La cour de l’église examine les questions relatives à la Conférence Annuelle

Other Manual Translations: English 한국어 Português Español

Points-clés : 
  • L’organe judiciaire suprême de l'Église Méthodiste Unie a publié trois décisions et un mémorandum le 17 mars en réponse aux questions soulevées lors des sessions de la Conférence Annuelle.
  • Le mémorandum a clarifié une décision antérieure concernant les désaffiliations d'églises.
  • Le Conseil Judiciaire a également accepté de se saisir de deux demandes de décisions déclaratoires du Conseil des Évêques. 

Dans une requête, les Évêques ont demandé au Conseil Judiciaire si les Conférences Annuelles - organes régionaux de l'église - peuvent quitter la dénomination en vertu du droit ecclésiastique actuel. Pour ce nouveau point du registre, les mémoires sont attendus le 12 Avril et les mémoires en réponse le 22 Avril.

Dans une autre, les Évêques ont demandé s'ils pouvaient organiser des conférences juridictionnelles régulières aux États-Unis pour élire et affecter des évêques avant la prochaine Conférence Générale, l'assemblée législative suprême de la dénomination, actuellement prévue pour 2024. Si le Conseil Judiciaire dit oui, les évêques ont provisoirement fixé les réunions juridictionnelles du 2 au 5 novembre de cette année. Les mémoires relatifs à ce bordereau doivent être déposés le 19 Avril et les mémoires en réponse le 29 Avril.

La loi de l'Église exige que le Conseil Judiciaire accepte les mémoires avant de rendre toute décision. Toute partie intéressée ou toute autre personne souhaitant faire des commentaires sur une question soumise à la cour peut soumettre un mémoire, conformément aux règles Du Conseil Judiciaire.

Dans l'intervalle, le Conseil Judiciaire continue de traiter les questions plus anciennes inscrites au rôle de l'automne 2021. Le Conseil Judiciaire a précédemment décidé que tout report de la Conférence Générale réinitialise les délais de soumission des propositions de loi. La haute cour a également publié six décisions relatives à une nouvelle loi de l’église qui permet aux congrégations, dans des conditions limitées, de quitter la dénomination avec des biens.

Dans le Mémorandum 1433, le Conseil Judiciaire a modifié une décision antérieure relative à la désaffiliation d'une église dans la Conférence d'Alabama-Floride Occidentale.

Dans sa Décision 1421, la cour a statué que les dirigeants de la conférence ont agi de manière contraire aux règles de l’église lorsqu'ils ont conclu la vente de l'Église Méthodiste Unie de Woodlawn avant que la Conférence Annuelle n'ait eu la possibilité de ratifier l'accord de désaffiliation de la congrégation. La décision stipule que “l'exécution, la livraison et l'enregistrement de tout acte de propriété ne peuvent être effectués avant cette ratification”.

Dans le mémorandum du 16 mars, le tribunal a précisé que cette décision “sera prospective et n'affectera pas les mesures prises par la Conférence Annuelle d'Alabama et de Floride concernant le Woodlawn UMC lors de sa session de 2021”.

Dans les autres décisions publiées le 16 mars, le tribunal a traité des questions de droit de l’église soulevées lors des sessions des conférences annuelles américaines.

Les évêques envisagent des désaffiliations et des réunions juridictionnelles

Lors d'une réunion en ligne tenue le 15 mars, les Évêques Méthodistes Unis ont discuté des voies à suivre pour les églises qui choisissent de se désaffilier de la dénomination.

À une majorité écrasante, les évêques ont affirmé que le paragraphe 2553 du Livre de Discipline serait le paragraphe principal utilisé pour la désaffiliation et la séparation.

Ce paragraphe, approuvé par la Conférence Générale spéciale de 2019, permet aux congrégations de sortir avec des biens pour des “raisons de conscience” liées à l'homosexualité si elles remplissent certaines conditions.

Les Évêques ont également demandé au Conseil Judiciaire de se prononcer sur la possibilité de tenir des Conférences Juridictionnelles régulières pour élire les Évêques avant la prochaine Conférence Générale.

Les Évêques se sont réunis au cours des deux dernières semaines pour discuter de la marche à suivre après le troisième report de la Conférence Générale à 2024.

Lire le communiqué de presse du Conseil des évêques.

Les Évêques sont régulièrement confrontés à des questions de droit au cours des sessions qu'ils président. Le Livre de Discipline - le livre de politique de la dénomination - exige que toute décision de droit prise par un évêque soit soumise au Conseil Judiciaire pour révision.

Dans la décision 1432, le tribunal de l’église a confirmé la décision de l'Évêque Sandra Steiner Ball sur la façon dont la Conférence Annuelle de Virginie Occidentale a traité l'égalisation des électeurs laïcs et du clergé.

La Constitution de l'Église Méthodiste Unie exige que chaque "Conférence Annuelle prévoit, selon sa propre formule, l'élection de membres laïcs supplémentaires afin d'égaliser le nombre de membres laïcs et de membres du clergé de la conférence annuelle".

