Les femmes de l’Église Méthodiste Unie du Cameroun viennent en aide aux déplacés internes

Other Manual Translations: English
L’Association des Femmes Méthodistes Unies du Cameroun a offert des denrées alimentaires et des articles ménagers aux personnes déplacées internes, principalement des femmes et des enfants, vivant en brousse dans la région du Sud-Ouest du pays. Photo de Collette Ndobe, UM News.
L’Association des Femmes Méthodistes Unies du Cameroun a offert des denrées alimentaires et des articles ménagers aux personnes déplacées internes, principalement des femmes et des enfants, vivant en brousse dans la région du Sud-Ouest du pays. Photo de Collette Ndobe, UM News.
Une crise qui dure maintenant depuis trois ans au Sud du Cameroun a contraint les populations à quitter leurs domiciles, éloignant les époux et pères de leurs familles, et obligeant les femmes et les enfants à vivre dans des conditions extrêmement difficiles et périlleuses. L’Association des Femmes Méthodistes Unies du Cameroun a tendu la main aux personnes déplacées internes, en leur offrant des denrées alimentaires ainsi que d’autres outils essentiels.

Ce conflit a débuté en octobre 2016 à Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-Ouest, avec une grève organisée par les avocats anglophones (d’expression anglaise) . Ceux-ci réclamaient le respect des spécificités de la Common Law et la traduction en anglais du Code de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires, ainsi que d’autres lois. Depuis lors, la confiance entre le gouvernement et les activistes d’expression anglaise n’a cessé de s’effriter, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

D’après les estimations des Nations Unies, plus de 437 000 personnes déplacées ont fui le Cameroun pour se réfugier au Nigeria ; d’autres sont allées dans les régions d’expression française. La plupart des familles déplacées internes ont abandonné leurs domiciles pour se refugier dans les brousses environnantes ou dans les zones plus sûres, chez des amis ou des proches. La plupart des réfugiés sont des femmes et des enfants.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme, depuis fin 2017, les incidents liés à la sécurité ont accru et les villageois sans défense sont très souvent coincés au milieu de ces affrontements, ce qui se solde généralement par de nombreuses victimes parmi ces villageois.
 
Prisca Bessong Tataw, mère de cinq enfants, a déclaré que sa famille et elle vivent dans la brousse parce que de graves affrontements ont opposé les militaires aux jeunes « ambaboys » (combattants séparatistes) à Mbalangi. Suite à la mort de trois militaires, les domiciles ont été incendiés et les balles ont été tirées à tout-va sur des maisons. « La vie de tout le monde était en danger », a-t-elle déclaré. « Nous avons dû fuir ».

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’avec l’aggravation de la crise, les déplacés sont exposés à des conditions de vie insalubres, parfois mortelles, dues au manque d’installations sanitaires et à l’exposition aux maladies. De nombreuses femmes accouchent dans des communautés rurales inhabitées, dépourvues de personnel médical qualifié, ce qui expose les femmes enceintes et leurs bébés à un risque élevé de mortalité maternelle et infantile.

Les besoins en matière d’hygiène féminine intime sont devenus un sujet de préoccupation majeure, bien que les organisations humanitaires aient fourni une assistance.

Synthia Ashu, une femme Méthodiste Unie, a qualifié cette situation de « déplorable et de véritable honte ». Les filles qui ne vont pas à l’école sont particulièrement vulnérables, car elles sont exposées aux grossesses précoces, aux accouchements difficiles du fait de leur jeune âge, ainsi qu’à une fistule obstétricale, a-t-elle déclaré.

Selon Amindeh Blaise Atabong de Equal Times, les femmes enceintes et allaitantes n’ont pas accès aux services de santé de base et sont grandement exposées aux maladies liées à l’eau parce qu’elles sont obligées de boire de l’eau provenant des sources contaminées. D’autres ont fait état de ce que les groupes séparatistes armés obligeaient les jeunes filles à quitter leurs familles pour les rejoindre afin de les aider dans la cuisine et d’autres travaux ménagers.

En guise de réponse, l’Association des Femmes Méthodistes Unies du Cameroun a distribué des produits de base tels que les vêtements, les briquets à gaz, les produits de toilettes, ainsi que des denrées alimentaires aux familles déplacées internes vivant en brousse dans les villages de Mbalangi dans la région du Sud-Ouest du Cameroun.

