Enseigner aux musulmans et aux chrétiens la paix

Other Manual Translations: English

Children celebrate Mardi Gras at the United Methodist Koumassi School in Abidjan, Côte d'Ivoire. Promoting unity across denominational and religious lines is a core mission in the country’s United Methodist schools where civil strife is a recent national memory. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Des enfants célèbrent le mardi gras à l'école méthodiste unie de Koumassi à Abidjan, en Côte d'Ivoire. La promotion de l'unité à travers les lignes confessionnelles et religieuses est une mission essentielle dans les écoles méthodistes unies du pays où la guerre civile est une mémoire nationale récente.

 Une musique exubérante et des rires emplissent l'air tandis que les enfants quittent leurs études pour une pause dans la cour de sable de leur école primaire. Ils chantent une chanson en français qui traduit "Venez et voyez".

Certains enfants agitent des pompons et d'autres balancent des mouchoirs à temps. La plupart portent des vêtements colorés et des masques de fête pour marquer l'occasion des fêtes.

C'est Mardi Gras - le jour avant le début du Carême. En Côte d'Ivoire, qui, comme la Louisiane, reflète encore l'influence catholique française, Fat Tuesday est synonyme de réjouissances.

Dans les écoles méthodistes unies comme celle-ci, dans le quartier Koumassi d'Abidjan, la fête a un but.

"Les enfants viennent de milieux culturels divers. Cela apporte l'unité », a déclaré Marceline Gnagne, la directrice de l'école maternelle, alors qu'un orchestre de cuivres lance une mélodie brillante.

Students wearing Mardi Gras costumes listen to their teacher at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les élèves portant des costumes de Mardi Gras écoutent leur professeur à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

 

Favoriser le sens de l'unité et le but commun parmi un corps étudiant religieusement et culturellement divers est une grande partie de la mission des écoles Méthodistes Unies ici. Ils éduquent une nouvelle génération de musulmans et de chrétiens dans un pays où la guerre civile est encore un traumatisme.

"L'éducation est la clé pour cette nation, et l'éducation est meilleure lorsqu'elle est également soutenue par des valeurs ancrées dans la Bible", a déclaré Lazare Kouassi, directeur des écoles méthodistes unies. Lui et d'autres Ivoiriens ont parlé au United Methodist News Service par l'intermédiaire d'un interprète.

L'Église Méthodiste Unie en Côte d'Ivoire gère l'un des plus grands systèmes scolaires du pays. Au total, plus de 19 000 jeunes fréquentent les huit écoles secondaires, 50 écoles primaires et 24 écoles maternelles de la confession.

Students listen to their teacher at the United Methodist Koumassi School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les élèves écoutent leur professeur à l'école méthodiste unie Koumassi à Abidjan.

Michelle Ade Eba (left) and Grace Sossonan fry potatoes in a home economics class at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Michelle Ade Eba (left) and Grace Sossonan fry potatoes in a home economics class at the United Methodist Anyama School in Abidjan.

 

La plupart des 900 membres du personnel des écoles sont des Méthodistes Unis, mais seulement 20% du corps étudiant est. Plus d'étudiants sont musulmans.

Alors que les chefs d'établissement soulignent qu'ils espèrent attirer davantage d'étudiants méthodistes unis, ils sont très fiers que de nombreux parents musulmans aient choisi d'envoyer leurs enfants sur des campus arborant la croix et la flamme.

Mgr Benjamin Boni, qui dirige la Conférence de Côte d'Ivoire, a déclaré que les écoles avaient le potentiel de construire la paix.

"Quand les gens travaillent ensemble et partagent tous les jours les mêmes réalités, le sentiment de fraternité va grandir", a déclaré l'évêque. "Nous savons que notre pays a connu des moments difficiles en raison de la guerre. Mais grâce aux écoles, nous avons un instrument puissant pour rassembler les gens dans un environnement pacifique. "

Students visit with one another between classes at the United Methodist Koumassi School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les étudiants causent ensemble à l'école méthodiste unie de Koumassi à Abidjan.

