Des efforts visent à mettre fin aux retards de la Conférence Générale

Other Manual Translations: English 한국어 Português Español
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News. 
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Points clés :

  • Les organisateurs de la principale Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie cherchent à faire en sorte que la Conférence Générale puisse avoir lieu en 2024.
  • Après trois reports, la commission sur la Conférence Générale forme deux équipes pour se concentrer sur deux problèmes : les visas et la logistique. 
  • Les membres de cette commission sont déterminés à ce que la COVID-19 n’affecte plus la capacité de la Conférence Générale à se réunir.

Les organisateurs de la Conférence Générale étudient des stratégies pour éviter tout nouveau retard dans l’organisation de la principale Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie au-delà de 2024.

Lors de sa réunion en ligne du 28 mars, la Commission sur la Conférence Générale a approuvé la formation de deux équipes stratégiques — l’une axée sur les visas et l’autre sur la logistique. 

Avec ces nouvelles équipes, les membres de cette commission espèrent surmonter les deux principaux obstacles qui ont empêché la Conférence Générale de se tenir dans le contexte de la pandémie de COVID-19. 

« Je suis personnellement très favorable à ce que nous ayons une Conférence Générale où nous sommes tous dans le même espace, » a déclaré la Révérende Juliet Spencer, membre de la commission qui a proposé les équipes stratégiques.

« Je ne veux pas que nous soyons surpris, dans deux ans ou dans un an et demi, à dire : ‘Oups, nous ne pouvons toujours pas nous réunir en présentiel.’ » 

Invoquant les longues attentes pour les visas américains, la commission a annoncé au début du mois qu’elle reportait la réunion législative internationale d’août de cette année à 2024.

Marquer un décès

La Commission sur la Conférence Générale a ouvert sa réunion en ligne par un moment de commémoration pour Ellen Natt.

Natt, membre de cette commission depuis 2012, est décédée après la dernière réunion de la commission le 24 février. Ellen Natt était non seulement un leader dans l’Église mondiale, mais aussi parmi ses pairs Méthodistes Unis au Liberia. Elle a été présidente des Femmes Méthodistes Unies au Liberia de 2010 à 2014. 

Kim Simpson, présidente de la commission, a déclaré aux membres de la commission qu’elle n’avait pas de détails sur le décès de Natt. Mais Simpson et d’autres personnes ont souligné l’impact du ministère de Natt.

« Je me souviens de sa voix tonitruante et de sa joie de vivre, » a déclaré Simpson. « Elle était toujours heureuse et intéressée par ce que vous faisiez. »

Simpson a ajouté que Natt a servi fidèlement avec humilité et joie. 

Avec le décès de Natt et la démission d’un autre membre, le Conseil des évêques nommera deux nouveaux membres à la commission. 

Lire le communiqué de presse.

La Conférence Générale attire des délégués de quatre continents et, dans certains pays, les délais d’attente pour l’obtention d’un visa dépassent un an en raison des retards dus à la pandémie.

Cette décision constitue le troisième report lié à la COVID d’une Conférence Générale qui s’annonçait cruciale. L’assemblée à venir est confrontée à de multiples propositions de séparation de la dénomination après des décennies d’intensification du débat et de défiance à l’égard de l’interdiction par l’Église des mariages homosexuels et du clergé homosexuel qui avoue être « pratiquant ». 

Les Méthodistes Unis ont accueilli la nouvelle du troisième report de mai 2020 avec toute une gamme d’émotions, dont la colère et le soulagement. Un membre a démissionné de la commission en signe de protestation.

Au même moment, un groupe de théologiens de la tendance conservatrice a annoncé qu’il avançait la date de lancement d’une dénomination dissidente — l’Église Méthodiste Mondiale — au 1er mai plutôt que d’attendre la Conférence Générale. Pourtant, un autre groupe de délégués et d’autres leaders espèrent en l’avenir de l’Église Méthodiste Unie.

Les évêques Méthodistes Unis s’interrogent également sur les conséquences de ce report pour les désaffiliations d’églises et d’autres décisions importantes pour l’Église.

Entre-temps, cette commission continue de planifier la tenue de la Conférence Générale en 2024, malgré les circonstances imprévues qui pourraient survenir.

« Les impacts liés à la COVID-19 ne peuvent pas continuer à affecter la capacité de l’Église Méthodiste Unie et de la Conférence Générale à se réunir, » dit la motion de Spencer pour la formation des équipes stratégiques. « Il faut s’appuyer sur la créativité des solutions et l’expertise dans les domaines de la technologie, des voyages et autres pour élaborer un plan. »

Les nouvelles équipes stratégiques auront un rôle consultatif, cette commission dans son ensemble prenant toutes les décisions relatives à la planification de la Conférence Générale.

