Les hôpitaux Méthodistes Unis se préparent à lutter contre le coronavirus

Other Manual Translations: English

Les hôpitaux Méthodistes Unis d'Afrique et des Philippines s'empressent de préparer leurs installations afin d’identifier et traiter les patients atteints de COVID-19.  

Alors que la plupart des centres de santé Méthodistes Unis en Afrique n'ont pas encore reçu de patients atteints du coronavirus, les préparatifs sont en cours pour éventuellement traiter ces cas, même si la plupart manque de respirateurs et d'autres équipements essentiels. L'Organisation Mondiale de la Santé rapporte qu'il y a moins de 2 000 respirateurs en état de marche sur le continent, et que dix pays n'en ont aucun, selon le New York Times.

Il y a eu plus de 22 000 cas confirmés de coronavirus en Afrique et plus de 1 000 décès, selon les données des Centres africains de Contrôle et de Prévention des Maladies.

Zimbabwe : les hôpitaux sont en quête de respirateurs

A l’Hôpital de la Mission d'Old Mutare, au Zimbabwe, l'administratrice Monica Nzarayebani a déclaré que des salles d'isolement possibles pour les cas de COVID-19 étaient en train d’être apprêtées. Il y a eu 25 cas confirmés dans le pays et trois décès.

« Nous avons identifié quatre pièces dans le bâtiment qui étaient auparavant utilisées comme abri pour les femmes enceintes, qui doivent être rénovées et meublées pour accueillir les patients atteints de coronavirus, » a-t-elle déclaré, ajoutant que l'hôpital avait besoin d'une tente où le dépistage et les tests pouvaient être effectués. 

Africa University produit du désinfectant pour les mains

Alors que les hôpitaux se préparent à lutter contre l'épidémie de coronavirus, Africa University s'est associée à Old Mutual Zimbabwe, une société de services financiers, pour produire un désinfectant pour les mains, essentiel pour réduire les infections à COVID-19.

Dans le cadre de l'initiative des Entreprises du Zimbabwe qui luttent contre le COVID-19, Old Mutual a fourni environ 10 000 dollars à Africa University pour qu'elle produise des désinfectants pour les mains à un prix abordable.

« En tant qu'Université, nous pensons qu'arrêter une infection aujourd'hui permettra d'éviter plusieurs autres infections à l'avenir. Cette subvention arrive donc à un moment important où Africa University intensifie ses efforts pour développer des produits qui aident à prévenir la propagation du COVID-19, » a déclaré Munashe Furusa, Vice-chancelier de Africa University.

« Ce don soutiendra la production en masse de désinfectants pour les mains par les équipes de recherche de Africa University, » a-t-il déclaré.

La production a commencé le 13 avril et l'Université produit 500 litres par jour dans des bouteilles de 50, 100 et 500 millilitres.

ARTICLE LIÉ : Africa University passe aux cours en ligne 
Les cas critiques seront référés à l'Unité de Réponse Rapide du district gouvernemental, car l'hôpital ne dispose pas d'équipement pour traiter les patients gravement malades qui pourraient avoir besoin de respirateurs, a-t-elle dit. 

Nzarayebani a indiqué que l'hôpital, qui est adjacent à Africa University, a dressé un inventaire et identifié les besoins immédiats tels que du personnel supplémentaire pour la nouvelle Unité d'isolement et des équipements comprenant huit respirateurs, des thermomètres infrarouges, des réservoirs d'oxygène et des équipements de protection individuelle.

« Nous n'avons pas eu de cas de COVID-19 à Old Mutare, mais certains patients ont paniqué lorsqu’ils présentaient des problèmes respiratoires, dont nous avons découvert plus tard qu'il ne s'agissait pas du coronavirus, » a-t-elle déclaré. « (L'hôpital) est à haut risque en raison du statut socio-économique des personnes dans la zone de desserte. La majorité de la population est issue des fermes environnantes et est nomade. » 

L'administrateur Gashirai Chikonyora a déclaré que l'Hôpital de la Mission Méthodiste Unie de Nyadire avait identifié une zone d'isolement et mènait une campagne de sensibilisation pour le personnel et la communauté.

« Comme Old Mutare, cet hôpital n'a pas de respirateurs et référera les patients gravement malades, » a expliqué Chikonyora.

L'Hôpital de la Mission de Mutambara a identifié deux Unités d'isolement et le personnel a reçu une formation dispensée par l'infirmière en charge du contrôle des infections de cet établissement. Cependant, l'hôpital ne dispose pas de respirateurs, de kits de test ou d'équipements de protection individuelle.

