Malgré leurs différends, les Méthodistes Unis franchissent des étapes importantes

Différents points de vue liés aux changements sociétaux ont poussé certaines personnes à spéculer sur l'unité de l'Eglise Méthodiste Unie à l’issue de la réunion de sa plus haute instance de décision de Mai 2016. 

Alors que les différents sur le maintien de la position officielle de la dénomination contre le mariage de personnes de même sexe ou l’incompatibilité d’être homosexuel et pasteur ont dominé les récentes Conférences Générales, il y a eu, auparavant, de sérieux désaccords sur les questions de gouvernance sociales, théologiques et ecclésiastiques, souligne le révérend Alfred T. Day III , Directeur de la Commission Méthodiste chargée de l’Histoire des Archives.

Pour Day, ce qui est surprenant en tant qu’historien de l'Eglise, ce sont les résultats obtenus par la Conférence Générale en dépit de ces différends.

La perspective historique permet à l'Eglise de prendre du recul afin d’avoir une vue d’ensemble de la Conférence Générale et découvrir « comment Dieu et l’Esprit sont à l’œuvre tout au long de ce processus. » a-t-il dit.

Des personnes du milieu

Alors que l'influence des membres de l'église à l'extérieur des États-Unis continue de croître, à certains égards, la Conférence Générale reflète encore le fait que l'Église Méthodiste Unie vit « en plein milieu des questions politiques et sociales américaines. »

« Être au milieu signifie que nous sommes constitués de gros morceaux de ceci et de gros morceaux de cela, » dit Day. Et cela contribue à la lutte pour l'unité confessionnelle, a-t-il ajouté. 

Les plus grandes tendances culturelles qui ont fait partie de l'expérience de la Conférence Générale depuis les années 1960 sont résumées dans un livre, « United Mehodism at 40 » (Le Méthodisme Uni des années 40), écrit par trois historiens Méthodistes - Charles Yrigoyen Jr., John G. McEllhenney et Kenneth E. Rowe.

« Ils ont porté un regard sur le parcours du Méthodisme Uni depuis la fusion de 1968 », soutient Day.

Parmi ces courants culturels figurent la lutte pour la libération et les requêtes pour l’inclusion. Comme le fait la société, « l'Eglise fait d’énormes efforts pour inclure les femmes et les minorités raciales et ethniques à tous les niveaux de la vie » note Day.

L'unité à l'ère des droits civiques.

Le plus grand changement a été, bien sûr, la création de l'Église Méthodiste Unie, fusion de l'Église Méthodiste et de l'Eglise Evangélique Unie des frères le 23 Avril 1968.

Un point important des Conférences Générales de 1964 et 1968, selon Day, était la dissolution de la Juridiction Méthodiste Centrale et de l'Unification des congrégations afro-américaines.

« Je ne pense pas que nous puissions parler de l'ajout du mot ‘uni’ sans rappeler qu'il y avait une réunion des  églises Afro-Américaines ou une union des églises Afro-Américaines et des églises Anglos à cette même conférence , " a-t-il expliqué .

Le racisme et l'esclavage étaient les facteurs clés à la fin du 18ème siècle qui ont poussé les Méthodistes Afro-Américains à former leurs propres confessions, l’Eglise Méthodiste Episcopale Africaine et l'Église Méthodiste Episcopale de Sion. Une autre division en 1870 a conduit à la création de l'Eglise Méthodiste Episcopale Chrétienne.

En 1844, l'esclavage a divisé l'Église Méthodiste Episcopale entre le Nord et le Sud. Ces parties se réunirent en 1939, quand un compromis sur la question raciale créa la Juridiction Centrale, un système de ségrégation forçant la séparation des Afro-Américains Méthodistes des cinq juridictions géographiques de la dénomination.

La Juridiction Centrale fut dissoute en 1968, lorsque l'Église Méthodiste Unie fut créée.

Au cours de la réunion de 2004 de la Juridiction Centrale, les participants se souvinrent que la plupart des Afro-Américains ont contesté la décision de l'Eglise. Ils notèrent également que la nation progressait plus rapidement que l'Eglise dans le démantèlement du racisme.

« Lorsque le regroupement est finalement devenu une réalité en 1968, je savais que les bénéficiaires de cette nouvelle église ne seraient pas juste les Afro-Américains dans la Juridiction Centrale, » a déclaré l’Evêque à la retraite Forrest C. Stith lors du rassemblement à Atlanta, « mais aussi pour les Blancs, car nous avons apporté avec nous, non seulement des biens et des ressources, mais également, nous avons apporté un profond esprit de fidélité et d'amour des uns envers les autres. »

S’engager dans la diversité 

Au cours des Conférences Générales passées, l’engagement envers la diversité s'est élargi d'une manière programmatique. « Nous avons fait tout notre possible pour essayer d'être une église ouverte et inclusive au-delà de la question de la sexualité humaine, » a déclaré Day.

Au fil des ans, six plans ethniques/linguistiques ministériels ont été adoptés- le Plan Global Amérindien (1988); le Plan National pour les Hispaniques / Ministère Latino (1992 ) le Plan pour le ministère Coréen (1996); le Renforcement de l'Église Noire pour le 21ème siècle (1996 ); le Ministère de la langue Asiatique Américaine (1996); et le plan du ministère des îles du Pacifique ( 2012) .

Avant la Conférence Générale de 2012, le Groupe de Développement Stratégique et Inter- Ethnique a noté que les plans attiraient moins de personnes de couleur dans une dénomination où la majorité de la population reste blanche. Mais, selon le groupe, plus de moyens seront nécessaires pour former les leaders de minorités ethniques ou raciales afin d’inverser des décennies de déclin et de vieillissement des membres aux Etats-Unis.

