L'Eglise de Sierra Leone célèbre la fin du conflit foncier

Other Manual Translations: English
Le Ministère des terres de la Sierra Leone a mis fin à un conflit foncier entre l'Église Méthodiste Unie et la communauté Masantigie, mais pas avant d'avoir lancé un avertissement sévère sur le maintien de la paix. 

La Conférence de Sierra Leone et la communauté villageoise étaient en désaccord sur une propriété Méthodiste Unie dans la zone rurale de à l’Est de Freetown, jusqu'en août de l'année dernière, lorsque la conférence a accepté de donner 24 de ses 179 hectares de terres de Pa Loko à la communauté voisine. 

Les habitants de Masantigie ont perdu au moins deux procès concernant les droits sur la terre au cours des sept années de conflit.

L'évêque Méthodiste Uni John K. Yambasu a rencontré le président de la Sierra Leone Julius Maada Bio en mai 2019 pour demander de l'aide après un raid à l'aube sur la propriété au cours duquel cinq membres de l'église Méthodiste Unie Mango Brown ont été blessés, dont trois gravement.

Bio a créé un comité pour trouver une résolution entre les deux parties. Le point culminant de ce travail a été célébré lors d'une cérémonie spéciale le 15 janvier.

Le ministre des Terres, Denis Sandy, a pris la parole lors de cet événement et a rappelé la relation cordiale qui existait entre les parties avant le conflit. Cette dénomination a, par la passé, fourni des emplois et d'autres moyens de subsistance à la communauté de Masantigie, a-t-il dit. Il a espéré que les parties penseraient au passé et renforceraient cette relation.

En résolvant l'affaire, a dit Sandy, le comité a pris en considération la migration de la population et d'autres facteurs.

Le Ministère a présenté le plan du site et les « lettres d'attribution » aux deux parties pendant l'événement.

Le Révérend Solomon Rogers a représenté l'Église Méthodiste Unie au nom de l'évêque, qui n'a pas pu être présent. Après avoir signé le plan, il a remercié Dieu et le président Bio d'être intervenus.  

« Nous avons fait cela non seulement pour l'église, mais les Saintes Écritures disent aussi que la justice exalte une nation. Si nous sommes tous justes ... et que nous sommes satisfaits de ce qui se passe autour de nous, le pays se développera également. Nous prions pour que l'avenir soit radieux, » a-t-il déclaré.

Mohamed O. Kanu, chef du village de Masantigie, a également remercié le gouvernement d'être intervenu pour apporter la paix. Il a déclaré que la communauté accepterait « ce qui lui a été offert pour le moment » dans l'intérêt de la paix et parce que l'église a promis de construire une université sur la propriété.

Il a déclaré que, selon lui, les 24 hectares de terrain offerts à sa communauté étaient trop petits. La déclaration a suscité des bruits de désapprobation de la part de la foule, et le vice-ministre Alex Bhonapha a lancé un avertissement en réponse à ses déclarations.

« Je vous assure que si cette paix est rompue par quiconque, le gouvernement mettra en œuvre ce qui est écrit sur papier... Nous ne reviendrons pas en arrière ... C'est fini. Nous attendons maintenant de vous que vous alliez travailler dans les limites de vos 24 hectares. (L'Église Méthodiste Unie) prendra la part que nous leur avons donnée, » a déclaré Bhonapha.

« Nous avons pris notre temps, nos peines, pour amener le processus là où il est aujourd'hui. C'est pourquoi nous n'avons forcé personne à l’accepter. Nous avons été très réalistes pendant tout le processus. Et je crois que l'Eglise Méthodiste Unie a été assez magnanime pour le résultat final. ... La réponse ne devrait pas être ‘nous l'avons accepté pour l'instant’. C'est la finalité de cet accord. C'est extrêmement grave. Le gouvernement ne peut pas se permettre de perdre une vie de plus à cause de cette affaire, » a-t-il déclaré.

La résolution fait suite à une enquête sur la propriété par le Ministère des terres après que les parties se soient mises d'accord pour accorder à la conférence de Sierra Leone 104 hectares de terre et à la communauté de Masantigie 24 hectares. 51 hectares supplémentaires non contestés resteront à l'Église Méthodiste Unie, ce qui porte sa superficie totale à 155 hectares.

Israël Jigba, secrétaire permanent du Ministère des terres, a déclaré que bien que cette question ait été longue, elle a été résolue aujourd'hui par la grâce de Dieu.

« Nous espérons que les habitants de Masantigie et de l'Eglise Méthodiste Unie vivront ensemble comme des frères et sœurs dans la paix et l'harmonie... Nous espérons que cet accord apportera le développement aux habitants de Masantigie et au reste des communautés environnantes, » a-t-il déclaré.

La lettre d'attribution limite la conférence à certaines conditions et encourage la dénomination à s’approprier et à développer la propriété dans deux ans, faute de quoi le Ministère annulera l'attribution. Le Ministère exige que la conférence présente un plan de mise en œuvre solide pour la construction d'une université Méthodiste Unie sur la propriété avant le début du projet.

Les autres conditions sont les suivantes :

- En cas de litige, l'Eglise ne doit pas aller en justice mais doit demander réparation par l'intermédiaire du Ministère ;
- La violation de l'une des conditions entraînera la résiliation pure et simple de l’attribution.

Jusu est le directeur de la communication de l'Église Méthodiste Unie de Sierra Leone.
Contact Média : [email protected].
Préoccupations sociales
Des personnes déplacées, dont des Méthodistes Unis, des villages de Mutwangwa et d'Eringeti arrivent à Beni, en RDC, après avoir fui une attaque des insurgés. Vingt-cinq civils, dont sept Méthodistes Unis, ont été tués lors du massacre du 31 décembre. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

Des Méthodistes Unis tués dans un massacre en RDC

Sept Méthodistes Unis issus de deux familles font partie des 25 personnes au moins qui ont été tuées lors des dernières violences dans ce territoire de l'Est de la RDC, selon le Surintendant du district de Beni.
Préoccupations sociales
Abdul Conteh (à gauche) et Foday Kamara travaillent pour un mineur de diamants artisanal à Kono, en Sierra Leone. Déplacer de gros tas de terre d’un endroit à l’autre est un travail pénible qui rapporte 2 dollars par jour. Les mineurs artisanaux sont indépendants et ne sont pas associés aux grandes sociétés minières de la région. Photo de Kathy L. Gilbert, UM News.

L’extraction de diamants en Sierra-Leone prive souvent les enfants d’éducation

Dans le district diamantifère de Kono, en Sierra Leone, les jeunes sont souvent attirés par l'industrie minière plutôt que par l'école. Une jeune fille Méthodiste Unie soutient que sa génération est en train de changer cette donne.
Préoccupations sociales
Un piéton passe devant l’un des panneaux publicitaires de l’Église Méthodiste Unie appelant à la paix dans la commune d’Abobo, en Côte d’Ivoire. L’Église Méthodiste Unie et ses partenaires ont organisé une campagne de communication demandant à la population et aux autorités de faire preuve de retenue pendant la période électorale. La caravane a traversé plusieurs villes et hameaux de Côte d’Ivoire. Photo d’Isaac Broune, UM News.

En pleine crise post-électorale, l’Eglise de Côte d’Ivoire appelle à la paix

L'Église Méthodiste Unie-Côte d'Ivoire s'efforce d'apaiser les tensions au milieu des protestations et des troubles qui ont suivi l'élection présidentielle de ce pays.