« Nous n'avons eu aucun cas de COVID-19, mais si nous avons des cas critiques, nous les référerons à l'Hôpital des Maladies Infectieuses de Mutare, » a déclaré Nhamo Mirato, infirmière en charge des admissions.

Les défis auxquels sont confrontés les hôpitaux confessionnels sont similaires sur tout le continent africain.

Kenya : L’hôpital réfère les patients dans un centre à plus de 150 kilomètres

 « Au Kenya, notre plus grand défi actuellement est d'acquérir les respirateurs dont nous avons désespérément besoin. Le dispensaire Méthodiste Trinity ne dispose pas de respirateurs. Nous n'avons pas non plus d'équipement de protection individuelle, » a déclaré le Révérend Josam Kariuki, Surintendant du district central.

« Nous avons suffisamment de chambres qui peuvent être converties en unités de soins intensifs. En ce moment, nous envoyons les patients dans les installations du gouvernement ... à 153 kilomètres d’ici, » a déclaré Kariuki.

Le manque de respirateurs et d'équipements de protection individuelle est un souci majeur pour le Centre Médical Méthodiste de Kopanga, qui dessert une population de plus de 10 000 personnes.

Alice Wasilwa, infirmière et responsable de la clinique de ce centre kenyan situé près de la frontière avec la Tanzanie, a déclaré que le centre dessert une population de plus de 10 000 personnes.

« Nous sommes à court de masques et de désinfectants en raison du grand nombre de patients venant de l'autre côté de la frontière tanzanienne, » soutient-elle. « Pour les agents de santé en première ligne dans la lutte contre la pandémie du COVID-19, le travail est soudainement devenu effrayant. L'une de nos infirmières nous a quittés en évoquant les risques possibles de contracter le coronavirus. » 

Il y a eu 281 cas confirmés de coronavirus et 14 décès au Kenya et 170 cas et sept décès en Tanzanie.

La Clinique Méthodiste Unie de Moheto au Kenya a sensibilisé les habitants du comté de Migori sur l'hygiène personnelle. « Outre les médicaments et les kits de test pour le COVID-19, ma communauté a besoin de nourriture, » a déclaré le Révérend Kennedy Mwita, pasteur principal de l'église Méthodiste Unie de Moheto. « La plupart des villageois sont de petits commerçants qui sont soumis à une quarantaine obligatoire ; ce qui a affecté leurs revenus quotidiens. » 

Le révérend Wilton T. Odongo, secrétaire de la conférence de la Région épiscopale d'Afrique de l'Est et surintendant du district de Nairobi, a déclaré qu'il était de la responsabilité de l'Eglise d’assister les personnes vulnérables. « Chaque besoin dans le monde est une porte ouverte pour partager l'amour de Dieu. C'est pourquoi, en tant que famille ecclésiale, nous répondons à la crise du COVID-19, non pas en paniquant ou en nous cachant par peur, mais en servant les personnes les plus vulnérables, » a-t-il déclaré. 

Côte d’Ivoire : L’hôpital prend des dispositions

En Côte d'Ivoire, l'Hôpital Méthodiste Uni de Dabou prend des mesures pour accueillir les patients infectés, malgré le manque d'équipement pour les soigner.

Le pays compte 847 cas confirmés et neuf décès. Abidjan, la capitale, qui compte 93 % de ces cas, a été mise en quarantaine par rapport aux autres villes du pays. 
Le Dr Daniel Ahui a déclaré qu'il craignait que si rien n'était fait pour se préparer au coronavirus, l’Hôpital Méthodiste Uni de Dabou, en Côte d'Ivoire, pourrait refuser les personnes atteintes de COVID-19. Photo de Isaac Broune, UM News.
Le Dr Daniel Ahui a déclaré qu'il craignait que si rien n'était fait pour se préparer au coronavirus, l’Hôpital Méthodiste Uni de Dabou, en Côte d'Ivoire, pourrait refuser les personnes atteintes de COVID-19. Photo de Isaac Broune, UM News.
Dabou n'a encore aucun cas confirmé de coronavirus. Cependant, le personnel de l'Hôpital Méthodiste Uni n'exclut pas cette possibilité en raison de la proximité de Dabou avec Abidjan (environ 40 kilomètres) et du grand nombre de travailleurs et de voyageurs qui font la navette entre les deux villes chaque jour.

« Nous nous préparons d'une manière ou d'une autre à faire face à cette pandémie, » déclare le Dr Daniel Ahui, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et directeur de cet hôpital.

Les mesures préventives comprennent des stations de lavage des mains dans tous les couloirs de l'hôpital, la distribution de masques et de gants à tout le personnel, le maintien des distances sociales et la formation du personnel.

