Les églises de ferme diffusent l'Evangile dans les communautés rurales

Other Manual Translations: English

Dans les zones rurales du Zimbabwe, les communautés agricoles sont souvent associées à un taux d'analphabétisme élevé, à des mariages précoces, à l'abus d'alcool et à une prévalence accrue du VIH.

Pour lutter contre certains de ces problèmes, l'Église Méthodiste Unie a aidé à établir et à soutenir des églises dans deux fermes de la région.

Les propriétaires de la ferme Pagejo Rarubi dans le district de Harare Est et de la ferme Brooklands dans le district de Mutasa Nyanga ont planté des lieux de culte sur leurs propriétés.

« Mon mari (le général d'armée à la retraite Happyton Bonyongwe) et moi avons toujours voulu avoir notre terre, » a déclaré Willia Bonyongwe. « Nous avons économisé assez d'argent, passé deux ans à chercher une ferme et avons trouvé une à 8 kilomètres de la Mission d’Old Mutare. »

Selon elle, en tant que fidèles Méthodistes Unis, ils assistaient aux cultes et aux programme de réveil dans la Mission d’Old Mutare ou les circuits du Inner City Mutare. « Cela signifiait que nous devions emmener notre famille et laisser les ouvriers agricoles à la pratique du vaudou (rituels) et d'autres confessions, » a-t-elle dit.

« Lorsque notre ferme est devenue une entreprise commerciale à part entière, nous avons employé plus de 500 ouvriers et nous avons eu une population de 1.500 personnes sur la ferme. Nous ne pouvions pas ignorer le devoir de partager l'Evangile avec eux. Nous avons commencé par des veillées de prières mensuelles, en invitant des conférenciers de toute la famille de l'Église Méthodiste Unie. »

L'évêque de la région du Zimbabwe, Eben K. Nhiwatiwa, a déclaré qu'apporter l'Evangile dans les fermes est en harmonie avec la mission de la dénomination.

« (Les églises de ferme) sont nées d'une convergence d'intérêt entre les propriétaires et l'intérêt de l'église collectivement. Les propriétaires de ces fermes sont les membres de notre Église Méthodiste Unie, et en établissant des églises dans leurs fermes, ils sont en effet des évangélistes à part entière. »

Le révérend Tiriwanhu Stephen Magomo est le premier pasteur de Brooklands Farm. Il a été nommé en 1999. « A l'époque, il n'y avait que deux membres, » dit-il. « L'église a grandi avec, maintenant, un total de 600 personnes baptisées et 40 confirmées. »
Vusumuzi Ndlovu travaille comme superviseur de construction et opérateur de machine à la ferme Pagejo Rarubi dans les zones rurales du Zimbabwe. Il a dit qu'il a changé de vie lorsqu'il est devenu membre de l'Église Méthodiste Unie en 2007. Il est maintenant activement impliqué dans l'organisation des hommes de cette église de ferme. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Vusumuzi Ndlovu travaille comme superviseur de construction et opérateur de machine à la ferme Pagejo Rarubi dans les zones rurales du Zimbabwe. Il a dit qu'il a changé de vie lorsqu'il est devenu membre de l'Église Méthodiste Unie en 2007. Il est maintenant activement impliqué dans l'organisation des hommes de cette église de ferme. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.
Il a dit que les propriétaires de fermes Méthodistes Unies se sentaient coupables de connaître Dieu alors que leurs ouvriers n'étaient pas conscients de la bonté du Seigneur.

« Les gens se battaient physiquement et s'entretuaient. Ils ne se mariaient pas officiellement, mais échangeaient leurs femmes. Il y avait des taux élevés de divorce, des taux élevés de prévalence du VIH et du SIDA et des infections sexuellement transmissibles. Les enfants n'allaient pas à l'école et il y avait des mariages précoces. La ferme était un lieu de rendez-vous pour la religion vaudou. »

Il a dit qu'il a commencé l'évangélisation de porte à porte pour prêcher la parole de Dieu.

« Les démons étaient chassés et certains témoignaient de tous les maux qu'ils faisaient. Grâce à cela, des mariages ont eu lieu, les cultes des idoles ont disparu, les enfants ont commencé à aller à l'école et il y a eu une refonte complète dans la transformation des vies. »

Elasto Musakanda, directeur de l'école primaire de la ferme Pagejo Rarubi, a déclaré que l'église - créée en 2005 - payait les frais de scolarité de 20 élèves par an depuis 2007. Les membres de l'église ont également fourni des uniformes et des fournitures scolaires.

« Ces mesures ont amélioré le taux de transition du développement de la petite enfance à la septième année, et l'abandon scolaire dû au mariage précoce a diminué, » a-t-il dit.

Les responsables et les membres de l'église assurent un suivi auprès des élèves pour leur fournir des conseils et évaluer les résultats scolaires. Tadiwa Muzarabani, 14 ans, l'un des bénéficiaires de la bourse de l'église, a obtenu un score proche de la première place de sa classe en 2019 grâce aux efforts de l'église, a dit M. Musakanda.

La mère du garçon est décédée et son père est en prison. « Je restais chez le petit frère de mon père et l'église venait, priait et me conseillait. J'avais l'habitude de m'ouvrir à eux et cela m'a aidé à obtenir ces bons résultats, » a dit Tadiwa.

Malvern Kunjuta, 12 ans, qui est en sixième année, est reconnaissant du soutien de l'église. « Mon père ne payait pas mes frais de scolarité, mais je continuais à aller à l'église. Pendant que j'y étais, je suis devenu l'un des bénéficiaires de la bourse de l'église. Depuis lors, mes problèmes ont disparu. »

Georgiana Musendo, une enseignante en charge de l'école primaire Pagejo Rarubi, a déclaré que la plupart des bénéficiaires sont pauvres, orphelins ou issus de familles dirigées par des enfants.

