Le débat sur l’avenir de l’Eglise s’intensifie

Other Manual Translations: English 한국어 Português Español

Points clés

  • Les Méthodistes Unis se préparent à prendre des directions opposées.
  • Dans le même temps, les différends concernant les textes de l’Église et le statut des personnes LGBTQ continuent de s’enflammer.
  • La présidente du Conseil des évêques, Cynthia Fierro Harvey, reconnaît que les temps sont difficiles.

Deux ans après qu’un groupe diversifié de Méthodistes Unis ait présenté une proposition de séparation, une pandémie mondiale continue de menacer l’unité de la dénomination de manière inconfortable.

Cependant, avec la Conférence Générale prévue plus tard cette année, les préparatifs s’accélèrent pour l’avenir de l’Église Méthodiste Unie et le groupe de tendance théologique conservatrice qui prévoit de se séparer. Parallèlement, un groupe de tendance théologique progressiste qui a annoncé le lancement d’une nouvelle dénomination en 2020 réévalue ses plans.

Avec tous ces préparatifs, les différends de longue date sur l’inclusion des personnes LGBTQ — qui ont conduit à la proposition de scission en premier lieu — ont recommencé à faire surface.

La présidente du Conseil des évêques, Cynthia Fierro Harvey, reconnaît que l’anxiété est grande pour de nombreux membres de l’Église. Elle a déclaré qu’elle se rappelait souvent l’exhortation de Paul dans Philippiens 4:6-7 de ne pas être anxieux, mais de faire connaître nos prières et nos requêtes à Dieu.

« Nous devons traverser cette saison avec amour et attention les uns envers les autres et ne pas nous faire plus de mal les uns aux autres et à l’Église Méthodiste Unie, » a-t-elle déclaré.

C’est une saison bien remplie. Parmi les développements récents, citons, entre autres:

  • Les évêques ont partagé leur vision pour la continuité de l’Église Méthodiste Unie.
  • La Juridiction du Centre-Nord a approuvé un pacte pour l’avenir qui accueille et reconnaît les personnes LGBTQ. Et, ce pacte convention est confronté à un défi lié aux textes de l’Eglise.
  • Les leaders de la Conférence de l’Iowa sont confrontés à un retour de bâton après avoir ouvert la voie aux mariages entre personnes de même sexe.
  • La Conférence de l’Est du Zimbabwe a démis son président des laïcs en raison de son engagement dans un groupe de pression.
  • Les groupes de théologiens conservateurs et progressistes font des plans pour leur avenir.

Les tensions ont atteint un point de rupture avec la Conférence Générale spéciale de 2019, qui, par un vote de 438-384, a renforcé les interdictions relatives aux mariages entre personnes de même sexe et au clergé gay « pratiquant autoproclamé ». Ce vote relativement étroit n’a pas tranché le débat, mais a au contraire suscité une résistance généralisée et accéléré les discussions sur le divorce dénominationnel.

Cependant, au cours des deux dernières années, une grande partie de la dénomination est restée en attente d’une action de la Conférence Générale — reportée deux fois à cause de la pandémie.

La prochaine Assemblée législative est confrontée à de multiples propositions de division en fonction des tendances théologiques. La plus soutenue d’entre elles est le Protocole de réconciliation et de grâce par la séparation, négocié par un médiateur professionnel avec un groupe théologiquement diversifié de Méthodistes Unis.

Selon cette proposition, les églises et les conférences qui soutiennent les restrictions sur le mariage et l’ordination des homosexuels peuvent voter leur départ en emportant les biens de l’Église et 25millions de dollars pour former une nouvelle dénomination traditionaliste. Le protocole met également de côté 2millions de dollars pour toute autre nouvelle dénomination Méthodiste qui se formerait.

La Wesleyan Covenant Association, un groupe de pression de tendance théologique conservatrice, a œuvré à la formation de cette dénomination traditionaliste — désormais appelée Église Méthodiste Mondiale. Toutefois, ce sont les délégués de la Conférence Générale qui ont le dernier mot sur l’entrée en vigueur du protocole tel qu’il est rédigé.

