Le président du Conseil des Évêques appelle à mettre fin aux mensonges et à se tourner vers l’avenir

Translate Page
Au cours de sa première adresse épiscopale en tant que président du Conseil des évêques, l’évêque Thomas J. Bickerton a exhorté les Méthodistes Unis à commencer à pivoter vers ce qu’ils espèrent que l’Église Méthodiste Unie sera à l’avenir. Cette adresse a été diffusée en direct le jour de l’ouverture de la réunion virtuelle du Conseil des évêques, qui se réunira à nouveau en session ouverte le 26 août. Image d’écran offerte par le Conseil des évêques via Zoom par UM News. 
Au cours de sa première adresse épiscopale en tant que président du Conseil des évêques, l’évêque Thomas J. Bickerton a exhorté les Méthodistes Unis à commencer à pivoter vers ce qu’ils espèrent que l’Église Méthodiste Unie sera à l’avenir. Cette adresse a été diffusée en direct le jour de l’ouverture de la réunion virtuelle du Conseil des évêques, qui se réunira à nouveau en session ouverte le 26 août. Image d’écran offerte par le Conseil des évêques via Zoom par UM News.

Points clés :

  • Le président du Conseil des évêques, Thomas J. Bickerton, a ouvert la réunion des évêques cette semaine en s’attaquant à ce qu’il a appelé les faussetés concernant l’Église Méthodiste Unie.
  • Alors même que la dénomination est confrontée à un schisme, Bickerton a exhorté les Méthodistes Unis à commencer à se tourner vers ce qu’ils espèrent que l’Église Méthodiste Unie sera à l’avenir.
  • Une partie de cet avenir, ont clairement indiqué les évêques, implique de s’attaquer aux péchés du racisme et du colonialisme.

En plein été de mécontentement au sein de la dénomination, le président du Conseil des évêques, Thomas J. Bickerton, a appelé ses collègues évêques et les membres de l’Église à commencer à orienter l’Église Méthodiste Unie vers un avenir plein d’espérance.

Bickerton a également décrié ce qu’il a appelé « un barrage constant de rhétorique négative qui est remplie de faussetés et d’inexactitudes » provenant des partisans d’une dénomination de tendance théologique conservatrice qui a été lancée en mai.

Il a notamment contesté les affirmations selon lesquelles les leaders Méthodistes Unis abandonnaient les normes doctrinales de la dénomination dans les Articles de religion, qu’ils n’approuvaient pas la primauté de la Bible et qu’ils ne croyaient pas que Jésus-Christ soit le Fils de Dieu. 

Bien que l’Église Méthodiste Unie maintienne les enseignements chrétiens fondamentaux et ses racines historiques dans la théologie wesleyenne, Bickerton a déclaré qu’il s’attendait à ce que les Méthodistes Unis apportent des changements. Ces changements comprennent le regain d’un esprit d’évangélisation, la mise en pratique de la théologie de la mission de l’Église et la lutte contre le péché du racisme. 

« Il est temps, dans notre rôle de leaders, d’entamer une conversation sur ce que nous voulons et rêvons en tant qu’Église pour aller de l’avant, » a déclaré Bickerton le 22 août dans son premier discours officiel en tant que président des évêques. « Que voyons-nous comme étant la prochaine expression du Méthodisme ? Quel type d’Église envisageons-nous dans l’Église Méthodiste Unie actuelle ? »

Bickerton dirige également la Conférence de New York. Cette adresse est archivée sur la page Facebook du Conseil des évêques.

Le Conseil des évêques se réunit cette semaine pour discuter des différents défis auxquels la dénomination est confrontée et pour commencer à planifier son avenir. La prochaine session ouverte sera sur la page Facebook du Conseil des évêques à 9 heures, heure de l’est des États-Unis, le 26 août. 

Les évêques se réunissent à un moment où un certain nombre de congrégations et de responsables d’église tentent de discerner s’ils veulent continuer à faire partie de l’Église Méthodiste Unie.

Après des décennies de désaccords croissants sur le statut des personnes LGBTQ dans l’Église, la Conférence Générale — l’organe législatif suprême de la dénomination — devait voter sur un plan de séparation de la dénomination en mai 2020. 

Mais après que des complications liées à la COVID ont repoussé une troisième fois la Conférence Générale jusqu’en 2024, les organisateurs ont pris le devant et lancé l’Église Méthodiste Globale, de tendance théologique conservatrice, le 1er mai.

