Pléiades de défis à relever pour une école Méthodiste Unie

Other Manual Translations: English

Le cours secondaire Méthodiste Unie Chapanduka est en crise, car confronté à de multiples défis, dont une pénurie d'eau.

Cette situation expose les 516 élèves, les 22 membres du personnel et la localité de plus de 5000 personnes aux maladies liées à l’eau.

« La situation est déplorable et a affecté l'école sur le plan social et scolaire, » a déclaré Nyasha Mbofana, le directeur intérimaire. « Je crains une épidémie de maladies liées à l’eau, l'échec des élèves dans les matières pratiques ou la perte de mes collaborateurs. »  

En ce moment le campus est doté de deux puits. La pompe du puits profond est cassée, et le puits peu profond ne peut pas répondre aux exigences de l'école et la communauté. 

Pour Mbofana, l'école a besoin d'environ 30.000 dollars pour entreprendre des rénovations, y compris le forage d'un puits, la réparation et l'expansion du système d'énergie solaire de l'école et les frais en approvisionnement en livres de bibliothèque.

« Je lance un appel aux sympathisants de tous bords de se joindre à nous afin d’éviter la détérioration de la situation au plus tôt possible, » a déclaré Mbofana, exprimant également son inquiétude au sujet de ce que la situation puisse s’empirer en Novembre avant la saison des pluies.

Un autre défi auquel fait face l’école est le mariage précoce, auquel s’ajoutent le problème de longues distances (souvent plus de 7 miles) que parcourent les élèves pour se rendre aux cours et l'extrême pauvreté, qui affectent tous les résultats scolaires, a-t-il soutenu.

Le secrétaire à l'éducation de la Conférence de l’Est du Zimbabwe, le révérend Munyaradzi Timire a visité l'école récemment pour évaluer la situation et envisager les contours d’une intervention possible.

« En effet, les défis s’empilent ... la rareté de l'eau à Chapanduka a terriblement affecté la dispensation des cours pratiques et la concentration des enfants en classe, » a-t-il affirmé.

« Nous avons vu des enfants qui apportaient de la maison, deux litres de réservoirs d'eau chacun pour se laver les mains après l'utilisation des installations sanitaires, pour se désaltérer et arroser le jardin. Mais, certains venaient de très loin. »

L'autre option pour pallier cette situation, selon lui, est pour eux de passer les heures de cours de classe à faire le rang afin de remplir leurs seaux d'eau.

Musayemura Gwenukwenyu, membre de la communauté avec un enfant de 3ème, a qualifié la situation de désespérée.

« Les enseignants vont chercher de l’eau hors des établissements, » explique-t-elle. « Je suis peiné de, tout le temps, voir les membres du personnel charger des récipients de 20 litres d’eau. Nous désirons ardemment qu’une solution immédiate soit trouvé comme par exemple utiliser des ânes sur des charrettes qui transporteront l’eau pour eux. Mais, nous n'avons pas de chariots ni d’ânes. Nous sommes limités dans la meilleure façon d’aider les autres. »
Vimbai Mupaikwa et Samuel apprennent l’informatique au cours secondaire Chapanduka de Buhera (Zimbabwe). L'école est confrontée à des défis qui ont affecté le rendement scolaire. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Vimbai Mupaikwa et Samuel apprennent l’informatique au cours secondaire Chapanduka de Buhera (Zimbabwe). L'école est confrontée à des défis qui ont affecté le rendement scolaire. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Pour Mbofana, la pauvreté dans la communauté affecte les filles en particulier, notant que les filles ne représentent que 46% des effectifs de l'école, bien que plus nombreuses que les garçons dans le pays.

« Confronté à une situation désastreuse, pour éviter les souffrances, les filles entrent plutôt dans le mariage précoce, » dit-il.

« Les religions en général et la culture de la région favorisent la polygamie, et les filles âgées de 13 ans peuvent facilement se marier à un homme marié, ce qui est inquiétant », affirme-t-il.

La pénurie d'eau a également été particulièrement difficile pour les filles, a noté une étudiante qui a préféré garder l’anonymat.

« Pendant la période de menstruation, vous pouvez être tachés et avoir besoin de vous nettoyer, mais quand il n'y a pas d'eau, cela pose problème, » explique-t-elle.

Après la construction de l’école en 2005, l'église a nommé un aumônier pour aider les étudiants rencontrant des difficultés.

« J’apporte à la fois des conseils aux étudiants et aux membres du personnel et m’occupe de leur croissance spirituelle, » a déclaré le pasteur Fungisai Gomana.

Elle a noté que deux organisations non gouvernementales, la Campagne pour l'Education des Femmes et Tariro, ont également contribué en faisant respectivement des dons de bicyclettes et en payant des frais de scolarité.

« Je me réjouis du fait que nos efforts aient porté leurs fruits, car il y a une amélioration remarquable dans le comportement des élèves. En 2017, 10 jeunes filles ont été forcé à entrer dans des mariages précoces, et depuis, seulement cinq, » dit-elle.

Les bicyclettes favorisent la mobilité et sont une source de motivation pour les filles qui parcourent de longues distances pour se rendre à l'école.

