Le report de la Conférence Générale suscite de la colère et des questions

Translate Page

Points clés :

  • Les Méthodistes Unis réagissent au troisième report de la Conférence Générale avec de fortes émotions allant de l’indignation au soulagement.
  • Certains théologiens conservateurs n’attendent plus que la Conférence Générale agisse et prévoient de lancer une nouvelle dénomination en mai.
  • Par la même occasion, de nombreuses questions concernant le report et le lancement prévu restent sans réponse.

Les Méthodistes Unis ont réagi au troisième report de la Conférence Générale — cette fois à 2024 — avec des émotions fortes allant de l’indignation au soulagement. Beaucoup ont également exprimé leur lassitude face à l’incertitude à laquelle la dénomination est confrontée depuis avant la pandémie.

L’espoir résidait dans le fait que l’organe législatif suprême de l’Église Méthodiste Unie résoudrait le débat de longue date sur l’inclusion des LGBTQ et éviterait des litiges coûteux en adoptant un plan de séparation officiel.

La plus approuvée de ces propositions, le Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation, permettrait aux églises et aux conférences annuelles — les organes régionaux de l’Église — de tendance théologique conservatrice de partir avec des biens et 25 millions de dollars des Fonds Méthodistes Unis pour former une nouvelle dénomination.

Aujourd’hui, certains théologiens conservateurs ont annoncé qu’ils n’attendaient plus que la Conférence Générale agisse, mais qu’ils lançaient cette nouvelle dénomination, l’Église Méthodiste Mondiale, le 1er mai.

Même ceux qui sont déterminés à rester dans l’Église Méthodiste Unie et qui comprennent le retard de la Conférence Générale ressentent la frustration.

« En fin de compte, je pense que nous sommes tous fatigués et épuisés d’attendre l’inévitable à perpétuité, » a déclaré Jessica Vittorio, une déléguée à la Conférence Générale de la Conférence du Texas du Nord.

« Nous espérons que cela permettra aux églises de prendre leurs propres décisions et que la dénomination dans son ensemble sera mieux placée pour aborder les changements nécessaires avec les congrégations qui ont l’intention de rester à long terme. Auparavant, nous aurions eu une Conférence Générale axée presque exclusivement sur la séparation et le départ ; c’est peut-être la façon dont Dieu nous a gratifiés d’une Conférence Générale où nous pourrons plutôt nous concentrer sur la résurrection à travers le processus de renouvellement et de reconstruction de la nouvelle Église Méthodiste Unie. »

Néanmoins, tant le report que le lancement de la nouvelle dénomination prévue laissent les Méthodistes Unis de tout le spectre théologique avec de nombreuses questions.

La principale d’entre elles est la suivante : les délégués élus à la Conférence Générale de 2020 seront-ils en mesure de servir en 2024, ou les conférences annuelles devront-elles élire de nouvelles listes ? Cette question sera probablement soumise au Haut Conseil judiciaire, la haute cour de justice de la dénomination.

Autres questions :

La Commission de la Conférence Générale a annoncé le 3 mars que cette Assemblée législative internationale — déjà reportée deux fois depuis mai 2020 par la pandémie — ne pourrait pas avoir lieu cette année en raison des longues attentes pour les visas. La Conférence Générale attire des délégués de quatre continents.

Le révérend Andy Bryan fait partie des délégués à la Conférence Générale qui considèrent le troisième report comme regrettable, mais nécessaire.

« Je comprends le raisonnement qui sous-tend cette décision et, en même temps, je déplore les dommages supplémentaires que ce report ne manquera pas de causer, » a déclaré Bryan, président de la délégation de la Conférence du Missouri et pasteur principal de l’Église Méthodiste Unie de Manchester, dans le Missouri. Il a ajouté que les pasteurs de son église ont déclaré vouloir rester Méthodistes Unis et travailler à l’inclusion.

« Pour Manchester, ce retard signifie quelques années de plus dans le désert, » a-t-il déclaré. « Nous continuons à suivre la direction du Saint-Esprit, en cherchant des moyens créatifs d’être en mission et en ministère en tant qu’ambassadeurs de l’amour inconditionnel de Dieu. »

Le révérend George Wilson, délégué du Liberia à la Conférence Générale, a déclaré que le report était bon et opportun.

« Cela aidera la plupart des délégués africains à la Conférence Générale à régler leurs problèmes de visa, » a-t-il déclaré.

Le Révérend Kalema Tambwe, délégué pasteur du Congo Est, a déclaré que la tenue de la Conférence Générale cette année risquait de voir de nombreux délégués absents en raison de difficultés liées aux vaccinations et à l’obtention de visas.

Il espère que d’ici 2024, « beaucoup de personnes seront déjà vaccinées, et qu’au niveau international, les problèmes de circulation des personnes ne pourront plus se poser afin que nous puissions assister à la Conférence Générale dans cette grande famille. »

Cependant, ce retard a suscité de la colère, notamment des théologiens conservateurs qui soutenaient la possibilité de quitter l’Église Méthodiste Unie de manière disciplinée.

