L’évêque Wilbur Choy meurt à 103 ans

Translate Page

Points clés : 

  • En 1972, l’évêque Wilbur Choy est devenu le premier leader épiscopal asiatique américain élu dans l’Église Méthodiste Unie.
  • Cet évêque pionnier, qui a dirigé les conférences du Pacifique Nord-Ouest et de Californie-Nevada, a également ouvert la porte à d’autres leaders de cette Église.
  • Il est décédé le 28 décembre à Seattle à l’âge de 103 ans.

Il y a un demi-siècle, l’évêque Wilbur Choy a fait les gros titres de la presse nationale avec son élection en tant que premier leader épiscopal asiatique américain de l’Église Méthodiste Unie. 

Ses collègues Méthodistes Unis disent que l’évêque n’a pas seulement ouvert la voie pour lui-même, mais qu’il a également ouvert la voie à d’autres leaders de cette Église issus de la diversité ethnique et raciale. Ses amis se souviennent également de son grand sens de l’humour.

La Conférence juridictionnelle de l’Ouest a élu Choy — fils d’immigrants chinois — à l’épiscopat en 1972. Il a ensuite dirigé la Pacific Northwest Conference pendant huit ans et la California-Nevada Conference pendant quatre ans avant de prendre sa retraite en 1984. Ses collègues épiscopaux l’ont choisi pour présider le Conseil des évêques en 1983-84. 

« Je me souviens de lui comme d’un homme qui rayonnait de la joie du Seigneur, et de sa gentillesse envers tout le monde. Il était tout simplement contagieux, » a déclaré l’évêque à la retraite Roy Sano, qui a été élu premier évêque nippo-américain de la dénomination la même année où Choy a pris sa retraite.

Choy est décédé le 28 décembre à Seattle à l’âge de 103 ans.  

L’évêque Wilbur Choy (à droite) est assis à côté de Jeff Swenson, le défunt mari de l’évêque à la retraite Mary Ann Swenson, lors d’un culte de commémoration en septembre 2014. Choy a ordonné l’évêque Swenson en tant que diacre et pasteur lorsqu’il dirigeait la Conférence du Pacifique Nord-Ouest. « La conférence a prospéré sous son leadership, » a-t-elle déclaré. Photo de l’évêque Swenson. 
L’évêque Wilbur Choy (à droite) est assis à côté de Jeff Swenson, le défunt mari de l’évêque à la retraite Mary Ann Swenson, lors d’un culte de commémoration en septembre 2014. Choy a ordonné l’évêque Swenson en tant que diacre et pasteur lorsqu’il dirigeait la Conférence du Pacifique Nord-Ouest. « La conférence a prospéré sous son leadership, » a-t-elle déclaré. Photo de l’évêque Swenson.

Son héritage prend en compte une dénomination qui, grâce en partie à son ministère, a gagné en diversité ethnique et raciale au fil des ans.

« Il a mis l’accent sur le renforcement dans l’église locale des minorités ethniques dans le Pacifique Nord-Ouest, reconnaissant la diversité des personnes dans nos communautés et l’impératif biblique de les accueillir et de les inclure toutes, » a déclaré l’évêque de la région du Grand Nord-Ouest, Elaine Stanovsky, dans une déclaration du Conseil des évêques. Sa région comprend l’actuelle Conférence du Nord-Ouest du Pacifique.

« Sous sa direction, de nouveaux leaders laïcs et des pasteurs issus de nombreuses identités raciales, ethniques et culturelles ont accédé à des postes de direction au sein de la conférence et de l’église en général, » a ajouté Stanovsky. 

Le révérend Edsel Goldson fait partie des leaders qui se sont inspirés de Choy.

Le révérend Goldson, qui a grandi dans l’Église chrétienne (Disciples du Christ) en Jamaïque, a été transféré à l’Église Méthodiste Unie lorsque Choy dirigeait la Conférence du Nord-Ouest Pacifique. Goldson a ensuite dirigé les ministères ethniques de la conférence. 

« Il avait un grand esprit chrétien, un esprit doux et un cœur très compatissant, » a déclaré Goldson, qui est maintenant à la retraite. « Il ne se prenait jamais trop au sérieux. Il nous faisait toujours rire avec ses sermons. »

Goldson a ajouté que Choy était également un excellent cuisinier, qui accueillait volontiers les gens à sa table. Plus de 40 ans plus tard, Goldson se souvient encore très bien d’un délicieux dîner de calamars préparé par l’évêque. 

Choy a donné à l’évêque Warner Brown, aujourd’hui à la retraite, sa première nomination en tant que surintendant de district. 

