L’extraction de diamants en Sierra-Leone prive souvent les enfants d’éducation

Translate Page

Foday Kamara, 17 ans, et Abdul Conteh, 26 ans, ne trouvent aucun charme à extraire des diamants dans un champ boueux.

Kamara et Conteh ont utilisé des pelles pour déplacer un gros tas de terre, espérant terminer le travail bientôt afin de pouvoir commencer à déplacer la terre à un autre endroit. La sueur sur leur dos courbé brillait sous le soleil brûlant.

Les deux jeunes hommes travaillent pour un groupe de mineurs de diamants artisanaux qui ne sont pas employés par une société minière. Pour leur travail, ils gagneront 2 dollars par jour.

« Cela permet d’acheter des livres, des chaussures et des vêtements, » affirme Conteh.

Et, Kamara d’ajouter : « Les jeunes souffrent beaucoup pour gagner leur vie. »  

A côté d’eux, Mariah Kargbo et ses enfants travaillaient à casser des rochers en petits morceaux. Cette famille les vendra à des personnes qui cherchent des matériaux pour leur jardin ou leur cour. Les enfants ont ramené de grandes casseroles en fer blanc remplies de pierres sur leur tête à leur stand situé au bord de la route.

Kaday Kargbo, 5 ans, transporte un chargement de pierres au stand de sa famille situé sur le bord de la route à Kono. La famille brise les plus grosses pierres provenant d’une exploitation minière artisanale de diamants pour les vendre aux personnes qui en ont besoin pour leurs cours ou leurs jardins. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.
Kaday Kargbo, 5 ans, transporte un chargement de pierres au stand de sa famille situé sur le bord de la route à Kono. La famille brise les plus grosses pierres provenant d’une exploitation minière artisanale de diamants pour les vendre aux personnes qui en ont besoin pour leurs cours ou leurs jardins. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.

L’exploitation minière en Sierra Leone a commencé dans les années 1920 et est considérée comme l’un des facteurs clés de l’instabilité dans le pays, selon Wikipedia. Les principales zones de production de diamants se trouvent autour des zones de drainage des rivières dans les districts de Kono, Kenema et Bo. La guerre civile en Sierra Leone a été largement alimentée par le commerce illicite de diamants.

Adama Borway. Photo de Phileas Jusu, UM News.
Adama Borway
Photo de Phileas Jusu, UM News

Adama Borway, une élève de l’école secondaire Koidu, considère les diamants comme un obstacle à l’éducation.

« De jeunes garçons vont sur les sites diamantifères, » explique-t-elle. « Ils exploitent les diamants et quand ils en obtiennent, ils les vendent, gagnent beaucoup d’argent et oublient l’école. Certaines jeunes filles, aussi, vont tous les jours sur les sites miniers et oublient leur éducation. »

Selon Borway, les gens croient en l’argent et l’or plus qu’en l’éducation.

« Kono est une communauté où nos parents ont grandi en croyant aux diamants parce que la terre est remplie de diamants, » a-t-elle déclaré dans une interview accordée à United Methodist News. « Les gens croient donc que les diamants sont la seule façon de réussir dans la vie. »

Elle a ajouté que de nombreux enfants en âge d’aller à l’école se trouvent sur les sites miniers alors qu’ils devraient étudier pour passer les examens de certification des lycées d’Afrique de l’Ouest.

Les hommes utilisent également les diamants pour attirer les jeunes filles dans des relations, a-t-elle dit. « Notre génération est en train de changer cette donne, mais c’est un combat difficile. »

Le propriétaire d’une mine de diamants artisanale à Kono déballe un petit paquet de diamants. Il emploie des personnes locales pour travailler dans son exploitation. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.
Le propriétaire d’une mine de diamants artisanale à Kono déballe un petit paquet de diamants. Il emploie des personnes locales pour travailler dans son exploitation. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.

Koidu Holdings, une société multinationale d’extraction de diamants, a apporté son soutien à l’Ecole Primaire Méthodiste Unie de Jeunes Filles après que la société minière ait voulu exploiter une mine à l’endroit où se trouvait son ancien bâtiment scolaire. L’école a été déplacée dans un quartier éloigné de la ville, dans un endroit sûr et rural, a déclaré Borway.

