Une nouvelle dénomination se donne un nom

Other Manual Translations: English 한국어 Português Español
Un groupe de traditionalistes déterminé à quitter l’Église Méthodiste Unie a choisi « Église Méthodiste Mondiale » comme nom pour la congrégation qu’ils envisagent de former. Ils ont également dévoilé ce logo. Logo de l’Église Méthodiste Mondiale.
Un groupe de traditionalistes déterminé à quitter l’Église Méthodiste Unie a choisi « Église Méthodiste Mondiale » comme nom pour la congrégation qu’ils envisagent de former. Ils ont également dévoilé ce logo. Logo de l’Église Méthodiste Mondiale.
Un groupe de traditionalistes déterminé à quitter l’Église Méthodiste Unie a choisi « Église Méthodiste Mondiale » comme nom pour la congrégation qu’ils envisagent de former.

Le groupe a également dévoilé le 1er  Mars un logo et un site web. La mise sur pied d’une nouvelle congrégation est guidée par un conseil de direction transitoire, qui comprend certains évêques Méthodistes Unis à la retraite.

 « La mission première de l’Église Méthodiste Mondiale sera de faire des disciples de Jésus-Christ qui adorent passionnément, aiment de façon extravagante et témoignent avec audace, » a déclaré le Révérend Keith Boyette, président du conseil de direction transitoire.

Mais le lancement officiel et l’organisation juridique de l’Église Méthodiste Mondiale pourraient bien avoir lieu dans environ un an et demi.

Boyette et d’autres dirigeants comptent sur l’adoption du Protocole de Réconciliation et de Grâce par la Séparation, un plan négocié par les dirigeants centristes, progressistes et traditionalistes de l’Église Méthodiste Unie pour mettre fin au conflit de longue date de la congrégation sur la manière d’accepter l’homosexualité.

Le protocole permettrait aux Églises traditionalistes et même aux conférences annuelles de voter pour quitter et former une autre congrégation, avec 25 millions de dollars pour commencer.

Toutefois, le protocole doit être approuvé par la Conférence Générale, l’Assemblée législative mondiale de l’Église Méthodiste Unie.
Le Révérend Keith Boyette s’adresse à la conférence préparatoire de la Conférence Générale de 2020 à Nashville, Tenn. Boyette est le président du Conseil de direction transitoire de l’Église Méthodiste Mondiale, une congrégation prévue pour les traditionalistes qui envisagent de se séparer de l’Église Méthodiste Unie. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News.
Le Révérend Keith Boyette s’adresse à la conférence préparatoire de la Conférence Générale de 2020 à Nashville, Tenn. Boyette est le président du Conseil de direction transitoire de l’Église Méthodiste Mondiale, une congrégation prévue pour les traditionalistes qui envisagent de se séparer de l’Église Méthodiste Unie. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News.
La Conférence Générale de 2020 qui a été reportée d’un an en raison de la pandémie COVID-19, a été reportée à nouveau  du 29 août au 6 septembre 2022 — à cause de la situation d’urgence sanitaire qui persiste.

Le Conseil des Evêques a convoqué une Conférence Générale spéciale d’une journée en ligne pour le 8 Mai 2021, mais elle ne portera que sur 12 points législatifs dont l’adoption aidera la congrégation à poursuivre ses activités administratives jusqu’à ce qu’une Conférence Générale complète puisse avoir lieu.

Le Protocole n’est pas à l’ordre du jour limité du 8 Mai 2021.

« Nous procéderons comme prévu, c’est-à-dire que nous allons former et rendre opérationnelle l’Église Méthodiste Mondiale dès l’adoption de la loi d’application du protocole, » a déclaré Boyette au téléphone.

S’il s’avère que les principaux acteurs qui se sont engagés à soutenir le protocole ne le font plus, le conseil de l’Église Méthodiste Mondiale envisagera de faire naitre la nouvelle Église sans délai, a-t-il ajouté.

Boyette a déclaré qu’il n’avait pas vu d’hésitation de ce genre. Il a noté que le Reconciling Ministries Network (Réseau des Ministères de Réconciliation) — qui plaide pour la pleine inclusion des personnes LGBTQ dans l’Église Méthodiste Unie, et dont le directeur exécutif, Jan Lawrence, faisait partie de l’équipe de négociation du protocole — a réitéré son soutien au protocole dans une récente déclaration.

Église Méthodiste Mondiale

Le nouveau site web de la dénomination en cours comprend une section de questions fréquemment posées, une déclaration de mission et le « Livre transitionnel des Doctrines et de la Discipline ».

Cliquez ici pour accéder au site web
La déclaration de la RMN a également exprimé son soutien au Pacte de Noël, un plan de restructuration de l’Église Méthodiste Unie qui permet d’élaborer davantage de politiques régionales.
  
Depuis des décennies, l’Église Méthodiste Unie est confrontée à des conflits concernant les mariages homosexuels et l’ordination du clergé homosexuel « qui s’est déclaré pratiquant. » La constitution de l’Église interdit ces deux pratiques, mais il y a eu une défiance répandue dans les églises et les conférences aux États-Unis et en Europe occidentale.

La Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis a vu naitre un effort majeur pour adopter une législation permettant un plus grand contrôle des églises locales sur l’inclusion des LGBTQ, mais les délégués ont renforcé les interdictions actuelles lors d’une réunion marquée par les niveaux de conflit, de protestation et d’émotion qui ont attiré une couverture médiatique nationale.

Les traditionalistes ont longtemps soutenu que la division de la dénomination en matière de sexualité ne peut être surmontée.

La Wesleyan Covenant Association, dirigée par Boyette, a été créée en 2016 et prépare une nouvelle dénomination.

