Les femmes du Kenya transforment le ministère de la couture pendant la pandémie

Other Manual Translations: English

À l'église Méthodiste Unie Trinity, dans le village de Sogonoi, la pasteure Ruth Mwangi coud des masques de visage verts.

Avec d’autres femmes de l'église, elle le fait depuis deux mois afin de fournir à la communauté locale un équipement de protection essentiel pour aider à stopper la propagation du coronavirus.

Il y a eu près de 3 000 cas confirmés de COVID-19 et 88 décès au Kenya, selon les dernières données de l’Université Johns Hopkins.

« Nous avons décidé en tant que femmes de fabriquer des masques pour la communauté parce qu’ils sont essentiels dans un moment comme celui-ci, » a déclaré Mwangi, pasteure des églises Méthodistes Unies Trinity et Ngorika dans la Conférence du Kenya-Éthiopie.

Il en coûterait 550 shillings kényans (5,50 dollars américains) aux habitants de la région pour se rendre dans la ville de Nakuru la plus proche et 100 shillings supplémentaires (1 dollar américain) pour acheter chaque masque.

« Le coût est si élevé que la plupart des familles ne peuvent se le permettre, car elles vivent en dessous du seuil de pauvreté, » a déclaré Mwangi. Elle a ajouté que pour une communauté qui lutte déjà pour avoir un seul repas par jour, les masques étaient un luxe.

Jusqu’à présent, les femmes ont distribué 3 000 masques à trois couches à un prix subventionné de 50 shillings (50 cents) chacun. Le faible coût, associé à la haute qualité des masques, a déclenché une demande, a déclaré Mwangi, qui avait 600 masques prêts à être distribués.

« Les gens étaient prêts à respecter la directive du ministère de la santé concernant le port des masques, mais il n’y avait pas d’offre, » explique Nancy Mwangi, présidente de l’organisation des femmes du District Central.

En 2018, les femmes de l’église Méthodiste Unie Trinity avaient reçu un don de trois machines à coudre de l’église Méthodiste Unie John Wesley de Houston, pour leur permettre de s'émanciper économiquement et de financer des projets de l’église.

Avant la pandémie, les 15 membres du groupe fabriquaient principalement des robes et des uniformes scolaires qu’elles vendaient aux habitants de la région à des prix abordables.

« Outre le projet commun (de fabrication de masques), les femmes - pour la plupart des veuves et des mères célibataires - vendent généralement des produits faits main comme des sacs, des foulards et des nappes de table, » a déclaré Nancy Mwangi, ajoutant que celles qui le faisaient gagnaient une commission tandis qu’une partie de l'argent était consacrée au développement de l'église.

Elle a ajouté que les machines à coudre avaient non seulement permis aux femmes de s’émanciper sur le plan économique, mais aussi de renforcer l’unité et l’évangélisation.

« Lorsque nous nous rencontrons pour coudre, nous partageons souvent l’Évangile du Christ et parlons de nos propres problèmes sociaux, ce qui renforce l’amour et l’unité entre nous, » a déclaré Nancy Mwangi.

Les membres de l'église Méthodiste Unie John Wesley avaient également participé à la construction d'une maison de deux pièces sur le campus de l’église, qui sert d'atelier aux femmes.

Le Révérend Josam Kariuki, surintendant du District Central, a déclaré que l’église avait aidé les membres nécessiteux victimes de la COVID-19, ainsi que d’une invasion de criquets qui a détruit les récoltes et causé des pertes substantielles.

« L’église essaie d’aider ses membres en leur donnant des masques et de la nourriture en cette période où beaucoup ont perdu leur emploi, » a déclaré Kariuki.

Il a ajouté que ceux qui avaient des enfants à bas âge avaient reçu de la farine de porridge enrichie pour leur assurer une bonne nutrition.

« En ce moment marqué par une pénurie alimentaire, les personnes vulnérables comme les enfants sont plus susceptibles de souffrir de carences nutritionnelles, d’où l'intervention de l’église, » a déclaré Kariuki.

