Des Méthodistes Unis aident de jeunes toxicomanes à se libérer de leur dépendance

Translate Page
Des pensionnaires de la Glen View Football Academy s’entraînent au football sur un terrain de fortune près de Harare, au Zimbabwe. Ils font partie d’un programme Méthodiste Uni qui assiste les jeunes toxicomanes et d’autres jeunes vulnérables afin de les mettre sur une meilleure voie. Photo d’Eveline Chikwanah, UM News. 
Des pensionnaires de la Glen View Football Academy s’entraînent au football sur un terrain de fortune près de Harare, au Zimbabwe. Ils font partie d’un programme Méthodiste Uni qui assiste les jeunes toxicomanes et d’autres jeunes vulnérables afin de les mettre sur une meilleure voie. Photo d’Eveline Chikwanah, UM News.

Points clés :

  • Au Zimbabwe et au Libéria, des ministères d’églises locales aident les jeunes à s’éloigner de la rue.
  • La Glen View Football Academy au Zimbabwe réhabilite les jeunes en leur enseignant le football. Certains deviennent des joueurs professionnels.
  • Grâce à Metro Harvest au Libéria, le révérend Caleb S. G. Dormah et Malichi Queniah s’occupent d’enfants abandonnés dans une maison sécurisée. 

Des garçons courent sur un terrain de football poussiéreux de fortune. Vêtus de maillots de couleurs différentes, certains courent pieds nus sur le sable, s’arrêtant pour écouter les instructions de leurs entraîneurs.

Voici la Glen View Football Academy, une initiative de Raymond Maravi, 71 ans, et de sa femme, Elizabeth, 69 ans, membres de l’église Méthodiste Unie Macedonia Glen View 7.

« En 2013, j’ai remarqué qu’un de nos jeunes voisins semblait consommer des substances, » se souvient Elizabeth Maravi. « Il n’était pratiquement pas à la maison. Et, on nous demandait d’aider à le rechercher lorsqu’il disparaissait pendant plusieurs jours, puisque ces garçons étaient orphelins. »

« Ce dont nous avons été témoins nous a incités à trouver un moyen d’aider les jeunes de notre quartier, » a-t-elle ajouté. « Nous voulions leur donner un passe-temps utile afin qu’ils s’éloignent de l’abus de drogues. » 

Elizabeth et Raymond Maravi ont fondé l’académie de football pour lutter contre l’abus de drogues et de substances dans leur quartier de Harare. Ils sont membres de l’église Méthodiste Unie Macedonia Glen View 7 dans la banlieue de Harare. Photo d’Eveline Chikwanah, UM News. 
Elizabeth et Raymond Maravi ont fondé l’académie de football pour lutter contre l’abus de drogues et de substances dans leur quartier de Harare. Ils sont membres de l’église Méthodiste Unie Macedonia Glen View 7 dans la banlieue de Harare. Photo d’Eveline Chikwanah, UM News.

L’académie a été fondée en 2014. Les voisins des Maravis, les jumeaux Tafadzwa et Tatenda Chikwanha, aujourd’hui âgés de 24 ans, en sont des membres réguliers. 

Luttant contre les séquelles de la toxicomanie, Tafadzwa n’est pas aussi fort physiquement que son frère ou les autres membres de l’équipe. Il a des difficultés d’élocution et ses mains gonflées témoignent de possibles accès de violence pendant ses jours de dépendance.

Les drogues et substances consommées localement sont, entre autres, le cannabis, les médicaments contre la toux, la méthamphétamine en cristaux (‘ice’) et les médicaments antidépresseurs. Certains jeunes volent pour pouvoir acheter leur dose.

« Le football est ma passion et m’a aidé à me réhabiliter, » a déclaré Tafadzwa. « J’avais l’habitude d’abuser du ‘mix’ (une combinaison de cannabis et de cigarettes fabriquées localement), que j’achetais auprès de fournisseurs de notre quartier. Mon addiction résultait du fait que je succombais à la pression de mes pairs. »

Puis il s’est découvert une passion pour le football.  

Tatenda décrit cette académie comme un centre d’aide, notamment pour les jeunes qui luttent contre la toxicomanie.

« Cette académie unit le quartier, » a déclaré Tatenda. « Elle crée des relations et incite à la discipline. Elle nous offre une source de divertissement, qui nous éloigne de la rue où nous pouvons être attirés par des drogues dangereuses, et fournit un environnement sûr sous la surveillance du sekuru (grand-père) Maravi et des entraîneurs. »

Jackson Dube, l’administrateur du programme, a déclaré que l’académie visait à soustraire les jeunes de la drogue et de la toxicomanie, à identifier ceux qui ont un talent pour le football et à les former pour qu’ils gagnent leur vie en jouant dans des clubs de haut niveau.