Une lueur d'espoir

Sur le continent africain, ou le Méthodisme Uni est en croissance rapide, le rêve d’Africa University en tant que lieu de formation de ces divers dirigeants impressionne depuis plus de 20 ans.

La Conférence Générale de 1998 de l'Église Méthodiste Unie a unanimement approuvé la fondation d’Africa University, une institution panafricaine privée, et a pris l'engagement d’apporter un soutien financier à l'université sur le budget général de l'Église, à hauteur de 25 millions de dollars américains par an.

Le mandat de Africa University est de créer des leaders pour le continent imprégnés de morale, d’'éthique et de valeurs chrétiennes. La promotion 2015 d’Africa University comprend 694 étudiants de 14 pays africains. Plus de 5500 diplômés travaillent dans l'Agriculture, la technologie, la gouvernance, la consolidation de la paix et divers domaines dans tout le continent.

D'autres initiatives comprenaient les Actes de repentance à l'endroit des Afro-Américains et Amérindiens et d’autres peuples autochtones, et un accord de pleine communion avec les dénominations Méthodistes historiquement noires à travers la Commission Pan- Méthodiste. 

Les femmes ont progressivement obtenu gain de cause.  Bien que les femmes aient obtenu le droit de faire partie du clergé plein 1956, ce n'est qu'en 1976 que 10 femmes membres du clergé furent élues délégués à la Conférence Générale pour la première fois. Quatre ans plus tard, Marjorie Swank Mathews est devenue la première femme élue évêque dans l'Église Méthodiste Unie.

D’autres accomplissements majeurs

En plus de l'inclusion de divers groupes, les tendances culturelles des années 1960 identifiées le document « United Methodist at 40 » sont entre autres :

  • •La lutte pour la libération, en termes de race, de sexe, d'orientation sexuelle et de pauvreté. 
  • •La montée de l’autonomie, ou la culture de « prêcher pour sa chapelle » comme une «contrainte » de l'ADN connexionnelle de la dénomination.
  • •La participation croissante des membres de l'église à des manifestations, des marches, des mouvements sociaux et des événements culturels, tels que Woodstock.
  • •La montée, grâce à la mondialisation et aux communications modernes, des expériences liées à la famine, aux révolutions et aux guerres, apportant de nouveaux points de désaccord entre les membres de l’église.

Ces tendances ont abouti à des actions comme le désinvestissement dans les entreprises liées au gouvernement de l'apartheid en Afrique du Sud ; l'approbation des boycotts à l’échelle de la dénomination contre Nestlé, Shell Oil et Taco Bell et la création de ministères tels que « Shalom Zone » dans les communautés urbaines après les émeutes de Los Angeles à la suite du procès de Rodney King. 

Ainsi, même si la fin de chaque Conférence Générale apporte son lot d’expressions de frustration, certaines actions à long terme peuvent avoir de l’importance selon Day.

« Nous sommes embarqués dans un voyage. Actuellement, nous ne sommes qu’en plein milieu, » a-t-il expliqué. « Adopter une vision à long terme nous donne une perspective meilleure sur ce sujet. Nous ne sommes pas statiques. »

*Bloom et Gilbert sont des journalistes multimédia pour l’Agence Méthodiste Unie de Presse (UMNS). Contact Média : [email protected]

L'Eglise
Les Évêques Méthodistes unis se rendent au service d'ouverture de la Conférence Générale spéciale de 2019 à St. Louis. Le Conseil Judiciaire, le Tribunal Supérieur de l'Église Méthodiste Unie, a publié un mémorandum qui clarifie une décision antérieure sur les élections des évêques. Photo d'archives par Mike DuBose, UM News.

Le tribunal ecclésiastique modifie sa décision sur les élections des évêques

Le Tribunal Suprême de l'Église Méthodiste Unie a fixé au 1er janvier 2023 la date à laquelle les évêques américains confrontés à la retraite obligatoire devront quitter leurs fonctions et leurs successeurs nouvellement élus entrer en fonction.
La Conférence Générale
Le Révérend Gary Graves donne des instructions aux délégués lors de la Conférence Générale Méthodiste Unie 2019 à Saint-Louis. Les organisateurs de la Conférence Générale forment deux équipes chargées d’examiner les visas et la logistique dans l’espoir d’éviter tout nouveau retard de la principale Assemblée législative de la dénomination après son report à 2024. Graves est le Secrétaire de la Conférence Générale. Photo d’archives de Mike DuBose, UM News.

Des efforts visent à mettre fin aux retards de la Conférence Générale

Les organisateurs de la plus importante Assemblée législative de l’Église Méthodiste Unie cherchent à résoudre les principaux problèmes qui les ont amenés à reporter une troisième fois la Conférence Générale. Ces problèmes sont les visas et la logistique.
Le Haut-Conseil Judiciaire
Membres du Conseil Judiciaire 2016-2020. (De gauche à Droite) Premier rang : Deanell Reece Tacha, N. Oswald Tweh Sr. et le Révérend Luan-Vu Tran. Rangée arrière : Lydia Romão Gulele, feu Ruben T. Reyes, le Révérend Øyvind Helliesen, le Révérend Dennis Blackwell, et le Révérend J. Kabamba Kiboko. (Pas sur la photo, Beth Capen) Le Conseil judiciaire a publié d'autres décisions le 16 mars. Photo de Kathleen Barry, United Methodist Communications.

La cour de l’église examine les questions relatives à la Conférence Annuelle

Le Conseil Judiciaire prévoit également de reprendre les questions des Évêques après le troisième report de la Conférence Générale. Entre-temps, la Cour Méthodiste Unie continue à travailler sur son rôle d'automne.