La Commission sur la Conférence Générale, qui organise cette rencontre internationale, devrait décider d’ici la fin du mois de mars si celle-ci pourrait avoir lieu comme prévu du 29août au 6septembre 2022 à Minneapolis. Cette commission examine non seulement l’accès des délégués aux vaccins, mais aussi la disponibilité des visas. Si la question des visas se pose à chaque Conférence Générale, la pandémie a entraîné des difficultés supplémentaires. Cette commission a été claire sur le fait que la prochaine assemblée devrait avoir un niveau raisonnable de participation des délégués sur le plan mondial.

Cette commission s’est réunie le 26janvier, principalement à huis clos, et n’a pas annoncé de décisions finales quant à la tenue de la Conférence Générale.

Même si la Conférence Générale est toujours en suspens, les Méthodistes Unis poursuivent leurs projets en suivant des directions opposées.

En novembre, le Conseil des évêques a proposé une vision pour la continuité de l’Église Méthodiste Unie comme une dénomination formant une grande tente, enracinée dans les Saintes Écritures, centrée sur le Christ et accueillant tous les fidèles — quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur vision théologique.

« Notre meilleur témoignage est de nous aimer les uns les autres comme le Christ nous aime, de montrer au monde le pouvoir surnaturel du Saint-Esprit qui nous lie les uns aux autres malgré nos différences, » ont écrit les évêques dans « A Narrative for the Continuing United Methodist Church ».

Harvey, qui dirige également la Conférence de Louisiane, a déclaré qu’elle voyait des congrégations, des conférences, des agences et des disciples de Jésus qui vivaient déjà dans ce projet.

« Je veux dire par là qu’ils sont fidèles à l’appel de Dieu à créer un espace et à accueillir des personnes de gauche, de droite et d’entre-deux, » a-t-elle déclaré.

Des partisans de l’égalité des personnes LGBTQ dans la vie de l’Église Méthodiste Unie, certains avec la bouche scotchée, se tiennent à l’extérieur de la Conférence Générale 2016 de l’Église Méthodiste Unie à Portland, Oregon, pour symboliser la façon dont les personnes LBGTQ se sentent réduites au silence par l’Église. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.  
Des partisans de l’égalité des personnes LGBTQ dans la vie de l’Église Méthodiste Unie, certains avec la bouche scotchée, se tiennent à l’extérieur de la Conférence Générale 2016 de l’Église Méthodiste Unie à Portland, Oregon, pour symboliser la façon dont les personnes LBGTQ se sentent réduites au silence par l’Église. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Pendant que les évêques élaboraient leur projet, un groupe ad hoc de Méthodistes Unis a exhorté les évêques à ne pas attendre la Conférence générale, mais à permettre aux congrégations qui le souhaitaient de partir avec leurs biens dès maintenant. La lettre ouverte du groupe, intitulée « Un appel à la grâce », a recueilli plus de 2 030signatures.

La session spéciale virtuelle de la Juridiction du Centre-Nord — qui représente 10conférences du Midwest américain — a dévoilé une déclaration qui présente des similitudes avec le projet des évêques et avec « Un appel à la grâce ».

Par un vote de 135-32, les délégués ont approuvé un « Pacte pour bâtir une communauté bien-aimée » qui invite la juridiction à œuvrer pour mettre fin au racisme et à créer une culture qui accueille et reconnaît les personnes LGBTQIA+. Ce pacte encourage également les conférences à accueillir les congrégations locales et le clergé qui cherchent à se désaffilier.

John Lomperis, délégué de la Conférence de l’Indiana et défenseur de l’Institut sur la religion et la démocratie de tendance théologique conservatrice, a demandé une décision de droit sur la question de savoir si le pacte violait le Livre de Discipline. Lomperis a spécifiquement remis en question la section qui demande aux évêques de « rejeter les accusations liées à l’identité LGBTQIA+ ou à la célébration de mariages de personnes de même sexe. » Cette section poursuit en disant: « Nous ne restreindrons pas l’appel de Dieu en nous basant uniquement sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’un candidat. »

L’évêque David Bard, qui présidait lorsque Lomperis a demandé qu’une décision soit prise a estimé que cette section était aspirationnelle et ne violait donc pas les règles de l’Église. Cette portion « affirme des valeurs importantes et encourage la réflexion sur la manière dont nous pouvons vivre ces valeurs, » a écrit Bard, qui dirige les Conférences du Michigan et du Minnesota. Toutes les décisions de droit prises par les évêques doivent être examinées par le Conseil judiciaire, la plus haute instance juridique de la dénomination, qui a récemment commencé à délibérer sur son ordre du jour d’automne.

