L'Église du Zimbabwe forme des jeunes leaders pour les éloigner de la drogue

Other Manual Translations: English

Une paire de chaussures isolée est suspendue sur les lignes électriques au-dessus des maisons de la ville, ses lacets pendent de façon précaire de l'autre côté de la rue. Les passants peuvent regarder en l'air et se demander comment ces chaussures ont atterri là, mais pour les toxicomanes, ces chaussures sont un signe de la présence de trafiquants de drogue à proximité.

La toxicomanie est devenue un sujet alarmant dans la région épiscopale du Zimbabwe. Aussi, l'Église Méthodiste Unie a-t-elle lancé une campagne pour lutter contre ce vice.

Avec le soutien du Conseil Église et Société de l’Eglise Méthodiste Unie, plus de 70 jeunes leaders Méthodistes Unis des conférences de l'Est et de l'Ouest du Zimbabwe ont été formés pour mener la lutte contre la toxicomanie dans le cadre du Programme spécial sur l'abus de substances et les violences associées.

Le Révérend Pedzisai Nyamudzura, directeur de la jeunesse de la Conférence de l'Est du Zimbabwe, a déclaré que le programme abordera les questions liées à la toxicomanie et les violences engendrées dans la zone épiscopale.

« Le programme vise à pousser les jeunes et les jeunes adultes à contribuer de manière plus significative à la lutte dans la société, » a affirmé Nyamudzura.
Il a soutenu que les leçons apprises seraient transmises aux districts et aux églises locales afin d’assurer une société sans drogue.

Le révérend Dudzai Mutsikwi, directeur de la jeunesse de la Conférence de l'Ouest du Zimbabwe, a déclaré que le problème de la toxicomanie est une source de préoccupation dans les églises de diverses régions, notamment les communautés agricoles, les zones minières, les banlieues à forte densité et les centres commerciaux ruraux, où la toxicomanie est généralement répandue.

« Nous avons trouvé des élèves, dans les écoles, consommant des substances qu'ils s'approvisionnent dans les communautés voisines, » a expliqué Mutsikwi.

« Pendant les moments intenses de prière à l'église, certains jeunes - garçons et filles - ont avoué avoir consommé des drogues comme la marijuana et se sont repentis après les prières, » a-t-il dit.

Les données statistiques sur la consommation de drogue dans le pays sont alarmantes. Le commissariat central de la police de la République du Zimbabwe à Harare traite chaque mois plus de 100 affaires liées à la drogue. Entre janvier et décembre 2015, environ 5 500 personnes ont été arrêtées pour diverses infractions liées à la drogue.

Tawanda Mafutah, un consultant qui enseigne sur l'abus des drogues et des substances, a déclaré que les substances généralement consommées contiennent de l'alcool, du tabac, de la marijuana, de l'héroïne, de la cocaïne et des médicaments prescrits sur ordonnance, tels que les sirops contre la toux qui contiennent de la codéine.

On trouve d’autres substances bien connues dans les crèmes blanchissantes pour la peau et les boissons alcoolisées illicites connues sous le nom de « kachasu, » dont la teneur en alcool est inconnue mais qui semble être très élevée. Mafutah affirme qu'il y a eu récemment une augmentation de nouvelles substances telles que le « torero, » qui est extrait de lampes fluorescentes.

Bertile Agbor, jeune camerounais de 24 ans, membre du Global Mission Fellowship exerçant dans le Conseil de santé de la région épiscopale du Zimbabwe, fait partie des jeunes qui ont suivi la formation.

« Ce fut une grande opportunité pour moi. J’ai beaucoup appris. Mon défi est de toujours mener une vie saine en sans drogue. »

« Sachant que l'abus de drogues est un problème majeur, même dans mon pays d'origine, je sais que j'ai du travail à faire en tant que jeune pour plaider en faveur d'une communauté exempte de drogues et pour partager les connaissances que j'ai acquises avec d'autres jeunes afin de les sensibiliser, » a dit Agbor.

Peace Kanyongo, 25 ans, élève-enseignant de Mutare, a noté à son tour que la formation était instructive.

« J'ai appris que le stress et les conflits peuvent mener à la toxicomanie et qu'il faut donc savoir gérer ces facteurs. Il est également possible d'avoir un environnement sans drogue. Mais, cela commence par moi. Nous n'avons pas besoin de trop de ressources pour faire de nos communautés des communautés sans drogue, » a déclaré Kanyongo.

« Il y a beaucoup de jeunes au chômage dans la ville où je vis. C’est une nouvelle banlieue, sans électricité. Il y a très peu de divertissement. Les jeunes s’associent pour s’adonner à la consommation de drogue. Même en face de l'école où je fais mon stage, il y a un « shebeen » (un point de vente d'alcool illégal, généralement situé dans une maison), » a-t-elle ajouté.

Le pasteur Vienna Mutezo, assistant administratif adjoint de l’Evêque et président des ministères connectionnels de la Conférence Ouest du Zimbabwe, a déclaré que l'église encourage les jeunes à devenir des citoyens responsables.

« Le programme SPSARV aiderait à soutenir les jeunes afin d’éviter la consommation de drogues dangereuses. L'abus d'alcool et d'autres drogues entraîne d'autres problèmes de santé, comme le VIH/SIDA, la tuberculose et le cancer, » a déclaré Mutezo.

Mazvita Machinga, qui dirige l’aumônerie pastorale à Africa University et fournit des conseils de psychothérapie dans une organisation bénévole privée à Mutare, a déclaré qu'elle s'occupe d'au moins 10 personnes par mois qui lui sont référées pour consommation abusive d'alcool.

Il n'y a actuellement aucun centre de désintoxication au Zimbabwe. Les personnes souffrant de psychose due à la consommation de drogues sont admises dans les hôpitaux psychiatriques qui n'offrent pas un kit complet de soins. Les toxicomanes qui envisagent un traitement à l'étranger sont orientés vers l'Afrique du Sud voisine.

« J'ai vu des lycéens d'à peine 16 ans et des étudiants d’universités qui s’adonnent à l’abus. Tous les établissements d'enseignement supérieur ont des défis à relever, car les étudiants ne boivent pas de façon responsable. Ce qui entraîne l'abus de substances et la dépendance, » a déclaré Machinga.

« Nous essayons de les interpeller pendant qu'ils consomment encore de la drogue avant qu'ils n'atteignent les stades de violence, de dépendance et d’addiction. Malheureusement, la plupart d'entre eux sont référés lorsqu'ils sont dépendants et nous leur offrons un programme de rétablissement en consultation externe, » a-t-elle ajouté.

Chikwanah est la communicatrice de la Conférence de l'Est du Zimbabwe.

Contact média : newsdesk@umcom.org 

Santé Mondiale
Des enfants vivant dans les rues de Malanje, en Angola, profitent d'un repas offert par des jeunes Méthodistes Unis pendant la Journée internationale de l'enfant. Photo de João Gonçalves Sofia Nhanga, UM News.

Les jeunes d’Angola aident leurs pairs qui vivent dans la misère

Touchant les quartiers défavorisés de la banlieue de Malanje, les jeunes Méthodistes Unis ont distribué des ressources et proposé des divertissements aux enfants de la rue.