Préserver l’histoire des églises historiquement noires

Other Manual Translations: English

Points clés :

  • L’African American Methodist Heritage Center préserve l’histoire des Méthodistes d’origine noire. 
  • Le centre n’a pas siège mais catalogue les documents et les artefacts à l’Université Drew, en utilisant l’expertise de United Methodist Archives and History.
  • Le centre cherche à collecter davantage de fonds et envisage un changement de nom.

Considérez ce proverbe africain : « Si le lion ne raconte pas son histoire, le chasseur sera toujours le héros. »

« Les personnes déprimées et opprimées ont tendance à ne pas raconter leur histoire, » a déclaré l’évêque à la retraite Forrest Stith, qui a joué un rôle central dans la fondation de l’African American Methodist Heritage Center en 2001 pour documenter l’histoire des Méthodistes d’origine noire.

Sans ce centre, « l’histoire du Méthodisme est racontée par ceux qui sont les mieux placés, ce qui rend cette histoire incomplète » a-t-il ajouté.

Ce centre d’héritage existe pour préserver et raconter l’histoire des Méthodistes afro-américains. Ses dirigeants aimeraient enrichir sa collection et la rendre plus accessible, mais une importante collecte de fonds est nécessaire après une période d’inactivité causée principalement par la pandémie de coronavirus. On observe également un resserrement des finances au sein de la dénomination, les dirigeants anticipant une scission liée aux politiques en matière de sexualité. 

La congrégation de l’East Calvary Methodist Episcopal Church se réunit pour le culte à Philadelphie. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire. 
La congrégation de l’East Calvary Methodist Episcopal Church se réunit pour le culte à Philadelphie. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire.

S’il existe des obstacles financiers à la préservation de leur héritage, les églises historiquement noires sont confrontées à des problèmes plus immédiats tels que l’entretien des bâtiments et la nécessité de payer les pasteurs à leur juste valeur, a déclaré Stith, président émérite du conseil d’administration du centre. 

Les enjeux sont plus élevés pour les églises historiquement noires, estime-t-il.

Comment aider

Faites un don au African American Heritage Center par l'intermédiaire de United Methodist Global Ministries Advance #3020514

« Lorsque les églises perdent leur tradition et leur histoire, elles perdent leur raison d’être et… elles n’ont aucune motivation pour aller de l’avant, » a-t-il déclaré.

Ashley Boggan Dreff est la directrice générale de United Methodist Archives and History, qui abrite et préserve les artefacts et les dossiers de l’African American Methodist Heritage Center dans ses locaux de l’université Drew à Madison, dans le New Jersey. Elle a déclaré que les Afro-Américains avaient été « mis à l’écart » pendant une grande partie de l’histoire de l’Église Méthodiste Unie.

« Leurs histoires, leurs croyances et leurs contributions ont été subsumées sous la race blanche, » a-t-elle déclaré. « L’African American Methodist Heritage Center corrige cette situation. Il place les Afro-Américains Méthodistes Unis au premier plan et veille à ce que leurs histoires, leurs croyances et leurs contributions à nos récits plus larges soient collectées, préservées et promues. » 

Le révérend C. A. Tindley travaille dans son bureau à Philadelphie. Tindley a été pasteur de l’Église épiscopale Méthodiste et a été un compositeur de musique gospel renommé. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire. 
Le révérend C. A. Tindley travaille dans son bureau à Philadelphie. Tindley a été pasteur de l’Église épiscopale Méthodiste et a été un compositeur de musique gospel renommé. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire.

Les Black Methodists for Church Renewal, le caucus noir de l’Église Méthodiste Unie, ont conçu le centre. Il a été demandé à Stith de diriger cette initiative. Et, il a mis en place un groupe de travail qui a organisé la nouvelle structure comme une entité autonome à but non lucratif.

