En plus des troubles politiques, les cyclones sévissent au Mozambique

Other Manual Translations: English português
Les eaux de crue du cyclone Eloise couvrent une grande partie du sol à Buzi, au Mozambique. Quatre cyclones ont frappé le pays en moins de deux ans. Photo d’Eurico Gustavo, UM News.
Les eaux de crue du cyclone Eloise couvrent une grande partie du sol à Buzi, au Mozambique. Quatre cyclones ont frappé le pays en moins de deux ans. Photo d’Eurico Gustavo, UM News.
En moins de deux ans, quatre cyclones ont frappé le Mozambique, tuant des milliers de personnes, laissant de nombreux sans-abri et détruisant des cultures vivrières vitales. 

La piste de destruction a commencé avec le cyclone Idai en mars 2019, suivie du cyclone Kenneth (avril 2019), de la tempête tropicale Chalan (décembre 2020) et du cyclone Eloise (janvier 2021). Le pays a également été dévasté par le cyclone Dineo en 2017. 

Des conditions météorologiques plus sévères sont prévues pour le mois de Février.

Comment aider

Les dons pour les secours en cas de catastrophe au Mozambique peuvent être effectués par l’intermédiaire de l’avance internationale de l’UMCOR pour la réponse aux catastrophes et le relèvement #982450.
UMCOR, l’agence Méthodiste Unie d’assistance humanitaire, en consultation avec l’Evêque Joaquina Filipe Nhanala, des Conférences du Nord et du Sud du Mozambique, prépare une réponse d’urgence aux besoins humanitaires. 

Respeito Chirrinze, coordinateur de la gestion des catastrophes (un programme soutenu par UMCOR) dans la région épiscopale, a déclaré que des centaines de familles en bénéficieront. « Au cours de la première phase, notre plan de soutien comprend la fourniture de nourriture et de matériaux de construction à 200 familles, » a-t-il dit. 

Le gouvernement a offert son soutien par l’intermédiaire de l’Institut national de gestion des catastrophes, offrant de la nourriture, des médicaments et des couvertures aux familles qui trouvent refuge dans des centres d’accueil. 

Alberto Ganha vit avec sa femme et ses deux enfants dans le quartier de Póvoa, à la périphérie de Beira, dans la province de Sofala. 

« Nous ne comprenons vraiment pas ce qui s’est passé récemment », a-t-il dit. « Nous ne comprenons pas ce que Mère Nature nous fait. » 

Les régions du centre et du nord du Mozambique ont été les plus durement touchées. Les écoles, les hôpitaux, les routes et les ponts sont en ruines, isolant des communautés entières et compliquant les opérations de sauvetage. Rien que dans la région du centre, plus de 250 000 familles ont été touchées.
Jorge João Novo soulève un poteau en bois pour aider à sécuriser une bâche d’urgence au-dessus de sa maison après que le toit a été enlevé par le cyclone Idai à Búzi, au Mozambique, en 2019. La tempête la plus récente, le cyclone Eloise, a frappé de nombreuses régions qui commençaient tout juste à se remettre des tempêtes précédentes. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.
Jorge João Novo soulève un poteau en bois pour aider à sécuriser une bâche d’urgence au-dessus de sa maison après que le toit a été enlevé par le cyclone Idai à Búzi, au Mozambique, en 2019. La tempête la plus récente, le cyclone Eloise, a frappé de nombreuses régions qui commençaient tout juste à se remettre des tempêtes précédentes. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.
« Le (Cyclone) Eloise a accentué le malheur dans ma famille, » a déclaré Maria Francisco de Póvoa. « Ma mère, 59 ans, est morte, enterrée dans une maison de construction précaire parce que lorsque la pluie et le vent ont commencé, elle a refusé de partir pour une zone de sécurité. » 

De nombreuses maisons, en particulier dans les zones rurales, sont faites de pieux, de cordes et d’herbe et sont couvertes de boue, a déclaré le Révérend Vasco Matio, surintendant du District de Inhambane Norte et Vilanculos.

