Les évêques demandent le report de la Conférence Générale de 2020

Other Manual Translations: English português español

Avec la pandémie de coronavirus qui menace des vies dans le monde entier, les évêques demandent un report de la Conférence générale - la plus haute instance de décision mondiale de l'Église Méthodiste Unie.

La plus haute assemblée législative de l'Eglise est actuellement prévue du 5 au 15 mai à Minneapolis. L'événement est censé attirer 862 délégués, 66 évêques et invités de quatre continents. Toutefois, le coronavirus compromet la possibilité d'organiser un tel rassemblement.

« Nous voulons communiquer au monde entier que les gens sont plus importants que le fait de mettre en œuvre notre travail législatif, » a déclaré l'évêque Kenneth Carter, président du Conseil des évêques et leader de la Conférence de Floride à UM News.

« Je crois que cela pourrait sauver des vies. »

Dans une lettre aux organisateurs de la Conférence Générale, le comité exécutif du Conseil des évêques a déclaré que les restrictions de voyage vers les États-Unis rendaient difficile l'accès à Minneapolis pour les délégués européens, africains et asiatiques.

« Il faut également tenir compte du risque grave résultant des voyages internationaux et du rassemblement d'un très grand nombre de personnes avec la propagation potentielle du virus lorsque nous sommes ensemble, » selon la lettre des évêques.

Les évêques ont envoyé la lettre au Révérend Gary Graves, secrétaire de la Conférence Générale, et à Kim Simpson, présidente de la Commission de la Conférence Générale. La décision de reprogrammer la réunion revient à cette commission, qui planifie la grande réunion.

La commission prévoit de tenir une réunion par téléconférence le 21 mars pour discuter des préoccupations croissantes concernant le coronavirus. 

« Nous prenons au sérieux notre responsabilité de fournir aux délégués un environnement sûr dans lequel ils pourront prendre des décisions importantes affectant la vie et l'avenir de la dénomination et d'assurer la pleine participation de tous les délégués au processus de décision, » a déclaré Kim Simpson, président de la commission, dans un communiqué. « Nous apprécions les conseils du comité exécutif du Conseil des évêques et d'autres personnes qui cherchent à prendre une décision qui soit dans le meilleur intérêt de toutes les parties concernées. » 

L'évêque Thomas Bickerton siège au comité exécutif et représente les évêques à la commission de la Conférence Générale avec voix mais sans droit de vote.

« Nous sommes conscients que la décision finale est entre les mains de la commission, mais en réponse à notre rôle de bergers de l'Église dans le monde, nous avons fortement ressenti le besoin de demander le report de la Conférence Générale en ce moment, » a déclaré Bickerton. Il dirige également la conférence de New York, qui inclut New Rochelle, où une zone de confinement du virus est en vigueur

Au 16 mars, plus de 140 pays et territoires avaient signalé des cas du virus COVID-19. Au total, on compte plus de 179 000 cas et plus de 6 500 décès liés à ce virus.

Les efforts déployés pour réduire la propagation de la maladie ont conduit à des fermetures et des annulations dans le monde entier. Les leaders du monde entier ont interdit les rassemblements publics. Les ligues sportives ont suspendu leurs saisons, les théâtres de Broadway sont dans l'obscurité et les attractions touristiques, de la Tour Eiffel à la Tour de Tokyo, sont fermées. De nombreux pasteurs Méthodistes Unis ont également suspendu les cultes dans leurs églises, certains se tournant plutôt vers les services en ligne. 

Le 15 mars, le CDC, Centre américain de contrôle et de prévention des maladies, a demandé l'annulation des rassemblements de masse de plus de 50 personnes pour les huit prochaines semaines.

Le Minneapolis Convention Center - où la prochaine Conférence Générale est prévue - a annoncé que, sur recommandation du ministère de la santé et du gouverneur du Minnesota, il reporte ou annule les événements jusqu'au 12 avril et pourrait prolonger cette période en fonction de nouvelles orientations en matière de santé. 

Il est important de noter que, pour la Conférence Générale, les restrictions de voyage de l'Europe vers les États-Unis sont entrées en vigueur le 13 mars.

Ces restrictions touchent particulièrement les délégués des conférences centrales - les régions ecclésiastiques d'Afrique, d'Europe et des Philippines. Même les délégués non européens doivent souvent faire une escale dans un aéroport sur ce continent avant d'atterrir aux États-Unis.

L'évêque Rodolfo Alfonso "Rudy" Juan, qui dirige la région de Davao dans le sud des Philippines et fait partie de la commission de la Conférence Générale, a déclaré que les Philippins avaient déjà des difficultés à obtenir des visas pour les États-Unis - probablement être en raison de la décision des Philippines de mettre fin à un accord de défense de longue date avec les États-Unis.

