Furusa, vice-chancelier de Africa University, est décédé.

Other Manual Translations: English

Le Professeur Munashe Furusa, quatrième vice-chancelier de Africa University, est décédé des suites d’une crise cardiaque le 13 janvier 2021. Il avait 59 ans.

Stephene Chikozho, directeur du Développement et des Affaires publiques de Africa University, a affirmé que Furusa avait été transporté à l’hôpital Victoria Chitepo aux premières heures du 13 janvier et qu’il était décédé quelques heures plus tard.

Furusa, qui est devenu vice-chancelier en 2015, a été façonné par son expérience en tant que première personne de sa famille à obtenir un diplôme d’enseignement supérieur. On se souvient de lui comme d’un champion de l’accès à l’éducation pour les étudiants défavorisés et d’une voix importante pour l’enseignement supérieur dans le milieu Méthodiste Uni.

L’Evêque Mande Muyombo, de la région du Nord Katanga, et président du conseil d’administration de Africa University, a exprimé sa tristesse et déclaré que la meilleure façon d’honorer Furusa était de poursuivre son héritage.

« Il n’y a pas de mots assez forts ni d’émotions assez profondes pour exprimer de manière adéquate la perte que nous ressentons individuellement et collectivement, » a-t-il déclaré.

Africa University est la première et la seule institution d’enseignement supérieur entièrement accréditée établie sur le continent africain par l’action de la Conférence Générale de l’Église Méthodiste Unie.

Furusa a été doyen de la Faculté des Arts et des Sciences Humaines de l’Université d’État de Californie, à Dominquez Hills, avant d’être nommé vice-chancelier de Africa University. Il est titulaire d’un doctorat en littérature africaine et théorie critique, d’une maîtrise et d’une licence en anglais avec mention, tous obtenus à l’université du Zimbabwe, ainsi que d’un diplôme en éducation du Bondolfi Teachers College de Masvingo, au Zimbabwe.

« L’innovation était son second prénom, » a déclaré James H. Salley, vice-chancelier associé pour le Développement institutionnel de Africa University. 

« Furusa a mis en place un centre d’innovation sur le campus qui a permis aux étudiants et aux professeurs de nous apporter de nouvelles idées et de faire en sorte que le centre transforme ces innovations en réalités, » a-t-il déclaré.

M. Salley a déclaré que Furusa avait une vision pour faire de Africa University une université de classe mondiale et qu’il avait travaillé de longues heures pour atteindre cet objectif.

« C’était une personne de grande foi et il prenait ses décisions après de nombreuses prières et supplications, » a déclaré Salley. « Il est rare, pour moi, de voir des personnes qui pratiquent leur théologie. »  

Le monde a perdu un grand ami, a déclaré Lisa Tichenor, membre du conseil d’administration de Africa University et de l’église Méthodiste Unie Highland Park à Dallas.

« Furusa se souciait beaucoup de faire progresser l’université dans ses capacités éducatives et a développé le leadership nécessaire pour y parvenir. Il s’est occupé de chaque étudiant et de chaque membre du personnel, créant une atmosphère familiale parmi tous ceux dont il a touché la vie, » a-t-elle déclaré.

Le professeur Peter Mageto, qui a été nommé vice-chancelier par intérim par le conseil d’administration de Africa University, a déclaré que l’apprentissage en ligne était l’une des innovations de Furusa.

« Il l’a introduit dans le pays alors que beaucoup n’y croyaient pas, » a déclaré Mageto, qui avait auparavant été vice-chancelier adjoint de l’université.

L’Evêque Eben K. Nhiwatiwa, de la région épiscopale du Zimbabwe, a déclaré que les relations entre la région épiscopale et l’université étaient au beau fixe.

« Sur la suggestion de (Furusa), la région épiscopale a conclu un partenariat avec Africa University concernant l’école des pasteurs, permettant aux pasteurs zimbabwéens d’organiser cet événement dans l’institution, » a déclaré Nhiwatiwa.