« La plupart des jeunes de Glen View et du bidonville voisin de Tanaka ont abandonné l’école, sont au chômage. Certains souffrent de maladies mentales dues à la toxicomanie, » a-t-il déclaré.

Tafadzwa Chikwanha, un ancien toxicomane, porte une chemise affichant la devise de l’académie : « Non à la drogue, oui à la vie. » Photo avec l’aimable autorisation de Raymond Maravi. 
Tafadzwa Chikwanha, un ancien toxicomane, porte une chemise affichant la devise de l’académie : « Non à la drogue, oui à la vie. » Photo avec l’aimable autorisation de Raymond Maravi.

Cette académie prend en charge, actuellement, des garçons et des jeunes âgés de 10 à 24 ans. Lorsque les ressources le permettront, le programme inclura également les filles. Quatre bénévoles qualifiés encadrent les joueurs et consacrent trois heures chaque jour de la semaine à l’entraînement de l’équipe.

Tsanzirai Muroyiwa, 57 ans, parent de pensionnaire, a bénéficié des services de cette académie.

« Mon fils Ishmael quittait régulièrement la maison pour venir jouer ici, » dit-elle. « Je pensais que c’était juste un passe-temps, mais j’ai appris plus tard qu’il y avait des entraîneurs professionnels et que nos enfants étaient également préparés à devenir des adultes responsables. »

« Ishmael est devenu plus discipliné grâce à son association avec l’académie, » poursuit Muroyiwa. « Il a maintenant rejoint le programme de développement de l’une des grandes équipes du pays, le Football Club Platinum. Nous espérons qu’il deviendra l’un des meilleurs joueurs du pays. »

Après que le mari de Muroyiwa l’ait abandonnée, elle et leurs 10 enfants, Ishmael a trouvé à l’académie des figures paternelles qui ont contribué à lui inculquer la discipline. 

Quatre joueurs se sont vu offrir des places dans des clubs de premier plan dans le pays et en Afrique du Sud voisine. L’un d’entre eux a décliné l’offre, car il n’avait pas de certificat de naissance ni de carte d’identité nationale.

« Le manque de cartes d’identité est un problème majeur dans notre communauté, » a déclaré Dube. « Certains des jeunes sont orphelins. Leurs tuteurs n’ont pas acquis les documents nécessaires pour eux. »

Depuis ses humbles débuts en 2014, cette académie s’est développée au-delà de la capacité de Raymond Maravi à la financer avec sa maigre pension et les allocations de ses enfants. Les équipes juniors et seniors comptent désormais 66 joueurs réguliers.

« Certains des enfants ont faim et ne peuvent pas s’entraîner correctement. Alors mbuya (grand-mère) Maravi leur fournit parfois de la nourriture, » a déclaré Dube. « Le club n’a pas assez de chaussures de football et d’uniformes, et certains jeunes jouent pieds nus. »

Les entraîneurs, tous bénévoles, ne sont pas payés. « Nous n’avons pas les moyens de les payer, » a déclaré Dube. 

Les autres coûts comprennent les frais d’inscription auprès de l’organe directeur du football du pays, le transport pour les matchs à l’extérieur, les ballons et les filets.

« Dans cinq ans, » a déclaré Raymond, « je vois ces enfants jouer pour de grandes équipes à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Je suis également impatient d’inscrire de nouveaux membres. Certaines équipes locales ont promis d’offrir des places à nos jeunes, mais ils ne peuvent pas y aller s’ils n’ont pas de documents d’identité. »

« L’abus de drogues et de substances est considéré comme une menace mondiale, en particulier chez les jeunes, » a déclaré le révérend Pedzisai Nyamudzura, directeur de la Jeunesse pour la Conférence de l’Est du Zimbabwe. Il a attribué à l’Église Méthodiste Unie le mérite de former les enfants et les jeunes à devenir des militants.

« L’Église ne reste pas silencieuse dans la lutte contre la drogue et la toxicomanie, » a déclaré Nyamudzura. « Nous fournissons un ministère d’orientation vers les psychiatres pour ceux qui ont besoin d’une réhabilitation. Une formation au conseil pour les pasteurs et les responsables de la jeunesse a été organisée en juillet 2021. Et, une sensibilisation est également menée dans nos écoles de mission. Nos églises locales et nos districts donnent également des cours sur l’abus de drogues et de substances qui leur ont été donnés par la Conférence. »

Au Libéria, les vies de jeunes personnes sont également perturbées par l’abus de drogues et de substances.

