Un pasteur lesbien part volontairement en congé

Une plainte déposée contre la Révérende Cynthia Meyer, un pasteur lesbien à Kansas, s’est achevé par un congé involontaire d'absence - du moins jusqu'à la fin de la prochaine Conférence Générale.

La résolution, annoncée le 3 Août, permet d’éviter un procès d'Église qui devrait débuter le 24 Août à Concordia (Kansas-Etats-Unis).

Selon cet accord, Meyer ira en congé à partir du 1er Septembre et ne sera plus pasteur de l’Eglise Méthodiste Unie Edgerton de Kansas. Elle ne peut ni être affectée ni exercer les fonctions d'ancien de l’Église Méthodiste Unie, telles que l'administration des sacrements. En bref, elle sera sans emploi.

Cependant, une Église ou une entité Méthodiste Unie peut l'embaucher pour des fonctions équivalentes à celle d'un laïc. Elle recevra également 37.000 $ - à peu près la rémunération d’une année dans son poste actuel.

Officiellement, elle conservera ses accréditations de membre du clergé jusqu'à 90 jours au moins après la prochaine Conférence Générale, la plus haute instance législative de l’Eglise Méthodiste Unie. En fonction de la décision de cette assemblée législative :

  • Son statut d’ancien peut être rétabli immédiatement et elle peut à nouveau être affectée.
  • Elle peut profiter d'une autre disposition approuvée par l’assemblée législative.
  • Elle peut recommencer le procès à zéro.

Meyer fait face à une accusation selon laquelle elle est un membre du clergé qui « avoue pratiquer » l’homosexualité ; ce qui est une violation du Livre de Discipline, la constitution de l'Église.

Cet accord est intervenu le 1er Août après plus de 12 heures de discussions à huis clos entre Meyer, l’Évêque de la Région de Great Plains, Scott Jones, quatre juristes impliqués dans le procès, et deux facilitateurs de Just Peace Center for Mediation and Conflit Transformation ; un centre Méthodiste Uni de « médiation de conflit qui prépare et assiste les dirigeants et les communautés religieuses qui, de manière constructive, aspirent à la justice, la réconciliation et la restauration communautaire. »

Cette résolution est prise, au moment où les Évêques Méthodistes Unis se préparent à nommer une commission chargée d'examiner les politiques de l’Eglise vis-à-vis des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles, transgenres, les personnes qualifiées de « queers. » ou les personnes indécises.

Les évêques envisagent également de convoquer une session extraordinaire de la Conférence Générale en 2018 pour examiner toutes les propositions de la commission. Le congé de Meyer va durer au moins jusqu’à cette Conférence Générale spéciale. Toutefois, s’il n’y pas de session extraordinaire, son congé durera jusqu'à la prochaine Conférence Générale ordinaire fixée à 2020.

Réflexions sur la résolution

Jones, dont la région épiscopale actuelle englobe les États du Kansas et du Nebraska, est membre du comité exécutif du Conseil des évêques qui est en train de mettre en place la « Commission sur la voie à suivre. » Il deviendra l'évêque de la région de Houston à partir du 1er Septembre.

« L'accord que nous avons trouvé est en conformité avec le Livre de Discipline et admet que l’Eglise Méthodiste Unie dans son ensemble est dans un temps de discernement sur la voie à suivre, » a déclaré Jones à United Methodist News Service. « Cet accord met, donc, en exergue la nécessité de rendre compte et, en même temps, ouvre des possibilités par rapport à la décision que prendra l'Église dans son ensemble. »

Meyer a déclaré qu'elle voyait en cet accord une résolution de la plainte, mais pas une réponse. Néanmoins, elle a affirmé qu'elle irait de l'avant dans l'espérance.

« J’espère que l'Église Méthodiste Unie, à travers, une commission inclusive pleinement représentative, puis une Conférence Générale attentionnée, retirera, dans un esprit de prière, tout langage et toute pratique discriminatoires de son Livre de Discipline, » a déclaré Meyer.

L’historique de la plainte

Meyer, un pasteur consacré depuis 25 ans, s’est déclarée lesbienne au cours de son sermon du 3 Janvier à la congrégation d’Edgerton. Elle a dit à l'Église qu'elle choisissait de servir « avec une pleine authenticité, en étant moi-même, une femme qui aime et partage ma vie avec une autre femme. »

Outre ses charges dans d'autres églises à Kansas, Meyer a également passé 12 ans en tant que doyenne des étudiants de la faculté Méthodiste Unie Candler School of Theology de l'Université d’Emory à Atlanta.

Une plainte a rapidement suivi son sermon. Et elle était consciente que ses accréditations de clergé pourraient être menacées.

Depuis 1972, Le Livre de Discipline soutient que tous les individus ont une valeur sacrée et que la pratique de l'homosexualité est « incompatible avec l'enseignement chrétien. » Le Livre de Discipline désigne la célébration des unions de personnes de même sexe et le fait d’être pasteur et de se déclarer homosexuel comme des infractions contre le droit de l'Église.

Meyer était sur le point d’intenter un procès à l'Église en Avril après qu'elle et Jones n’aient pas pu trouver un accord sur le moyen de résoudre cette plainte.

Cependant, le Livre de Discipline recommande que tout procès doive être considéré comme « un compromis de dernier recours. » Selon la législation de l'Église, une résolution sans procès reste une option dans le cadre du processus de la plainte.

La session du 1er au 4 Juin de la Conférence de Great Plains a approuvé une « décision idéale » qui recommande « une solution juste » dans cette affaire.

Jones a reconnu avoir pris cette résolution au sérieux.

Meyer a affirmé à UMNS qu'elle ne croyait pas qu’un procès « aurait rendu justice dans la dénomination. »

« Compte tenu de la probabilité d'une fin défavorable et difficile à ce procès, je ne voulais pas qu’une conférence annuelle ou que l'Église dans son ensemble passe par ce processus, » soutient-elle.

 Hahn est journaliste de nouvelles multimédia pour l’United Methodist News Service. Contact média :newsdesk@umcom.org 

Croissance de l'Eglise
L’Evêque Gabriel Unda de la Région Episcopale du Congo-Est procède à l'inauguration de l'église locale Onotamba de Kisangani (RDC). Cette église est le don d’un laïc,

Les laïcs Méthodistes Unis aident à reconstruire l’Eglise en Centrafrique

Grâce aux dons des laïcs dans cette région, les Méthodistes Unis apportent des changements positifs dans la reconstruction de l’Eglise.
Les Femmes Méthodistes Unies
Harriett Jane Olson, United Methodist Women chief executive officer, gives closing remarks at the United Methodist Women Assembly 2018 in Columbus, Ohio. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les femmes Méthodistes Unies exhortées à changer hardiment le monde

Plus de 6000 femmes se sont réunies pendant trois jours pour écouter, apprendre et mener des actions sociales visant à leur donner le « pouvoir de l'audace. »
Mission
Health officials have declared a new Ebola outbreak in Bikoro in the northwest part of the Democratic Republic of Congo. Photo courtesy of Google Maps.

La RDC signale son premier décès dû à l’Ebola

Les leaders de l'Église Méthodiste Unie s’engagent à aider à arrêter la propagation du virus mortel.