« Je crois que la décision de la Commission sur la Conférence Générale de reporter la Conférence Générale jusqu’en 2024 est exactement la mauvaise décision, » a déclaré le Révérend Rich Jones, délégué de la Conférence du Nord-Ouest du Texas et pasteur principal de l’Église Méthodiste Unie de Wolfforth.

D’autres réactions au report de la Conférence Générale

Les groupes de plaidoyer de tout le spectre théologique ont réagi au troisième report de la Conférence Générale.

Certains plaident depuis longtemps pour que la Conférence Générale lève l’interdiction liée aux mariages entre personnes de même sexe et aux pasteurs homosexuels ‘declarées’. D’autres groupes ont plaidé pour le maintien de ces interdictions, mais, ces dernières années, ont œuvré à la formation de la nouvelle Église Méthodiste Mondiale, théologiquement conservatrice.

Lors d’un vote non contraignant l’année dernière, la Conférence annuelle du Nord-Ouest du Texas a signalé son intention de rejoindre l’Église Méthodiste Mondiale en vertu du protocole. Jones espère que le Conseil des Évêques convoquera une Conférence Générale spéciale pour examiner le protocole.

Dans un essai pour la Wesleyan Covenant Association, un groupe de plaidoyer de tendance théologique conservatrice, le Révérend Joseph F. DiPaolo a annoncé qu’il avait démissionné de la Commission sur la Conférence Générale. Il a fait valoir que la décision de report était à la fois imprudente et inutile.

La Wesleyan Covenant Association a piloté la formation de l’Église Méthodiste Mondiale, et DiPaolo siège au conseil de direction de cette association.  

Les membres de cette Commission, dont DiPaolo, ont voté pour délibérer à huis clos le 24 février. Après 3 ½ heures de discussion, a-t-il dit, le vote pour le report était de 14-9 et une abstention. « Je crains que nous ne soyons bientôt témoins d’un regain et d’une intensification des conflits internes au sein de notre connexion, » a-t-il écrit.

Kim Simpson, présidente de la Commission sur la Conférence Générale, a déclaré que le report de la Conférence Générale était une décision prise par la commission à la majorité des voix.

« La responsabilité de cette commission n’est pas de garantir que la Conférence Générale reportée se tiendra comme prévu cet été, mais de prendre les mesures nécessaires pour assurer la pleine participation de tous les délégués à la Conférence Générale, » a-t-elle déclaré à United Methodist News.

L’incertitude persistante résultant du report de la Conférence Générale présente des défis pour une variété de ministères.

Le Révérend Kent Millard, président de l’United Theological Seminary de Dayton, dans l’Ohio, a déclaré que son personnel chargé des inscriptions avait entendu des étudiants potentiels qui ressentent un appel au ministère Méthodiste Uni, mais qui hésiteraient à commencer des études formelles.

« Les gens se demandent s’il y aura une église que je pourrai servir lorsque j’aurai obtenu mon diplôme, » a déclaré Millard.

Le nouveau report de la Conférence Générale a des implications pour Wespath, l’agence de pension Méthodiste Unie que l’Église Méthodiste Mondiale prévoit également d’utiliser. À l’heure actuelle, certains changements législatifs importants soumis par Wespath sont en attente.

Il s’agit notamment d’une législation visant à transférer les pasteurs Méthodistes Unis vers un nouveau plan de retraite, ainsi que d’une proposition visant à donner plus de flexibilité aux églises désaffiliées dans la gestion des obligations en matière de retraite. À l’heure actuelle, une église qui se désaffilie doit payer une partie de l’obligation non financée de sa conférence en matière de retraite des pasteurs. Cette part peut représenter un prix élevé.

« Nous continuons à planifier nos scénarios, en recherchant avant tout la sécurité et la certitude pour nos clients, » a déclaré Andy Hendren, directeur général de Wespath, « et en travaillant avec les parties prenantes de tous les points de vue, de manière neutre, en jetant des ponts et sans anxiété, afin de servir l’Église au fur et à mesure de son évolution, même si son avenir est encore incertain. »

Ce retard est également difficile à supporter pour les progressistes de la dénomination.

La Révérende Alka Lyall, présidente de la délégation de la Conférence de l’Illinois du Nord, est la pasteure principale de la Broadway United Methodist Church de Chicago, une congrégation qui accueille et défend depuis longtemps ses membres LGBTQ. Toutefois, elle dit respecter le fait que certains membres estiment devoir partir pour leur propre survie.

« Le langage restrictif est douloureux et nuisible, et je reste engagée à le retirer de notre Livre de Discipline — mais le délai pour le faire changer n’a pas d’impact sur notre capacité à aimer toutes les personnes créées par Dieu, » a-t-elle déclaré. « Ce délai donne à la dénomination l’occasion de ralentir, de s’asseoir et de réévaluer ce que nous sommes appelés à faire et à être. » 

La décision de la commission étant maintenant prise, de nombreux Méthodistes Unis vont de l’avant avec des plans pour l’avenir. 

