L’Europe, un lieu moins accueillant pour les réfugiés

Other Manual Translations: English

Début 2020, le café hebdomadaire d’une congrégation Méthodiste Unie à Brême, en Allemagne, offrait des cours de langue aux réfugiés de toutes les confessions.

Yoshi Kuramoto de Seattle - un Missionnaire Mondial affecté par l’Agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des ministères globaux - travaillait avec de jeunes réfugiés à l’Erlöserkirche Evangelisch-methodistische (Église Méthodiste Unie du Rédempteur). Des excursions culturelles aidaient des personnes à se familiariser avec leur nouvel environnement.

Ces dernières années, l’Eglise de la Conférence Méthodiste Unie de l’Allemagne du Nord a offert une multitude de services aux réfugiés et aux migrants. Mais les restrictions imposées en raison de la pandémie du coronavirus ont mis fin à toute cette programmation en mars 2020, explique la Révérende Susanne Nießner-Brose, pasteure de l’église.

L’Allemagne, qui compte environ 1,3 million de résidents ayant le statut de réfugiés, est également devenue moins accueillante, dit-elle.

« L’Europe devient une forteresse où des personnes désespérées fuyant la guerre, la faim et la persécution sont refoulées, même si cela signifie la mort et le risque pour leur vie, » a expliqué Nießner-Brose. Elle a ajouté que la pandémie avait aggravé cette situation, « de sorte qu’à l’heure actuelle, l’attention des gens n’est pas portée sur le sort des réfugiés. »

La crise des migrations en Europe est une préoccupation constante pour les membres du Conseil œcuménique des Églises, du Conseil Méthodiste mondial, de l’Alliance ACT et d’autres organisations confessionnelles qui ont formé une coalition, l’automne dernier, pour faire une déclaration de plaidoyer avant la présentation par la Commission européenne du Nouveau pacte sur la migration et l’asile le 23 septembre.

Des réfugiés s’approchent d’une plage près de Molyvos, sur l’île grecque de Lesbos, le 2 novembre 2015, après avoir traversé la mer Égée depuis la Turquie. Des volontaires locaux et internationaux ont accueilli les réfugiés à leur arrivée avec de la nourriture, des soins médicaux et des vêtements secs avant que les nouveaux arrivants ne poursuivent leur route vers l’Europe occidentale. Leur bateau vers la Grèce a été fourni par des trafiquants turcs auxquels les réfugiés ont payé des sommes énormes pour arriver en Grèce. Certains demandeurs d’asile en Europe tentent encore de venir par la mer, malgré les dangers. Dossier photo de Paul Jeffrey/Vie sur Terre.
Des réfugiés s’approchent d’une plage près de Molyvos, sur l’île grecque de Lesbos, le 2 novembre 2015, après avoir traversé la mer Égée depuis la Turquie. Des volontaires locaux et internationaux ont accueilli les réfugiés à leur arrivée avec de la nourriture, des soins médicaux et des vêtements secs avant que les nouveaux arrivants ne poursuivent leur route vers l’Europe occidentale. Leur bateau vers la Grèce a été fourni par des trafiquants turcs auxquels les réfugiés ont payé des sommes énormes pour arriver en Grèce. Certains demandeurs d’asile en Europe tentent encore de venir par la mer, malgré les dangers. Dossier photo de Paul Jeffrey/Vie sur Terre.

Leur déclaration demandait instamment que la solidarité soit un principe directeur entre les nations de l’Union européenne pendant que celle-ci passe d’une mentalité de « mode de crise » à une mentalité de création de canaux réguliers de migration et de développement de pratiques de compassion qui reflètent les valeurs fondamentales de l’UE.

Réfugié ou migrant ?

Un réfugié est une personne qui a quitté sa maison pour échapper à la guerre ou à la persécution et qui peut le prouver. Un migrant est une personne qui se déplace d’un pays à l’autre, sauf si elle fuit la guerre ou la persécution. Ainsi, un Syrien qui a fui la guerre est un réfugié, tandis qu’un Ghanéen qui est venu en Allemagne pour trouver un meilleur emploi est un migrant. Tous deux sont des immigrants dans un nouveau pays.

Les réfugiés ont droit aux protections fondamentales du droit international en vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés. En vertu de cette convention, un réfugié ne peut être renvoyé dans un pays où sa vie serait en danger. 

Soutenir UMCOR Global Migration

Pour faire un don 

L’évêque Méthodiste Uni allemand à la retraite Rosemarie Wenner, aujourd’hui secrétaire du Conseil Méthodiste mondial à Genève, faisait partie de l’équipe qui a rédigé la déclaration.

Bien qu’elle trouve « certains aspects positifs » dans le nouveau pacte, Wenner a déclaré à UM News que l’accent mis sur la délocalisation était problématique. « Les pays dans lesquels les réfugiés et les demandeurs d’asile sont relocalisés violent les droits de l’homme ... ou bien ils sont déjà beaucoup plus accablés par la nécessité d’intégrer un grand nombre de réfugiés que tous les pays de l’UE. »

Le nouveau pacte comporte « quelques signaux positifs, » comme l’extension des liens familiaux aux frères et sœurs, a déclaré Peter Prove, directeur de la Commission des Eglises pour les affaires internationales du COE. Mais la plupart des aspirations au changement de la communauté œcuménique ne se sont pas réalisées. « Je pense qu’on peut dire sans risque de se tromper que nous sommes loin d’être satisfaits du pacte tel qu’il a été présenté.

