Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Translate Page

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.

Cela signifie que les nouveaux évêques pourront commencer leur mission dans le délai habituel de près de deux mois après les conférences juridictionnelles américaines. Le Conseil des évêques a programmé les réunions régionales pour l'élection des évêques du 2 au 5 novembre de cette année.

Le Conseil Judiciaire a expliqué les raisons pour lesquelles il a fixé le 1er janvier comme date de changement dans le Mémorandum 1446, qui modifie une décision antérieure permettant aux conférences juridictionnelles américaines d'avoir lieu cette année.

Dans le mémorandum publié le 1er juin, le tribunal de l’église a réitéré sa décision selon laquelle le Conseil des évêques a l'autorité de convoquer les réunions régionales "dans le but limité" de poursuivre "l'épiscopat dans l'Église Méthodiste Unie" comme l'exige la constitution de la dénomination.

Cependant, le nouveau mémorandum revient sur la position antérieure du tribunal de l’église dans la décision 1445, selon laquelle les nouveaux évêques américains doivent officiellement entrer en fonction le 1erseptembre.

Le Livre de Discipline, le livre de politique de la dénomination, dit que les évêques américains doivent se retirer le 31 août après les conférences juridictionnelles régulières et que les nouveaux évêques commencent leur mission le 1er septembre.

Mais le Mémorandum 1446 indique que la situation actuelle sans précédent de la dénomination met ces dispositions disciplinaires en porte-à-faux avec la constitution de la dénomination.

Qu'en est-il des Conférences Centrales ?

Le livre de discipline contient différentes dispositions relatives aux conférences centrales - les régions de l'Église qui élisent les évêques en Afrique, en Europe et aux Philippines.

Les évêques de la Conférence Centrale des Philippines ont convoqué une session extraordinaire du 24 au 26 novembre pour élire de nouveaux évêques. En faisant cette convocation, les évêques ont cité le paragraphe 542.2 de la Discipline, qui stipule que les évêques de chaque Conférence Centrale, en accord avec le Comité Exécutif de la Conférence Centrale, ont le pouvoir de convoquer une session extraordinaire.

Dans ce cas, a déclaré le Conseil Judiciaire, les dates de la Discipline "ne peuvent être appliquées sans perturber la supervision épiscopale de l'Église prévue par la Constitution".

Pour harmoniser les exigences constitutionnelles et disciplinaires et répondre aux besoins de la dénomination, le tribunal de l’église a statué : " Le 1er janvier 2023 sera la date effective : (1) de l'affectation de tous les évêques, des évêques nouvellement élus et des évêques actifs déjà en poste dans les juridictions, et (2) de la retraite obligatoire des évêques dont le soixante-huitième anniversaire aura été atteint au plus tard le 1er juillet 2020."

Cela signifie que la décision ne concerne que les évêques qui prévoyaient de prendre leur retraite en 2020, et non ceux qui ont eu 68 ans après et qui prévoyaient de servir jusqu'en 2024.

Le Mémorandum 1446 poursuit en disant que les conférences juridictionnelles peuvent procéder à leurs activités habituelles d'élection, de consécration, d'affectation et de retrait des évêques, comme le dicte la Discipline.

Habituellement, les conférences juridictionnelles se réunissent pour élire les évêques à la mi-juillet, tous les quatre ans, après la Conférence Générale, l'assemblée législative internationale de la dénomination. Toutefois, la pandémie a entraîné trois reports de la Conférence Générale, initialement prévue pour mai 2020 et désormais programmée pour 2024.

Lorsqu'elle a promulgué les dates des déplacements des évêques, le Conseil Judiciaire a déclaré que "la Conférence Générale n'a ni anticipé ni pris de dispositions pour une pandémie mondiale et des retards continus dans les conférences".

L'année dernière, 11 évêques américains qui avaient initialement reporté leur départ à la retraite après le premier report de la Conférence générale ont démissionné parce qu'ils assumaient de nouvelles fonctions au sein du Conseil des évêques ou qu'ils dépassaient l'âge de la retraite fixé par la dénomination pour les évêques.

Afin de poursuivre la couverture épiscopale, 13 évêques américains ont depuis accepté des missions élargies. Cinq évêques américains qui prévoyaient de prendre leur retraite ont également accepté de rester en poste.