Les Philippins sont également confrontés à des restrictions croissantes en matière de voyage dans leur pays, a déclaré Juan. Manille et d'autres villes du pays sont fermées à cause de la pandémie. « C'est une bonne idée de la reporter, » a-t-il déclaré.

Même si le quorum est atteint à Minneapolis, l'évêque de la région nordique et balte Christian Alsted a déclaré que « l'absence d'un nombre élevé de délégués des conférences centrales créera un déficit démocratique qui sera préjudiciable à la crédibilité de toutes les décisions prises lors de la Conférence Générale. » Selon le droit de l'Eglise, la Conférence Générale ne requiert qu'une majorité des délégués pour avoir un quorum.

Les évêques ont reconnu que toute décision pour retarder cette session intervient à un moment sensible pour l'Eglise.

Cette Conférence Générale devait examiner de multiples propositions pour résoudre le débat de longue date de la dénomination sur l'homosexualité en divisant l'Eglise. Parmi les propositions à l'étude figure le « Protocole de réconciliation et de grâce à travers la séparation, » un accord négocié entre des leaders qui sont généralement dans des camps opposés au débat. Les évêques Carter, Bickerton, Juan et Alsted ont tous signé ce protocole.

La Conférence Générale, qui se réunit généralement tous les quatre ans depuis 1792, est également responsable d'autres décisions cruciales dans la vie de l'Église. Il s'agit notamment de l'élection des membres du Conseil judiciaire, l'équivalent de la Cour suprême de la dénomination, et du vote du budget quadriennal qui finance les ministères à l'échelle de la dénomination.

La planification de la session de 10 jours, qui coûte des millions de dollars, est également une entreprise pluriannuelle qui nécessite la réservation d'un centre de convention, d'un espace hôtelier et de vols pour les délégués.

Dans leur lettre, les évêques ont promis d’accompagner la commission dans le travail de reprogrammation ainsi que ceux qui souffrent de la pandémie.

« Nous devons avant tout être attentifs à la mission, » a déclaré l'évêque Cynthia Harvey, prochaine présidente du Conseil des évêques et leader de la Conférence de Louisiane. Elle a également signé le protocole.

« Beaucoup ont été et seront touchés par ce virus. Ce que je sais des Méthodistes Unis, c'est que nous sommes résistants et que nous savons comment réagir en cas de catastrophe ; peut-être devrions-nous appliquer à la crise actuelle une grande partie de ce que nous avons appris au fil du temps. »

Hahn est une journaliste multimédia pour United Methodist News. Contact Média : [email protected]
Mission
Les étudiants et le personnel pratiquent la distanciation sociale afin de réduire le risque de propagation du coronavirus lorsqu'ils font le rang dans le réfectoire d’Africa University de Mutare, au Zimbabwe. La cafétéria a modifié la disposition des services et des places assises, et l'heure des repas a été portée à trois heures afin que les personnes présentes sur le campus ne soient pas toutes servies en même temps. Photo du Bureau du Développement et des Affaires Publiques d’Africa University.

Africa University passe aux cours en ligne, certains étudiants restent sur le campus

L'université Méthodiste Unie pratique la distanciation sociale pour freiner la propagation du coronavirus.
Mission
Un visiteur de l'hôpital Méthodiste Uni Mercy de Bo, en Sierra Leone, se lave les mains dans une station de lavage avant d'entrer dans l'hôpital le 16 mars. En raison des préoccupations liées aux coronavirus, l'utilisation de stations de lavage des mains, utilisées auparavant dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola, a été renforcée dans les lieux publics, notamment les hôpitaux, les banques et les écoles. Photo de Phileas Jusu, UM News.

Ebola offre des leçons nécessaires pour la lutte contre le coronavirus en Sierra Leone

Bien que la Sierra Leone n'ait pas encore de cas confirmés de coronavirus, le gouvernement, les leaders et les hôpitaux Méthodistes Unis prennent des mesures de précaution tirées de la longue bataille du pays contre Ebola.
L'Eglise
Le Minneapolis Convention Center - qui devait accueillir la Conférence Générale de 2020 - a annoncé qu'il annulait désormais les rassemblements de plus 50 personnes jusqu'au 10 mai. Cette décision intervient alors que les organisateurs de la Conférence Générale envisageaient déjà un report. Photo de Dan Anderson, avec l'aimable autorisation de Meet Minneapolis et du Minneapolis Convention Center.

Les leaders de l’Eglise reportent la Conférence Générale de 2020

Avec l'impact mondial du coronavirus, les organisateurs de la Conférence Générale ont décidé qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de reporter l'assemblée législative de l'Eglise. Le centre qui devait accueillir la conférence a annulé les grands événements pendant les cinq premiers jours de cette importante rencontre.