« Nous avons envoyé une demande aux quelque 2 000 églises dont nous avions l’adresse et leur avons demandé des informations, » a déclaré Stith. « Des centaines d’entre elles ont probablement envoyé des journaux, des photos et toutes sortes de choses qui reflètent leur histoire. »

Certaines églises organisent leurs propres expositions sur leur histoire, a-t-il ajouté. Mais les installations de Drew sont une bonne option pour préserver les artefacts et les documents indéfiniment. 

La collection du centre d’héritage comprend 33 artefacts, des documents de l’Église Méthodiste Unie Asbury de Washington, D.C., et des articles de Méthodistes tels que le révérend Marion O. Ballar, le révérend David DeWitt Turpeau, la travailleuse sociale Marie Copher et la militante Thelma Marcella Randall Simms.

Des diplômés du Philander Smith College de Little Rock, Arkansas, posent avec leur chapeau et leur toge en 1909. Philander Smith est l’un des 11 collèges et universités historiquement noirs liés à l’Église Méthodiste Unie. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire. 
Des diplômés du Philander Smith College de Little Rock, Arkansas, posent avec leur chapeau et leur toge en 1909. Philander Smith est l’un des 11 collèges et universités historiquement noirs liés à l’Église Méthodiste Unie. Photo © La Commission Méthodiste Unie pour les Archives et l’Histoire.

En 2017, la Conférence Générale, qui avait fourni un financement de 100 000 dollars par an pendant deux quadriennats, a cessé d’allouer des fonds au centre. COVID-19 a également été un coup dur, car les collectes de fonds les plus efficaces du centre ont été des événements en présentiel.

Stith ne prévoit pas de recevoir de l’argent de la Conférence Générale dans un avenir proche.

L’évêque Méthodiste Uni Forrest Stith a participé à la fondation de l’African American Methodist Heritage Center en 2001. Photo d’archive 2004 de Mike DuBose, UM News. 
L’évêque Méthodiste Uni Forrest Stith a participé à la fondation de l’African American Methodist Heritage Center en 2001. Photo d’archive 2004 de Mike DuBose, UM News.

 « Ils cherchent des moyens de réduire les dépenses et non de les augmenter, et c’est regrettable, » a-t-il déclaré. « Nous avons fait notre meilleur travail lorsque nous avions leur soutien... Nous avons organisé des ateliers dans tout le pays. »

Le centre vend des adhésions pour 25 $ par an et a dépendu de petites contributions ces dernières années, a déclaré Stith. Il y a eu occasionnellement des dons plus importants, comme un don de 10 000 dollars de la Holston Foundation en mars.

« Nous devons assurer la longévité d’un centre aussi important si nous voulons expier pleinement les péchés racistes de notre passé et rechercher un avenir plus équitable, » a déclaré Dreff. « J’ai eu la chance d’apprendre à connaître ceux qui travaillent à l’AAMHC pour assurer son importance et sa survie. (Les Archives et l’Histoire) continueront à soutenir l’AAMHC de toutes les manières possibles et j’invite la dénomination à se joindre à nous dans cet effort. »

Un changement de nom est possible à l’avenir, a déclaré Mollie Stewart, une dirigeante de longue date de la dénomination et présidente du conseil d’administration du centre.

« Quand on dit ‘Centre d’Héritage’ qu’est-ce que cela signifie pour vous ? » dit-elle. « Si vous n’en avez jamais entendu parler, vous penseriez que nous avons un centre quelque part. »

En fait, l’AAMHC n’a même pas de siège social, a-t-elle souligné. 

Mollie Stewart est la présidente du conseil d’administration de l’African American Methodist Heritage Center. Photo d’archive 2004 de Mike DuBose, UM News. 
Mollie Stewart est la présidente du conseil d’administration de l’African American Methodist Heritage Center. Photo d’archive 2004 de Mike DuBose, UM News.

