La Pensions et le Plan Traditionnel sont les deux législations les plus priorisées

Other Manual Translations: English 한국어

Mise à jour : 17h30
Par United Methodist News Service


Les pétitions sur les pensions et le Plan Traditionnel figuraient en tête des priorités sur lesquelles les délégués de la Conférence Générale vont plancher pendant le comité législatif.

C’était un vote décisif pour ces délégués de la plus haute assemblée législative de la dénomination qui essayaient de d’orienter le débat de longue date de l’Église Méthodiste Unie sur l’homosexualité.

Par 56 voix, le Plan Traditionnel a dominé le Plan d’une Église Unique, soutenu par la majorité des évêques.

Le Plan Traditionnel se situait au deuxième rang derrière les pensions. Le plan de l’Église Unique était au cinquième rang après la législation qui permettrait la désaffiliation des églises locales. 

Le Plan Traditionnel renforcera les restrictions empêchant de célébrer les unions entre les personnes de même sexe et d'être un « pasteur qui se déclare homosexuel. » Le plan relatif à une Eglise unique laissera aux membres du clergé et aux congrégations le choix de se prononcer sur la question des mariages entre personnes du même sexe.

« Nous sommes très heureux que le Plan Traditionnel ait reçu la majorité des voix », a déclaré le révérend Rob Renfroe, président du groupe Good News, qui s'est fait le défenseur de la législation.

« Malgré tous les efforts des groupes et des évêques, l’Église reste attachée à une compréhension scripturale de l’éthique sexuelle. »

Le président du Conseil des Évêques a déclaré que le vote du 24 février aura lieu « très tôt dans le processus » et que le travail sera entre les mains des délégués.

« La Commission de la Conférence Générale a eu la sagesse de mettre au point un processus pour cette session extraordinaire : nous sommes une église sur quatre continents, nous parlons plusieurs langues et nous vivons dans des cultures différentes. Et nous apportons tout cela aux relations complexes entre l'identité LGBTQ, l'unité de l'Eglise, et notre interprétation des Saintes Écritures. Le processus de priorisation nous aide à nous concentrer, » a déclaré le Révérend Kenneth H. Carter, également leader épiscopal de la Conférence de Floride.

« Je ne pense pas qu’il soit approprié de commenter sur le vote des délégués. Les évêques ont clairement indiqué que nous servons les délégations de la meilleure manière possible… » a-t-il déclaré. « Je respecte les délégués. L'Eglise les a autorisés à faire cet important travail. »

Pour aller de l'avant, il a déclaré que les délégués commenceront à réfléchir à ce travail, qui prendra la forme d’un comité législatif au cours des deux prochains jours.
L’évêque Julius C. Trimble, qui dirige la Conférence d’Indiana, a déclaré que la parole était à son peuple: « Levez-vous et continuez à exercer votre ministère comme vous le faites maintenant. »

« Beaucoup reste à faire. Ce n’est pas encore le temps de mettre le point final. »

Dans un processus qui a pris environ une heure, les délégués ont classé la législation selon l’ordre de priorité. Certains des 23 paquets législatifs impliquent plusieurs pétitions ; d'autres étaient des pétitions autonomes. Chaque pétition modifie une partie du Livre de Discipline, document constitutionnel de la dénomination.

Le classement a été affiché après le vote de tous les plans et pétitions. Plus de 820 des 864 délégués du monde entier ont voté.

La législation recommandée par Wespath Benefits and Investments, l’organisation de pension de la dénomination, vient en tête du classement final avec 518 votes.

Ces deux pétitions traitent de la gestion du passif de pension des églises locales qui choisissent de sortir de la dénomination, et la gestion des avantages acquis par les pasteurs lorsqu’ils sortiront de la dénomination.
 
Le Plan Traditionnel a recueilli 459 voix.

Les votes suivants retenus portaient sur deux projets différents quant à la façon dont les congrégations pourraient sortir avec leur propriété, avec 412 et 406 votes, respectivement.
Le Plan d’une Église Unique a reçu 403 votes.

Le Plan Simple, qui éliminerait tout langage disciplinaire restrictif lié à l'homosexualité, a reçu 153 votes.