Il est évident, a ajouté Prove, que « l’objectif premier reste l’exclusion et la prévention de la migration plutôt qu’une approche plus humaine des personnes en déplacement. »

Continuer à faire peser le plus lourd fardeau sur les États membres de l’UE aux points d’entrée en Europe est également « incompatible avec l’idéal même d’une Europe unifiée, » a-t-il déclaré.

 « Le nombre de migrants qui arrivent actuellement ne représente qu’une infime partie de ce qui se passait en 2015, » a-t-il noté. « Même à cette époque, les chiffres qui arrivaient ne représentaient qu’une infime partie des personnes déplacées à l’intérieur ou à l’extérieur du pays en raison de conflits ou d’oppression. »

Le Révérend Jack Amick, directeur du programme de migration mondiale de UMCOR, l’Agence Méthodiste Unie chargée de l’assistance humanitaire, a convenu que le fardeau global de la migration ne retombait pas sur l’Europe.

Sur les 72 millions de personnes déplacées, seule une petite fraction se rend aux États-Unis ou en Europe. « Nous avons tendance à considérer la situation avec un préjugé très nordique, » a-t-il souligné. « Environ deux tiers des personnes déplacées dans le monde finissent par s’installer dans le Sud, et la plupart d’entre elles se trouvent en Afrique. »

Amick, qui fait partie du Groupe de référence sur les migrations et les déplacements de l’Alliance ACT, a déclaré qu’il avait constaté « de graves lacunes » dans le Nouveau pacte sur les migrations et l’asile en raison de l’accent mis sur la rapidité et le traitement aux frontières. Si l’objectif est de faire circuler les personnes à travers l’Europe ou de les faire revenir rapidement, a-t-il expliqué, les droits des mineurs et les tentatives de maintenir les familles ensemble seront remis en cause ou négligés.

Des défis existent également dans les différents pays.

En Allemagne, a déclaré Wenner, une vaste coalition d’églises, d’organisations non gouvernementales et de militants des droits civils travaille « pour un changement durable » et s’élève contre la criminalisation des migrants, des réfugiés et de ceux qui les aident. Des villes ont annoncé qu’elles étaient des « havres de sécurité » pour signaler qu’elles étaient prêtes à accueillir les migrants actuellement dans des camps en Grèce ou ailleurs.

Mais une autre grande coalition en Allemagne considère la migration comme une menace, a ajouté Wenner, et insiste pour que les réfugiés et les migrants qui arrivent en Europe soient gardés dans des camps aux frontières jusqu’à ce qu’ils soient approuvés ou expulsés.

« Les partis de droite continuent de dominer l’agenda et certaines parties de l’opinion publique, même s’ils ne sont pas au pouvoir, » a déclaré Nießner-Brose.

En 2020, environ 60 000 personnes y ont reçu l’asile - un nombre infime par rapport aux 82 millions d’habitants de l’Allemagne et à son statut économique de pays parmi les plus riches du monde. Ce total démontre la réticence du pays à accepter un plus grand nombre de réfugiés, a-t-elle déclaré.

Yvonne Agduyeng (à gauche) aide à diriger un cours d’allemand pour les immigrants arrivés récemment à l’Église Méthodiste Unie du Rédempteur à Brême, en Allemagne, en 2017. Les élèves chantent des chansons pour enfants en allemand. Agduyeng était une Missionnaire Mondiale affecté par l’Agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des ministères globaux. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.
Yvonne Agduyeng (à gauche) aide à diriger un cours d’allemand pour les immigrants arrivés récemment à l’Église Méthodiste Unie du Rédempteur à Brême, en Allemagne, en 2017. Les élèves chantent des chansons pour enfants en allemand. Agduyeng était une Missionnaire Mondiale affecté par l’Agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargée des ministères globaux. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

L’Eglise de Brême fait ce qu’elle peut tandis que le programme pour les réfugiés est suspendu pendant la pandémie. La congrégation a aidé un Irakien blessé par balle à la jambe à la frontière croate, en lui apportant une aide médicale essentielle. Il a finalement obtenu la permission de rester en Allemagne, a dit le pasteur, mais sa famille doit rester dans sa situation de danger de mort en Irak.   

Les tensions demeurent
en mer

Mediterranean Hope a été fondée au plus fort de la crise des réfugiés en Europe, quelques mois après la mort de 368 migrants, le 3 octobre 2013, alors qu’ils tentaient de rejoindre l’île italienne de Lampedusa.

Les chiffres fluctuent, mais des migrants désespérés tentent toujours d’atteindre l’Europe par la mer. Les effets des restrictions de l’Union européenne sur les efforts de recherche et de sauvetage pour ceux qui sont en difficulté restent préoccupants.