Le révérend Caleb S. G. Dormah a déclaré que si l’on ne s’occupait pas des toxicomanes au Libéria, « nous nous réveillerions un matin et ces Libériens mettront fin à notre liberté, car nous avons négligé de nous occuper des premiers stades de leur dépendance, » a-t-il averti. 

Il a déclaré à United Methodist News que souvent l’attrait pour les drogues et les substances illégales était plus fort que le désir d’aller à l’école.

Si l’État n’est pas prêt à prendre des mesures qui permettront d’enrayer ce phénomène, a ajouté Dormah, la vie des jeunes sera détruite.

« Si chaque institution religieuse peut sauver cinq jeunes de la rue, de la drogue et de la toxicomanie, » a-t-il dit, « nous pouvons gagner la guerre contre la toxicomanie. »

De nombreux toxicomanes dorment dans les cimetières, a noté Dormah, car la plupart des structures endommagées qui les hébergeaient sont remplies. Puisque les gens ont tendance à craindre les cimetières, les toxicomanes s’y sentent en sécurité.

Il s’inquiète des enfants nés de jeunes femmes toxicomanes. Sans intervention, a prévenu Dormah, « ces enfants seront la prochaine génération de toxicomanes au Libéria. »

Malichi Queniah, une femme qui aide à s’occuper des enfants abandonnés dans une maison sécurisée, et lui ont maintenant plus de six enfants. Le plus jeune n’a que 5 mois. La plupart des enfants de sexe masculin portent le nom de Dormah, car les parents ne peuvent être retrouvés. 

« Dans la plupart des cas, lorsqu’une mère abandonne son enfant, nous sommes appelés par la police ou des personnes anonymes pour venir sauver l’enfant, » a-t-il déclaré.

Dormah organise des cultes dans les bidonvilles de Monrovia et d’autres régions du Libéria. 

« Notre église s’appelle Metro Harvest, » a-t-il déclaré. « C’est une église ‘sans murs’. Tous sont les bienvenus pour assister au culte avec nous. »

Grâce à Metro Harvest, Dormah et son équipe nourrissent chaque semaine les résidents de divers bidonvilles à Monrovia et dans les environs. Pasteur de l’Église Méthodiste Unie, il exerce son ministère en dehors de l’église locale après avoir reçu une affectation de l’évêque Samuel J. Quire Jr. de la Région épiscopale du Libéria.

Chikwanah et Swen sont des communicateurs et résident respectivement au Zimbabwe et au Libéria. 

Contact médias : [email protected]

Aimez-vous ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières actualités de notre dénomination, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible d’impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.

Evangélisation
L'Église méthodiste unie a récemment rouvert sa station de radio FM à Kinshasa, au Congo. La Radio Méthodiste Lokole couvre près de 4 000 milles carrés dans une région habitée par environ 17 millions d'auditeurs potentiels au Congo et dans les régions environnantes. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de François Wetshi Emongo.

L’église au Congo relance la station de radio FM

L'Église Méthodiste Unie a récemment rouvert sa station de radio FM à Kinshasa, avec le potentiel d'atteindre plus de 17 millions d'auditeurs dans la région.
Mission
Innocent Mushayavanhu (à gauche) et Tariraishe Mubazangi préparent un désinfectant pour les mains au lycée Murewa de l’Église Méthodiste Unie au Zimbabwe. « Nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour cette école de 1 250 lèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a déclaré Sydney Mapisaunga, directeur de l’école. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Une seconde vague de la COVID-19 continue de perturber le système éducatif dans ce pays d’Afrique australe. De la maternelle à l’université, les élèves et le personnel des écoles Méthodistes Unies sont confrontés à des défis et trouvent des moyens innovants pour y faire face.
Mission
Alice M. Nyankolor exprime sa reconnaissance pour le nouveau fauteuil roulant qu’elle a reçu grâce à l’église Méthodiste Unie Asbury d’Allentown, en coopération avec Healthy Women, le centre de soins de santé primaires Waterfield de Kakata, au Libéria. Photo de E Julu Swen, UM News.

Des fauteuils roulants permettent à 50 Libériens d’indépendants

Alice M. Nyankolor affirme que son nouveau fauteuil roulant est une bénédiction qui lui offre un sentiment d'indépendance. Elle fait partie des 50 personnes qui ont bénéficié de nouveaux fauteuils roulants de l’église Méthodiste Unie Asbury d’Allentown, en Pennsylvanie, et d’autres partenaires.