L'énergie solaire améliore les soins dans un hôpital Méthodiste Uni en RD Congo

Other Manual Translations: English

Les médecins de Kabongo ont dû souvent pratiquer des opérations chirurgicales, faire naître des bébés et soigner les enfants malades et les patients en urgence à la lumière des bougies.

En raison du manque d'électricité, certains évitaient l'hôpital Méthodiste Uni de Kabongo pour se faire soigner, surtout la nuit.

Cette donne a changé avec l'ajout d'une station de panneaux solaires qui fournira une alimentation électrique fiable à l'hôpital.

Au début de cette année, le Dr Kayembe Katongola a créé une station de panneaux solaires utilisant 14 panneaux qui avaient été installés dans tout l'hôpital en 2014. Individuellement, les panneaux ne fournissaient pas l'énergie nécessaire.

Selon le Dr Katongola, le système de panneaux solaires améliorera les conditions de travail et la qualité de vie des patients et du personnel.

 « Peu importe les différents personnels médicaux que nous avons - internistes, pédiatres, infirmières - à l'hôpital de Kabongo, nous devons offrir des soins médicaux de qualité pour améliorer notre lieu de travail et aimer ce que nous faisons, » a-t-il déclaré.

Justine Kyungu wa Ngoy, une infirmière pédiatre, a déclaré que le fait d'avoir de l’électricité en permanence résolvait certains défis majeurs à l'hôpital.

« C’était toujours difficile lorsque les femmes venaient la nuit pour accoucher, ou lorsqu’il y avait des cas de paludisme avec des enfants ou des opérations chirurgicales la nuit avec une source d’énergie limitée, » affirme-t-elle.

Les panneaux de 200 watts, les huit batteries et les accessoires ont été acquis grâce à un partenariat entre la Conférence du Nord Katanga, l'unité de santé mondiale du GBGM, Connexio (un partenaire suisse) et le missionnaire suisse Roman Heifer.

Une partie de la subvention de 48 000 dollars octroyée par GBGM a été utilisée pour réhabiliter l'hôpital.

En améliorant les conditions et l'environnement de travail, l'hôpital génère davantage de revenus, a déclaré Katongola. Il a ajouté que cela contribuait à motiver le personnel en lui fournissant des salaires réguliers.

Dr. Patrick Kilunji, qui travaille à la clinique Shungu à Kamina et a fait son stage à l'hôpital Kabongo, a affirmé qu'il était difficile de travailler avec une source d’énergie limitée. Certains équipements électriques étaient stockés depuis des mois parce que l'hôpital ne disposait pas de l'énergie nécessaire pour les utiliser.

« Maintenant avec la lumière, le travail doit être amélioré et la maintenance doit être une priorité, afin que l'énergie devienne permanente. Les équipements électriques comme les incubateurs et les échographies seront désormais opérationnels, » a-t-il déclaré.

Les laboratoires seront également utilisés 24 heures sur 24, a déclaré Gracia Kalenga Ngoy, une infirmière de l'hôpital.

Bien que l'hôpital dispose d'un groupe électrogène, il ne peut pas être utilisé tous les jours en raison du coût du carburant.

« Le carburant à Kabongo reste un grand défi... La petite quantité disponible est chère, » a déclaré Marianne Ilunga, une sage-femme de l'hôpital.

Elle dit que maintenant le groupe électrogène n'était utilisé que lorsque les panneaux solaires n’étaient pas complètement chargés.

Ilunga a ajouté que le système fournissait également de l’électricité aux maisons environnantes, y compris une maison des hôtes Méthodiste Unie qui se trouve près de l'hôpital.

L'ajout de l’électricité la nuit a permis d’avoir plus de patients.

« Les patients y viennent à cause de la sécurité occasionnée par cette source d’énergie, surtout la nuit, » a-t-elle dit.

Le Dr Alexis Mgoy Kasole, coordinateur médical, a abondé dans le même sens. Il a déclaré que l'énergie à l'hôpital améliorait les conditions et créait la confiance entre la communauté et le personnel médical.

Bien qu'une grande partie du personnel soit engagée par l'église, c'est l'état des installations et des soins qui attire les patients à l'hôpital, a-t-il dit.

« Plus les conditions de travail s'améliorent, plus il sera facile (pour) les membres de la communauté de faire confiance et de venir se faire soigner à l'hôpital chaque jour, » a-t-il déclaré.

Le fait d'avoir un système de panneaux solaires à l'hôpital de Kabongo a également créé un changement à l'extérieur de l'hôpital, a déclaré Kasole. Il a inspiré les propriétaires des entreprises de la région à installer leurs propres panneaux solaires.

« Les panneaux solaires privées aident à faire fonctionner de petites entreprises en créant des stations de recharge de téléphone, en diffusant des émissions de la télévision publique pour divertir la communauté, des systèmes d'exploitation radio et des services informatiques où les gens viennent utiliser des ordinateurs et faire des impressions, » a-t-il dit.

Musau est la directrice de la communication de la Conférence du Nord-Katanga.

Contact média : [email protected]
Mission
La famille Ohouo (à partir de la gauche, Appolos, Fabrice, Chiadon et Chantal) de l'église Méthodiste Unie Béthel- Quartier Eléphant participe à la Sainte Cène pendant un culte à domicile. Bien que les églises soient fermées à cause de la pandémie du COVID-19, les membres organisent des cultes à domicile avec les ressources fournies par leurs pasteurs. Photo de John Mel, UM News.

Les pasteurs prennent soin des membres malgré la pandémie

Bien que les églises soient fermées, les pasteurs Méthodistes Unis d'Afrique et des Philippines maintiennent le contact avec les membres avec des guides de conduite pour le culte familial et des mots d'encouragement quotidiens.
Mission
Une vue aérienne de maisons englouties par les eaux à Kindu, en RD Congo. Des pluies torrentielles ont provoqué le débordement du fleuve Congo en avril, affectant plus de 10 000 foyers à Kindu. Photo de Chadrack Tambwe Londe, UM News.

Des Méthodistes Unis parmi les victimes de l’inondation en RD Congo

Des milliers de familles ont été déplacées. Des maisons, des écoles et autres infrastructures Méthodistes Unies ont été détruites par les inondations dans la Région épiscopale du Congo-Est.
Mission
Les enfants de la famille Mumba se lavent les mains dans le même bol avant de passer à table. En RDC, le partage de la nourriture dans le même bol est un symbole de fraternité et de relations profondes. Photo du Rév. Mumba Masimango, UMNS.

Le COVID-19 change des pratiques culturelles en RD Congo

Dans certaines régions de la RDC, le partage de la nourriture dans le même bol est un symbole de fraternité et de relations profondes. Mais, la réalité du COVID-19 est en train de changer la donne.