale de 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, dans l’Oregon. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.
L'évêque Elaine Stanovsky donne le sermon pendant un culte matinal à la Conférence Générale de 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, dans l’Oregon. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.
Les Révérends Don Underwood et Chris Dowd de la Christ United Methodist Church à Plano, Texas, ont écrit une lettre à leur congrégation, qualifiant le plan de « meilleur résultat possible étant donné les désaccords des Méthodistes Unis sur la sexualité humaine. »

Ils ont ajouté : « Nous croyons que cela permettra aux Méthodistes de toutes convictions de rester de solides témoins de l'amour du Christ dans le monde entier. »

Le Révérend Kent Millard, leader d'une équipe composée de diverses personnes qui a proposé le Plan d'Indianapolis, qui prévoit également une restructuration en deux dénominations, a apporté un appui solide.

« C'est un excellent compromis, et il rassemble le meilleur de plusieurs plans, » a déclaré le Révérend Millard, président du United Theological Seminary.

Millard a dit qu'il appuyait le nouveau plan, mais qu'il ne retirait pas le Plan d'Indianapolis, estimant qu'il devait demeurer un « plan B ». D'autres contributeurs du Plan d'Indianapolis se sont joints à lui dans une déclaration dans laquelle ils s'engageaient à œuvrer pour l'adoption de la législation relative au protocole lors de la Conférence Générale de 2020.
 
La Révérende Kennetha Bigham-Tsai, responsable des ministères connexionnels pour la Table Connexionnelle de la dénomination, a dit que la proposition de protocole est une « voie vers la paix » qui a la possibilité de soulager le mal fait aux personnes LGBTQ et au témoignage de l'Église.

Elle a dit que la proposition de la Table Connexionnelle à la Conférence Générale de 2020 de créer une conférence régionale américaine est conforme au protocole. La Table Connexionnelle est un organe de leadership qui agit comme une sorte de conseil de l'Église pour la dénomination.
 
« Il est clair que l'Église a besoin d'une sorte de gouvernance régionale. » a-t-elle affirmé. « Le plan de la Table Connexionnelle s'inscrit dans cette éthique et pourrait être un tremplin pour l'expansion de cette idée dans le monde. »

Mais le coordinateur général de l'Africa Initiative, le Révérend Jerry Kulah du Libéria, était mécontent que l'équipe qui a conçu ce protocole ne comprenne qu'un seul Africain, l’Evêque John Yambasu, qui a entamé l'été dernier les entretiens privés qui ont conduit à cette proposition.

L'Africa Initiative, un caucus non officiel de la dénomination, a travaillé en étroite collaboration avec la Wesleyan Covenant Association (WCA), Good News et d'autres groupes traditionalistes basés aux Etats-Unis.

La WCA a déjà pris des mesures en vue de la formation d'une dénomination. Selon les membres de l'équipe de négociation, la dénomination traditionaliste qui se sépare de l'Eglise Méthodiste Unie dans le cadre du nouveau plan évoluerait à partir de la WCA. Le Révérend Keith Boyette, président de la WCA, faisait partie de l'équipe et s'est joint aux autres membres en promettant uniquement de soutenir le nouveau plan.

Mais Kulah, tout en disant qu'il est toujours en train d'évaluer ce plan, ne semblait pas être d’accord avec un élément clé - qui va et qui reste. Il a noté que la Conférence Générale spéciale de 2019 a adopté le Plan Traditionnel, renforçant les restrictions sur le mariage homosexuel et l'ordination du clergé homosexuel.

« À mon avis, le protocole aurait dû exiger que les libéraux, qui ne sont pas satisfaits de la compréhension traditionaliste globale, de l'enseignement et des pratiques ecclésiales de l'Eglise, quittent la dénomination, » a dit M. Kulah.
Le Révérend Jerry Kulah, un délégué du Libéria, s'adresse à la Conférence Générale de 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, dans l’Oregon. Photo d’archives de Paul Jeffrey, UM News.
Le Révérend Jerry Kulah, un délégué du Libéria, s'adresse à la Conférence Générale de 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, dans l’Oregon. Photo d’archives de Paul Jeffrey, UM News.
Le Révérend Tim McClendon, pasteur de l'église Méthodiste Unie St. John's à Aiken, en Caroline du Sud, a déclaré qu'il avait entendu le même sentiment. Il a fortement soutenu le Plan traditionnel lors de la Conférence Générale de 2019, mais pense que le protocole pourrait être la voie à suivre maintenant, étant donné ce qu'il considère comme un manque d'engagement de la part de la plupart des évêques américains pour faire appliquer le Livre de la Discipline.

« Nous pouvons avoir un Livre de Discipline traditionnel, mais sans application, quelle importance ? » a déclaré M. McClendon, qui a ajouté qu'il était attristé par la perspective d'une séparation.