L’équipe chargée de la stratégie en matière de visas examinera comment les temps d’attente pour les visas d’entrée varient d’un pays à l’autre et identifiera les processus nécessaires pour garantir un délai adéquat pour les visas.

L’équipe chargée de la logistique de l’événement identifiera les options de réunion pour la Conférence Générale, y compris la technologie à même de servir une dénomination qui traverse 16 fuseaux horaires et plusieurs langues.  

Chacune des équipes stratégiques sera composée de trois membres de cette commission et de l’un des évêques qui siègent dans cette commission avec voix consultative, mais sans droit de vote. Les équipes peuvent également faire appel à d’autres Méthodistes Unis ayant des compétences liées à leur domaine d’intérêt particulier. La plupart des membres de la commission se sont portés volontaires pour faire partie de l’une ou l’autre de ces équipes. Le comité exécutif de cette commission nommera les membres de chaque équipe.

Le Révérend Gary Graves, Secrétaire de la Conférence Générale, et Sara Hotchkiss, directrice des affaires de la Conférence Générale, participeront aux deux équipes. 

Cette commission n’a pas encore annoncé les dates et le lieu exacts de la Conférence Générale de 2024. 

Hotchkiss a indiqué à la commission que des négociations étaient en cours pour mettre un terme aux contrats à Minneapolis — l’hôte initial de la Conférence Générale de 2020. Ces négociations ne concernent pas les contrats avec le lieu de 2024, a précisé Hotchkiss. 

Cette commission prévoit de se réunir prochainement pour ratifier les termes conclus avec les fournisseurs de Minneapolis. 

Graves, Secrétaire de la Conférence Générale, a déclaré que lui-même et d’autres membres de cette commission évaluaient encore l’impact d’une récente décision du Haut-Conseil judiciaire concernant les délais pour les propositions de loi. En février, cette haute instance de la dénomination avait décidé que tout report de la Conférence Générale réinitialisait les délais de soumission des propositions de loi.

Graves prévoit également de demander au Haut Conseil judiciaire de clarifier ce qu’il conviendrait de faire si la Conférence Générale était reportée au lieu d’être considérée comme une nouvelle assemblée. 

Une question est de savoir si les délégués élus à la Conférence Générale de 2020 pouvaient siéger en 2024. Une autre question est de savoir si le processus de soumission législative recommençait complètement ou si les organisateurs de la Conférence Générale devraient simplement accepter des soumissions supplémentaires qui respectent les nouveaux délais.

Graves a déclaré à United Methodist News que d’autres personnes et lui examinaient les décisions précédentes du Haut Conseil judiciaire ainsi que les processus de la Conférence Générale afin de déterminer les questions exactes auxquelles cette cour ecclésiastique devrait répondre. 

En fin de compte, l’ensemble de cette commission votera sur les questions à envoyer au Haut Conseil judiciaire. 

Kim Simpson, présidente de cette commission, a déclaré que le report de la Conférence Générale avait été une décision difficile pour toutes les personnes concernées.

« Elle a été acceptée à certains endroits et refusée à d’autres. Et je pense qu’il en sera ainsi pour l’ensemble de notre travail, » a-t-elle déclaré à ses collègues de la commission. « Mais nous devons faire ce que nous pensons être le mieux pour permettre aux délégués de faire leur meilleur travail, ce qui est notre vocation. »

Hahn est rédactrice adjointe de UM News. Contact Médias : [email protected].

L'Eglise
Les Évêques Méthodistes unis se rendent au service d'ouverture de la Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis. Le Conseil Judiciaire, le Tribunal Supérieur de l'Église Méthodiste Unie, a publié un mémorandum qui clarifie une décision antérieure sur les élections des évêques. Photo d'archives par Mike DuBose, UM News.

Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.
Le Haut-Conseil Judiciaire
Membres du Conseil Judiciaire 2016-2020. (De gauche à Droite) Premier rang : Deanell Reece Tacha, N. Oswald Tweh Sr. et le Révérend Luan-Vu Tran. Rangée arrière : Lydia Romão Gulele, feu Ruben T. Reyes, le Révérend Øyvind Helliesen, le Révérend Dennis Blackwell, et le Révérend J. Kabamba Kiboko. (Pas sur la photo, Beth Capen) Le Conseil judiciaire a publié d'autres décisions le 16 mars. Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

La cour de l’église examine les questions relatives à la Conférence Annuelle

Le Conseil Judiciaire prévoit également de reprendre les questions des Évêques après le troisième report de la Conférence Générale. Entre-temps, la Cour Méthodiste Unie continue à travailler sur son rôle d'automne.