« Nous sommes reconnaissants pour l'intervention de l'église et nous constatons des résultats positifs en classe, dans la société et à l'église, » a-t-elle dit.

Chipo Mapiye, le directeur par intérim de l'école secondaire Pagejo Rarubi, a déclaré que le principal défi auquel l'école est confrontée est celui des mariages précoces.

« Chaque année, nous perdons environ trois ou quatre filles à cause des mariages précoces, » a-t-elle dit, ajoutant que de nombreux élèves des fermes environnantes abandonnent aussi parce qu'ils ne peuvent pas payer les frais de scolarité.

Les propriétaires de la ferme Pagejo Rarubi, Ray et Patricia Kaukonde, paient les frais de scolarité des enfants dont les parents travaillent à la ferme.

« Puisqu’ils nous aident dans nos activités agricoles, » affirme Patricia Kaukonde, « nous nous sentons obligés de subventionner leur éducation. Cela les motivera. En tant que chrétiens, nous sommes un seul corps avec différentes parties ; nous devons donc vivre comme des frères et sœurs. »

Vusumuzi Ndlovu 52, un superviseur de construction et opérateur de machine à la ferme Pagejo Rarubi, a partagé comment l'église a transformé sa vie.

« Je buvais de la bière, et à un moment donné, je suis devenu très malade et j'ai été hospitalisé ", a-t-il dit, ajoutant que Patricia Kaukonde et un évangéliste lui ont rendu visite et ont prié avec lui.

« Ils m'ont demandé de me joindre à l'Église Méthodiste Unie. À partir de ce moment, j'ai arrêté la bière et je me suis joint (à l'église) en 2007 avec ma famille. Depuis lors, j'ai témoigné de la grâce de Dieu. Je me suis (marié) et je suis maintenant un membre à part entière de l'organisation des hommes de (l'église). »

Il a dit que ses enfants excellent à l'école, y compris une fille qui poursuit des études d'urbanisme et d'aménagement rural à l'Université du Zimbabwe « entièrement parrainée par Ray et Patricia. »

Aquilina Makurunje, une sœur en charge de la clinique de la ferme Pagejo Rarubi, a noté les changements survenus à la ferme depuis la création de l'église.

« Lorsque la clinique a ouvert en 2008, le taux de prévalence du VIH était de 10 pour cent, mais il est tombé depuis à 5 pour cent. Il y a un certain nombre de facteurs qui y contribuent, notamment l'intensification de l'éducation sanitaire de la clinique et l'évangélisation de l'église. Ces deux facteurs ont changé le comportement de la communauté. Ils ont maintenant des mariages officiels, le respect l'un pour l'autre et sont testés avant le traitement, » a-t-elle dit.

Tsawayo Taurai, vice-leader laïc du lieu de culte de Pagejo Rarubi et enseignant à l'école primaire de Pagejo Rarubi, a déclaré que l'église a maintenant un pasteur, le révérend Winnet Mupara, qui réside à la ferme. Dans le passé, un pasteur devait venir du circuit de Chisipiti.

« Les propriétaires de la ferme subviennent à nos besoins à l'église et à la vie en général, ce qui nous a permis d'avoir une vie beaucoup plus facile, » a dit M. Taurai. « Nous apprécions tous les efforts collectifs ... Ceux qui le veulent se sont transformés physiquement, spirituellement, socialement et moralement à la gloire de Dieu. »

Chingwe est une communicatrice pour la Conférence de l'Est du Zimbabwe.
Contact Médias : [email protected]
Préoccupations sociales
Les personnes déplacées font la queue pour collecter de la nourriture à l’église Méthodiste Unie Ebenezer de Yaoundé, Cameroun. Grâce à une subvention d’UMCOR aux Méthodistes Unis, l’Eglise a distribué de la nourriture et d’autres formes d’aides aux personnes qui luttent contre la pandémie du coronavirus. Photo avec l'aimable autorisation de Vischo Image.

Fournir de la nourriture aux familles déplacées du Cameroun

L'Église Méthodiste Unie au Cameroun, avec l'aide de Global Ministries et d'UMCOR, distribue des secours alimentaires et d'autres formes d'aide.
Evangélisation
L’Evêque Kasap Owan de la Région Episcopale du Sud Congo/Zambie (au centre) et des membres de son cabinet prient pour le véhicule offert par Coalice Mwamba, un Méthodiste Uni, au Département d’Evangélisation de la Région Episcopale. Photo de John Kaumba, UM News.

Un Méthodiste Uni offre un véhicule pour l’évangélisation en RD Congo

Ce véhicule permettra à l’Eglise de promouvoir l’évangélisation dans le Sud de la République Démocratique du Congo.
Mission
Akou Logbo a la tête baissée pendant que l’Evêque Benjamin Boni prie pour les victimes des inondations à Abidjan, en Côte d'Ivoire, et de la pandémie de la COVID-19. Elle fait partie des 300 veuves dont les activités ont été impactées par l’isolement lié à la COVID-19. Elles ont reçu des dons en vivres et non-vivres d’une valeur de 30 000 dollars, financés par UMCOR, l’agence d’assistance humanitaire de l’Eglise. Photo de Isaac Broune, UM News.

L’Eglise aide les victimes des inondations et de la COVID-19

Les Méthodistes Unis en Côte d'Ivoire, avec le soutien de UMCOR, réagissent après que des inondations aient déclenché un glissement de terrain meurtrier près d’Abidjan.