Les évêques invités à apporter la stabilité dans un monde chaotique

Other Manual Translations: English español

Les évêques Méthodistes Unis ont ouvert leur rencontre en ligne dans une période de turbulence.

Partout dans le monde, les gens sont confrontés à la pandémie, aux économies en difficulté, aux catastrophes naturelles et à l’injustice raciale. Aux États-Unis, les Méthodistes Unis sont également confrontés à une polarisation politique à la veille des élections du 3 novembre.

« L’une ou l’autre de ces situations serait suffisamment perturbante pour nous faire perdre notre voie, » a déclaré l’Evêque Cynthia Fierro Harvey à ses collègues dans son premier discours d’ouverture en tant que présidente du Conseil des Evêques. « Ensemble, ils nous font, non seulement, perdre notre voie mais aussi oublier notre destination - où nous allons et pourquoi. »

Harvey, qui dirige également la Conférence de Louisiane, a témoigné de la manière dont les ouragans qui ont fait rage cette année avaient décimé des vies le long de la côte du Golfe des États-Unis.

« Parfois, je me surprends à parler comme les Israélites : ‘L’Égypte aurait été mieux’, a-t-elle avoué. « Le voyage est vraiment un voyage dans le désert. »

Même en cette période de désastre et de division, elle a rappelé à ses confrères évêques que la compassion de Dieu était inébranlable. Tout au long de son discours, elle a cité l’hymne bien-connu « Dieu, ta fidélité » et sa promesse que Dieu fournissait « la force pour aujourd’hui, et un bel espoir pour demain. »

Les évêques, a-t-elle dit, sont dans une position unique pour assurer la stabilité en ces temps chaotiques.

« La stabilité ne consiste pas à rester physiquement au même endroit, mais à s’enraciner dans le Dieu qui habite parmi nous, » a-t-elle déclaré. « Imaginez que nous nous engagions à fournir une direction claire vers la Terre Promise - un leadership vers notre mission de proclamer la Bonne Nouvelle aux pauvres et de libérer les captifs. »

Harvey, la première femme hispanique à être présidente du Conseil des Evêques, s’est adressé à quelque 115 évêques de quatre continents au début de leur deuxième rencontre virtuelle depuis le début de la pandémie liée à la COVID-19. Pour les participants en ligne, cette allocution a débuté vers 6 heures du matin sur la côte ouest des États-Unis et vers 22 heures aux Philippines.

Harvey a dit à ses collègues qu’ils accompliraient le travail ensemble pendant 16 heures du 2 au 5 novembre. Les évêques prévoient de discuter des stratégies missionnaires, de leurs efforts en cours pour démanteler le racisme et des voies possibles vers la viabilité financière.

Les évêques prévoient de rouvrir leur rencontre pour la rendre publique le 5 novembre sur la page Facebook du Conseil des Evêques.

Les évêques se réunissent à un moment où ils sont confrontés, non seulement, à des afflictions dans le monde entier mais aussi à des angoisses au sein de la dénomination.

La COVID-19 a empêché la tenue de la Conférence Générale, la principale assemblée législative de la dénomination, qui a été confrontée à de multiples propositions visant à diviser la dénomination, longtemps déchirée sur la manière d’accepter d’être en relation avec les homosexuels.

Alors que la pandémie continue de faire des ravages, les organisateurs de la Conférence Générale examinent différentes options pour cette rencontre, désormais prévue du 29 août au 7 septembre 2021 à Minneapolis. Les évêques espèrent obtenir des informations actualisées de la part des organisateurs de la Conférence Générale au cours de la rencontre de cette semaine.

Le report de la Conférence Générale a donné à certains Méthodistes Unis le sentiment que l’avenir de l’Eglise était dans les limbes.

Harvey, cependant, avait un autre mot pour cette fois : liminal.