La compagnie fournit maintenant un bus pour transporter les enfants vers le nouveau site, affirme-t-elle.

Cependant, Kai Jimmy - directeur de Koidu Secondary, l’école que Borway fréquente - a déclaré que la compagnie ne fournissait pas de transport vers le nouveau site pour les enseignants de l’école primaire.

Borway a déclaré que son inspiration pour une vie meilleure venait de sa famille. « J’ai eu une mère célibataire... elle est morte avant que j’aie pu terminer mes études. J’avais besoin de rendre quelqu’un qui est au paradis fier, » a-t-elle déclaré.

Elle est également inspirée par le fait que plusieurs des professeurs en Sierra Leone soient originaires de Kono.

Des gens travaillent dans une mine de diamant artisanale autour d’une zone de drainage d’une rivière à Kono. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.
Des gens travaillent dans une mine de diamant artisanale autour d’une zone de drainage d’une rivière à Kono. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.

« J’ai été choquée car on pourrait penser qu’avec toutes ces distractions de diamants, les gens de Kono seraient en bas de l’index de l’éducation. Mais nous avons des personnes plus éduquées - c’est une source d’inspiration. »

Borway, qui est la présidente du Children’s Forum Network, un groupe national qui défend les intérêts des enfants dans tout le pays, rêve de devenir médecin. 

Elle a passé ses examens de fin d’études secondaires en août et attend maintenant ses résultats. Elle est sûre à 100% qu’elle réussira.

Gilbert est reporter pour United Methodist News à Nashville, Tenn. Jusu est le directeur de la communication de l’Église Méthodiste Unie de Sierra Leone. Contact Média : [email protected]

Assistance Humanitaire
Kibambe Kazadi Gracia, étudiante à l'école secondaire Mulungwishi, se tient devant le dortoir des filles où une partie du toit a été emportée par le vent à la Mission Mulungwishi, une Mission Méthodiste Unie dans la Région Épiscopale du Sud-Congo/Zambie. Photo par John Kaumba, UM News.

Une tempête détruit une partie de la mission de l’église au Congo

Fondée en 1913 par l'Évêque John Springer, la Mission Méthodiste Unie abrite une école pour femmes, une clinique médicale, des écoles primaires et secondaires, et l'Université Méthodiste du Katanga.
Le Conseil des Evêques
L’archevêque Michael Kehinde Stephen remet le Prix Méthodiste Mondial pour la paix à titre posthume à Millicent Yambasu, épouse de feu l’évêque sierra-léonais John K. Yambasu, lors d’un culte du souvenir et de la résurrection à Bo, en Sierra Leone. L’évêque Yambasu a reçu le prix pour son œuvre en tant que leader et artisan de la paix en Sierra Leone et dans l’Église Méthodiste Unie. Photo de E Julu Swen, UM News.

L’évêque Yambasu reçoit un prix de la paix à titre posthume

Le défunt évêque de Sierra Leone a été honoré par le Conseil Méthodiste Mondial pour son œuvre de bâtisseur de ponts dans son pays et dans toute la connexion Méthodiste Unie.
Théologie
Un groupe représentatif des étudiants qui ont obtenu leur diplôme le 26 février à l’Université Méthodiste Unie de Sierra Leone. Au centre se trouve la Révérende Katie Meek, registraire adjointe de cette université. Cette école a été fondée par feu l’évêque John K. Yambasu de la région de Sierra Leone, décédé en 2020. Photo de Phileas Jusu, UM News.

L’université de Sierra Leone célèbre ses premiers diplômés

L’Université méthodiste unie de Sierra Leone, fondée par feu l'évêque John K. Yambasu, a decerné des diplômes à sa première promotion de 32 étudiants le 26 février. Les intervenants à la cérémonie ont rappelé le zeste et la passion de Yambasu, qui a travaillé d’arrache-pied pour réaliser ce rêve.