Les Méthodistes Unis prennent soin des filles bloquées par l’Ebola

Six des filles bloquées à June Hartranft Memorial Primary School for Girls en Sierra Leone après l’épidémie mortelle d'Ebola dans le pays. (A partir de la gauche) Esther Cooper, 15 ans; Kadiatu Juana, 10 ans; Hawa Bayoh, 10 ans; Ramatu Kamara, 11 ans; Madeleine Kamara, 9 ans; et Aminata Bayoh, 11 ans.

Les effets de l'épidémie mortelle d’Ebola en Afrique occidentale persistent encore à June Hartranft Memorial Primary School for Girls (Sierra-Leone).

Plusieurs étudiants de l’internat de cette école font face à un avenir incertain au moment où les autorités tentent de localiser leurs parents neuf mois après la fin d’Ebola dans ce pays.

Cette semaine, l'école a appris que les parents de deux sœurs étaient morts du virus Ebola.

Ces filles étaient parmi les neuf élèves, âgées de 10 à 15 ans, qui ont d'abord perdu le contact avec leurs parents pendant cette épidémie dans leur ville natale de Kailahun, le premier district touché par le virus Ebola en Mai 2014. Plus de 11.000 personnes sont mortes d'Ebola, dont la majorité en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.

A la fin de cette année scolaire, Kailahun enregistrait le plus grand nombre de cas d'Ebola et de décès, selon la Révérende Jane Lahai, directrice à June Hartranft, une école primaire Méthodiste Unie pour les filles âgées de 6 à 12 ans.

« Les parents nous donnent normalement leurs numéros de téléphone afin que nous les appelions à la fin de l’année scolaire pour récupérer leurs enfants là où l'autobus scolaire peut les emmener ... Quand j'ai appelé les parents de Kailahun (en 2014), personne ne répondait à l'appel, » a déclaré Lahai.

Elle a immédiatement informé le ministère des Affaires Sociales et l'Unité de Soutien aux Familles de la police Sierra-Léonaise.

À la fin de la crise d’Ebola, les autorités scolaires ne pouvaient entrer en contact qu’avec les parents de quatre des pensionnaires.

« Mais certaines (filles) sont encore avec nous ; celles dont nous ne savons pas si leurs parents sont encore en vie. L'école fait de son mieux pour les soutenir, » a reconnu Lahai.

Aucune nouvelle des familles

Esther Cooper, 15 ans, de Buedu dans le district de Kailahun, a été admise à cette école en 2012. « Nous voulions aller en vacances en 2014, mais nous avons été bloquées et appris que nos parents étaient décédés, » a confirmé Cooper.

Elle a soutenu qu'elle n'a pas eu des nouvelles de sa famille depuis lors. Malgré sa situation, elle a dit qu'elle aime l'école et qu’on y prend bien soin d’elle.

« J’aime les mathématiques et je veux être une banquière quand je serai grande, » dit-elle.

Les soeurs Aminata, 11 ans et Hawa Bayoh, 10 ans, également de Buedu, ne se souviennent pas de la dernière fois où elles ont parlé à leurs parents. Comme Cooper, elles sont venues à l'école en 2012.

« Nous sommes bien enseignées. Nous avons du matériel d'apprentissage et ils nous habillent. Nous sommes bien nourries, » a révélé Hawa Bayoh, qui veut être pasteur quand elle sera grande, afin de « prêcher le message de Dieu aux peuples. »

Lahai dit que l'école a fourni un logis aux filles.

« Nous avons logé les filles à l’internat pendant toute la période d'Ebola, même lorsque les écoles du pays ont fermé, jusqu'à ce que nous manquions de nourriture, » a exposé Lahai. « Mais nous avons reçu beaucoup de soutien de la communauté de Moyamba, du Ministère des Affaires Sociales et des organisations non gouvernementales comme PLAN International. » Plan est une organisation mondiale à but non lucratif qui travaille en partenariat avec les communautés pour mettre fin à la pauvreté chez les enfants.