Deux fois par semaine, Ahui réunit le personnel de chaque service pendant une heure afin de les préparer à traiter les cas suspects ou confirmés.

« Si les pays développés, avec leurs plates-formes techniques, n'ont pas été épargnés par la crise sanitaire, qu'adviendra-t-il de nos pays sous-développés ? Notre salut ne peut venir que de la prévention, » a-t-il déclaré.

L'hôpital a demandé une subvention de solidarité de 10 000 dollars auprès de Global Ministries pour étendre la formation aux leaders religieux et communautaires.

En tant qu'hôpital de référence, l'Hôpital Méthodiste Uni de Dabou a été choisi pour collaborer avec l'hôpital général de la ville afin de recevoir les cas confirmés.

« Nous avons identifié une chambre qui peut accueillir deux ou trois lits pour les cas d'isolement, » a déclaré Ahui. Cependant, cette chambre doit encore être préparée et équipée. 

Même si cet hôpital de 120 lits dispose de l'infrastructure nécessaire, Ahui soutient qu'il regrette le manque d'équipement. « Nous ne sommes pas prêts... Si nous ne sommes pas équipés, nous ne serons pas en mesure de fournir des soins. Nous serons dans l’obligation d’évacuer les malades, » a-t-il déclaré.

RDC : Le manque d’équipement est un souci majeur

En République démocratique du Congo, où il y a eu plus de 300 cas confirmés de coronavirus et 25 décès, les installations médicales Méthodistes Unies se préparent à lutter contre la pandémie. La plupart manquent de respirateurs, de thermomètres sans contact et d'autres matériels nécessaires à la gestion des cas de coronavirus.

« Actuellement, nous nous préoccupons de former le personnel infirmier de nos établissements de santé afin qu'il sache être prudent face aux cas possibles, » a déclaré Gabriel Dikete, coordinateur du département de la santé. « La crise du coronavirus pourrait être difficile à contrôler en RDC étant donné sa démographie ... Les hôpitaux publics pourraient être débordés et les personnes infectées auraient alors recours à nos hôpitaux pour se faire soigner, » a-t-il dit.

Dans la région épiscopale de l'Est du Congo, le Dr Damas Lushima, coordinateur de santé de l'Eglise, a déclaré que certains hôpitaux Méthodistes Unis utilisaient du matériel obtenu pour lutter contre l'actuelle épidémie d'Ebola pour combattre le COVID-19. Quelques jours avant que l'OMS ne déclare la fin de la deuxième épidémie d'Ebola la plus meurtrière de l'histoire, cinq nouveaux cas avaient été signalés.

Lango W. Toe, directrice de santé de l'Église Méthodiste Unie du Libéria, fait une démonstration de lavage des mains dans l'une des stations installées dans les rues de Sinkor, au Libéria. Photo de E Julu Swen, UM News.
Lango W. Toe, directrice de santé de l'Église Méthodiste Unie du Libéria, fait une démonstration de lavage des mains dans l'une des stations installées dans les rues de Sinkor, au Libéria. Photo de E Julu Swen, UM News.
Libéria : L’hôpital s’inspire de la lutte contre Ebola

Au Liberia, les établissements de santé Méthodistes Unis utilisent leur expérience de la lutte contre le virus Ebola pour se préparer à combattre le coronavirus. Il y a eu 91 cas confirmés de COVID-19 dans le pays et huit décès.

« À l'hôpital Méthodiste Uni de Ganta, le bâtiment d'isolement utilisé pendant la crise d'Ebola est maintenant prêt à traiter n'importe quel cas de coronavirus, » a déclaré Lango W. Toe, directeur de santé de l'Eglise au Liberia.

Elle a ajouté que Global Ministries fournit 10 000 dollars à l'Eglise pour mettre en place des mesures de prévention et de contrôle dans toutes les installations sanitaires de l'Eglise.

« Nous avons reçu un mandat spécifique de Global Ministries concernant le type de matériel à utiliser pour la formation de notre personnel dans les communautés où se trouvent les installations sanitaires de l'Eglise, » a-t-elle déclaré. 

A part Ganta, les hôpitaux de l'Eglise ne disposent pas de respirateurs. « Si nous avons un cas qui nécessite l'utilisation d'un respirateur, il sera référé à d'autres hôpitaux, » a déclaré Toe. 

Sierra Leone : Le personnel conduit la sensibilisation

Avec 43 cas confirmés de COVID-19 maintenant enregistrés en Sierra Leone, les établissements de santé Méthodistes Unis ont renforcé les pratiques de prévention et de contrôle des infections.