« Le mot liminal trouve sa racine dans le mot latin pour seuil, un espace de transition, » a-t-elle déclaré. « Nous avons laissé quelque chose, et nous ne savons pas encore ce qu’il y a de l’autre côté. »

Elle a exhorté ses collègues évêques à profiter de ce temps pour recalibrer et repenser leurs rôles.

« Et si nous arrêtions de marginaliser les marginaux ? » a-t-elle demandé. « Et si nous faisions de la place pour tous les enfants de Dieu, y compris nos frères et sœurs LGBTQ ? Et si nous ajoutions une voix de courage ? Les vies des Noirs comptent. »

Elle a conclu en rappelant aux évêques que Dieu n’en avait pas fini avec les évêques ou l’Église Méthodiste Unie au sens large.

« Pas de Conférence Générale, pas de pandémie, pas de catastrophe, rien ne perturbera Dieu, » a-t-elle déclaré. « La compassion de Dieu n’est pas terminée. »

L’évêque Samuel Quire, qui dirige les Méthodistes Unis dans la Conférence du Libéria, a apprécié l’accent mis par Harvey sur la présence de Dieu en temps de troubles.

« Pour moi, le message de l’Evêque Harvey était réconfortant et plein d’espoir pour tous, car elle a souligné la fidélité de Dieu, » a-t-il déclaré.

Les évêques ont terminé leur session ouverte du 2 novembre par des prières pour la paix pendant les prochaines élections américaines. Le Time Magazine rapporte que le niveau de préparation des troubles politiques autour d’une élection est sans précédent dans l’histoire moderne des États-Unis.

L’Evêque Ken Carter, dont la Conférence de Floride a encouragé l’inscription des électeurs, a lu une prière écrite par la Révérende Lisa Degrenia, pasteure de la Trinity United Methodist Church à Sarasota, en Floride.

« Seigneur, apporte l’unité et la guérison dans notre pays, » a prié Carter. « Couvre cette élection avec équité et dignité. »

Hahn est journaliste multimédia pour United Methodist News. Contact Médias : [email protected]

Mission
Innocent Mushayavanhu (à gauche) et Tariraishe Mubazangi préparent un désinfectant pour les mains au lycée Murewa de l’Église Méthodiste Unie au Zimbabwe. « Nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour cette école de 1 250 lèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a déclaré Sydney Mapisaunga, directeur de l’école. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Une seconde vague de la COVID-19 continue de perturber le système éducatif dans ce pays d’Afrique australe. De la maternelle à l’université, les élèves et le personnel des écoles Méthodistes Unies sont confrontés à des défis et trouvent des moyens innovants pour y faire face.
L'Eglise
La Conférence Générale de l’Église Méthodiste Unie devait initialement se réunir l’année dernière à Minneapolis. Avec la COVID-19 qui est toujours une menace, des questions subsistent quant à savoir si la Conférence Générale pourrait se dérouler comme prévu du 29 août au 7 septembre 2021, que ce soit à Minneapolis ou en ligne. Photo de Krivit Photography, avec l’aimable autorisation de Meet Minneapolis ; image d’ordinateur portable de Kathryn Price, United Methodist Communications ; graphique de Laurens Glass, UM News.

Une Conférence Générale virtuelle pourrait se heurter à des obstacles

La présidente de la Commission de la Conférence Générale a récemment exposé les défis auxquels sont confrontés les organisateurs de l'Assemblée législative de l'Eglise Méthodiste Unie.
L'Eglise
Le Révérend Kah-Jin Jeffrey Kuan, délégué de la Conférence de Californie-Nevada à la Conférence Générale, s’exprime lors de la dernière journée de la Conférence Générale Spéciale de 2019 à St. Louis. La Commission sur la Conférence Générale s’est réunie en ligne en décembre pour discuter de la planification de la Conférence Générale reportée par la COVID-19. Photo d’archives de Paul Jeffrey, UM News.

Des questions sur la Conférence Générale reportée

La Commission d'organisation du principal organe législatif de l’Église Méthodiste Unie ont décidé de ne pas rouvrir le processus de pétition, mais ont fixé un calendrier pour traiter le report.