La maison de Teresa Manuel était près de la rivière Save. La rivière, se souvient-elle, « a atteint 7,8 mètres de hauteur, les eaux débordant jusqu’à ce qu’elle inonde les districts de Machanga et Mambone. » 

Le Révérend Jacob Jenhuro, assistant épiscopal de la Conférence du Nord, a déclaré que le cyclone Eloise dépassait de loin les prévisions de son impact. 

« Lorsque nous avons été avertis qu’un autre cyclone allait frapper la ville de Beira, après avoir été frappés par Chalane il y a trois semaines, certaines personnes ont essayé de renforcer leurs plafonds » avec des pierres, des blocs et des sacs de sable, » a déclaré Américo Nhassengo, président des laïcs de la conférence.

Comme avec le cyclone Idai, Eloise a pilonné Beira, Dondo, Buzi et Namarroi — ce dernier dans le district de Zambézia Norte — forçant des milliers de familles à partir des maisons déjà fragiles. 

Les églises n’ont pas été épargnées, a noté Nhassengo. « Certaines chapelles ont été laissées sans toit, d’autres sans murs, » dit-il.
Le sanctuaire de l’église Méthodiste Unie Centrale de Beira, au Mozambique, est ouvert après que le cyclone Eloise ait arraché la majeure partie du toit. Photo d’Eurico Gustavo, UM News.
Le sanctuaire de l’église Méthodiste Unie Centrale de Beira, au Mozambique, est ouvert après que le cyclone Eloise ait arraché la majeure partie du toit. Photo d’Eurico Gustavo, UM News.
Les maisons inondées, les cours et les ruelles sont difficiles à récupérer, a déclaré Inácio Zitha, un habitant de Bairro Macurungo. 

« Les inondations que nous connaissons actuellement sont similaires à celles causées par Idai en 2019. Nous ne sommes pas bien lotis ici, » a déclaré Zitha. « Tout notre quartier est inondé ; les eaux sont entrées dans nos maisons. Dans la plupart des maisons, l’eau a une hauteur de 60 centimètres. » 

La Révérende Benilde Pale est directrice de l’orphelinat de Dondo. Les représentants du gouvernement ont averti le personnel de la tempête imminente et ont demandé à utiliser leur installation pour abriter les résidents de la communauté qui seront touchés. 

« Malheureusement, dit Pale, le centre de l’orphelinat a également souffert, avec des salles de classe laissées sans toit. » 

« Cependant, nous rendons grâce à Dieu que les dortoirs aient été épargnés. De ce fait, ils servent de refuge et abritent des familles environnantes qui sont venues y chercher refuge. »

Dans le district de Búzi, en particulier dans la ville principale, la rivière a débordé et inondé les communautés riveraines. La population a été transférée à Guara-Guara. 

« Eloise était accompagnée de vents et de pluies torrentielles, » a déclaré Azarias Mindú, président du Conseil d’extension de l’évangélisation à Búzi. « Le village était presque submergé. » 

« Le toit de notre chapelle a été complètement arraché par la force et la fureur du vent », a déclaré le Révérend Pascoal Muriane de Buzi. « À certains endroits, des arbres ont bloqué la route, rendant impossible le déplacement des personnes et des véhicules. » 

Les effets du cyclone Eloise ont atteint la province de Zambézia. Selon le Révérend Jose Miguel dos Santos, surintendant du district, les dommages sont encore en cours d’évaluation. « Nous connaissons déjà les chapelles et les presbytères détruits », a-t-il dit.
Isabel João (à droite) et Maria Lidia António récupèrent ce qu’elles peuvent de leur récolte de maïs, qui a été tuée avant qu’elle ne mûrisse lorsque leur champ a été inondé par le cyclone Idai à Búzi, au Mozambique, en 2019. Photo de fichier par Mike DuBose, UM News.
Isabel João (à droite) et Maria Lidia António récupèrent ce qu’elles peuvent de leur récolte de maïs, qui a été tuée avant qu’elle ne mûrisse lorsque leur champ a été inondé par le cyclone Idai à Búzi, au Mozambique, en 2019. Photo de fichier par Mike DuBose, UM News.
Avant même que le Mozambique ne subisse l’impact et la dévastation de quatre cyclones, ce pays d’Afrique de l’Est faisait face à l’instabilité politique. 

