Des Méthodistes Unis tués dans les violences en RDC

Other Manual Translations: English

Une résurgence des meurtres de civils a fait au moins 25 morts parmi les Méthodistes Unis et a déplacé plus de 75 familles chrétiennes, a déclaré le pasteur Balaganire Dumas, surintendant du district de Beni.

Au moins 100 personnes auraient été tuées lors d'attaques violentes dans la région de Beni depuis le 2 novembre, a déclaré Charlie Yaxley, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, lors d'une conférence de presse le 29 novembre. Il a dit que des milliers de personnes, dont des femmes et des enfants pour la plupart, ont été déplacées.

Fin novembre, quatre agents d'intervention d'Ebola ont été tués par des groupes armés à Beni, et six autres ont été blessés, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.

Une famille Méthodiste Unie déplacée se réfugie à Beni, au Congo. Les églises Méthodistes Unies du district de Beni viennent en aide à ceux qui ont fui leurs foyers à la suite des attaques récentes dans la région. Photo du district de Beni.
Une famille Méthodiste Unie déplacée se réfugie à Beni, au Congo. Les églises Méthodistes Unies du district de Beni viennent en aide à ceux qui ont fui leurs foyers à la suite des attaques récentes dans la région. Photo du district de Beni.
Dumas a dit craindre que la violence ne facilite la propagation d'Ebola et n'entrave les activités de sensibilisation et de contrôle.

« La population est en déplacement et il y a des endroits où les travailleurs humanitaires n'arrivent plus en raison de l'insécurité, » a-t-il dit.

L'OMS a évacué un tiers de ses 120 agents d’intervention d'Ebola de la région après les attaques les plus récentes, selon la National Public Radio, basée aux États-Unis.

Dumas a dit que les Méthodistes Unis qui ont été tués étaient membres de quatre églises dans le district ecclésiastique de Beni. « Ils ont été tués et mutilés avec une machette, » dit-il.

Les groupes armés ciblent les civils et les populations déplacées dans la région depuis le lancement d'une opération de sécurité dirigée par le gouvernement contre les Forces Démocratiques Alliées du 30 octobre, a indiqué Yaxley.

Dumas a déclaré qu'il a compté 78 familles Méthodistes Unies parmi les personnes déplacées et vivant dans des conditions déplorables. Les membres de l'Eglise de Beni en ont accueilli quelques-uns, a-t-il dit.

« Nous les avons accueillis dans nos familles... La situation est compliquée parce que les familles d'accueil sont débordées et même trouver de la nourriture devient difficile. »

Il a dit que les membres de l'église s'organisaient pour aider les familles dans les églises locales, mais que cela n’était pas suffisant.

« Nos moyens sont limités et le prix des denrées alimentaires a considérablement augmenté. Les agriculteurs ne savent plus comment se rendre dans les champs à cause de l'insécurité, » a dit Dumas.

Emile Ulangi Usumbu, membre de l'Église Méthodiste Unie Jérusalem dans le district de Beni, a déclaré que les assassinats ont provoqué une grande peur et une panique parmi la population.

« La vie devient insupportable à Beni avec cette situation de guerres et de massacres dans notre district, en plus de la maladie du virus Ebola. C'est parce que Dieu existe que nous continuons d’exister ; c'est par la grâce de Dieu que le district existe et que sa parole nous réconforte, » a reconnu Usumbu.

Il a dit que le dernier massacre, où six personnes ont été tuées, a eu lieu à Masiani, à environ un mile de sa maison.

« C'est la grande peur à Beni... Pendant la journée, nous sommes dans la maison, mais le soir nous sommes obligés de venir au centre-ville pour chercher des endroits où dormir. »

L’Evêque Gabriel Yemba Unda, de l'Est du Congo, s'est dit attristé par la violence.

« Je suis très consterné et touché par la mort de mes disciples. Ce sont des nouvelles qui me révoltent. Je me sens impuissant face à ces meurtres macabres. Je prie Dieu qu'il reçoive leurs âmes au ciel, » dit-il.

