Des Méthodistes Unis tués dans un massacre en RDC

Other Manual Translations: English português español
Des personnes déplacées, dont des Méthodistes Unis, des villages de Mutwangwa et d'Eringeti arrivent à Beni, en RDC, après avoir fui une attaque des insurgés. Vingt-cinq civils, dont sept Méthodistes Unis, ont été tués lors du massacre du 31 décembre. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.
Des personnes déplacées, dont des Méthodistes Unis, des villages de Mutwangwa et d'Eringeti arrivent à Beni, en RDC, après avoir fui une attaque des insurgés. Vingt-cinq civils, dont sept Méthodistes Unis, ont été tués lors du massacre du 31 décembre. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

Au moins 25 civils, dont sept Méthodistes Unis issus de deux familles, ont été tués lors des dernières violences dans ce territoire de l’Est de la République Démocratique du Congo, selon le Surintendant du district de Beni.

L’attaque à grande échelle du 31 décembre 2020 dans les villages d’Eringeti et de Mutwanga a été imputée aux Forces Démocratiques Alliées, un groupe rebelle armé qui opère dans l’Est de la RDC et en Ouganda, a déclaré le Révérend Dumas Balaganire.

« Ces attaques répétées dans la région de Beni paralysent plusieurs activités économiques et religieuses, » a-t-il déclaré.

Henry Sinvazire, un leader laïc du district de Beni et volontaire du bureau de gestion des catastrophes de l’Eglise dans l’Est de la RDC, a déclaré que Maurice Vahaven, un leader laïc de l’église Méthodiste Unie de Mutwanga, et plusieurs membres de sa famille étaient décédés alors qu’ils se préparaient à participer au baptême de nouveaux croyants chez eux. Sinvazire a déclaré qu’un des enfants adultes de Vahaven, Samuel Paluku Makia, un guitariste de l’église, a pu s’échapper indemne.

Chantal Kavira, secrétaire des femmes Méthodistes Unies de l’église Méthodiste Unie de Mutwanga, a déclaré que deux de ses enfants étaient morts dans le massacre. Tous deux étaient membres de la chorale de l’église. Elle a déclaré que ses enfants avaient été tués par l’ADF alors qu’ils s’apprêtaient à aller chanter au baptême des autres jeunes.

« C’est une perte pour mon église, mais j’ai l’espoir qu’un jour nous nous rencontrerons dans le royaume des cieux, » a-t-elle déclaré.

Le pasteur Mukunge Shabantu, de l’église Méthodiste Unie de Mutwanga, a déclaré qu’il pleurait les pertes des deux familles Méthodistes Unies de son église.

Balaganire et Sinvazire ont déclaré que les attaques avaient forcé de nombreux villageois à fuir leurs maisons, et que l’insécurité alimentaire était devenue une préoccupation.

« Nous sommes accablés par les personnes déplacées qui sont toutes concentrées dans la ville de Beni, » a déclaré Balaganire.

Sinvazire a ajouté : « (Je) crains que la famine et la contamination de la COVID-19 ne s’aggravent suite à l’afflux de déplacés. »

Selon un rapport d’octobre du HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, il y a 5,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la République Démocratique du Congo, l’une des plus grandes populations déplacées dans le monde et la plus importante en Afrique.

Jean Tshomba, coordinateur du bureau de gestion des catastrophes de UMCOR dans l’Est de la RDC, a déclaré qu’il était préoccupé par la violence, ainsi que par la situation des survivants qui ont été forcés de quitter leur maison.

Il a déclaré qu’il prévoyait faire appel à UMCOR pour aider ceux qui ont été déplacés par l’insécurité dans la région.

L’Evêque Gabriel Yemba Unda a présenté ses condoléances aux familles endeuillées et a appelé les autorités du pays à rétablir la paix.

« J’invite tout le monde à faire preuve de solidarité envers les familles déplacées et à respecter strictement les mesures barrières car - en plus de cette insécurité - nous ne pouvons pas négliger la COVID-19, qui est toujours avec nous, » a-t-il déclaré.

Il y a eu près de 20 000 cas confirmés de COVID-19 et plus de 600 décès en RDC, selon les données de l’Université Johns Hopkins.

En tant que modérateur national des Églises du Christ en RDC, un conseil œcuménique comprenant 74 confessions membres, Unda a participé en novembre à des réunions dirigées par le président de la RDC, Félix Tshisekedi Tshilombo.

« J’ai rencontré le président de la République Démocratique du Congo, et je lui ai présenté tous ces problèmes avec les Forces Démocratiques Alliées à Beni. J’espère qu’avec l’aide du Seigneur, nous aurons un jour une paix durable dans la région, » a déclaré Unda.

Kituka Lolonga est le communicateur à la Conférence du Kivu.

Contact Médias : [email protected]
Préoccupations sociales
Un piéton passe devant l’un des panneaux publicitaires de l’Église Méthodiste Unie appelant à la paix dans la commune d’Abobo, en Côte d’Ivoire. L’Église Méthodiste Unie et ses partenaires ont organisé une campagne de communication demandant à la population et aux autorités de faire preuve de retenue pendant la période électorale. La caravane a traversé plusieurs villes et hameaux de Côte d’Ivoire. Photo d’Isaac Broune, UM News.

En pleine crise post-électorale, l’Eglise de Côte d’Ivoire appelle à la paix

L'Église Méthodiste Unie-Côte d'Ivoire s'efforce d'apaiser les tensions au milieu des protestations et des troubles qui ont suivi l'élection présidentielle de ce pays.
Préoccupations sociales
Le Révérend Solomon Rogers s'adresse à une foule réunie pour une cérémonie spéciale le 15 janvier à l'ouest de Freetown, en Sierra Leone. L'événement marque la fin d'un conflit foncier de sept ans entre la Conférence de l'Église Méthodiste Unie de Sierra Leone et la communauté voisine de Masantigie. Photo de Phileas Jusu, UM News.

L'Eglise de Sierra Leone célèbre la fin du conflit foncier

Le Ministère des terres de la Sierra Leone a mis fin à un conflit foncier entre l'Église Méthodiste Unie et la communauté Masantigie, mais pas avant d'avoir lancé un avertissement sévère sur le maintien de la paix. L'année dernière, la Conférence de Sierra Leone a accepté de donner 24 de ses 179 hectares de terres de Pa Loko à la communauté villageoise.
Mission
Jean Tshomba, coordinateur du Bureau de gestion des catastrophes d'UMCOR dans l'Est du Congo, remet un sac de farine à l'un des bénéficiaires lors de la distribution de nourriture dans le district ecclésiastique de Lubutu fin novembre 2019. UMCOR a fourni une aide humanitaire aux personnes déplacées par la guerre dans la région. Photo fournie par le Bureau de gestion des catastrophes d'UMCOR de l’Est du Congo.

L'Eglise aide les familles déplacées par la guerre dans l'Est du Congo

Grâce à un don de 100 000 dollars accordé par UMCOR, le Bureau de gestion des catastrophes dans l'Est du Congo a distribué plus de 90 tonnes de nourriture à près de 6 000 personnes qui ont fui les violences dans la région.