L’Hôpital Ophtalmologique Ruth and Lowell Gess a suspendu son programme mensuel de sensibilisation de la communauté et toutes ses opérations ophtalmologiques, sauf les opérations d'urgence. L'hôpital a également mis en place une zone de triage pour vérifier les signes vitaux des patients avant qu'ils n'entrent dans l'établissement.

« Nous avons également réduit de manière drastique le nombre de patients que nous recevons pour la journée à 50 et nous nous assurons qu'ils ne sont pas regroupés. ... Pour ceux qui effectuent des examens ophtalmologiques, qui nécessitent un contact étroit, ils portent des écrans spéciaux pour que, en cas de toux du patient, l'infirmière ou le médecin soit protégé, » a déclaré Ibrahim Conteh.

L'Association chrétienne de santé de Sierra Leone, un organisme qui chapeaute les centres de santé chrétiens dans tout le pays, a fourni du matériel, y compris des équipements de protection personnelle, à tous les centres de santé Méthodistes Unis, a déclaré Catherine Norman, coordinatrice de santé de la Conférence de Sierra Leone. Le conseil de santé forme également le personnel. 

L'hôpital Méthodiste Uni Mercy de Bo - qui a traité les patients atteints d'Ebola et a connu des périodes de confinement lors de l'épidémie de 2014-16 en Afrique de l'Ouest - a mis en place une zone de triage, des stations de lavage des mains autour de l'établissement et a équipé le personnel d'équipements de protection individuelle.
 
« Nous avons augmenté notre surveillance au service de consultation externe. Parfois, les patients ne révèlent pas leur état de santé au triage, alors nous surveillons pour voir s'ils manifestent des symptômes d'infections respiratoires, » a déclaré Hawa Augusta Kpanabom, infirmière en chef.

Le personnel a également réalisé une vidéo de sensibilisation de neuf minutes sur le coronavirus, en anglais et dans les langues locales, qui est en circulation sur les médias sociaux. 

À l'Hôpital Méthodiste Uni de Kissy, la circulation des visiteurs a été restreinte et une zone de triage qui avait été fermée après la résurgence du virus Ebola a été réactivée.
L’Hôpital Méthodiste Uni Kissy de Freetown, en Sierra Leone, organise une formation COVID-19 axée sur l'identification et la prise en charge des patients atteints du coronavirus. Photo avec l'aimable autorisation de Catherine Norman.
L’Hôpital Méthodiste Uni Kissy de Freetown, en Sierra Leone, organise une formation COVID-19 axée sur l'identification et la prise en charge des patients atteints du coronavirus. Photo avec l'aimable autorisation de Catherine Norman.
Philippines : La spiritualité est au cœur du traitement

Aux Philippines, l'Hôpital Mary Johnston de Manille et l'Hôpital Universitaire Wesleyan à Cabanatuan City sont ancrés dans la spiritualité wesleyenne pour le traitement des patients atteints de COVID-19. Les Philippines comptent aujourd'hui plus de 6 500 cas et 436 décès.

Le Dr Glenn Roy V. Paraso, directeur exécutif de Mary Johnston, a déclaré que bien que l'hôpital ait été surpris par l'épidémie, il a réussi à rattraper son retard. 

« Une partie de l'approche globale de notre préparation consiste à l'envisager selon une approche systémique d'une stratégie d'action à quatre quadrants de santé qui intègre la capacité, l'information, le financement de la santé et la durabilité, » a-t-il déclaré. « Nous examinons les procédures scientifiques fondées sur des preuves afin de garantir des normes et des procédures de sécurité tant pour le personnel que pour les clients partenaires. Elles doivent être centrées sur le patient - en garantissant sa sécurité et la justesse du traitement et du diagnostic, mais aussi en appliquant un traitement spirituel empreint de prières et d'empathie dans l’administration de médicaments. » 

Paraso a déclaré que 180 des 300 membres du personnel se consacraient au traitement des cas de coronavirus et étaient formés selon les protocoles du COVID-19. L'hôpital dispose de 12 respirateurs et de quatre autres dédiés aux patients atteints de coronavirus, a-t-il dit. 
Les agents en première ligne de l'Hôpital Méthodiste Uni Mary Johnston de Manille, aux Philippines, placent la foi au-dessus de la peur quand ils se préparent à un nouveau quart de travail pour traiter les patients atteints du COVID-19, a déclaré le Dr Glenn Roy V. Paraso (en rouge). L'hôpital dispose de six tentes de COVID-19 installées sur le parking de l'hôpital. Photo avec l'aimable autorisation du Dr Glenn Roy V. Paraso.
Les agents en première ligne de l'Hôpital Méthodiste Uni Mary Johnston de Manille, aux Philippines, placent la foi au-dessus de la peur quand ils se préparent à un nouveau quart de travail pour traiter les patients atteints du COVID-19, a déclaré le Dr Glenn Roy V. Paraso (en rouge). L'hôpital dispose de six tentes de COVID-19 installées sur le parking de l'hôpital. Photo avec l'aimable autorisation du Dr Glenn Roy V. Paraso.
Le juge à la retraite Benjamin D. Turgano, président et directeur général de l'hôpital Universitaire Wesleyan, a déclaré que l'épidémie avait présenté un défi d'une ampleur sans précédent, mais que l'établissement continuerait à diriger avec compassion.

