L'Église de Côte d'Ivoire se concentre sur l'agriculture et la sécurité alimentaire

Other Manual Translations: English

La région épiscopale de Côte d'Ivoire a fait des progrès vers une approche holistique de l'agriculture impliquant les femmes et les jeunes, selon les responsables de l'Eglise.

Dans un message diffusé lors du sommet agricole du GBGM et de UMCOR en janvier, l'évêque Benjamin Boni a déclaré que tout le pays possède des sols fertiles et que la majorité de la population est impliquée dans l'agriculture.

La région épiscopale poursuit son thème « L'Église et la sécurité alimentaire » en 2019, en mettant l'accent sur l'identification des terres adaptées à des cultures particulières et en faisant participer les femmes et les jeunes adultes qui n'étaient pas impliqués auparavant dans l'agriculture commerciale.

« Nous ne sommes pas condamnés par Dieu. Nous ne sommes pas inférieurs aux autres personnes. Nous devons effacer l'idée que nous n'avons rien. Dieu nous a tant donné, » a déclaré Boni.

« Nous devons engager tous les jeunes chômeurs, en particulier ceux qui ont des diplômes, et les aider à se lancer dans l'agriculture et la pêche. »

UMCOR soutient actuellement 200 femmes dans un projet de riziculture dans le pays. Le riz est une culture de base et Boni encourage davantage de personnes à le cultiver.

« Environ 90 % du riz consommé en Côte d'Ivoire est importé, ce qui a donné l'impulsion à ce projet, » a déclaré Lorrie King, responsable des programmes WASH/Sécurité alimentaire/Moyens de subsistance pour UMCOR.

« L'évêque Boni a été très avant-gardiste dans sa vision de construire une agriculture communautaire et des éléments d'entreprise traditionnels. »

« Si l'église peut utiliser ses terres pour faire avancer la production de riz, cela peut avoir un triple impact : augmenter les revenus des ménages et accroître la sécurité alimentaire des femmes et de leurs familles ; augmenter et contribuer à l'économie locale ; et permettre à l'église de générer des revenus commerciaux et de répondre à une partie de la demande du marché, » a déclaré Lorrie King.

Yves Joël Dirabou, un agronome avec 18 ans d'expérience, a déclaré que l'agriculture fournit 50 % des emplois dans le pays.

« Tout le monde bénéficie de la production agricole, y compris ceux qui ne sont pas chrétiens. C'est un outil important pour l'évangélisation, » a-t-il déclaré.

Les produits issus de projets Méthodistes Unis sont accompagnés de messages bibliques imprimés sur leur emballage, ce qui en fait un outil d'évangélisation.

Selon M. Dirabou, 300 personnes ont participé au premier projet pilote géré par la région épiscopale. Les districts ont leurs propres entreprises agricoles.

« Nous avons réalisé qu'il était important de coordonner les différents projets lors de la conférence, c'est pourquoi une agence spéciale pour l'agriculture a été créée il y a trois ans, » a-t-il déclaré.

Dirabou coordonne l'agence. Il est également directeur du Bureau national de développement du riz, consultant pour l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, et membre du Plan d'investissement continental pour accélérer l'autosuffisance en riz en Afrique.

« Nous avons eu un départ lent et nous nous sommes d'abord concentrés sur la mobilisation de la jeunesse. Nous leur avons donné des fonds pour de petits projets de petites exploitations agricoles, » a-t-il déclaré.

Au cours de la deuxième année, l'agence s'est concentrée sur l'engagement des femmes, et l'année dernière, toute l'Eglise s'est impliquée.

« Ce premier sommet sur l'agriculture était une bonne idée, » a déclaré M. Dirabou. « Il ne peut y avoir de développement sans rassembler et partager des idées et des concepts. Lors du sommet, j'ai réalisé que d'autres régions épiscopales ont des initiatives similaires et se sont également inspirées de nouvelles idées. »

« Le sommet était un appel à l'action pour que l'Eglise prenne le leadership dans la production de biens et de services fabriqués en Afrique. Le continent devrait être un producteur, pas seulement un consommateur, » a-t-il déclaré.