L’une de ces familles a déclaré s’être réfugiée dans la forêt après le déclenchement de la guerre à Mbalangi. Les membres de cette famille vivaient de bananes, d’ignames crus et de maïs sec. Ils dormaient sur des nattes étalées à même le sol, sol très souvent mouillé par la pluie. L’unique source servait à la fois de point d’eau pour boire, faire la cuisine et de lieu pour se soulager. « Nous n’avions pas d’autre choix que d’utiliser cette eau », a déclaré Patricia Ebeh Bate, un membre de cette famille. « Nous vivions dans la forêt avec mes cinq enfants et mes huit petits-enfants. »

La plupart des personnes déplacées vivaient en zones rurales et comptaient sur l’agriculture pour se nourrir et avoir un revenu. Les femmes ne peuvent plus paisiblement travailler dans les champs à cause de la violence, qui a eu un effet dévastateur sur les communautés locales.

« Je n’ai pas pu récolter le maïs que j’ai semé sur une grande parcelle de terre lors de la saison des semis dernière à cause des combats », a déclaré Ako Gladys, une femme rurale vivant dans le village de Bole.

La délégation de l’Association des Femmes Méthodistes Unies, conduite par la présidente du Circuit de Douala, Beatrice Diffang Ntube, a également offert des bibles et a prié avec les personnes déplacées. Diffang les a encouragées à faire confiance en Dieu et à promouvoir la paix, l’amour et l’unité. Elle leur a surtout rappelé de se pardonner mutuellement de la même manière que Dieu nous pardonne. « Un cœur qui aime », a-t-elle déclaré, « ne garde pas rancune ».

Diffang a déclaré que l’espoir de paix reposait sur les femmes du pays. Elle a exhorté les autres associations de femmes à organiser régulièrement des meetings, marches et manifestations pour « restaurer la paix dans notre pays ».

« C’est ce qui est entrain d’être fait par les femmes de la société civile qui se sont mobilisées. Nous sommes fatiguées de perdre nos enfants et d’enterrer nos époux ».

Collette Ndobe est communicatrice pour le compte de l’Association des Femmes Méthodistes Unies du Cameroun. Suivez le groupe sur Facebook à l’adresse www.facebook.com/umwac.

Contact média : [email protected]
Mission
Des femmes Méthodistes Unies transforment les tubercules de manioc en attiéké, un plat traditionnel ivoirien, dans une nouvelle usine de transformation semi-mécanisée à Anyama, en Côte d'Ivoire. Un don de 200 000 dollars de UMCOR a contribué à financer l'usine de production. Photo de Isaac Broune, UM News.

Un plat traditionnel ivoirien qui fait des bénéfices pour les femmes

Les femmes Méthodistes Unies ont vu leur rêve d'ouvrir une usine de transformation pour un plat local populaire se réaliser. Les femmes fabriqueront et vendront de l'attiéké, un plat traditionnel ivoirien à base de farine de manioc. UMCOR a financé le projet à hauteur de 200 000 $.
Evangélisation
Josiane Bahi, 33 ans, tient dans ses bras sa petite-fille Grâce Debra de 1 an, dans le camp de réfugiés ivoiriens d'Ampain (Ghana), où Josiane Bahi, une Méthodiste Unie, réside depuis 2012. Sa petite-fille faisait partie des plus de 540 enfants qui ont reçu un présent de l'Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire le jour de Noël. Photo de Isaac Broune, UM News.

Les enfants d’un camp de réfugiés reçoivent une surprise de Noël

Une délégation de l'Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire a distribué plus de 540 jouets dans un camp de réfugiés au Ghana le jour de Noël.
Mission
Le dispositif portable « UMC Cyber Campus hors ligne » fournit du matériel éducatif numérisé aux régions qui n'ont pas accès à Internet. Photo du Révérend HiRho Park, GBHEM.

Éduquer les leaders d'église sans accès à l'Internet

Les responsables des églises Méthodistes Unies des régions reculées des Philippines peuvent désormais accéder aux matériels éducatifs de l'Eglise sans connexion Internet. Grâce à un nouvel appareil portable de type hotspot du GBHEM, 50 étudiants et professeurs dans un rayon de 45 mètres peuvent télécharger des ressources numériques en même temps.