La Conférence Générale 2019 commence par des moments si doux de la prière

Other Manual Translations: English español
Les Méthodistes Unis du monde entier ont passé six heures à prier pour l’Eglise avant de commencer le dur labeur de la Conférence Générale de 2019 qui consiste à réviser la politique de l’Eglise relative à l’homosexualité.

Les prières dirigées par des évêques Méthodistes Unis ont sollicité l’inspiration de Dieu et le courage.

À la mi-journée, il n’y avait aucune référence aux personnes LGBTQ et cette préoccupation a été exprimée par ceux qui soutiennent l’évolution des politiques de l’Eglise en matière d’homosexualité. La deuxième partie de la journée de prière a débuté par un appel émouvant à prier pour « nos frères et sœurs LGBTQ », lancé par l’Evêque Debra Wallace-Padgett, de North Alabama.

Dorothée Benz, déléguée laïque de la Conférence de New York, a déclaré que les personnes LGBTQ avaient fait savoir aux évêques qu'il n'y avait pas eu « assez de temps pour prier pour et avec nous. » Et la présence des personnes LGBTQ à la tribune en tant que délégués et dans les gradins tenant des pancartes et des drapeaux n'a pas été reconnue, a-t-elle affirmé.
« J'espère que les évêques ont reconnu le tort causé aux personnes LGBTQI par leur silence ce matin. J'aurai aimé que les évêques hétérosexuels cisgenres descendent du podium pour prier avec nous », a déclaré Benz.

« Mais j'ai été touchée par ceux qui sont venus, qui se sont tenus à nos côtés et nous ont embrassés. Nous continuerons à rappeler à l'Eglise que nous sommes ici. Nous sommes aussi dignes d’être mentionnés comme étant des fidèles, et aussi essentiels à l'avenir de l'Eglise que n’importe quel Méthodiste », a ajouté Benz. « Cisgenre » désigne une personne dont le sens de l'identité personnelle et du sexe correspond à son sexe à la naissance. 
Le révérend Will Green (au centre) dirige le chant de « Jesus Remember Me When You Come Into Your Kingdom » à la « Station de prière queer » pendant la matinée de prière du 23 février à la session extraordinaire de la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry, UMNS.
Le révérend Will Green (au centre) dirige le chant de « Jesus Remember Me When You Come Into Your Kingdom » à la « Station de prière queer » pendant la matinée de prière du 23 février à la session extraordinaire de la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry, UMNS.
A la reprise, Wallace-Padgett a déclaré : « Nous vous voyons. Nous formons une partie du corps du Christ et lorsqu’un souffre, tous souffrent. Nous devons prendre soin les uns des autres, tendre la main de l'amour sacré les uns aux autres, sachant que nous sommes des enfants de Dieu. Avec le cœur de Jésus, nous entrons dans le temps de prière spécialement pour les frères et sœurs LGBTQ qui sont ici et partout dans le monde. »

Lorsque la chorale a entonné « J'ai besoin de toi pour survivre, » des cercles ont été formés autour des délégués LGBTQ et un drapeau arc-en-ciel a été brandi. Des voix sous le dôme de l’America’s Center ont prononcé les mots suivants : « Je ne te ferai aucun mal avec les mots de ma bouche, tu es important pour moi. J'ai prié pour toi, tu as prié pour moi, j'ai besoin de toi pour survivre. »

La Sainte-Cène a clos la journée.

Au cours de la matinée, des évêques d’Europe et d’Eurasie, d’Afrique, des États-Unis et des Philippines ont conduit les délégués dans un temps de prière expérimentale en partageant la mission, le ministère et les défis de l’Église Méthodiste Unie.

Les évêques Eduard Khegay, de la région de Moscou, et Harald Rückert, de la région de l'Allemagne, ont dirigé la session en chantant l'hymne suédois, « How Great Thou Art » d'abord en anglais puis en suédois.

L’évêque Mande Muyombo, du Nord-Katanga, a déclaré : « En Afrique, nous prions très fort. Nous prions fort. Nous prions pour l'Eglise. C'est une Eglise merveilleuse qui transforme les pauvres. »
(De gauche à droite) Julia Stukalova et Yulia Starodubets (Conférence provisoire de la Russie orientale et de l'Asie centrale) et Marina Yugay (Conférence provisoire du nord-ouest de la Russie) chantent pendant la matinée de prière du 23 février lors de la session extraordinaire de la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry
(De gauche à droite) Julia Stukalova et Yulia Starodubets (Conférence provisoire de la Russie orientale et de l'Asie centrale) et Marina Yugay (Conférence provisoire du nord-ouest de la Russie) chantent pendant la matinée de prière du 23 février lors de la session extraordinaire de la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry.
L'évêque à la retraite Peter Weaver a prié pour être guidé.
« Seigneur, nous revoici. Les Méthodistes Unis sont de nouveau en conférence, un peu plus tôt que d'habitude. Nous avons besoin de tes conseils un peu plus que d'habitude. »

Beata Ferris, déléguée de la Conférence de Dakota, a estimé que la Journée de prière « imprimait le juste ton » et s'est retrouvée, avec ses voisins présents dans la salle, littéralement émus par certains des éléments internationaux.
 