« Dans la province de Sofala, nous avons reçu des centaines de familles qui ont fui les insurgés à Cabo Delgado, » a déclaré Graca Vilanculos, directeur de l’éducation du district de Dondo, à UM News en décembre 2020. 

Dans un communiqué publié le 3 Février, Roland Fernandes, premier responsable du GBGM, a lancé un appel à la solidarité avec l’Église Méthodiste Unie au Mozambique.

« Le centre du pays, selon des sources de l’Église, est en proie à un conflit armé entre le gouvernement et un groupe insurrectionnel qui s’est détaché du parti politique d’opposition, » a déclaré Fernandes. « Les affrontements, qui ont commencé il y a deux mois, sont particulièrement intenses dans la Conférence annuelle du Nord. » 

L’évêque Nhanala a déclaré que des membres de l’Église étaient gravement touchés. 

« La situation s’empire à mesure que les attaques se poursuivent. Le flux de personnes du nord vers d’autres régions du pays est inquiétant, » a-t-elle déclaré. 

Fernandes a déclaré que UMCOR, en consultation avec l’évêque, préparait une réponse d’urgence aux besoins humanitaires. 

« J’encourage tous les Méthodistes Unis, dans leurs prières individuelles et collectives, à se souvenir de nos sœurs et frères au Mozambique, » a déclaré Fernandes, « s’identifiant à leur courage et à leur besoin, demandant à Dieu de les entourer de grâce et de les remplir de l’amour de Jésus-Christ. » 

Gustavo est un communicateur pour la Conférence du Nord du Mozambique et Sambo est le correspondant lusophone en Afrique pour United Methodist News. Contact médias : [email protected].
Mission
Une vue d'un bâtiment effondré suite à un tremblement de terre aux Cayes, en Haïti, vue dans cette image fixe tirée d'une vidéo obtenue par Reuters le 14 août 2021. Les méthodistes unis travaillent avec des partenaires de longue date en Haïti pour réagir après le tremblement de terre de magnitude 7,2 et à l'approche d'une tempête majeure. REUTERS TV via REUTERS.

Aux côtés d'Haïti dans le séisme et la tempête

Les méthodistes Unis travaillent avec des partenaires de longue date en Haïti après un tremblement de terre de magnitude 7,2 et à l'approche d'une tempête majeure. L'église a déjà aidé à la reconstruction après le tremblement de terre de 2010.
L'Eglise
Le gardien James Jimmerson désinfecte les bancs pour prévenir toute propagation possible du coronavirus à l’église Méthodiste Unie Belmont de Nashville, Tennessee, le dimanche 10 mai 2020, à la suite d’un culte en ligne, qui est enregistré dans le sanctuaire. Alors que les églises envisagent de revenir au culte en présentiel, les mesures de nettoyage sont l’un des nombreux facteurs dont les responsables devront tenir compte. « Je crois que mon travail, mon rôle dans tout cela, est de m’assurer que les gens sont en sécurité ici, » a déclaré M. Jimmerson. Photo de Mike DuBose, UM News.

2020 : L’année en photos vue par UM News

L’année 2020 a été une année mouvementée et difficile pour l’Église Méthodiste Unie. Les photographes de UM News, le service d’information officiel de l’Eglise, ont documenté une année dans la vie du Méthodisme Uni dans le monde entier.
Mission
L'évêque méthodiste uni Daniel Lunge de la zone épiscopale centrale du Congo prend la parole lors du lancement de l'opération de distribution alimentaire à Kinshasa. Treize subventions Sheltering in Love d'une valeur de 200 165 $ versées à l'église en RDC ont fourni une aide alimentaire et non alimentaire à plusieurs ménages. Photo par Francois Omanyondo.

L’Eglise en RDC nourrit des milliers de personnes grâce à la subvention Sheltering in Love

L’Eglise Méthodiste Unie de la République démocratique du Congo a apporté une assistance en vivres et non-vivres à plusieurs personnes en cette période marquée par la COVID-19.