L’église Asbury de Tulsa, en Oklahoma, qui a accueilli le rassemblement mondial de la WCA en 2019, a annoncé son intention de se désaffilier de l’Église Méthodiste Unie et de rejoindre éventuellement l’Église Méthodiste Mondiale.

En l’absence de protocole, les conférences annuelles sont responsables de la gestion des désaffiliations d’églises.

Lors d’un webinaire organisé le 9 mars sur la Conférence Générale et la désaffiliation, l’évêque Jimmy Nunn de la Conférence de l’Oklahoma a déclaré que deux églises de l’Oklahoma avaient entamé le processus de désaffiliation. Il a déclaré qu’il ne ferait pas de commentaires sur les congrégations individuelles.

« J’apprécie toutes nos églises, et je ne veux pas qu’une église se désaffilie, » a-t-il déclaré. « Mais ce que je veux n’a pas d’importance. »

Il a poursuivi en disant qu’il espérait aider les congrégations à vivre selon leur conscience. Il a convoqué une session spéciale de la Conférence d’Oklahoma les 21 et 22 octobre pour voter sur les désaffiliations d’églises.

La Conférence de Géorgie du Sud prévoit également de tenir une session spéciale le 20 août pour traiter des questions liées aux désaffiliations d’églises.

« Cela donne aux églises du temps supplémentaire pour avoir toutes les conversations nécessaires qu’elles estiment devoir avoir, » a expliqué l’évêque David Graves, dans une vidéo après l’annonce du report de la Conférence Générale. « Je veux donner à chacun le temps nécessaire pour faire ce qui doit être fait sans avoir l’impression que quelqu’un manque une fenêtre d’opportunité. »

En attendant, la délégation de la Conférence de Caroline du Nord occidentale et les leaders de la Conférence du Minnesota ont annoncé comment ils espéraient vivre dans un avenir inclusif et plein d’espoir.

« Nous accomplirons nos vœux de baptême en étant une église ayant un parti pris pour les personnes vulnérables et marginalisées, et pour celles qui ont été blessées, exclues ou jugées par l’Église, tout en accomplissant nos vœux de baptême, » a affirmé la délégation de la Caroline du Nord occidentale dans sa déclaration commune.

De même, les leaders de la Conférence du Minnesota se sont engagés à vivre la vision que les électeurs de la conférence avaient approuvée en 2019. Pour l’évêque David Bard de la Conférence du Minnesota et son cabinet, cela signifiait affirmer les dons des pasteurs LGBTQ.

La Révérende Cristine ‘Tintin’ Carnate-Atrero, déléguée suppléante et surintendante de district de la Conférence du centre ouest des Philippines, considère que ce retard donnait plus de temps pour l’étude et la prière dans lesquelles les Méthodistes Unis philippins sont déjà engagés.

« Comme le dit le credo théâtral, ‘ que le spectacle commence’ » a-t-elle déclaré. « La Conférence centrale des Philippines est plus attentive à l’ère post-quarantaine en ce qui concerne le ministère. »

Malgré les incertitudes, le ministère continue.

La Révérende Kennetha Bigham-Tsai, déléguée de la Conférence du Michigan, est également la principale responsable de la Table Connexionnelle qui coordonne la mission et les ministères de toute la dénomination.

« Je crois que nous sommes à un point d’inflexion qui nous oblige à penser au-delà de nos processus législatifs. Nous allons devoir trouver des moyens d’aller de l’avant sans Conférence Générale, pour l’instant » a-t-elle déclaré.

« Le Saint-Esprit est à l’œuvre dans l’Église Méthodiste Unie. La mission et le ministère se poursuivront dans notre église. »

La Révérende SoYoung Kim, pasteure de l’Église Méthodiste Unie de Salem à Barrington, dans l’Illinois, a déclaré que le moment était venu de donner la priorité à la restauration et à la revitalisation de l’église — et non à la séparation.

« Les membres de l’église en ont assez de la COVID-19 depuis deux ans, » a-t-elle déclaré. « Ils sont sur le point d’être soulagés de la COVID-19, et nous avons le temps de respirer pour nous concentrer sur la mission et le ministère en raison du report de la Conférence Générale. »

Hahn est rédactrice en chef adjoint pour UM News. Les collaborateurs d’UM News, Sam Hodges, Jim Patterson, le révérend Tom Kim, Chadrack Longe, E Julu Swen et Phileas Jusu ont également contribué à ce reportage. Contact Médias : [email protected].

L'Eglise
Les Évêques Méthodistes unis se rendent au service d'ouverture de la Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis. Le Conseil Judiciaire, le Tribunal Supérieur de l'Église Méthodiste Unie, a publié un mémorandum qui clarifie une décision antérieure sur les élections des évêques. Photo d'archives par Mike DuBose, UM News.

Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.
La Conférence Générale
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Des efforts visent à mettre fin aux retards de la Conférence Générale

Les organisateurs de la plus importante Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie cherchent à résoudre les principaux problèmes qui les ont amenés à reporter une troisième fois la Conférence Générale. Ces problèmes sont les visas et la logistique.