Selon Boyette, la WCA continuera d’exister même si l’Église Méthodiste Mondiale a un nom, un logo et un conseil de direction transitoire.

« J’ai souvent décrit (la WCA) comme une sage-femme pour donner naissance à une nouvelle dénomination. Nous continuerons à poursuivre cet objectif, » a déclaré Boyette. « Nous espérons qu’une fois que l’Église Méthodiste Mondiale fonctionnera et aura convoqué sa conférence, la Wesleyan Covenant Association aura rempli sa mission. »

Selon un communiqué de presse, le nom « Église Méthodiste Mondiale » est dans l’esprit de la déclaration du fondateur du Méthodisme, John Wesley : « Le monde est ma paroisse. »

Le logo rassemble des cercles représentant la Trinité, avec la croix au centre.
 
« Dans son ensemble, le logo communique l’envoi de l’Eglise par Dieu dans le monde, » d’après le communiqué de presse.  « La couleur bleu ciel nous rappelle que même si les Méthodistes mondiaux vivent partout dans le monde, ils sont tous unis dans la grande création de Dieu. »
L’Evêque John Innis du Liberia s’adresse à la Conférence Générale 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, Oregon. Innis, qui a pris sa retraite en 2016, fera partie du Conseil de direction transitoire de l’Église Méthodiste Mondiale. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News.
L’Evêque John Innis du Liberia s’adresse à la Conférence Générale 2016 de l’Eglise Méthodiste Unie à Portland, Oregon. Innis, qui a pris sa retraite en 2016, fera partie du Conseil de direction transitoire de l’Église Méthodiste Mondiale. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News.
Le Conseil de direction transitoire comprend les Evêques américains à la retraite, Lindsey Davis et Robert Hayes, ainsi que l’Evêque à la retraite, John Innis, qui a dirigé la Conférence du Liberia.

« Je suis convaincu que l’Église Méthodiste Mondiale sera une expression vivante et vitale du Méthodisme en termes d’enseignement et d’éthique, » a déclaré l’Evêque Hayes dans un communiqué de presse.

Le Révérend Philippe Adjobi, un surintendant de district de la Conférence de la Côte d’Ivoire, et le Révérend Andrei Kim, un surintendant de district de la Conférence du Nord-ouest de la Russie et de la Biélorussie, sont parmi les autres membres.

« Je crois que l’Église Méthodiste Mondiale répondra aux attentes et aux aspirations des églises locales dans toute l’Afrique », a déclaré le Rév. Adjobi dans des documents fournis par le groupe traditionaliste.

Mais certains Méthodistes Unis d’Afrique sont fortement opposés à une scission de l’Église Méthodiste Unie, et diverses voix continuent de donner leurs opinions sur l’avenir de la dénomination.

Boyette a déclaré que les groupes de défense des traditions de l’Église Méthodiste Unie, dont Good News, ont présenté des candidats pour le Conseil de transition.

Un autre groupe de leaders traditionalistes s’est réuni à Atlanta, il y a environ un an, pour définir une vision pour la nouvelle dénomination, et le groupe s’est récemment réuni virtuellement, appelant à l’adoption du protocole dès que possible.

Ce groupe comprend des évêques en activité, mais Boyette a affirmé qu’il « ne peut pas parler en leur nom » à propos de s’ils quitteraient l’Église Méthodiste Unie pour l’Église Méthodiste Mondiale.

Boyette n’estime pas non plus combien d’églises feront partie de l’Église Méthodiste Mondiale lors de son lancement.

Le groupe dispose d’un « Livre transitoire des doctrines et de la discipline, » disponible en anglais, en français, en coréen, en portugais et en espagnol, mais divers détails organisationnels et opérationnels restent à régler.

« Fidèles à nos racines, nous sommes un peuple patient et méthodique, » a souligné Boyette.

À la fin de l’année dernière, un groupe de Méthodistes progressistes a lancé une nouvelle dénomination appelée Liberation Methodist Connexion, ou LMX

Hodges est un rédacteur pour United Methodist News. Il est basé à Dallas. Contact Médias : [email protected]
L'Eglise
L'évêque Samuel J. Quire Jr. Préside la session de la conférence annuelle du Liberia à Ganta. La conférence a approuvé une résolution appelant à des changements au Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation, un des plans soumis à la Conférence Générale de 2020 de l’Eglise Méthodiste Unie. Photo de E Julu Swen, UM News.

Les Libériens veulent des changements dans le plan de séparation

Les Méthodistes Unis du Libéria ont approuvé une résolution disant qu'ils ne soutiendront pas un plan de séparation pour l'Eglise Méthodiste Unie sans amendements majeurs. Ils ont également exprimé leur mécontentement de ne pas avoir eu leur mot à dire sur le plan, connu sous le nom de Protocole de Réconciliation et de Grâce par la séparation.
L'Eglise
Graphique de Laurens Glass, UM News

Archives vidéo : UM News interroge les développeurs de protocoles

Cette vidéo est une version archivé du débat en direct avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition pour l'avenir de l'Église Méthodiste Unie.
L'Eglise
Kenneth Feinberg (tenant le microphone), intervient, au cours d'un débat en direct de Tampa (Floride), avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition qui maintiendrait l'Église Méthodiste Unie, mais qui permettrait aux congrégations traditionalistes de se séparer en une nouvelle dénomination. Feinberg a animé le travail de l'équipe qui a créé la proposition, appelée « Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation. » Photo de Sam Hodges, UM News.

Des panélistes expliquent les coulisses du Plan de Séparation

Même s'ils ont convenu que l'Église Méthodiste Unie devrait se séparer, les participants ont quand même évoqué le fait de s'aimer les uns les autres lors d'un débat en direct le 13 janvier pour expliquer comment le Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation a été formé.