Depuis lors, ceux qui ont travaillé à la formation de cette dénomination ont essayé de recruter autant de Méthodistes Unis que possible dans le nouveau giron. Parmi ces recruteurs figure la Wesleyan Covenant Association, un groupe de pression non officiel qui a annoncé en mai qu’il resterait sur place pour aider les congrégations qui souhaitent quitter l’Église Méthodiste Unie.

Les désaffiliations d’églises sont également en augmentation, bien que toutes les églises qui se désaffilient de l’Église Méthodiste Unie ne choisissent pas de rejoindre l’Église Méthodiste Globale. 

Mais dans le cadre de leur recrutement, certains partisans de la nouvelle dénomination ont accusé les évêques et autres leaders de l’Église Méthodiste Unie de ne pas respecter les doctrines chrétiennes fondamentales telles que la naissance virginale, la divinité de Jésus-Christ, la résurrection de Jésus-Christ ou le salut par le Christ seul. 

Ces accusations ont suscité des questions répétées à Ask The UMC, un ministère de United Methodist Communications qui répond aux questions sur les enseignements de l’Église. Ask The UMC a répondu que toutes ces positions faisaient partie intégrante des normes doctrinales de la dénomination et n’étaient pas sur le point de changer

Dans le même temps, certains demandent à l’Église Méthodiste Unie de conclure un accord de courtoisie avec la nouvelle dénomination afin de faciliter les transitions vers l’Église Méthodiste Globale.

Bickerton a reconnu que l’Église Méthodiste Unie et ses prédécesseurs avaient une longue histoire de relations œcuméniques avec des dénominations chrétiennes qui ont pris diverses positions sur l’homosexualité. Cependant, Bickerton a déclaré que ces relations « dépendent entièrement de la reconnaissance par chaque partie de la valeur inhérente et donnée par Dieu de l’autre. »

« Nous ne serions jamais entrés en relation avec un groupe qui voulait notre reconnaissance, mais ne pouvait que nous critiquer en retour, » a-t-il ajouté. « Ce n’est pas ainsi que nous, en tant que chrétiens, faisons notre travail. »

Au cours des deux dernières semaines, Jay Therrell, président de la Wesleyan Covenant Association, a exhorté les membres du groupe à prendre des mesures plus directes contre l’Église Méthodiste Unie. 

Il a exhorté les membres à bloquer ou à retenir les contributions — parts de dons qui soutiennent le ministère au-delà de l’église locale — des conférences annuelles qui, selon lui, rendent trop difficile la désaffiliation des églises. 

Therrell a également appelé ses membres à déposer des plaintes contre les évêques et autres responsables de conférences qui, selon eux, ne respectent pas les interdictions de la dénomination concernant les mariages entre personnes de même sexe et les membres du clergé homosexuel qui se déclarent « pratiquants ». Un certain nombre d’évêques ont accepté de mettre en suspens les plaintes liées à l’homosexualité en attendant que la transition de la dénomination se fasse. 

Dans son adresse épiscopale, Bickerton a exprimé sa gratitude envers le clergé et les laïcs qui continuent de verser leurs contributions. 

Il a aussi explicitement interpellé l’Église Méthodiste Globale et la Wesleyan Covenant Association.

« Je demande aux membres du GMC et de la WCA de mettre fin à cette rhétorique négative d’accusations et de déclarations qui ne sont tout simplement pas vraies, » a déclaré Bickerton. « Cela nuit à notre témoignage public en tant que chrétiens et ne fait pas grand-chose pour inviter les gens dans l’histoire pleine d’espérance de l’amour de Dieu. »

Après le discours de Bickerton, Therrell a partagé avec UM News et d’autres qu’il ne connaissait « personne, à quelque niveau de direction que ce soit, dans la Wesleyan Covenant Association ou dans l’Église Méthodiste Globale, qui a dit que les normes doctrinales de l’Église Méthodiste Unie ont changé ou vont changer. »

Bickerton a appelé les Méthodistes Unis à ne pas rendre « œil pour œil », mais à répandre la sainteté scripturale à travers le pays et à inviter « un monde brisé à la possibilité de faire partie d’une histoire qui changera leur vie. »

Selon lui et d’autres évêques, une partie de la guérison d’un monde brisé exige que l’Église Méthodiste Unie s’attaque aux péchés du racisme et du colonialisme.

Au cours de la réunion, les évêques ont voté pour faire de leur travail contre le racisme une partie plus permanente de leur ministère en transformant leur groupe de travail contre le racisme en Équipe de direction contre le racisme.