Le Révérend Greg Bergquist, Directeur Général du GBHEM, l’agence Méthodiste Unie chargée de l’enseignement supérieur et du ministère, a déclaré que Furusa avait contribué à l’essor de l’université en assurant la réussite à long terme des étudiants.

« Il est difficile pour moi d’imaginer une université africaine sans le leadership et la présence compatissante du professeur Furusa, » a-t-il déclaré

Thomas Kemper, qui a récemment pris sa retraite en tant que Directeur Général du GBGM, se souvient de sa première rencontre avec Furusa en 2013.

« En tant que membre du conseil d’administration de l’université, j’ai fait partie du comité de recherche qui a ensuite proposé à l’unanimité son nom au conseil d’administration de Africa University pour élection, » a-t-il déclaré.

« Nous avions des candidats très qualifiés, mais c’est lui qui a apporté la joie et l’excitation à l’entretien. Il ne cherchait pas du travail. Il n’était pas venu pour un entretien. Il était venu pour partager une vision et un appel - un appel à retourner dans sa patrie pour donner en retour ; un appel à diriger une université chrétienne panafricaine, et un appel à former des leaders qui contribuent à la guérison des nations africaines, » a déclaré M. Kemper.

Danjuma Barde, vice-président du Conseil représentatif des étudiants, a déclaré que les étudiants ont perdu un mentor et « une véritable icône du leadership générationnel. 

Furusa sera enterré le 15 janvier dans son village natal de Nhema, à Shurugwi, dans le sud du Zimbabwe. Il laisse dans le deuil sa femme, Zanele, sa fille Charlotte et ses fils Osborne, Tanaka et Munashe (Junior).

Chikwanah est la communicatrice pour la Conférence de l’Est du Zimbabwe et Gilbert est rédactrice pour UM News.

Contact Médias : [email protected].

Mission
Innocent Mushayavanhu (à gauche) et Tariraishe Mubazangi préparent un désinfectant pour les mains au lycée Murewa de l’Église Méthodiste Unie au Zimbabwe. « Nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour cette école de 1 250 lèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a déclaré Sydney Mapisaunga, directeur de l’école. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Une seconde vague de la COVID-19 continue de perturber le système éducatif dans ce pays d’Afrique australe. De la maternelle à l’université, les élèves et le personnel des écoles Méthodistes Unies sont confrontés à des défis et trouvent des moyens innovants pour y faire face.
L'Eglise
Le gardien James Jimmerson désinfecte les bancs pour prévenir toute propagation possible du coronavirus à l’église Méthodiste Unie Belmont de Nashville, Tennessee, le dimanche 10 mai 2020, à la suite d’un culte en ligne, qui est enregistré dans le sanctuaire. Alors que les églises envisagent de revenir au culte en présentiel, les mesures de nettoyage sont l’un des nombreux facteurs dont les responsables devront tenir compte. « Je crois que mon travail, mon rôle dans tout cela, est de m’assurer que les gens sont en sécurité ici, » a déclaré M. Jimmerson. Photo de Mike DuBose, UM News.

2020 : L’année en photos vue par UM News

L’année 2020 a été une année mouvementée et difficile pour l’Église Méthodiste Unie. Les photographes de UM News, le service d’information officiel de l’Eglise, ont documenté une année dans la vie du Méthodisme Uni dans le monde entier.
Préoccupations sociales
Le Révérend H. Jumane Weekie Sr., pasteur de l’Eglise Luthérienne St. Mark de Gbarnga, au Liberia, assiste à la formation de l’Église Méthodiste Unie sur la toxicomanie et ses effets sur la communauté. Photo de E Julu Swen, UM News.

Des pasteurs libériens prêchent sur l’abus de drogue

La campagne de l'Eglise Méthodiste Unie se concentre sur l'aide aux parents et aux jeunes des communautés durement touchées par la toxicomanie.