Sept des filles qui habitent les zones les plus reculées ont reçu les vélos. Après avoir terminé leurs examens de niveau O, elles passeront les vélos aux autres qui habitent loin et le processus se répètera.

Blessing Jori, élève de 4ème, s’est montré reconnaissante d'être l'une des bénéficiaires des vélos. 

« Je parcourais 12 miles de chez moi à l’école. J’arrivais à l'école en retard et fatiguée à cause du long trajet à pied, » dit Blessing.

« Maintenant, je suis heureuse que tout aille pour le mieux. J'aime maintenant l’école. 

Comment aider

Pour plus d'informations sur les moyens de soutenir l'école secondaire Chapanduka, veuillez contacter la révérende Pauline Nyamudzura à l'adresse [email protected]
Elle dit qu’elle prend bien soin de la bicyclette afin qu’elle soit en bon état pour le prochain bénéficiaire.

La révérende Pauline Nyamudzura, surintendante du district de Marange, a fait cas de son inquiétude au sujet de l'école à savoir la baisse du taux de réussite aux examens de niveau O, de 13,67 % en 2017 à 11,6 % l’an dernier.

« La baisse est inquiétante », a déclaré Nyamudzura, « et cela pourrait être causée par le non-paiement des frais de scolarité ; ce qui affecte ensuite l'achat de livres pour la bibliothèque. En outre, le manque d'électricité en raison du système solaire endommagé a une incidence sur le déroulement des cours du soir. »

« Si nous pouvons trouver une solution pour les deux, je pense la performance scolaire pourrait s’améliorer », affirme-t-elle.

Chef Firikanosi Chapanduka a indiqué que malgré les défis auxquels l'école était confrontée, il a été impressionné par la façon dont l'église administre l'école et les relations que l’école entretient avec les dirigeants locaux et les populations en général. 

Il a exprimé le souhait de développer l'école du niveau O au niveau A et de la transformer en un internat, tout en améliorant la situation hydrique de l’école. Il a noté que les enfants qui passent en classe supérieure après le niveau O doivent parcourir de longues distances pour se rendre à l'école secondaire le plus proche, qui est à plus de 17 miles.

« En tant que leader, » a poursuivi Chapanduka « ma tâche sera d’encourager la population à payer les frais de scolarité des élèves afin que l'école puisse se développer. »

Le révérend Duncan Charwadza, directeur des ministères connexionnelles de la conférence et adjoint administratif de l’évêque Eben K. Nhiwatiwa, a indiqué que malgré tous les défis, il y avait des lueurs d’espoirs pour l'école.

« L'école compte 22 membres du personnel, tous qualifiés. Les filles sont championnes en herbe au football dans le district avec deux filles qui jouent à l’équipe nationale » a-t-il dit. « L'école entretient une relation très solide avec les communautés environnantes. Ils ont un complexe de dernière génération construit par l'église. »

« Avec tous ces éléments et la solution aux défis susmentionnés, » a-t-il poursuivi, « il y a de fortes chances pour l'école d’évoluer à un niveau élevé. ... Ce n’est que le commencement des plus grandes choses à venir. »

Chingwe et Chikwanah sont des communicatrices de la Conférence de l’Est du Zimbabwe.
Contact Média : [email protected] 
L'Eglise
John Yambasu Jr. (à gauche) et d’autres personnes en deuil portent le cercueil contenant la dépouille de l’Evêque John K. Yambasu de la Région Episcopale de la Sierra Leone, qui a été enterré le 6 septembre après un culte du souvenir et de rites de passage à Freetown. L'évêque est décédé dans un accident de la circulation le 16 août. Photo de Phileas Jusu, UM News.

Le conducteur dans l’accident qui a tué l’Evêque Yambasu a été arrêté

Le conducteur de la SUV qui a percuté et tué l’évêque John K. Yambasu, de la Région épiscopale de la Sierra Leone, a été accusé de sept chefs d'accusation, dont l'excès de vitesse.
Mission
Des membres de la Jeunesse Pour Christ en Centrafrique procèdent à la sensibilisation contre le coronavirus et à l’installation de dispositifs de lavages des mains au marché central de Bangui. Photo de Chancelvie Petula Dockpa.

Les jeunes Méthodistes financent la lutte contre la Covid-19 grâce aux fonds issus des travaux manuels

Les Jeunes Méthodistes Unis en République centrafricaine sensibilisent sur le coronavirus grâce aux fonds mobilisés lors de leurs travaux dans les champs.
Préoccupations sociales
Les personnes déplacées font la queue pour collecter de la nourriture à l’église Méthodiste Unie Ebenezer de Yaoundé, Cameroun. Grâce à une subvention d’UMCOR aux Méthodistes Unis, l’Eglise a distribué de la nourriture et d’autres formes d’aides aux personnes qui luttent contre la pandémie du coronavirus. Photo avec l'aimable autorisation de Vischo Image.

Fournir de la nourriture aux familles déplacées du Cameroun

L'Église Méthodiste Unie au Cameroun, avec l'aide de Global Ministries et d'UMCOR, distribue des secours alimentaires et d'autres formes d'aide.