« Les gens applaudissaient, dansaient et chantaient au son de la musique africaine et essayaient de chanter en russe et en suédois, » a-t-elle déclaré. « J'ai le sentiment que nous n'avons pas fait un très bon travail, mais nous avons fait de gros efforts. »
 
Le révérend Ben Lalka, pasteur local certifié en service à la Victor United Methodist Church à Victor (New York) s'est présenté lui-même comme étant « indécis » quant à la façon dont la première journée s’est passée.
 
« Il est bon de créer un temps de prière, un temps de discernement de la volonté de Dieu pour notre Eglise, » a-t-il affirmé. « Mais, c’est ma première Conférence Générale et je crains que nous n’ayons pas assez de temps (pour le travail législatif). Cependant, j'essaie de faire confiance au Saint-Esprit, de faire confiance à nos dirigeants. »
 
L’évêque James Swanson Sr., de la Conférence du Mississippi, a déclaré lors de la pause déjeuner qu'une première journée de la Conférence Générale consacrée à la prière était « quelque chose que nous aurions dû faire depuis longtemps. »
 
Swanson a déclaré que bien que de nombreux délégués aient une décision arrêtée au sujet de la législation, d’autres ne le font pas. Et le bienfait de la prière dépasse le discernement, a-t-il ajouté.
 
« Cela pourrait forger notre attitude. C’est ce qui me préoccupe le plus : l’attitude et la façon dont nous nous traitons les uns les autres. » 
 
Swanson a déclaré que les évêques avec qui il était assis et avec qui il avait prié étaient visiblement émus par les sujets de prières rythmés par les musiques eurasiennes et africaines.
 
« Cela a vraiment mis en valeur notre diversité. »

Rester unis malgré toutes les tempêtes était un thème récurrent dans les prières prononcées dans les nombreuses langues de la dénomination.

L’évêque Kenneth Carter, président du Conseil des évêques, et Wallace-Padgett ont dit une prière pour les délégués.

Se faisant face, se tenant la main, ils ont répété : « Si j'ai fait quelque chose intentionnellement ou non pour te nuire, pardonne-moi, s'il te plaît. Que la paix de Christ soit avec toi. »
Des délégués de Philippines et de l'Asie du Sud-Est chantent lors d'une journée de prière à la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Mike DuBose, UMNS.
Des délégués de Philippines et de l'Asie du Sud-Est chantent lors d'une journée de prière à la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2019 à Saint-Louis. Photo de Mike DuBose, UMNS.
Gilbert est journaliste multimédia pour United Methodist News Service. Sam Hodges et Joey Butler ont contribué à cet article. Contactez-les à [email protected]. Pour avoir plus d’informations sur l’Eglise Méthdodiste Unie, abonnez-vous gratuitement aux résumés quotidiens ou hebdomadaires.
L'Eglise
L'évêque Samuel J. Quire Jr. Préside la session de la conférence annuelle du Liberia à Ganta. La conférence a approuvé une résolution appelant à des changements au Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation, un des plans soumis à la Conférence Générale de 2020 de l’Eglise Méthodiste Unie. Photo de E Julu Swen, UM News.

Les Libériens veulent des changements dans le plan de séparation

Les Méthodistes Unis du Libéria ont approuvé une résolution disant qu'ils ne soutiendront pas un plan de séparation pour l'Eglise Méthodiste Unie sans amendements majeurs. Ils ont également exprimé leur mécontentement de ne pas avoir eu leur mot à dire sur le plan, connu sous le nom de Protocole de Réconciliation et de Grâce par la séparation.
L'Eglise
Graphique de Laurens Glass, UM News

Archives vidéo : UM News interroge les développeurs de protocoles

Cette vidéo est une version archivé du débat en direct avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition pour l'avenir de l'Église Méthodiste Unie.
L'Eglise
Kenneth Feinberg (tenant le microphone), intervient, au cours d'un débat en direct de Tampa (Floride), avec les membres de l'équipe qui a élaboré une nouvelle proposition qui maintiendrait l'Église Méthodiste Unie, mais qui permettrait aux congrégations traditionalistes de se séparer en une nouvelle dénomination. Feinberg a animé le travail de l'équipe qui a créé la proposition, appelée « Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation. » Photo de Sam Hodges, UM News.

Des panélistes expliquent les coulisses du Plan de Séparation

Même s'ils ont convenu que l'Église Méthodiste Unie devrait se séparer, les participants ont quand même évoqué le fait de s'aimer les uns les autres lors d'un débat en direct le 13 janvier pour expliquer comment le Protocole de Réconciliation et de Grâce à travers la Séparation a été formé.