Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Other Manual Translations: English

Au Zimbabwe, comme dans d’autres pays du monde, la deuxième vague de la COVID-19 continue de perturber l’éducation ; les enseignants, les enfants et les parents étant confinés. Avec un autre confinement imposé par le gouvernement, les familles font des pieds et des mains pour s’adapter à l’apprentissage en ligne.

L’Organisation Mondiale de la Santé a fait état de 35 222 cas confirmés de COVID-19, dont 1 410 décès au Zimbabwe entre Mars 2020 et le 16 Février 2021. Environ 850 personnes sont mortes au cours du seul mois de Janvier.

Le gouvernement zimbabwéen a prolongé le confinement de niveau 4 du pays jusqu’au 5 Mars. Les écoles et les églises restent fermées. Certains élèves ont pu rester à l’école jusqu’à la fin des examens début février.

Le Révérend Munyaradzi Timire, secrétaire à l’éducation de la Conférence Est du Zimbabwe, a exprimé sa reconnaissance qu’aucune école primaire et secondaire Méthodiste Unie n’ait signalé de cas de COVID-19. Cependant, a-t-il dit, la pandémie a eu des effets négatifs sur l’éducation dans tout le pays.

« Le système éducatif va s’effondrer, à moins que le gouvernement ne mette en place une politique nationale forte pour les modalités d’apprentissage alternatives, qui nécessitent un financement massif, » a-t-il déclaré.

Godfrey Chishakwe, directeur de l’école primaire Méthodiste Unie Arnoldine, a affirmé que la COVID-19 avait affecté le développement de la petite enfance plus que les autres classes du primaire.

« La réouverture des écoles primaires s’est faite par étapes, avec une préférence pour la classe d’examen de septième année, » a-t-il déclaré. « Le gouvernement a demandé à tous les directeurs d’école d’échelonner la fréquentation des élèves pour respecter les mesures préventives liées à la COVID-19. Chaque classe devait organiser des cours deux fois par semaine et le ECD seulement une fois par semaine, mais en raison de ressources limitées, ils n’ont pas pu le faire. »

Le taux national de réussite en septième année d’études pour 2020 était de 37,11 %, contre 46,9 % en 2019. L’école primaire Arnoldine ne fait pas exception à la règle, a déclaré Chishakwe. « Nous n’avons pas réussi. »
Luckmore Mondiwa enseigne l’histoire à des élèves portant des masques au lycée de Murewa de l’Église Méthodiste Unie, au Zimbabwe. Les élèves et les enseignants du Zimbabwe ont du mal à apprendre et à enseigner puisque les restrictions de confinement liées à la COVID-19 se poursuivent. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Luckmore Mondiwa enseigne l’histoire à des élèves portant des masques au lycée de Murewa de l’Église Méthodiste Unie, au Zimbabwe. Les élèves et les enseignants du Zimbabwe ont du mal à apprendre et à enseigner puisque les restrictions de confinement liées à la COVID-19 se poursuivent. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Justice Chamunorwa, président du développement de l’école primaire centrale Clare, est père de trois enfants qui fréquentent l’école.

« Certains ont oublié ce qu’on leur a enseigné, » dit-il, « tandis que d’autres ont perdu leur zèle à cause des incertitudes liées à la COVID-19. »  Les familles luttent contre l’insécurité alimentaire, et les parents utilisent les enfants pour faire des travaux autrefois confiés à des travailleurs rémunérés, selon lui.

Misheck Rwizi, directeur du lycée Méthodiste Uni de Nyakatsapa, a déclaré que les absences prolongées de l’école en présentiel avaient affecté les comportements et les attitudes des élèves.

« Les mariages précoces, les grossesses non désirées, la promiscuité et le manque d’intérêt pour l’éducation ont forcé trois filles et quatre garçons à quitter l’école au cours du troisième trimestre de l’année dernière, » a déclaré Rwizi. Certains garçons sont allés travailler dans les mines, où la toxicomanie est souvent répandue.

« Les parents sont devenus cyniques et ne paient pas les frais de scolarité, » a-t-il ajouté. « Nous ne pouvons plus nous permettre de payer les salaires, les factures d’électricité, la nourriture des pensionnaires et la tenue des examens. »

Leona Mukangara, 17 ans, est tombée enceinte mais a décidé de passer ses examens au lycée Méthodiste Uni de Chinyauhwera. « J’ai ravalé ma fierté et je suis retournée à l’école, » affirme-t-elle. Les élèves en classe d’examen ont été autorisés à revenir pour passer leurs examens.

Le directeur Philip Padhuze a déclaré que le lycée Méthodiste Uni de Marange essayait d’adhérer au protocole COVID-19, mais que les ressources limitées compliquaient les choses. Les élèves partageaient auparavant l’équipement scientifique mais ne peuvent plus le faire en raison des directives liées à la COVID-19. Les dortoirs et autres installations accueillent moins d’élèves pour tenir compte de la distanciation sociale requise.

« Le niveau d’éducation a énormément baissé, » affirme Padhuze. « Il sera très difficile de s’en remettre. »

Pour freiner la transmission liée à la COVID-19, la plupart des internats ont réduit les inscriptions pour 2021, selon Padhuze. « Nous avons réduit de 70 élèves nos effectifs habituels qui se situent entre 200 et 210, » a-t-il dit. 

Sydney Mapisaunga, directeur du lycée Méthodiste Uni de Murewa, a reconnu que la pandémie obligeait à changer de priorité, mais il a noté quelques résultats inattendus et prometteurs.

