Education

Mission
Innocent Mushayavanhu (à gauche) et Tariraishe Mubazangi préparent un désinfectant pour les mains au lycée Murewa de l’Église Méthodiste Unie au Zimbabwe. « Nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour cette école de 1 250 lèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a déclaré Sydney Mapisaunga, directeur de l’école. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Une seconde vague de la COVID-19 continue de perturber le système éducatif dans ce pays d’Afrique australe. De la maternelle à l’université, les élèves et le personnel des écoles Méthodistes Unies sont confrontés à des défis et trouvent des moyens innovants pour y faire face.
L'Eglise
Le gardien James Jimmerson désinfecte les bancs pour prévenir toute propagation possible du coronavirus à l’église Méthodiste Unie Belmont de Nashville, Tennessee, le dimanche 10 mai 2020, à la suite d’un culte en ligne, qui est enregistré dans le sanctuaire. Alors que les églises envisagent de revenir au culte en présentiel, les mesures de nettoyage sont l’un des nombreux facteurs dont les responsables devront tenir compte. « Je crois que mon travail, mon rôle dans tout cela, est de m’assurer que les gens sont en sécurité ici, » a déclaré M. Jimmerson. Photo de Mike DuBose, UM News.

2020 : L’année en photos vue par UM News

L’année 2020 a été une année mouvementée et difficile pour l’Église Méthodiste Unie. Les photographes de UM News, le service d’information officiel de l’Eglise, ont documenté une année dans la vie du Méthodisme Uni dans le monde entier.
Préoccupations sociales
Le Révérend H. Jumane Weekie Sr., pasteur de l’Eglise Luthérienne St. Mark de Gbarnga, au Liberia, assiste à la formation de l’Église Méthodiste Unie sur la toxicomanie et ses effets sur la communauté. Photo de E Julu Swen, UM News.

Des pasteurs libériens prêchent sur l’abus de drogue

La campagne de l'Eglise Méthodiste Unie se concentre sur l'aide aux parents et aux jeunes des communautés durement touchées par la toxicomanie.
Préoccupations sociales
Abdul Conteh (à gauche) et Foday Kamara travaillent pour un mineur de diamants artisanal à Kono, en Sierra Leone. Déplacer de gros tas de terre d’un endroit à l’autre est un travail pénible qui rapporte 2 dollars par jour. Les mineurs artisanaux sont indépendants et ne sont pas associés aux grandes sociétés minières de la région. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.

L’extraction de diamants en Sierra-Leone prive souvent les enfants d’éducation

Dans le district diamantifère de Kono, en Sierra Leone, les jeunes sont souvent attirés par l'industrie minière plutôt que par l'école. Une jeune fille Méthodiste Unie soutient que sa génération est en train de changer cette donne.
Loading