« L'Église Méthodiste Unie a un rôle et une responsabilité de faire des disciples qui transforment l'agriculture. »

Alors que l'Eglise a fait de grands progrès en matière d'inclusion dans l'agriculture, les femmes et les orphelins sont désavantagés lorsqu'il s'agit de la propriété foncière, a déclaré le Révérend Patrice Obro. L'Eglise plaide en faveur de la propriété foncière pour ces groupes vulnérables.

« En tant qu'ambassadeurs de la paix et de la nourriture pour le monde, pouvons-nous rester insensibles à la situation des économiquement faibles, » a-t-il demandé.

« En Côte d'Ivoire, le droit coutumier n'accorde pas facilement aux femmes et aux orphelins l'accès à la terre. Une femme ne peut conserver une terre transférée par son père de son vivant que si elle la cultive et la met en valeur. Si elle ne le fait pas, la terre peut être reprise par certains frères, oncles ou cousins véreux, » a déclaré M. Obro, qui a une formation en agriculture et en élevage.

Il a déclaré qu'en cas de conflit pour la terre, le système de justice traditionnel tranche souvent en faveur des hommes, mais le procureur de la république reconnaît l'égalité des sexes.

« Le cas est similaire à celui des orphelins dont la tutelle est confiée à un oncle. Il hérite des biens mais ne se soucie pas de leur vie ou de leur avenir, » a déclaré M. Obro.

« En tant qu'Eglise, nous sommes unis pour surmonter l'injustice et apporter la paix et la sécurité alimentaire. Seuls le courage et l'action nous permettront de sortir victorieux de notre lutte. »

 

Chikwanah est une communicatrice de la Conférence de l’Est du Zimbabwe.

Contact Médias : [email protected]

Une partie de l’école primaire Salongo 1 englouti par les géantes érosions. Les travaux effectués sur ce lieu par les Méthodistes Unis ont permis de sauver ces infrastructures. Photo par Serge Mukendi, UM News.

Des fidèles luttent contre les érosions qui menacent l’église au Congo

Des fidèles Méthodistes Unis dans le district ecclésiastique de Kananga dans la Conférence Annuelle du Kasaï travaillent dans la lutte contre les érosions qui menacent des bâtiments de l’église. Une initiative des autorités du district a permis de mobiliser des jeunes de l’église et d’autres volontaires pour effectuer des travaux.
Mission
Quelques bancs et effets en cascade dans l’église locale Bethesda après la baisse du niveau des eaux. Des inondations après le débordement des eaux du fleuve Oubangui ont submergé des maisons en août à Bangui, la capitale de la République Centrafricaine. Photo de Chancelvie Petula, UM News.

L’église touchée par des inondations en Centrafrique

D'intenses pluies et la crue de l'Oubangui ont provoqué des inondations exceptionnelles en Centrafrique. Une Église Méthodiste Unie dans le district ecclésiastique de Bangui Est, a été détruite. L'église en collaboration avec la plateforme religieuse a offert quelques vivres aux personnes sinistrées.
Mission
Une vue d'un bâtiment effondré suite à un tremblement de terre aux Cayes, en Haïti, vue dans cette image fixe tirée d'une vidéo obtenue par Reuters le 14 août 2021. Les méthodistes unis travaillent avec des partenaires de longue date en Haïti pour réagir après le tremblement de terre de magnitude 7,2 et à l'approche d'une tempête majeure. REUTERS TV via REUTERS.

Aux côtés d'Haïti dans le séisme et la tempête

Les méthodistes Unis travaillent avec des partenaires de longue date en Haïti après un tremblement de terre de magnitude 7,2 et à l'approche d'une tempête majeure. L'église a déjà aidé à la reconstruction après le tremblement de terre de 2010.