« L’école a eu amplement le temps de rénover deux maisons d’enseignants, et un bureau d’administration à la pointe de la technologie est maintenant disponible, » a-t-il dit.

« Nous avons réussi à élaborer un programme scolaire en ligne qui a été approuvé et mis en œuvre en Février dernier », a poursuivi Mapisaunga. « L’école a désormais amélioré la connexion Internet et acheté six ordinateurs portables pour faciliter la vidéoconférence du personnel de l’administration. »

La santé et l’hygiène personnelles se sont également améliorées. « De façon novatrice et créative, nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour notre école de 1 250 élèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a-t-il déclaré.

« Comme le veut notre Église, » dit Mapisaunga, « nous avons payé notre prélèvement de 15 % à la conférence. »

Toutefois, a-t-il admis, l’instruction en présentiel a été interrompue, le programme n’a pas été achevé et les disciplines pratiques ont été négligées.

« Les projets qui devaient durer un an ont été accélérés pour se terminer en quelques mois, » a déclaré Mapisaunga. Les sports, les clubs et autres activités parascolaires ont été interrompus.

Unice Jakaza, 18 ans, élève à l’école secondaire Méthodiste Unie de Nyamacheni, s’est dite attristée par le fait que 27 filles et 23 garçons avaient abandonné l’école en raison de la migration urbaine vers les foyers de parents, des mariages précoces et de l’extraction de l’or.

« En quatrième année, nous rédigeons des examens comme une formalité parce que nous n’étions pas entièrement préparés. La motivation et l’enthousiasme pour la scolarisation ont été perdus, » a-t-elle dit.

Le Révérend Maxwell Mugari, directeur du lycée de Dendera, a déclaré que les frais de scolarité et les ventes uniformes soutenaient le développement de l’école, le salaire du personnel et l’église.

« Maintenant que tous les élèves ne viennent pas à l’école, les parents ont cessé de payer des frais de scolarité, et ceci a paralysé l’école et l’église. Le bien-être des pasteurs en poste dans les écoles missionnaires a été gravement affecté, » soutient Mugari.

George Miti, doyen des étudiants et directeur du développement et des affaires publiques à Africa University, a déclaré que de nombreux étudiants et parents avaient dû relever des défis pour convertir leurs maisons en un environnement d’apprentissage, notant que le coût des données internet s’ajoutait aux pressions.

Toutefois, a-t-il dit, les points négatifs ont donné lieu à certains points positifs.

« La pandémie a poussé les forces qui étaient généralement contre l’éducation en ligne à l’adopter et à découvrir les nombreuses possibilités qu’elle offre. De l’équipement essentiel a été acheté et/ou mis à niveau. Cela a rapproché la communauté universitaire, » a dit Miti.

Juliet Sithole, étudiante de troisième année à Africa University est du même avis.

« En tant qu’étudiants, nous nous sommes déjà adaptés et sommes devenus numériquement indépendants. Nous ne comptons plus beaucoup sur les chargés de cours, mais plutôt sur le travail par nous-mêmes avec moins de supervision, » affirme Sithole.

James Salley, vice-chancelier associé de Africa University pour le développement institutionnel, a déclaré que la pandémie avait rendu difficiles les activités quotidiennes dans cette Université.

« Notre budget a été étendu au-delà des limites pour mettre en place l’apprentissage virtuel et pour garder sur le campus 300 étudiants qui n’ont pas pu rentrer chez eux à cause du confinement. Il a été difficile d’assurer le fonctionnement. »

Pourtant, a-t-il ajouté, la ferme de Africa University a fourni de la nourriture pour la cantine et les chercheurs de l’université ont inventé et breveté un désinfectant pour les mains et un masque PPE.

« Au milieu de tout ce qui se passe, dit-il, Dieu continue de nous bénir. »

Chingwe est une communicatrice pour la Conférence de l’Est du Zimbabwe. Contact Médias : [email protected]
La Conférence Générale
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Des efforts visent à mettre fin aux retards de la Conférence Générale

Les organisateurs de la plus importante Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie cherchent à résoudre les principaux problèmes qui les ont amenés à reporter une troisième fois la Conférence Générale. Ces problèmes sont les visas et la logistique.
Assistance Humanitaire
Kibambe Kazadi Gracia, étudiante à l'école secondaire Mulungwishi, se tient devant le dortoir des filles où une partie du toit a été emportée par le vent à la Mission Mulungwishi, une Mission Méthodiste Unie dans la Région Épiscopale du Sud-Congo/Zambie. Photo par John Kaumba, UM News.

Une tempête détruit une partie de la mission de l’église au Congo

Fondée en 1913 par l'Évêque John Springer, la Mission Méthodiste Unie abrite une école pour femmes, une clinique médicale, des écoles primaires et secondaires, et l'Université Méthodiste du Katanga.
Théologie
Un groupe représentatif des étudiants qui ont obtenu leur diplôme le 26 février à l’Université Méthodiste Unie de Sierra Leone. Au centre se trouve la Révérende Katie Meek, registraire adjointe de cette université. Cette école a été fondée par feu l’évêque John K. Yambasu de la région de Sierra Leone, décédé en 2020. Photo de Phileas Jusu, UM News.

L’université de Sierra Leone célèbre ses premiers diplômés

L’Université méthodiste unie de Sierra Leone, fondée par feu l'évêque John K. Yambasu, a decerné des diplômes à sa première promotion de 32 étudiants le 26 février. Les intervenants à la cérémonie ont rappelé le zeste et la passion de Yambasu, qui a travaillé d’arrache-pied pour réaliser ce rêve.