Des Méthodistes Unis parmi les victimes de l’inondation en RD Congo

Other Manual Translations: English

Les Méthodistes Unis font partie des milliers de personnes touchées par les inondations dévastatrices qui ont fait au moins 40 morts et détruit des centaines de maisons dans la Région épiscopale du Congo-Est. 

Dans la conférence du Kivu, deux membres de l'église - un homme de 68 ans et un enfant de 6 ans - sont morts et plus de 150 Méthodistes Unis ont perdu leurs maisons après les pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations au début du mois d'avril, selon le surintendant du District d'Uvira, le Révérend Issanda Walubila. Deux écoles primaires gérées par l'église ont également été détruites et une maison des hôtes Méthodiste Unie a été endommagée.

Chantal Bwanga, president of United Methodist Women in Uvira, Congo, was forced to climb onto a roof to escape the flooding. Photo courtesy of Dr. Claude Watukalusu.
Chantal Bwanga, president of United Methodist Women in Uvira, Congo, was forced to climb onto a roof to escape the flooding. Photo courtesy of Dr. Claude Watukalusu.

Andrej Mahecic, un porte-parole de l'agence d’assistance humanitaire des Nations Unies, a déclaré que 80 000 personnes avaient été touchées par la forte inondation de la rivière Mulongwe dans la province du Sud-Kivu, une région qui a été durement affectée par la violence.

« Les victimes vivaient dans des zones densément peuplées de la ville et des villages environnants qui accueillent des personnes déplacées, y compris des réfugiés, » a déclaré M. Mahecic.

Les inondations ont frappé alors que les cas de COVID-19 ont commencé à se multiplier dans le pays. Selon les données de l'Université Johns Hopkins, il y a eu plus de 450 cas confirmés du nouveau coronavirus et 30 décès ; la majorité des infections ayant eu lieu à Kinshasa.

La maison des hôtes de l'Église Méthodiste Unie d'Uvira, en RD Congo, a subi des dommages aux fondations à cause des inondations. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.
La maison des hôtes de l'Église Méthodiste Unie d'Uvira, en RD Congo, a subi des dommages aux fondations à cause des inondations. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

Le virus Ebola continue également à représenter une menace dans l'Est du Congo. Bien que l'épidémie ait ralenti, de nouveaux cas ont été signalés ce mois-ci, quelques jours seulement avant que l'Organisation Mondiale de la Santé ne déclare la fin de l'épidémie. Plus de 2 200 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie en 2018.

Après les inondations, Walubila a dépêché une équipe de laïcs dans le District d'Uvira pour évaluer les dégâts. Il a indiqué que de nombreux déplacés de l'église étaient hébergés dans des familles d'accueil.

Christine Pimbi, une volontaire de l'équipe de gestion des catastrophes de l'église à Uvira, a déclaré que certaines des victimes avaient également été installées dans des écoles locales.

A Kindu, dans la Conférence du Congo-Est, plus de 10 000 foyers ont été touchés par les inondations, selon Feruzi Balikuni, chef de la division provinciale des affaires sociales et humanitaires du gouvernement dans le Maniema.

Plusieurs villages, le long du fleuve Congo, ont été engloutis, laissant des milliers de familles sans abri, a expliqué Balikuni. Les champs cultivés le long du fleuve ont également été submergés.

Les eaux de crue atteignent la clôture et la cour de la résidence de l'Evêque Gabriel Yemba Unda à Kindu, Congo. Photo de Chadrack Tambwe Londe, UM News.
Les eaux de crue atteignent la clôture et la cour de la résidence de l'Evêque Gabriel Yemba Unda à Kindu, Congo. Photo de Chadrack Tambwe Londe, UM News.

Les inondations ont partiellement affecté la résidence de l'Evêque Gabriel Yemba Unda située à Kindu à environ 150 mètres du fleuve Congo. L'eau a atteint une partie de la clôture et la cour intérieure devant la maison.

« La dernière fois que la ville de Kindu a connu une telle crue de la rivière remonte à 1978, » a déclaré le Révérend Kalema Tambwe, Surintendant du District de Kindu.

Il a ajouté que quelques Méthodistes Unis avaient gracieusement ouvert leurs portes pour accueillir les survivants qui n'avaient nulle part où aller.

Le Révérend Godelive Wakubenga, pasteur de l'église Méthodiste Unie swahiliphone d'Uvira, a déclaré que son oncle était mort dans l'inondation. Son église a également subi des dégâts des eaux, avec des fissures dans de nombreux murs.

Kizibisha Michel, chef de projet pour la Conférence du Kivu, a perdu sa maison dans les inondations.