Le caucus progressiste UM-Forward a rédigé une réponse de trois pages au protocole, le qualifiant de « négociation politique d'arrière-plan » qui n'a pas réussi à être inclusive dans son équipe de négociation.

La déclaration de UM-Forward critique l'idée de donner 25 millions de dollars des fonds Méthodistes Unis aux traditionalistes qui partent, et surtout par rapport aux 2 millions proposés pour d'autres groupes qui pourraient vouloir partir.

La déclaration note que « la séparation est inévitable » et demande à la Conférence Générale de 2020 de soutenir son propre plan Nouvelles Expressions Mondiales.

JJ Warren, un étudiant en théologie dont le discours en faveur de l'inclusion des LGBTQ a suscité une ovation à la Conférence Générale de 2019, a déploré ce qu'il a qualifié de « négociations clandestines et hiérarchiques » qui ont conduit au protocole, mais a offert de l'espoir pour les résultats.

« S'il est adopté par les délégués du monde entier à la Conférence Générale de Mai 2020, le protocole pourrait libérer l'Église de nos décennies de luttes intestines et nous permettre de rechercher la justice pour les homosexuels et les personnes de couleur et de corriger notre structure de gouvernance néocoloniale centrée sur les États-Unis, » a-t-il dit.

Audun Westad, qui sera de nouveau un délégué laïque de la Conférence de Norvège à Minneapolis, s'est montré dans l’ensemble optimiste pour le nouveau plan.
 
« Le protocole a été plutôt bien accueilli par tous les différents groupes (Méthodistes Unis) de Norvège, » a-t-il dit. « L'Eglise Méthodiste Unie dans les autres pays voisins nous fait part des mêmes réactions. »

Toutefois, il a déclaré que des préoccupations avaient été exprimées quant au manque de jeunes et à « l'équilibre du genre » au sein de l'équipe de négociation.

L'évêque Sandra Steiner Ball, de la Conférence de la Virginie occidentale, a précédemment été modératrice de la Commission mise en place des évêques sur la voie à suivre, qui a cherché à trouver des moyens pour que la dénomination reste unie. Dans une lettre adressée à sa conférence, elle a écrit qu'elle était peinée que l'Église renonce à trouver un moyen d'avancer ensemble.

Pourtant, elle a ajouté : « Je me rends compte que nous avons oublié ou peut-être n'avons jamais appris comment parler et travailler les uns avec les autres au milieu d'un désaccord sans attaquer ou rabaisser le prochain qui est différent de nous - et cela a eu pour conséquence de causer un grand mal et des dommages à beaucoup d'enfants de Dieu. »

Le Révérend Duane Anders, pasteur de la Cathedral of the Rockies (United Methodist) Church à Boise, Idaho, a soutenu pleinement le protocole.

Mais, il a tout autant embrassé le réalisme.

« Nous devons cesser de nous tenir la main et de chanter 'Kumbaya' jusqu'à ce que toutes les dispositions de l'accord soient adoptées. D'ici là, nous devons être très lucides et stratégiques dans le cadre de la politique de cet accord. Faites confiance mais vérifiez ! »

Hodges est un rédacteur basé à Dallas et Gilbert est basée à Nashville, tous deux sont des reporters de United Methodist News. Heather Hahn et Jim Patterson y ont contribué. 
Contact média : [email protected]
L'Eglise
Graphique de Laurens Glass, UM News

Archives vidéo : UM News interroge les développeurs de protocoles

Cette vidéo est une version archivé du débat en direct avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition pour l'avenir de l'Église Méthodiste Unie.
L'Eglise
Kenneth Feinberg (tenant le microphone), intervient, au cours d'un débat en direct de Tampa (Floride), avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition qui maintiendrait l'Église Méthodiste Unie, mais qui permettrait aux congrégations traditionalistes de se séparer en une nouvelle dénomination. Feinberg a animé le travail de l'équipe qui a créé la proposition, appelée « Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation. » Photo de Sam Hodges, UM News.

Des panélistes expliquent les coulisses du Plan de Séparation

Même s'ils ont convenu que l'Église Méthodiste Unie devrait se séparer, les participants ont quand même évoqué le fait de s'aimer les uns les autres lors d'un débat en direct le 13 janvier pour expliquer comment le Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation a été formé.
L'Eglise
Le graphique résume et compare les propositions de la Conférence générale de 2020 sur l'avenir de l'Église méthodiste unie. Graphique de Laurens Glass, UM News.

Comparaison des propositions à la Conférence Générale 2020

Ce résumé compare les propositions de plans de divers groupes relatives à la structure de l’Eglise Méthodiste Unie. Elles sont classées par ordre alphabétique (anglais). Il ne prend pas en compte les propositions individuelles. De plus amples détails se trouvent dans les documents liés aux plans et dans les propositions législatives. Tous les plans seront sujets à modification lors de la Conférence Générale et peuvent faire l'objet d'un examen par le Conseil Judiciaire. Actualisé le 7/1/2020.