L’Eglise aide les victimes des inondations et de la COVID-19

Other Manual Translations: English

L’Eglise Méthodiste Unie-Côte d’Ivoire et UMCOR, l’agence mondiale d’assistance humanitaire de l’Eglise, viennent en aide aux survivants des récentes inondations, d’un glissement de terrain et de la pandémie de la COVID-19.

Des représentants de la Conférence de Côte d’Ivoire et de UMCOR ont offert des vivres et non-vivres aux victimes de ces catastrophes lors d’une cérémonie organisée le 5 juillet dans la cour de l’Eglise Méthodiste Unie Israël d’Anyama-Zossonkoi.

Le jeudi 18 juin, un éboulement de terrain causé par des pluies diluviennes avait détruit plusieurs maisons, entrainé la mort d’au moins 17 personnes à « Derrière-rails », un hameau pauvre d’Anyama, banlieue nord d’Abidjan.

Depuis lors, Seydou Bakayoko, 45 ans, s’en remet difficilement. Il a perdu 5 proches dans cette tragédie.

L’Evêque Benjamin Boni remet une enveloppe d'argent liquide à Seydou Bakayoko, qui a perdu cinq proches dans les inondations à Abidjan. Chaque famille endeuillée a reçu 100 dollars pour chaque personne décédée au cours d'une cérémonie spéciale qui s'est tenue à Anyama, en Côte d'Ivoire. Photo de Isaac Broune, UM News.
L’Evêque Benjamin Boni remet une enveloppe d'argent liquide à Seydou Bakayoko, qui a perdu cinq proches dans les inondations à Abidjan. Chaque famille endeuillée a reçu 100 dollars pour chaque personne décédée au cours d'une cérémonie spéciale qui s'est tenue à Anyama, en Côte d'Ivoire. Photo de Isaac Broune, UM News.

« Ma famille y est restée. Je fais des cauchemars chaque nuit, » affirme-t-il. Ce chauffeur de taxi a perdu sa femme, sa fille, sa nièce, la femme et la fille de son neveu ; des personnes qui étaient à sa charge.

Elles ont été enterrées le vendredi 3 juillet.

« Je marchais tranquillement sur les rails, » explique-t-il.

« Tout à coup, j’ai senti la terre trembler. J’ai vu les rails se soulever. La terre était en train de tourner. Je me suis enfui. Il aurait fallu de peu pour que je ne m'en sorte pas. »

Ahmed Belem, 42 ans, maçon est aussi un témoin de ce glissement de terrain.

« L’éboulement a eu lieu à 9 heures moins deux » dit-il. Il s’en rappelle parce qu’il venait d’appeler son collègue pour le prévenir qu’il viendrait au travail plus tard à cause des pluies diluviennes.

Les inondations de la ville d’Abidjan ont provoqué des dégâts matériels considérables à l’église Méthodiste Unie « La Source du Salut » d’Adjamé. Un pan du mur du temple s’est affaissé. Les 300 fidèles ont transformé l’espace vert dans la cour du temple de cette villa en location depuis 20 ans pour continuer les cultes. Photo de Isaac Broune, UM News.
Les inondations de la ville d’Abidjan ont provoqué des dégâts matériels considérables à l’église Méthodiste Unie « La Source du Salut » d’Adjamé. Un pan du mur du temple s’est affaissé. Les 300 fidèles ont transformé l’espace vert dans la cour du temple de cette villa en location depuis 20 ans pour continuer les cultes. Photo de Isaac Broune, UM News.

Belem a été prévenu par sa belle-sœur qui avait constaté des fissures sur les murs de la maison. Il a couru prévenir ses parents.

« A mon retour, j’ai constaté que six cours avaient été englouties sous les boues, » dit-il.

Dans cette tragédie, il a perdu son oncle, la femme de son oncle - enceinte de huit mois - ainsi que leur fils de deux ans et demi qui s’appelait également Ahmed Belem.

Les 17 décès sont survenus dans sept familles, qui ont également perdu tous leurs biens dans ce glissement de terrain. Au total, 32 familles ont été touchées par la catastrophe.

Les familles survivantes ont reçu l’appui de la Conférence et d’UMCOR.

Ces dons étaient constitués de kits de sacs de riz de 25 kilogrammes, de packs d’huile, de matelas, de literie, et de seaux. En plus du kit, chacune des familles endeuillées a reçu la somme de 100 dollars pour chaque personne décédée dans la famille.