 « Nous allons laisser (l’idée du changement de nom) de côté pour le moment, » a déclaré Stewart. « Parce que si nous ne trouvons pas de financement (l’AAMHC) n’existera plus. »

Un projet passionnant qui a bien progressé est une collection d’histoire orale. Des entretiens avec des évêques et leurs épouses qui ont servi dans l’ancienne juridiction centrale sont archivés et attendent une méthode de diffusion, a déclaré Stith.

La Juridiction centrale a été créée en 1939 parce que les églises du Sud voulaient une juridiction séparée pour les Afro-Américains. Elle a été abolie en 1968 lorsque la fusion de l’Église Méthodiste et de l’Église Évangélique des Frères Unis a donné naissance à l’Église Méthodiste Unie. Aujourd’hui, les « Conférences Centrales » de l’Église font référence aux conférences situées en dehors des États-Unis.

Selon Stith et Stewart, la clé de l’avenir consiste à intéresser les jeunes à l’histoire des églises historiquement noires.

« J’ai 82 ans et j’ai une petite connaissance en technologie, mais pas comme ces jeunes qui ont grandi avec tout cela dans leur cerveau » a déclaré Stewart. « Nous avons besoin d’un meilleur site Web et, deuxièmement, d’un meilleur plan marketing. »

Il est important de se rappeler que « notre histoire est aussi importante que n’importe quelle autre histoire, » a déclaré Stewart.

« Nous ne sommes pas seulement des beaux-enfants ici. Nous sommes une famille à part entière, » a-t-elle ajouté. « La famille doit être protégée. Elle doit être préservée. »

Mollie Stewart (à gauche) présente à Hillary Rodham Clinton un exemplaire de l’édition limitée du recueil d’hymnes de la Conférence Générale de 1996 de l’Eglise Méthodiste Unie, après que cette première dame à l’époque, une Méthodiste Unie, se soit adressée à la conférence à Denver. Stewart était membre de la Commission de la Conférence Générale. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News. 
Mollie Stewart (à gauche) présente à Hillary Rodham Clinton un exemplaire de l’édition limitée du recueil d’hymnes de la Conférence Générale de 1996 de l’Eglise Méthodiste Unie, après que cette première dame à l’époque, une Méthodiste Unie, se soit adressée à la conférence à Denver. Stewart était membre de la Commission de la Conférence Générale. Photo d’archive de Mike DuBose, UM News.

Patterson est un journaliste de UM News à Nashville, dans le Tennessee. Contact Médias : [email protected]


Aimez-vous ce que vous lisez ? Soutenez le ministère de UM News ! Votre soutien permet de garantir que les dernières actualités de notre dénomination, les histoires dynamiques et les articles informatifs continueront à connecter notre communauté mondiale. Faites un don déductible d’impôts à ResourceUMC.org/GiveUMCom.

L'Eglise
L'évêque Warner H. Brown prêche lors du culte d'ouverture de la Conférence Générale de l'Eglise Méthodiste Unie de 2016 à Portland, Ore. Photo d’archives de Maile Bradfield, UM News.

Comment les délégués à la Conférence Générale sont-ils choisis ?

Tous les quatre ans, des délégués du monde entier se réunissent pour prendre des décisions au nom de l'Église Méthodiste Unie. Demandez à l’EMU, un ministère de l’Agence de Communication Méthodiste Unie, explique comment les délégués sont sélectionnés et leur rôle lors de la Conférence Générale.
Evangélisation
Un policier passe devant le temple de la Cité de grâce d’Anoumabo le jour de la célébration du 25ème anniversaire. Troisième temple construit en matériaux durables depuis l’avènement du Méthodisme dans ce village, il a été dédicacé le 27 février 1994. Photo de Isaac Broune, UM News.

L’Eglise d’Anoumabo célèbre le 25e anniversaire de sa dédicace

La Communauté Méthodiste Unie d’Anoumabo, l’un des villages atchan de la capitale économique ivoirienne, a célébré avec faste l’anniversaire de la dédicace de son temple.