Environ 2 600 membres ont bénéficié de la nourriture dans les villages de Sugonoi, Narok, KCC dans les régions de Naivasha, Olkalou et Mau Narok, a-t-il dit.

Les leaders de l’église ont également mené des discussions sur les moyens d’arrêter la propagation du coronavirus, notamment en se lavant les mains, en désinfectant les surfaces et en maintenant une distance sociale.

Selon Kariuki, la meilleure chose à faire pour les partenaires de l’église est de donner aux populations locales les moyens de devenir indépendantes.

« Le don de machines à coudre a permis aux Kenyans d’aider leurs compatriotes dans un moment aussi difficile, » a déclaré Kariuki.

Il a ajouté que cela s’appliquait également aux agriculteurs touchés par la récente attaque de criquets, la pire au Kenya depuis plus de 70 ans.

« Presque tous les membres sont des petits agriculteurs. Mais, les criquets ont couvert nos fermes comme une motte de terre brune, détruisant nos jeunes cultures de maïs, de haricots et de pommes de terre, » a déclaré le Révérend Stephen Maina, pasteur de l'église Méthodiste Unie de Sogonoi.

Il a ajouté que l'invasion de criquets avait laissé beaucoup de membres de son église inquiets quant à leur avenir, car ils pouvaient à peine se permettre de replanter des semences et avaient déjà dû lutter contre les effets de la pandémie à COVID-19.

Les membres ont besoin d’être soutenus par des semences et d’être éduqués sur la façon de les conserver, a-t-il dit, afin qu’ils n’aient pas à acheter les mêmes semences chaque saison. La plupart des agriculteurs ont besoin de semences de maïs, de haricots, de millet et de pommes de terre, qui prospèrent tous dans le climat de la région.

« Actuellement, ils n’ont pas les moyens d’acheter des semences, mais s’ils avaient été formés à la conservation des semences, ils en auraient à replanter, » a-t-il dit.

Wanjiru est la directrice de la communication pour le District Central/Narok de la Conférence de Kenya Éthiopie.

Contact Médias : [email protected]
Mission
Une infirmière de l’Hôpital Méthodiste Uni de Lokolé à Kindu, en RDC, rend un enfant à sa mère après une séance de vaccination de routine. Les hôpitaux et cliniques de l’Église Méthodiste Unie contribuent à la vaccination de milliers d’enfants chaque année dans le pays. Photo de Chadrack Tambwe Londe, UM News.

L’Eglise célèbre la fin de la rougeole et des épidémies d’Ebola en R.D. Congo

Les centres de santé de l'Eglise Méthodiste Unie dans les régions éloignées ont joué un rôle clé dans la vaccination des enfants et dans la lutte contre une épidémie de rougeole qui a tué plus de 7 000 personnes.
L'Eglise
L’Evêque Méthodiste Cynthia Fierro Harvey préside une rencontre en ligne du Conseil des Evêques de la dénomination. Face à la pression financière et à une possible scission confessionnelle, le conseil a demandé le report des élections des nouveaux évêques américains et a insisté pour que les cinq nouveaux évêques africains ne soient ajoutés que si les ressources le permettent. Capture d’écran d’UM News via Zoom.

Le Conseil des Evêques décide qu’aucun nouvel évêque américain ne soit nommé avant 4 ans

Sous pression financière, les évêques Méthodistes Unis recommandent le report des élections épiscopales américaines et le ralentissement de l'ajout de nouveaux évêques en Afrique.
L'Eglise
L’Evêque Cynthia Fierro Harvey prononce son premier discours d’ouverture en tant que présidente du Conseil des Evêques le 2 novembre, alors que les évêques de quatre continents entament leur deuxième rencontre en ligne. L’Evêque Harvey a souligné que même en cette période de catastrophes naturelles, de divisions politiques et de pandémie liée à la COVID-19, la compassion de Dieu restait inébranlable. Capture d’écran de la rencontre Zoom via Facebook par UM News.

Les évêques invités à apporter la stabilité dans un monde chaotique

Les évêques Méthodistes Unis ont rappelé que la compassion de Dieu restait inébranlable dans cette période de pandémie et de divisions politiques.