Un volontaire de la Croix-Rouge se tient près des dons de vivres et non-vivres d’une valeur de 30 000 dollars financés par UMCOR pour soutenir les victimes des inondations et de la pandémie de la COVID-19 dans la région du Grand Abidjan. La cérémonie de distribution a eu lieu le 5 juillet à Anyama. Photo de Isaac Broune, UM News.
Un volontaire de la Croix-Rouge se tient près des dons de vivres et non-vivres d’une valeur de 30 000 dollars financés par UMCOR pour soutenir les victimes des inondations et de la pandémie de la COVID-19 dans la région du Grand Abidjan. La cérémonie de distribution a eu lieu le 5 juillet à Anyama. Photo de Isaac Broune, UM News.

Cette aide a été étendue à dix familles du quartier de la Riviera (Nord d’Abidjan), victimes également des pluies diluviennes de juin.

 En plus des survivants des inondations, 300 veuves dont l’activité a été impactée du fait de l’isolement de la Zone du Grand Abidjan ont été secourues.

La Zone du Grand Abidjan comprend la ville d’Abidjan et les villes environnantes dans un rayon de 100 kilomètres. Elle est isolée du reste du pays pour freiner la propagation du coronavirus. La Côte d’Ivoire a enregistré 10.966 cas confirmés pour 75 personnes décédées de la COVID-19 selon le point de la situation du 6 juillet.

« Ces différents dons ont été possibles grâce à un appui de 10 000 dollars d’UMCOR Emergency Response Grant pour les victimes d’inondation et de 20 000 dollars d’UMCOR COVID-19 Grant pour les veuves, » explique Simon Nathan Koffi, directeur exécutif de l’organisation non gouvernementale de l’Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire Le Réservoir de Siloé.

« Au total, ce sont plus de 1500 personnes, toute religion confondue, choisies parmi les plus vulnérables de la Zone du Grand Abidjan qui seront impactées par ces dons, » affirme-t-il.

L’Evêque Benjamin Boni de la Région de Côte d’Ivoire a souligné l’action sociale de longue date de l’Eglise qui trouve son fondement dans l’amour d’un Dieu qui se préoccupe du bien-être holistique de chaque personne.

« L’Eglise ne doit pas se contenter de la parole articulée mais aussi de la parole en tant qu’action, en tant que geste en faveur de celui qui souffre » soutient-il.

Boni appelle les fidèles à un temps de prière et de jeûne chaque vendredi pour remettre entre les mains de Dieu les victimes de la COVID-19 et les prochaines élections présidentielles d’octobre.

« Dieu est avec vous, » dit-il. « Ne vous laissez pas abattre par cette situation. »

Broune est le directeur des rédactions francophones pour UM News et est basé à Abidjan, Côte d'Ivoire.
Contact média : [email protected].
Préoccupations sociales
Véronique Nyembo (à gauche) et Marie José Tshoo se tiennent près des aliments à base de produits locaux. Photo de François Omanyondo, UM News.

L’Eglise construit un centre pour des enfants malnutris en RD Congo.

L’Eglise Méthodiste Unie a financé la construction d’un centre nutritionnel dans la région du Kasaï où une rébellion de près de quatre ans a plongé plus de 3 millions de personne dans l’insécurité alimentaire.
Préoccupations sociales
Les personnes déplacées font la queue pour collecter de la nourriture à l’église Méthodiste Unie Ebenezer de Yaoundé, Cameroun. Grâce à une subvention d’UMCOR aux Méthodistes Unis, l’Eglise a distribué de la nourriture et d’autres formes d’aides aux personnes qui luttent contre la pandémie du coronavirus. Photo avec l'aimable autorisation de Vischo Image.

Fournir de la nourriture aux familles déplacées du Cameroun

L'Église Méthodiste Unie au Cameroun, avec l'aide de Global Ministries et d'UMCOR, distribue des secours alimentaires et d'autres formes d'aide.
Evangélisation
L’Evêque Kasap Owan de la Région Episcopale du Sud Congo/Zambie (au centre) et des membres de son cabinet prient pour le véhicule offert par Coalice Mwamba, un Méthodiste Uni, au Département d’Evangélisation de la Région Episcopale. Photo de John Kaumba, UM News.

Un Méthodiste Uni offre un véhicule pour l’évangélisation en RD Congo

Ce véhicule permettra à l’Eglise de promouvoir l’évangélisation dans le Sud de la République Démocratique du Congo.