Le Plan de la Conférence Connexionnelle, qui restructurerait l'Église autour de lignes théologiques, a recueilli 102 voix.

Avant même que le vote ne commence, les délégués ont appris que les deux pétitions faisant partie du Plan Traditionnel Modifié seront d'abord soumises au Comité Permanent chargé des Questions Relatives aux Conférences Centrales. Ce comité permanent de la Conférence Générale traite des lois qui affectent les conférences centrales - les régions de dénomination en Afrique, aux Philippines et en Europe.

Neil Alexander a déclaré que son groupe de revendication non-officiel, Uniting Methodists, qui soutient le Plan d’une Église Unique, ne l'abandonne pas.

« Nous sommes au début d'un processus législatif complexe », a déclaré Alexander. « Il y a beaucoup de débats et de nombreuses décisions à venir. Nous écarterons des informations et des idées qui, à notre avis, gagneront un large soutien. »

Le Révérend Edwin Momoh, un délégué de la Sierra Leone, a déclaré que la salle était chargée et tendue lors du vote. Mais il croit qu'une majorité de délégués est heureuse.

« Mais Dieu a une façon de faire les choses. Il a un sens de l'humour. Quand nous nous sentons tellement anxieux, c’est alors qu’il se présente à sa manière. C’est l’Église de Dieu. Et, je pense que le vote vient de suivre le chemin de Dieu. »

Audun Westad, délégué laïc de la Conférence de Norvège, s’est dit attristé par le soutien considérable apporté aux pétitions de désaffiliation.

« Cela ne semble pas bon pour leur volonté de rester avec des personnes d'un esprit différent », a-t-il déclaré.

La délégation allemande a été surprise de constater que le plan était classé si bas avec moins de 50% des votes, a déclaré Klaus U. Ruof, communicateur allemand. Ils ont également été surpris que les délégués veuillent parler de retraite et d'argent avant de parler d'un plan, a-t-il déclaré.

Le révérend Alex da Silva Souto, un délégué du clergé ouvertement homosexuel de la Conférence de New York, a été moins surpris. Il a défendu le Plan Simple.

« Les résultats d’aujourd’hui ne sont pas la première fois que nous, Méthodistes LGBTQIA, avons été blessés par notre Eglise, et ce n’est pas la première fois que notre dénomination contredit sa mission. Et nous sommes toujours ici », a-t-il déclaré. « Nous continuerons de faire confiance aux priorités de Dieu pour notre bien-être. »

Pour le reste de la journée et jusqu'au 25 février, les délégués ont commencé à travailler en formant une seul comité législatif. Le livre de Discipline exige que toutes les pétitions soient votées par un comité législatif.

Auparavant, la Conférence Générale a plusieurs comités de ce type, mais comme toute la session traite des mêmes parties du Livre de Discipline, il n’y a qu’un seul comité réunissant tous les délégués. Le travail législatif se poursuivra le 25 février.

Mise à jour: 12h30 24 février

Lors de la première session législative de la Conférence Générale de 2019, les délégués ont écouté la présentation du rapport de la Commission sur la Voie à Suivre.

Soutenant le Plan de l’Église Unique, la Révérende Jasmine Smothers, pasteur de la Première Église Méthodiste Unie d'Atlanta, a évoqué la tentative du plan de maintenir l'unité confessionnelle : « Le coût de la division est élevé, le coût des perturbations de la mission dépasse ce que nous pouvons quantifier. »

Mazvita Machinga, membre de la Commission du Zimbabwe, a exposé les trois valeurs du Plan de la Conférence Connexionelle : une nouvelle forme d’unité autour d’objectifs communs, la valorisation de l’espace et de la différenciation, et la valorisation de tout ce qui est nouveau.