« La force de notre hôpital ne réside pas dans nos installations physiques ou nos équipements. Elle réside dans le niveau soutenu de soins hospitaliers empreints de compassion que nous continuons de prodiguer à nos patients. »
 
Turgano a déclaré que Wesleyan disposait de quatre respirateurs mécaniques et de huit moniteurs cardiaques et pouvait accueillir 29 patients atteints de COVID-19 en phase initiale.

« L'hôpital Universitaire Wesleyan diagnostique et évalue soigneusement les patients dans la zone de triage pour identifier correctement les patients atteints ou non du COVID-19, » a-t-il dit.

« Au départ, il n'y avait pas de masques, d'écrans faciaux et d'équipements de protection individuelle. Les employés de notre hôpital ont été suffisamment créatifs pour innover et faire leurs propres choix. »

Paraso a déclaré que l’Hôpital Mary Johnston est reconnaissant envers ses partenaires, notamment le Global Ministries, qui lui a fourni des équipements de protection indispensables.

Il a ajouté que l'hôpital restait concentré sur la guérison de l'esprit, du corps et de l'âme.

« La guérison devient un élément central, car le personnel et les patients sont guéris par le Médecin par excellence lui-même, apportant l'espoir au milieu de tout ce désespoir, sa sagesse et ses connaissances pour aider à gérer et à traiter nos patients, » a-t-il dit. 

Chikwanah est une communicatrice de la Conférence du Zimbabwe Est. Les communicateurs E Julu Swen au Liberia, Isaac Broune en Côte d'Ivoire, Chadrack Tambwe Londe au Congo, Gladys P. Mangiduyos aux Philippines, Gad Maiga au Kenya et Phileas Jusu en Sierra Leone ont contribué à ce reportage.
Contact Média : [email protected] 

L'Eglise
John Yambasu Jr. (à gauche) et d’autres personnes en deuil portent le cercueil contenant la dépouille de l’Evêque John K. Yambasu de la Région Episcopale de la Sierra Leone, qui a été enterré le 6 septembre après un culte du souvenir et de rites de passage à Freetown. L'évêque est décédé dans un accident de la circulation le 16 août. Photo de Phileas Jusu, UM News.

Le conducteur dans l’accident qui a tué l’Evêque Yambasu a été arrêté

Le conducteur de la SUV qui a percuté et tué l’évêque John K. Yambasu, de la Région épiscopale de la Sierra Leone, a été accusé de sept chefs d'accusation, dont l'excès de vitesse.
Mission
Les personnels du Centre, Denise Mondji et Hélène Okito lors de la sortie du Centre de trois enfants après leur traitement. Plus de 654 enfants ont été pris en charge dans le centre de traitement nutritionelle de Diengenga construit grâce au financement de Global Health de l’église méthodiste unie. Photo par François Omanyondo.

L’église construit un Centre de prise en charge des enfants malnutris au Congo

Après avoir soutenu les communautés locales dans l’agriculture et l’élevage en 2019, l’église méthodiste unie a financé la construction d’un centre de réhabilitation nutritionnelle dans la région du Kasaï pour assurer la prise en charge permanente des enfants souffrants de malnutrition. Une rébellion de près de quatre ans dans la région a plongé plus de 3 millions de personne dans l’insécurité alimentaire, selon une enquête du Programme Alimentaire Mondiale en 2018.
Mission
Le Révérend Félicien Katambwe Luedi, Pasteur Associé de l’église locale Centrale à Kananga pendant le culte avec des familles réunies dans la cour de l'église se trouvant au quartier plateau dans la commune de Kananga. Photo de Serge Mukendi, UMNS.

Les pasteurs de la RDC maintiennent la foi des fidèles grâce aux visites à domicile

Malgré la fermeture des temples, les pasteurs Méthodistes Unis permettent aux fidèles de maintenir la foi en Jésus-Christ.