« C’était quelqu’un qui exerçait ses fonctions avec intégrité et qui comprenait qui il était. Il ne s’empressait donc pas d’adhérer à quelque chose juste parce que c’était à la mode, » a déclaré Brown, évêque par intérim de la Conférence de Sierra Leone.

« Il était très favorable à l’inclusion des gens et à la suppression des barrières. Mais il voulait aussi s’assurer que nous ne perdions pas nos valeurs fondamentales. »

Selon Brown, Choy voulait surtout s’assurer que les personnes excellentes ne soient pas négligées comme elles l’avaient été dans le passé. 

Programme du service de commémoration

La présidente du Conseil des évêques, l’évêque Cynthia Fierro Harvey, a décrit l’évêque Wilbur Choy comme « un pionnier et un leader de la diversification de l’Église Méthodiste Unie. »

Sa vie et son ministère seront célébrés à 22 heures GMT, le 12 mars, à la First United Methodist Church de Seattle. Le port du masque et la preuve de vaccination contre le COVID-19 seront requis. Vous pouvez suivre la retransmission en direct sur FirstChurchSeattle.org/live.

Les dons commémoratifs peuvent être faits à l’un des organismes suivants :

  • First United Methodist Church of Seattle, P.O. Box 19596, Seattle, WA 98109.
  • Bayview Manor Foundation, 11 W Aloha Street, Seattle, WA 98119.
  • ·- University of the Pacific, 3601 Pacific Ave., Stockton, CA 95211.
Lire le communiqué de presse du Conseil des évêques.

L’évêque Wilbur Wong Yan Choy est né le 28 mai 1918 de parents immigrés à Stockton, en Californie, à une époque où d’innombrables personnes étaient confrontées au rejet en raison de leur origine nationale. Moins de 40 ans avant sa naissance, les États-Unis avaient adopté la loi d’exclusion des Chinois de 1882 qui suspendait l’immigration chinoise pendant 10 ans et interdisait la naturalisation des immigrants chinois. Lorsqu’il a 6 ans, les États-Unis adoptent la loi sur l’immigration de 1924 qui exclut totalement l’immigration asiatique. 

Il a grandi au sein de l’Église Méthodiste Chinoise de la ville et est devenu le pasteur de la congrégation en 1943, alors qu’il fréquentait l’université et le séminaire. Il est diplômé du Stockton Junior College, du College of the Pacific et de la Pacific School of Religion, où il a obtenu un Master of Divinity et a été président de l’association des étudiants.

Il a d’abord été pasteur de la Conférence Provisionnelle de la Californie-Orientale, qui regroupe les églises chinoises, coréennes et philippines de l’État. Il a présidé le comité d’intégration qui a conduit la fusion de la Conférence provisionnelle avec les Conférences Méthodistes géographiques en 1952. 

Deux ans plus tard, il est devenu pasteur d’une congrégation multiraciale après avoir réuni l’Eglise Méthodiste Chinoise de Stockton et l’église Méthodiste Unie St Mark, qui comptait des membres de race blanche et noire.

Tout en assumant d’autres fonctions pastorales, il participe largement à la vie de la communauté et de l’État. En 1967, il est aumônier du Sénat de l’État de Californie. 

En 1969, il est devenu le premier surintendant de district sino-américain de l’Église Méthodiste Unie dans un district à prédominance blanche.

Lorsqu’il est élu évêque trois ans plus tard, il s’engage à assurer une plus grande participation des laïcs, des femmes, des jeunes et des minorités ethniques. Il a également promis d’être l’évêque de et pour tous les segments de sa région.

L’évêque à la retraite Mary Ann Swenson faisait partie des pasteurs que Choy a ordonnés lorsqu’il servait la Conférence du Pacifique Nord-Ouest. Elle se souvient que Choy aimait faire voler des cerfs-volants lors des camps de l’église et des retraites des pasteurs.

Autant qu’il donnât de l’altitude aux cerfs-volants, il avait aussi une façon d’élever l’esprit des gens. Swenson fait partie des pasteurs qui se souviennent que les histoires de l’évêque suscitaient de grands éclats de rire.

« Il nous a tant appris, » a déclaré Swenson, aujourd’hui vice-modérateur du Conseil œcuménique des Églises. « Il a également mis en place un cabinet et un groupe de leadership solides pour guider la Conférence. La Conférence a prospéré sous sa direction. » 

Toutefois, son mandat d’évêque a également été marqué par le chagrin. Grâce, son épouse depuis 37 ans, est décédée le 26 décembre 1977. 

« Il était tellement positif, » a déclaré le révérend Bob Ward, qui était directeur du Conseil des ministères de la Conférence pendant le mandat de Choy. « Mais, c’était aussi quelqu’un qui pouvait faire face à des situations difficiles, tout en faisant preuve d’ouverture et d’intégrité. C’était un plaisir et un privilège de travailler avec lui. »

Ward et d’autres leaders de l’Église se sont réjouis avec Choy lorsqu’il a épousé en 1982 la révérende Nancy Adachi-Osawa, pasteure Méthodiste Uni.