Invoquant à la fois la déclaration des évêques et le pacte de la juridiction du Centre-Nord, l’évêque de la Conférence de l’Iowa, Laurie Haller, a annoncé que sa Conférence n’attendrait pas pour appliquer la vision de ces documents. Selon la déclaration de vision de la Conférence, personne ne sera contraint de violer ses convictions, mais la question des mariages entre personnes de même sexe relèvera des congrégations locales dès ce mois-ci.

« En clair, les pasteurs pourront choisir les mariages qu’ils célèbrent, pour autant qu’il s’agisse de deux adultes consentants qui ont été formés, » précise la déclaration. « De même, les leaders des églises, en consultation avec leurs pasteurs, pourront déterminer leur propre politique en matière de mariages. »

De nombreux évêques ont discrètement mis en suspens les plaintes liées à l’homosexualité, comme le demande le protocole. La Wesleyan Covenant Association et Good News, un autre groupe de pression de tendance théologique conservatrice, ont fait valoir que la déclaration de Haller allait plus loin et violait les textes de l’Église.

« Si l’évêque Haller et son cabinet autorisent l’entrée en vigueur de cette politique qui permet de défier le Livre de Discipline, je pense qu’ils risquent de ramener l’Église Méthodiste Unie au niveau de conflit observé lors de la Conférence Générale de 2019, » a averti le révérend Keith Boyette, président de la WCA.

Dans sa colonne Perspective pour Good News, le révérend Thomas Lambrecht a écrit que cette annonce pourrait avoir des conséquences importantes.

« Les églises locales et les laïcs ont aussi le pouvoir, » a-t-il écrit. « Ils ont le pouvoir des cordons de la bourse. Et les tribunaux séculiers pourraient être enclins à dire que, par cette action, la Conférence de l’Iowa a renié son statut de conférence Méthodiste Unie, brisant la clause de confiance qui tient les églises en otage des caprices d’une direction d’église capricieuse. Qui sait où cette route de la domination par le pouvoir pourrait mener ? »

Les membres du cabinet élargi de l’Iowa ont déclaré à UM News que le cabinet avait pris l’initiative d’élaborer la déclaration de vision de la Conférence en réponse aux fausses rumeurs et aux craintes répandues au sujet de la future Église Méthodiste Unie.

« Dans cette déclaration du cabinet, nous avons été clairs — et c’est notre vérité — sur le fait que tous ceux qui veulent un avenir dans l’Église Méthodiste Unie auront un foyer, » a déclaré la révérende Lanette L. Plambeck, assistante de l’évêque et directrice de l’Excellence du clergé et du leadership.

Selon Plambeck, le fait de vivre cette vision dès maintenant donne aux Méthodistes Unis la possibilité de prendre des décisions fondées sur des faits, et non sur la peur. « Il y a une différence entre une vérité qui est affirmée et une vérité qui est observée et vécue, » a-t-elle déclaré.

L’Iowa n’est pas la seule conférence à constater des changements. Lors d’une session virtuelle le 4décembre, la Conférence de l’Est du Zimbabwe a décidé de démettre Simon Mafunda de ses fonctions de président des laïcs de la Conférence après que la WCA l’ait engagé comme coordinateur pour l’Afrique.

Les délégués des sept districts ont adopté à l’unanimité un vote de défiance, affirmant que son nouvel emploi présentait un conflit d’intérêts potentiel avec son poste de président des laïcs volontaire de la Conférence.

Mafunda a qualifié ce vote d’irrégulier, affirmant qu’il n’obéissait à aucune procédure établie.

« Il est essentiel de faire attention à la manière dont nous suivons les procédures afin de valider les résultats, » a déclaré Mafunda. « Je respecte et apprécie toujours ceux qui m’ont élu, mais j’ai le sentiment qu’ils ont tous été intimidés par ce processus. »

Il a ajouté qu’il ne voyait pas de conflit d’intérêts. « Ma nomination en tant que consultant n’a rien à voir avec mon rôle de président des laïcs de la conférence, » a-t-il déclaré. La conférence n’a pas encore nommé un nouveau président des laïcs.