Le Conseil Judiciaire et le Conseil des Évêques conviennent que la situation est insoutenable.

Combien de nouveaux évêques les conférences juridictionnelles peuvent-elles élire ? La Décision 1445 et le Mémorandum 1446 ont tous deux déclaré que la formule et le nombre d'évêques pour chaque juridiction approuvée par la Conférence générale de 2016 sont toujours juridiquement contraignants. Cela signifie que les conférences juridictionnelles auront probablement un total de 16 postes vacants à pourvoir lorsqu'elles se réuniront.

L'Église Méthodiste Unie compte cinq juridictions, chacune englobant plusieurs zones épiscopales dans une région géographique des États-Unis. Comme elles ne concernent que les personnes vivant aux États-Unis, les conférences juridictionnelles sont confrontées à moins d'obstacles logistiques que la Conférence générale, qui attire des délégués de quatre continents et de 16 fuseaux horaires.

Mais comme la Conférence Générale, la moitié des délégués aux conférences juridictionnelles sont des laïcs et l'autre moitié des membres du clergé. La plupart des délégués aux prochaines conférences juridictionnelles ont été élus en 2018 et 2019

Le Conseil Judiciaire a publié le Mémorandum 1446 quelques jours seulement après que le Conseil des évêques ait officiellement fixé la date du 2 au 5 novembre pour les conférences juridictionnelles. Le mémorandum répondait à la demande des évêques de clarifier ce que la décision 1445 du tribunal de l’église signifie pour les retraites et les affectations des évêques.

Le nouveau mémorandum a essentiellement adopté l'argument présenté dans une opinion séparée par Beth Capen, membre du Conseil Judiciaire. Elle a convenu que les conférences juridictionnelles devraient se tenir cette année, mais a exprimé son désaccord sur le fait que les évêques nouvellement élus doivent entrer en fonction le 1er septembre "car cela ne sert à rien dans ces circonstances".

Mme Hahn est rédactrice en Chef Adjointe pour UM News. Vous pouvez la contacter au (615) 742-5470 ou à [email protected]. Pour lire d'autres nouvelles méthodistes, abonnez-vous gratuitement au Daily ou au Friday Digests.

Vous aimez ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières nouvelles confessionnelles, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible des impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.

Le Conseil des Evêques
L’Évêque Cynthia Fierro Harvey de la Conférence de Louisiane, à droite, passe le marteau de la présidence du Conseil des Évêques à son successeur, l’Évêque Thomas J. Bickerton de la Conférence de New York. Le Conseil des Évêques a conclu sa réunion de printemps le 29 avril par le passage du manteau. Les évêques ont pris acte du lancement prévu d’une dénomination dissidente le 1er mai, tout en discutant de la poursuite du ministère de l’Église Méthodiste Unie. Capture d’écran via Zoom du Conseil des évêques, par UM News.

Les Méthodistes Unis sont invités à relancer leur Église

Tout en reconnaissant la naissance d’une dénomination dissidente, Thomas Bickerton, le nouveau président du Conseil des Évêques, a partagé ses espoirs pour une Église Méthodiste Unie revivifiée. Parmi ceux qui partent pour la nouvelle dénomination figure un évêque.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.
Le Conseil des Evêques
Dans le sens des aiguilles d’une montre, de gauche à droite, l’Évêque à la retraite Forrest C. Stith, l’Évêque LaTrelle Easterling, l’Évêque à la retraite Elías Galván, Ashley Boggan Dreff et Erin Hawkins participent à une conversation sur le contexte historique de l’action de l’Église Méthodiste Unie contre le racisme. Ashley Boggan Dreff a souligné que de nombreuses divisions antérieures au sein du Méthodisme avaient pour cause principale la race. Capture d’écran du Conseil des Évêques via Zoom par UM News.

Les évêques sont invités à œuvrer en faveur d’une église « à grande échelle. »

Dans son dernier discours en tant que présidente du Conseil des Évêques, l’Évêque Cynthia Fierro Harvey a appelé à la plus grande unité possible, alors même qu’une nouvelle dénomination prévoit de voir le jour. Les évêques ont également pris connaissance de l’histoire des précédentes séparations dans la dénomination.