Selon ce plan, Machinga envisage « une grande église avec des tentes plus petites dessous… reliées au Christ, mais s'adressant à de nombreux types de missions différentes. »

Présentant le Plan Traditionnel, la Révérende Jessica LaGrone du Kentucky a déclaré qu'il s'agissait « d'une tentative de valorisation de l'unité dans la doctrine, de la cohérence dans la pratique et de la responsabilité mutuelle », ajoutant que « le chaos croissant qui règne dans l'Eglise Méthodiste Unie a dépassé nos vies. »

Le Révérend Christian Alsted, évêque de la région épiscopale Nordique et Balte, a présidé la séance du matin. En faisant référence au fait que cet évènement avait lieu dans un ancien stade de football où des des équipes se livrent à de farouches luttes pour tenter de gagner, « pour ces quatre jours, ce n'est pas une arène de football, c'est une église. John Wesley a défini un ensemble de règles différents :  ne pas faire de mal, faire du bien, continuer d’aimer Dieu en utilisant tous les moyens de la grâce de Dieu. »

 

Mise à jour: 11h 24 février

L’évêque Kenneth H. Carter a déclaré aux délégués à la Conférence Générale de 2019 qu'ils se trouvaient à Saint-Louis parce qu'ils étaient respectés, qu'ils leur faisaient confiance et qu'ils tenaient maintenant la mission de l'Eglise entre leurs mains.

« Prenez un moment pour regarder vos mains. Si vous regardez, écoutez et recherchez le bien chez les progressistes, les centristes, les conservateurs, vous le trouverez. Vous verrez la croix et la flamme, » a-t-il affirmé.

Carter est devenu président du Conseil des évêques en 2018. Il était déjà l'un des trois modérateurs de la Commission pour la Voie à Suivre, créée après la Conférence Générale de l’Eglise Méthodiste Unie de 2016. La commission avait pour mission de trouver des moyens de résoudre les divisions sur la position de l’Eglise concernant l’homosexualité.

Carter a soutenu qu'on lui avait demandé de regarder et d'écouter. Il a déclaré que regarder et écouter n'étaient pas sans rappeler le travail qu'il a accompli pendant 28 ans en tant que pasteur d’églises locales.

Quand des gens ne sont pas d’accord sur la façon d’interpréter les Saintes Ecritures, « ils imaginaient qu’ils étaient encore en train d’apprendre et de grandir en tant que disciples et qu’ils avaient du chemin à faire » a-t-il déclaré.

« Les divisions sont faciles à remarquer. À quoi ressemblerait pour nous le fait de regarder et d'écouter pour nos connexions ? » a-t-il demandé.

Il a demandé aux délégués de ne ménager aucun effort pour faire de l'unité « votre préoccupation passionnée. »

« Souvenez-vous : vous êtes le peuple de la Croix et de la Flamme. »

Ce reportage a été compilé par l’équipe de United Methodist News Service et sera mise à jour au fil des développements tout au long de la journée. Contactez-les au (615) 742-5470 ou à newsdesk@umcom.org. Pour recevoir plus de nouvelles de United Methodist News Service, souscrivez gratuitement aux résumés quotidiens ou hebdomadaires.

Articles connexes

L’évêque Kenneth H. Carter prononce le sermon lors du culte d'ouverture de la Conférence Générale 2019 de l’Eglise Méthodiste Unie à Saint-Louis. Photo de Kathleen Barry, UMNS.

Demandez à l'EMU : Que s'est-il passé lors de la Conférence Générale ?

Beaucoup de Méthodistes Unis se posent des questions après la Conférence Générale 2019. Ask The UMC, un ministère de United Methodist Communications offre des réponses aux questions les plus fréquemment posées.
L'Eglise
Cheryl Jefferson Bell, delegate (standing) from the Great Plains Conference, raises her hands in prayer during the Feb. 23 morning of prayer at the 2019 Special Session of the United Methodist General Conference in St. Louis.  Photo by Kathleen Barry, UMNS.

La Conférence Générale en images

Suivez la Conférence Générale via les objectifs de nos meilleurs photojournalistes. ​
L'Eglise
Les délégués de Floride, Rachael Sumner (à gauche) et la révérende Jacqueline Leveron (à droite) de la Conférence de Floride se tiennent les mains pour prier avec les évêques et d'autres délégués présents sur le podium avant un vote important sur la politique de l'Eglise en matière d'homosexualité à la Conférence Générale 2019 de l’Église Méthodiste Unie à St. Louis. Photo de Mike DuBose, UMNS.

La Conférence Générale de 2019 adopte le Plan Traditionnel

Les délégués à la plus haute assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie ont approuvé un plan qui énonce les politiques de l’église en matière d’homosexualité et renforce le respect de la loi. Le vote était de 438 à 384.