Les derniers affrontements violents de la nation ont éclaté en décembre 2010 lorsque le président de l'époque, Laurent Gbagbo, un chrétien, a refusé d'accepter l'élection d'Alassane Ouattara, son rival musulman. En six mois, au moins 3 000 civils ont été tués et plus de 150 femmes ont été violées. Les forces de Ouattara ont finalement capturé Gbagbo, qui fait maintenant face à des accusations de crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale à La Haye. Le président Ouattara est dans son second mandat.

Cependant, les luttes politiques et sectaires semblent un monde éloigné alors que les étudiants musulmans et chrétiens étudient côte à côte à des bureaux soignés à l'intérieur du campus de Koumassi, qui comprend une école maternelle ainsi que des écoles primaires et secondaires.

Tout comme les élèves savent comment faire passer les bons moments pour Mardi Gras, ils savent aussi comment se mettre à l'écoute quand il s'agit de cours.

Students share a computer at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les étudiants partagent un ordinateur à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

Plusieurs parents ont déclaré au United Methodist News Service qu'ils étaient satisfaits de la discipline que les écoles de la dénomination instillent chez leurs enfants.

«J'aime cette école parce qu'elle est très stricte», a déclaré Do Angèle, une catholique qui a une fille en 11e année et un fils en septième année à l'école de Koumassi. Par exemple, elle a souligné que les étudiants ne sont pas autorisés à apporter des téléphones cellulaires en classe, de sorte qu'ils restent concentrés sur l'instruction.

Elle a essayé d'autres écoles dans la ville, a-t-elle dit, mais n'a pas apprécié la façon dont ils se sont occupés des enfants.

De même, Ali Moustapha - un musulman - a dit qu'il a transféré tous ses enfants dans des écoles méthodistes unies parce qu'il fait confiance à l'éducation qu'ils reçoivent.

En Côte d'Ivoire, le gouvernement et les parents ont tous deux indiqué où les élèves vont à l'école secondaire. Il n'y a pas assez d'écoles secondaires publiques dans le pays pour répondre à la demande, de sorte que le gouvernement affecte les élèves aux écoles publiques et privées en fonction de leurs résultats aux tests. Le gouvernement paie une partie des frais pour les étudiants affectés à une école privée. Mais si les parents choisissent d'envoyer leur enfant dans une autre école, ils doivent payer le plein montant.

Peu importe leur origine, les élèves des écoles méthodistes unies reçoivent une instruction sur la Bible et les enseignements chrétiens dans le cadre de leur éducation. Chaque lundi, la semaine scolaire commence par un service de prière.

Kamonda Gualla (right) has her hair done by fellow student Marie Touhé in a cosmetology class at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Kamonda Gualla (à droite) se fait coiffer par une camarade de classe, Marie Touhé, dans un cours de cosmétologie à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

Students listen to a presentation at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose.

Les étudiants écoutent une présentation à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

"L'église utilise les écoles comme un outil pour répandre l'évangile", a déclaré le Révérend Hermance Akpes Epse Aka, directeur des aumôniers pour les écoles du système méthodiste uni. Elle est également membre du conseil d'administration de l'United Methodist Discipleship Ministries. "Nous savons que sans Dieu, il n'y a rien que nous puissions faire."

Boni, l'évêque, souligne avec fierté les résultats des écoles méthodistes unies. Il a déclaré que 74% des élèves des écoles obtiennent un baccalauréat - l'équivalent d'un diplôme d'études secondaires des États-Unis. C'est dans un pays où moins de 50% des jeunes terminent leurs études secondaires et 36% des jeunes n'ont aucune éducation formelle à quelque niveau que ce soit.

Maruela Kpanigo leads the choir at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose.

Maruela Kpanigo dirige la chorale à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

Aladji Koné Yaya, a Muslim preacher, sends his daughter to the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Aladji Koné Yaya, un prédicateur musulman, envoie sa fille à l'école Méthodiste Unie d'Anyama à Abidjan.