Unda a appelé les chrétiens du monde entier à prier pour les populations de l'Est du Congo et de Beni, en particulier, qui ont été marquées par des guerres répétées.

« Je vous demande, frères et sœurs, de ne pas oublier les habitants de Beni dans vos prières. Dieu seul peut apporter une solution durable à nos problèmes. »

Au lendemain des attaques, des jeunes Méthodistes Unis ont fait partie de ceux qui ont refusé de se taire. Des membres de l'Église œcuménique du Christ au Congo se sont réunis à Bukavu et à Goma pour prêcher la paix.

« Les jeunes Méthodistes appellent toute la population de Beni à la non-violence, car une telle violence pourrait bloquer les efforts de l'Eglise dans la sensibilisation de la population à la lutte contre le virus Ebola, » a déclaré Moses Mwango, président des jeunes de la Conférence du Kivu.

Depuis le début de l'épidémie en août 2018, plus de 3000 cas d'Ebola ont été confirmés et plus de 2100 personnes en sont mortes, selon l'OMS.

Bien que le nombre de nouveaux cas confirmés ait diminué ces dernières semaines, l'agitation et l'interruption des activités d'intervention d'Ebola « menacent d'inverser les progrès récents, » a déclaré l'évangéliste Jean Paul Munyema de l’Eglise Méthodiste Unie de Bunia.

Munyema a appelé les autorités à renforcer la sécurité pour soutenir les efforts visant à mettre fin à l'épidémie d'Ebola et a exhorté l'Église Méthodiste Unie à doubler ses efforts de sensibilisation.

« Rien n'est plus odieux que de s'en prendre aux professionnels de la santé qui soignent les malades et aident les personnes dans le besoin, » a-t-il dit. « Toute attaque de ce type interrompt les efforts pour endiguer l'épidémie d'Ebola, qui met en danger la santé et le bien-être des hommes, des femmes et des enfants. »

Londe est un communicateur pour la Conférence de l'Est du Congo et Kituka Lolonga est un communicateur pour la Conférence du Kivu. 
Contact Média : [email protected]
Mission
Les étudiants et le personnel pratiquent la distanciation sociale afin de réduire le risque de propagation du coronavirus lorsqu'ils font le rang dans le réfectoire d’Africa University de Mutare, au Zimbabwe. La cafétéria a modifié la disposition des services et des places assises, et l'heure des repas a été portée à trois heures afin que les personnes présentes sur le campus ne soient pas toutes servies en même temps. Photo du Bureau du Développement et des Affaires Publiques d’Africa University.

Africa University passe aux cours en ligne, certains étudiants restent sur le campus

L'université Méthodiste Unie pratique la distanciation sociale pour freiner la propagation du coronavirus.
Mission
Un visiteur de l'hôpital Méthodiste Uni Mercy de Bo, en Sierra Leone, se lave les mains dans une station de lavage avant d'entrer dans l'hôpital le 16 mars. En raison des préoccupations liées aux coronavirus, l'utilisation de stations de lavage des mains, utilisées auparavant dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola, a été renforcée dans les lieux publics, notamment les hôpitaux, les banques et les écoles. Photo de Phileas Jusu, UM News.

Ebola offre des leçons nécessaires pour la lutte contre le coronavirus en Sierra Leone

Bien que la Sierra Leone n'ait pas encore de cas confirmés de coronavirus, le gouvernement, les leaders et les hôpitaux Méthodistes Unis prennent des mesures de précaution tirées de la longue bataille du pays contre Ebola.
Evangélisation
Brazzaville, la capitale de la République du Congo, est située le long du fleuve Congo, en face de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. L'évêque du Congo central, Daniel Lunge, travaille avec les dirigeants locaux pour établir la première présence de l'Église Méthodiste Unie en République du Congo. Données cartographique Google ©2020.

L'Église évangélise de l'autre côté du fleuve Congo

L'évêque du Congo central, Daniel Lunge, étend ses efforts d'évangélisation de l'autre côté du fleuve Congo pour aider à établir la première présence de l'Église Méthodiste Unie en République du Congo.