« Aujourd'hui, je vis avec toute ma famille dans la maison de mon voisin, » dit-il, ajoutant qu'ils cherchaient un nouvel endroit pour vivre.

Chantal Bwanga, présidente des Femmes Méthodistes Unies à Uvira, fait partie des survivants. Sa famille s'est précipitée sur le toit lorsque l'eau a commencé à monter.

« (Les inondations se sont produites) la nuit. J'ai dû monter sur le toit quand l'eau a envahi ma maison, » dit-elle. Malgré la perte de sa maison, elle estime avoir eu de la chance.

Les inondations ont emporté des maisons et des bâtiments, dont deux écoles Méthodistes Unies (Kasenga et Suki), à Kasenga, en RD Congo, dans le District d'Uvira. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.
Les inondations ont emporté des maisons et des bâtiments, dont deux écoles Méthodistes Unies (Kasenga et Suki), à Kasenga, en RD Congo, dans le District d'Uvira. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

Le Dr Claude Watukalusu, directeur de l'hôpital Méthodiste Uni d'Uvira, a déclaré que l'inondation avait également emporté les installations de captage d'eau de la Société de Distribution d'eau. Cette société est responsable de la distribution de l'eau potable dans les zones urbaines et rurales.

Il a expliqué qu'il craignait qu'une épidémie de maladies, dont le choléra et le paludisme, ne résulte des mauvaises conditions de vie que cette catastrophe avait créées. Il a ajouté que les familles affectées qui passaient la nuit dans des maisons d'accueil étaient également très exposées au risque de contamination par des virus respiratoires comme le coronavirus.

Walubila a soutenu qu'une aide était nécessaire pour les familles affectées. Le gouvernement central a commencé à aider les victimes, mais sur le terrain, le besoin est encore grand, a-t-il expliqué.

Jean Tshomba, coordinateur du bureau de gestion des catastrophes du Comité d’assistance Méthodiste Unie dans l'Est du Congo, a affirmé avoir eu « la triste nouvelle concernant ses frères et sœurs d'Uvira » quand il était en confinement à cause de la pandémie du COVID-19.

« Nous les soutenons dans la prière et nous continuons également à plaider en leur faveur auprès de nos partenaires pour qu’ils leur viennent en aide, » a déclaré Tshomba, ajoutant qu'il avait contacté UMCOR.

Unda a présenté ses condoléances aux familles affectées.

« Je suis très consterné par cette catastrophe inattendue, » a-t-il déclaré.

Kituka Lolonga et Londe sont des communicateurs du Congo-Est.

Contact Médias : [email protected]
Mission
La famille Ohouo (à partir de la gauche, Appolos, Fabrice, Chiadon et Chantal) de l'église Méthodiste Unie Béthel- Quartier Eléphant participe à la Sainte Cène pendant un culte à domicile. Bien que les églises soient fermées à cause de la pandémie du COVID-19, les membres organisent des cultes à domicile avec les ressources fournies par leurs pasteurs. Photo de John Mel, UM News.

Les pasteurs prennent soin des membres malgré la pandémie

Bien que les églises soient fermées, les pasteurs Méthodistes Unis d'Afrique et des Philippines maintiennent le contact avec les membres avec des guides de conduite pour le culte familial et des mots d'encouragement quotidiens.
Mission
Les enfants de la famille Mumba se lavent les mains dans le même bol avant de passer à table. En RDC, le partage de la nourriture dans le même bol est un symbole de fraternité et de relations profondes. Photo du Rév. Mumba Masimango, UMNS.

Le COVID-19 change des pratiques culturelles en RD Congo

Dans certaines régions de la RDC, le partage de la nourriture dans le même bol est un symbole de fraternité et de relations profondes. Mais, la réalité du COVID-19 est en train de changer la donne.
Mission
Le Dr Daniel Ahui (à gauche), spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et directeur de l'hôpital Méthodiste Uni de Dabou, en Côte d'Ivoire, forme le personnel de la pharmacie et du laboratoire sur la manière de traiter les cas suspects et confirmés de COVID-19. Bien qu'il n'y ait pas encore de cas de coronavirus dans cette ville, l'hôpital prend des mesures pour éviter d'être pris au dépourvu. Photo de Isaac Broune, UM News.

Les hôpitaux Méthodistes Unis se préparent à lutter contre le coronavirus

Les hôpitaux méthodistes unis d'Afrique et des Philippines s'équipent pour traiter les patients atteints du COVID-19, notamment en créant des zones d'isolement et en collectant des équipements de protection.