La session 2021 de la Conférence Annuelle de Virginie-Occidentale a élu des membres laïcs at-large pour égaliser le clergé dans le cadre de la motion d'organisation de la conférence. Ce vote sur l'organisation a eu lieu après que l'évêque ait rappelé la session à l'ordre, mais avant les autres affaires de la conférence.

Les électeurs de la conférence ont ensuite adopté une règle visant à maintenir le même processus d'élection pour la péréquation laïque à l'avenir. Un membre du clergé a demandé à l'évêque si la nouvelle règle violait la constitution de la dénomination.

Le Conseil Judiciaire a convenu avec l'évêque que le processus de la conférence répondait aux exigences constitutionnelles pour qu'une conférence annuelle puisse, "selon sa propre formule", prévoir l'élection de membres laïcs supplémentaires si nécessaire pour la péréquation.

“Ces politiques peuvent prévoir spécifiquement l'utilisation d'une motion d'organisation à adopter après le rappel à l'ordre mais avant la conduite des autres affaires”, a statué la Cour.

Dans une opinion séparée, Beth Capen, membre du Conseil Judiciaire, a exhorté la Conférence de Virginie Occidentale à modifier ses règles afin de prévoir l'élection de ses ‑ membres laïcs "at-large" ‑ avant la session annuelle de la conférence qu'ils serviront.

“Elle impose un fardeau terrible aux laïcs qui doivent s'absenter de leur travail, dont certains doivent utiliser leurs vacances pour le faire, tout en n'ayant aucune assurance réelle qu'ils seront des membres votants à part entière de la Conférence Annuelle”, a écrit M. Capen.

Le Conseil Judiciaire a également déterminé que les évêques n'ont pas besoin de traiter le fond de chaque demande de décision.

Dans la décision 1431, le tribunal a confirmé la décision de l'Évêque Peggy A. Johnson de ne pas se prononcer sur une question parce qu'elle était hypothétique.

M. Johnson, aujourd'hui retraité, répondait à une question posée lors de la Conférence Annuelle de l’Est de Pennsylvanie de 2021. Un membre du clergé a demandé s'il était permis, en vertu du droit de l’église, aux conférences annuelles et aux églises locales de considérer toutes les répartitions générales de l'église - parts des dons de l'église - comme volontaires jusqu'à ce que la Conférence Générale se réunisse pour adopter un nouveau budget.

Le Conseil Judiciaire a statué l'année dernière : “En l'absence d'action de la Conférence Générale, le budget 2017-2020, y compris les formules de répartition approuvées, continue d'être juridiquement contraignant et opérationnel jusqu'à ce qu'il soit remplacé par un nouveau budget quadriennal.”

Le tribunal de l’église n'est pas revenu sur sa décision antérieure. Au lieu de cela, le tribunal a convenu avec Johnson que la question du membre du clergé “est fondée sur une action ou une possibilité future”. Par conséquent, elle était hypothétique et ne constituait pas une question de droit valide.

Dans la décision 1430, le Conseil Judiciaire a annulé une décision de l'Évêque Mark J. Webb de 2019 en raison de l'insuffisance des dossiers de la conférence. Le tribunal a déclaré qu'il ne pouvait pas agir parce que le dossier en ligne qu'il a reçu ne contenait pas “l'énoncé exact de la question soumise et la décision de l'évêque.”

Mme Hahn est rédactrice en chef adjointe pour UM News. Vous pouvez la contacter au (615) 742-5470 ou à [email protected] Pour lire d'autres nouvelles méthodistes, abonnez-vous gratuitement aux Daily ou Friday Digests.

L'Eglise
Les Évêques Méthodistes unis se rendent au service d'ouverture de la Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis. Le Conseil Judiciaire, le Tribunal Supérieur de l'Église Méthodiste Unie, a publié un mémorandum qui clarifie une décision antérieure sur les élections des évêques. Photo d'archives par Mike DuBose, UM News.

Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.
Le Conseil des Evêques
L’Évêque Cynthia Fierro Harvey de la Conférence de Louisiane, à droite, passe le marteau de la présidence du Conseil des Évêques à son successeur, l’Évêque Thomas J. Bickerton de la Conférence de New York. Le Conseil des Évêques a conclu sa réunion de printemps le 29 avril par le passage du manteau. Les évêques ont pris acte du lancement prévu d’une dénomination dissidente le 1er mai, tout en discutant de la poursuite du ministère de l’Église Méthodiste Unie. Capture d’écran via Zoom du Conseil des évêques, par UM News.

Les Méthodistes Unis sont invités à relancer leur Église

Tout en reconnaissant la naissance d’une dénomination dissidente, Thomas Bickerton, le nouveau président du Conseil des Évêques, a partagé ses espoirs pour une Église Méthodiste Unie revivifiée. Parmi ceux qui partent pour la nouvelle dénomination figure un évêque.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.