En dépit de ces différends, la WCA poursuit son plan pour l’Église Méthodiste Mondiale. En décembre, le groupe de travail de la WCA sur la Sainteté sexuelle, la Plénitude et la Rupture a publié un rapport de 22pages sur les enseignements proposés en matière de sexualité et de genre. Les membres de la WCA recueillent actuellement les commentaires et prévoient de présenter le rapport pour adoption lors de l’Assemblée législative mondiale du 7mai. La WCA continue de préparer d’autres documents sur les sacrements et d’autres aspects de la vie ecclésiale pour l’Église Méthodiste Mondiale en gestation.

La WCA a également annoncé son intention d’assurer les frais de voyages des délégués de la Conférence Générale en Afrique, en Europe et aux Philippines pour qu’ils se fassent vacciner avant la Conférence Générale. Cependant, les évêques, les organisateurs de la Conférence Générale et d’autres personnes ont critiqué cette initiative, estimant qu’elle n’aidait que les délégués des conférences centrales et non la communauté dans son ensemble.

Pendant ce temps, les personnes formant la Liberation Methodist Connexion ont offert un regard transparent sur les défis rencontrés par tous les groupes essayant de démarrer quelque chose de nouveau. En 2020, cette Connexion a annoncé son lancement en tant que nouvelle dénomination qui centraliserait les voix des personnes de couleur ainsi que des personnes homosexuelles et transsexuelles.

Vers la fin de2021, les collaborateurs de la connexion ont offert une évaluation complète de leur situation actuelle, en soulignant les défis inattendus et les ressources limitées.

« Il était plus facile de trouver un terrain d’entente lorsque nous nous concentrions sur la critique des anciennes institutions, » a déclaré ce groupe dans son communiqué. « Il a été beaucoup plus difficile de trouver quelque chose lorsque nous apportions tous des idées sur ce qui peut être".

Pour l’instant, la connexion — qui est entièrement composée de bénévoles non rémunérés — a décidé que: « Nous positionner contre l’Église Méthodiste Unie ou toute autre institution spirituelle nous dessert. Et, c’est un fardeau injuste que nous nous imposons. » Cette connexion ne s’identifie plus non plus comme une dénomination.

« Nous sommes un groupe de personnes qui travaillent à démanteler les systèmes d’oppression existants et à libérer les personnes marginalisées, et nous voulons le faire avec le plus grand nombre de personnes possible, » a déclaré Adrian Hill, l’un des collaborateurs de cette connexion et délégué à la Conférence Générale. « Ces questions transcendent l’appartenance aux dénominations existantes. »

Hahn est rédactrice en chef adjoint pour UM News. Eveline Chikwanah, communicatrice de la Conférence de l’Est du Zimbabwe, a contribué à ce reportage.

Contact Médias: [email protected]


Aimez-vous ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières actualités de notre dénomination, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible d’impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.


 

L'Eglise
Les Évêques Méthodistes unis se rendent au service d'ouverture de la Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis. Le Conseil Judiciaire, le Tribunal Supérieur de l'Église Méthodiste Unie, a publié un mémorandum qui clarifie une décision antérieure sur les élections des évêques. Photo d'archives par Mike DuBose, UM News.

Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.
Le Conseil des Evêques
L’Évêque Cynthia Fierro Harvey de la Conférence de Louisiane, à droite, passe le marteau de la présidence du Conseil des Évêques à son successeur, l’Évêque Thomas J. Bickerton de la Conférence de New York. Le Conseil des Évêques a conclu sa réunion de printemps le 29 avril par le passage du manteau. Les évêques ont pris acte du lancement prévu d’une dénomination dissidente le 1er mai, tout en discutant de la poursuite du ministère de l’Église Méthodiste Unie. Capture d’écran via Zoom du Conseil des évêques, par UM News.

Les Méthodistes Unis sont invités à relancer leur Église

Tout en reconnaissant la naissance d’une dénomination dissidente, Thomas Bickerton, le nouveau président du Conseil des Évêques, a partagé ses espoirs pour une Église Méthodiste Unie revivifiée. Parmi ceux qui partent pour la nouvelle dénomination figure un évêque.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.