Maryline Gogognon, élève de 10e à l'école de Koumassi, a déclaré aimer la discipline de l'école. Elle s'attend à ce que les préparatifs qu'elle reçoit l'aident à voir le monde en tant qu'agent de bord.

À travers la ville depuis le campus de Koumassi, l'école Méthodiste Unie d'Anyama se concentre sur l'éducation des filles. Ici, les jeunes femmes peuvent obtenir - en plus de leurs universitaires habituels - une formation professionnelle en cuisine, en cosmétologie, en couture et en informatique. Contrairement à Koumassi, les jeunes femmes peuvent aussi monter à l'école dans un dortoir du campus.

Aladji Koné Yaya, un prédicateur musulman, a envoyé sa fille à Anyama en raison de sa réputation rigoureuse. Il voulait qu'elle soit contestée académiquement et est fière de dire qu'elle excelle dans ses cours.

Allassane Coulibaly, dont la fille est en septième année à l'école de Koumassi, a déclaré qu'il croyait que les écoles méthodistes unies avaient le potentiel de former les leaders qui dirigeront finalement le pays.

En tant que musulman marié à un catholique, Coulibaly apprécie également que l'école rassemble des étudiants de différentes religions.

"L'école est riche en raison de sa diversité", a-t-il déclaré.

Beaucoup d'étudiants seraient d'accord. À l'heure du déjeuner à Anyama, un groupe de filles musulmanes et chrétiennes rigolent ensemble sur des assiettes de poisson.

Une fille a dit en anglais: "Nous sommes une famille".

Students walk at the United Methodist Anyama School in Abidjan. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Des élèves marchent à l'école méthodiste unie d'Abidjan.

Hahn est rédacteur en chef du United Methodist News Service et DuBose est un photographe pour United Methodist Communications. Contactez-les au (615) 742-5470 ou à newsdesk@umcom.org. Pour lire plus de nouvelles de l'United Methodist, abonnez-vous aux Digests quotidiens ou hebdomadaires gratuits.

Evangélisation
Aishatou Ndiaye en train de se faire baptisée le 20 Avril 2019. A côté se trouve le conducteur Laïc Faustin Gassimbala (en noir). Photo de Petula Dockpa, UM News.

Une musulmane de la Centrafrique se convertit au christianisme

Aishatou Ndiaye, ménagère, depuis peu convertie au christianisme s’est faite baptiser dans l'Église Méthodiste Unie.
Evangélisation
Un policier passe devant le temple de la Cité de grâce d’Anoumabo le jour de la célébration du 25ème anniversaire. Troisième temple construit en matériaux durables depuis l’avènement du Méthodisme dans ce village, il a été dédicacé le 27 février 1994. Photo de Isaac Broune, UM News.

L’Eglise d’Anoumabo célèbre le 25e anniversaire de sa dédicace

La Communauté Méthodiste Unie d’Anoumabo, l’un des villages atchan de la capitale économique ivoirienne, a célébré avec faste l’anniversaire de la dédicace de son temple.
Mission
Les participants internationaux écoutent une présentation lors du sommet de l’Eglise Méthodiste Unie sur la lutte contre le VIH / SIDA à Abidjan, en Côte d’Ivoire. (A partir de la gauche), Augustin Bahati, communicateur et membre du conseil de santé de la Conférence provisoire du Rwanda, Pauline Roberts, conseillère en VIH/SIDA et coordinatrice de la Conférence du Libéria, et Dr. Madaki Micah Musa, président du conseil de santé de la Conférence du Nigéria. Photo de Isaac Broune, UMNS.

Conception d’une stratégie de lutte contre le VIH/SIDA en Afrique de l’Ouest

Trente délégués Méthodistes Unis de la Côte d'Ivoire, du Libéria, du Nigéria, du Rwanda et des États-Unis se sont réunis pour partager des stratégies visant à réduire les infections par le VIH en Afrique de l'Ouest et du Centre. La mobilisation des fonds reste un défi majeur.