Des familles abandonnent leurs enfants à l’internat. Elles ne les visitent pas et ne répondent pas aux appels de l'administration scolaire. Ce qui est un autre problème, selon elle.

« J'ai deux enfants en ce moment dans cette catégorie, » dit-elle. « Quand nous appelons leurs parents, ils rejettent nos appels. »

Un avenir incertain

L'école, qui a un effectif de 466 élèves dont 65 internes, s’occupe du bien-être et de la formation de toutes les sept filles depuis la fin de l'épidémie d'Ebola.

« Depuis que nous avons fermé l'école pour la dernière année scolaire, nous n’avons pas encore obtenu de l'aide. Nous nourrissons et prenons soin d'elles avec des fonds de l’internat. »

Faire face à la situation devient de plus en plus difficile surtout que certains des enfants sont sur le point d’obtenir leurs diplômes de l'école primaire pour aller à l’école secondaire.

Sans aucune solution à l’horizon, Lahai se prépare à recevoir certaines des filles dans sa maison.

« Elles pourraient finir par vivre avec moi à la maison parce que je prends ma retraite après la prochaine année académique et ne voudrais pas transférer leur fardeau sur le directeur qui me succèdera. J’ai déjà commencé à leur apprendre quelques tâches domestiques, » selon Lahai, ajoutant qu'elle aura besoin d'aide pour prendre soin d'elles.

Alors que l'avenir des filles reste incertain, Lahai dit qu'elle a dû y faire face « par la grâce de Dieu. »

« Quand je suis vraiment au pied du mur, je tourne mes regards First United Methodist Church en Pennsylvanie qui a été d'un énorme soutien à cette école pendant des années, » a déclaré Lahai.

Cette Église d’Ephrata en Pennsylvanie (USA) complète les frais d’internat et soutient le programme de cantine scolaire pour tous les élèves et le personnel.

« Dans une communauté où la pauvreté est monnaie courante et où de nombreuses familles ne peuvent pas pourvoir à leur propre nourriture, l'assurance d'au moins un repas par jour peut permettre aux enfants de se concentrer en classe, » a soutient Lahai. « Certains enfants viennent à l'école affamés. A l'heure du déjeuner, ils sont heureux parce qu'ils sont sûrs d'avoir un bon repas. »

Jusu est directeur des communications de l'Église Méthodiste Unie en Sierra Leone. Contact média : newsdesk@umcom.org .

COMMENT VOUS POUVEZ AIDER

Faire un don à June Hartranft Memorial Primary School for Girls par le biais de Advance # 3021929.

Vous pouvez faire un don pour aider les systèmes de santé Méthodistes Unis dans les zones ravagées par le virus Ebola par le biais de Global Health Advance, # 3021770.

En savoir plus sur ces efforts par l’Agence Méthodiste Unie des Ministères Globaux.

Articles connexes

Croissance de l'Eglise
L’Evêque Gabriel Unda de la Région Episcopale du Congo-Est procède à l'inauguration de l'église locale Onotamba de Kisangani (RDC). Cette église est le don d’un laïc,

Les laïcs Méthodistes Unis aident à reconstruire l’Eglise en Centrafrique

Grâce aux dons des laïcs dans cette région, les Méthodistes Unis apportent des changements positifs dans la reconstruction de l’Eglise.
Les Femmes Méthodistes Unies
Harriett Jane Olson, United Methodist Women chief executive officer, gives closing remarks at the United Methodist Women Assembly 2018 in Columbus, Ohio. Photo by Mike DuBose, UMNS.

Les femmes Méthodistes Unies exhortées à changer hardiment le monde

Plus de 6000 femmes se sont réunies pendant trois jours pour écouter, apprendre et mener des actions sociales visant à leur donner le « pouvoir de l'audace. »
Mission
Health officials have declared a new Ebola outbreak in Bikoro in the northwest part of the Democratic Republic of Congo. Photo courtesy of Google Maps.

La RDC signale son premier décès dû à l’Ebola

Les leaders de l'Église Méthodiste Unie s’engagent à aider à arrêter la propagation du virus mortel.