Les représentants des Églises de toute l’Europe ont publié une déclaration en juillet 2019 exprimant leur déception face à l’incapacité de l’Union européenne à s’entendre sur un quelconque arrangement concernant les procédures de recherche et de sauvetage.

À l’automne 2020, un navire de sauvetage qui avait à son bord un représentant de Mediterranean Hope n’a pas été autorisé à ramener ses passagers réfugiés à terre.

« Pendant plusieurs semaines, ils ont été bloqués en mer sans aucun endroit pour accoster, » a déclaré le Révérend Jorge Domingues, membre du personnel de la Conférence Méthodiste Unie de Californie-Nevada qui suivait la situation. « Ce fut un moment de grande tension. »
 
Près de 600 migrants ont perdu la vie en mer en 2020, selon Paolo Naso, un Méthodiste à la tête de Mediterranean Hope. Il a écrit l’histoire de Youssef, un garçon de six mois qui est mort dans un naufrage en novembre, une autre victime de « trafiquants sans scrupules qui chargent des hommes, des femmes et des enfants sur des bateaux dangereux et délabrés dans le but de s’éloigner des côtes libyennes. »

« Le véritable dilemme de l’Italie et de l’Europe, » a ajouté Naso, « est de savoir s’il faut respecter le droit international et soutenir ceux qui sauvent des vies en mer ou s’il faut suivre le vent populiste qui appelle à la fermeture des ports et à la construction de murs impossibles le long de la Méditerranée. » 

Un Afghan de 20 ans, qui a fui l’Iran vers l’Europe alors qu’il était adolescent, vit actuellement en asile à l’église. « Nous le soutenons en lui fournissant de la nourriture et en l’aidant à faire face à la bureaucratie, » a déclaré Nießner-Brose. « Il est à l’abri de toute expulsion tant qu’il ne quitte pas les locaux de l’église. »

La crise COVID-19 rend tout plus difficile, a souligné Wenner.

« Le soutien volontaire aux migrants est limité en raison des restrictions en matière de rencontres et de franchissement des frontières, » a-t-elle expliqué. « L’argent, y compris les dons, est dépensé pour les besoins immédiats afin d’aider ceux qui sont en difficulté financière à cause de la pandémie. »

Elle est encouragée par la coopération interreligieuse sur la crise migratoire et par la résilience des migrants et des réfugiés eux-mêmes.

En décembre, Wenner a participé à une consultation interconfessionnelle d’environ 160 personnes sur la situation des enfants en déplacement en Europe, organisée par l’UNICEF, le Conseil œcuménique des Églises et d’autres organisations.

Les églises, les communautés religieuses et les villes de toute l’Europe « sont prêtes à accueillir et à soutenir les mineurs non accompagnés et les familles de migrants, » a-t-elle déclaré dans sa présentation lors de l’événement. « Pourtant, les gouvernements n’autorisent la réinstallation que d’un petit nombre d’entre eux. »

Wenner a cité le travail de Mediterranean Hope et son programme « Casa delle Cultura » pour les réfugiés à Scicli (prononcer sheek-ly), une ville baroque historique du sud-est de la Sicile, comme exemple de ce que les églises peuvent faire quand on leur en donne l’occasion.

Mediterranean Hope est une collaboration étonnante entre la Fédération des Églises évangéliques en Italie, le Synode des Églises vaudoises et Méthodistes et la Communauté de Saint Egidio pour organiser une réponse significative à la crise des migrations.

Le projet « Corridors humanitaires » a permis à plus de 2 000 Syriens particulièrement vulnérables de trouver refuge dans le cadre d’un protocole d’accord avec le gouvernement italien. Paolo Naso, le responsable Méthodiste de Mediterranean Hope, a déclaré à UM News en 2019 que l’objectif était de convaincre l’Union européenne d’adopter ce modèle « comme principal passage sûr vers l’Europe pour les demandeurs d’asile et les migrants vulnérables. »

Le Révérend Jorge Domingues, membre du personnel de la Conférence Californie-Nevada, a passé quatre mois en 2017 à travailler avec Mediterranean Hope et a été l’un de ceux qui ont salué les 63 personnes arrivées cette année-là dans le cadre du Projet des corridors humanitaires.

Maintenant que les nouveaux arrivants sont moins nombreux, dit-il, l’accent est mis sur le soutien aux communautés locales qui parrainent ces réfugiés.

Ce soutien a été crucial pendant la pandémie, car beaucoup de nouveaux arrivants ont des problèmes de santé. Domingues a déclaré que Mediterranean Hope avait travaillé pour obtenir des fournitures adéquates pour la protection et les tests et « plaide pour que ces communautés soient vaccinées. »

Alessandra Trotta, qui dirige un panel de sept membres qui supervise l’Union des églises Méthodistes et vaudoises, a déclaré au New York Times en décembre que les corridors étaient un « modèle gagnant » qui offrait une alternative à l’immigration non réglementée et illégale. Cette union a été créée par un pacte d’intégration en 1975.

Trotta est le premier Méthodiste à servir de modérateur pour ce panel, appelé « Table vaudoise, » a déclaré Domingues.

Bloom est la rédactrice en chef adjointe de United Methodist News Service et est basée à New York.

Contact Médias : [email protected].