Les évêques et les autres observateurs ont également entendu un aperçu de la façon dont le colonialisme a façonné l’histoire du monde et comment l’Église Méthodiste Unie s’est développée.

« Bien que le colonialisme puisse sembler être une chose du passé, il est très présent dans tous les aspects de notre société, et ses vestiges infecteront notre avenir si nous n’avons pas l’intention de les comprendre et de les aborder, » a déclaré l’évêque LaTrelle Easterling, présidente de l’Équipe de direction antiracisme,

Easterling dirige les conférences de Baltimore-Washington et de Peninsula-Delaware.

David W. Scott, directeur de la théologie de la mission au GBGM, a déclaré que le colonialisme avait non seulement façonné le monde séculier, mais aussi l’Église chrétienne, y compris l’Église Méthodiste Unie. 

Selon lui, cet état d’esprit colonial n’est nulle part plus évident que dans la gouvernance de la dénomination, qui « privilégie ce qui se passe aux États-Unis comme la chose la plus importante qui se passe dans l’Église Méthodiste Unie. »

Selon Bickerton, l’œuvre de l’Église pour un avenir plus équitable et ses efforts actuels pour répondre à des catastrophes telles que les inondations du Kentucky et aider les personnes forcées de quitter leur maison en Ukraine ne sont que quelques exemples de la manière dont l’Église essaie de vivre l’appel du Christ. 

« Église, il y a un chemin à travers la tempête et un parcours à suivre qui nous mènera de l’autre côté, » a déclaré Bickerton à la fin de son adresse. « Cela ne se fera pas de manière isolée. Il ne peut être fait en se fiant à nos propres idées. Cela ne doit pas se faire sans la puissance et la présence du Christ au milieu de nous. »

Hahn est rédactrice en chef adjointe de UM News. Contact Médias : [email protected]

Dirigeants de l’Église
Des membres de l'Initiative pour l'Afrique, des Évêques Méthodistes Unis et des invités posent pour une photo pendant le Sommet de prière et de leadership du groupe de plaidoyer, qui s'est tenu du 13 au 18 mai à Nairobi, au Kenya. Le thème du rassemblement était "Envisager le prochain méthodisme en Afrique". Photo par E Julu Swen, UM News.

L'Initiative pour l'Afrique réfléchit à l'avenir du méthodisme

Les membres du groupe de plaidoyer de l'Initiative Africaine se sont réunis pour discuter de l'avenir de l'Église Méthodiste Unie et des implications du récent lancement d'une nouvelle dénomination méthodiste traditionaliste.
Le Conseil des Evêques
L’Évêque Cynthia Fierro Harvey de la Conférence de Louisiane, à droite, passe le marteau de la présidence du Conseil des Évêques à son successeur, l’Évêque Thomas J. Bickerton de la Conférence de New York. Le Conseil des Évêques a conclu sa réunion de printemps le 29 avril par le passage du manteau. Les évêques ont pris acte du lancement prévu d’une dénomination dissidente le 1er mai, tout en discutant de la poursuite du ministère de l’Église Méthodiste Unie. Capture d’écran via Zoom du Conseil des évêques, par UM News.

Les Méthodistes Unis sont invités à relancer leur Église

Tout en reconnaissant la naissance d’une dénomination dissidente, Thomas Bickerton, le nouveau président du Conseil des Évêques, a partagé ses espoirs pour une Église Méthodiste Unie revivifiée. Parmi ceux qui partent pour la nouvelle dénomination figure un évêque.
Le Conseil des Evêques
Dans le sens des aiguilles d’une montre, de gauche à droite, l’Évêque à la retraite Forrest C. Stith, l’Évêque LaTrelle Easterling, l’Évêque à la retraite Elías Galván, Ashley Boggan Dreff et Erin Hawkins participent à une conversation sur le contexte historique de l’action de l’Église Méthodiste Unie contre le racisme. Ashley Boggan Dreff a souligné que de nombreuses divisions antérieures au sein du Méthodisme avaient pour cause principale la race. Capture d’écran du Conseil des Évêques via Zoom par UM News.

Les évêques sont invités à œuvrer en faveur d’une église « à grande échelle. »

Dans son dernier discours en tant que présidente du Conseil des Évêques, l’Évêque Cynthia Fierro Harvey a appelé à la plus grande unité possible, alors même qu’une nouvelle dénomination prévoit de voir le jour. Les évêques ont également pris connaissance de l’histoire des précédentes séparations dans la dénomination.