Lorsqu’il a pris sa retraite en 1984, le couple a déménagé à Seattle. La perte d’audition a finalement conduit Choy à se retirer des réunions du Conseil des évêques et des voyages. Sa femme et lui sont restés des membres réguliers, fréquentant la First United Methodist Church de Seattle.

Le révérend Jeremy Smith, pasteur principal de cette église et blogueur prolifique, est leur pasteur depuis cinq ans. Selon lui, Choy et Adachi-Osawa ont assisté régulièrement aux offices jusqu’à ce que la pandémie mette fin aux cultes en présentiel en mars 2020.

L’un des souvenirs préférés de Smith était lorsque la congrégation a chanté « Joyeux anniversaire » pour Choy lorsqu’il célébrait son 100e anniversaire. « Il s’est levé sans assistance et nous a fait un signe de la main, » a-t-il déclaré.

L’évêque Grant Hagiya, qui a été ordonné par Choy, a appris à connaître son ainé évêque d’une nouvelle manière lorsque Hagiya a dirigé la région du Grand Nord-Ouest. 

« L’évêque Choy était toujours si humble et si affirmatif, et il a été un excellent modèle d’évêque à la retraite dans sa région, » a déclaré Hagiya, qui dirige maintenant les conférences California-Pacific et Desert Southwest. « Je suis reconnaissant à Dieu d’avoir donné à l’évêque Choy une vie aussi longue et fructueuse. »

Aux côtés de sa femme depuis 39 ans, les survivants de Choy comprennent ses quatre enfants : Randolph W. (Cheryl), Jonathan W. (Linda), Phyllis W. (feu LeRoy Siebert) et Donnell W. (LiangFeng Guo) Choy, et 22 petits, arrière-petits et arrière-arrière-petits-enfants. Ses survivants comprennent également ses beaux-enfants Dennis et Tracie Yamasaki (Leo Dela Cruz) et trois beaux petits-enfants.

Hahn est rédactrice en chef adjoint pour UM News. Contact Médias : [email protected].

Aimez-vous ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières actualités de notre dénomination, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible d’impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.

Le Conseil des Evêques
L’Évêque Cynthia Fierro Harvey de la Conférence de Louisiane, à droite, passe le marteau de la présidence du Conseil des Évêques à son successeur, l’Évêque Thomas J. Bickerton de la Conférence de New York. Le Conseil des Évêques a conclu sa réunion de printemps le 29 avril par le passage du manteau. Les évêques ont pris acte du lancement prévu d’une dénomination dissidente le 1er mai, tout en discutant de la poursuite du ministère de l’Église Méthodiste Unie. Capture d’écran via Zoom du Conseil des évêques, par UM News.

Les Méthodistes Unis sont invités à relancer leur Église

Tout en reconnaissant la naissance d’une dénomination dissidente, Thomas Bickerton, le nouveau président du Conseil des Évêques, a partagé ses espoirs pour une Église Méthodiste Unie revivifiée. Parmi ceux qui partent pour la nouvelle dénomination figure un évêque.
L'Eglise
L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu. Église originale de Adam Morse, avec l'aimable autorisation de Unsplash.com; graphique de Laurens Glass, UM News.

Que se passe-t-il lorsqu’une nouvelle dénomination est lancée ?

L’Église Méthodiste Mondiale, une dénomination dissidente de tendance théologique conservatrice, a fixé le 1er mai comme date officielle de son lancement. Toutefois, il faudra du temps pour que les éventuelles séparations avec l’Église Méthodiste Unie aient lieu.
Le Conseil des Evêques
Dans le sens des aiguilles d’une montre, de gauche à droite, l’Évêque à la retraite Forrest C. Stith, l’Évêque LaTrelle Easterling, l’Évêque à la retraite Elías Galván, Ashley Boggan Dreff et Erin Hawkins participent à une conversation sur le contexte historique de l’action de l’Église Méthodiste Unie contre le racisme. Ashley Boggan Dreff a souligné que de nombreuses divisions antérieures au sein du Méthodisme avaient pour cause principale la race. Capture d’écran du Conseil des Évêques via Zoom par UM News.

Les évêques sont invités à œuvrer en faveur d’une église « à grande échelle. »

Dans son dernier discours en tant que présidente du Conseil des Évêques, l’Évêque Cynthia Fierro Harvey a appelé à la plus grande unité possible, alors même qu’une nouvelle dénomination prévoit de voir le jour. Les évêques ont également pris connaissance de l’histoire des précédentes séparations dans la dénomination.