Les communautés religieuses doivent soutenir les personnes victimes d'abus

Other Manual Translations: English
La Révde. Anne Marie Hunter. Photo offerte par la Révde. Hunter.
La Révde. Anne Marie Hunter
Photo offerte par la Révde. Hunter.
La semaine dernière, dans le centre-ville de Boston, une affiche est apparue dans une fenêtre d'appartement visible depuis l'appartement voisin où vivent des personnes âgées. Cette affiche indique : « Appelez-moi si vous avez besoin d'aide » et fournit un nom et un numéro de téléphone.
 
Alors que la COVID-19 se répand dans nos familles, nos congrégations et nos communautés, nous essayons d’atteindre ceux que nous connaissons et aimons, même les parfaits étrangers. En ces temps difficiles, je vous invite à prier pour eux et pour nous tous.
 
Sur cette liste de prières, veuillez inclure ceux qui sont confrontés à la violence domestique et sexuelle, à la maltraitance des personnes âgées. Si la distanciation sociale ralentira le virus, le confinement est à la fois un facteur de risque et une arme de maltraitance. « Se confiner sur place » avec une personne violente est au mieux dangereux et au pire une condamnation à mort.
 

Commentaires

UM News publie divers commentaires sur les questions relatives à la dénomination. Les articles d'opinion reflètent une variété de points de vue et sont les opinions des auteurs, et non celles du personnel de UM News. 
Katie Ray-Jones, PDG de la ligne d'assistance téléphonique nationale contre la violence domestique, a décrit l'impact de la distanciation sociale sur les survivants d'abus : « Leur capacité à chercher de l'aide ou des conseils est considérablement limitée ... beaucoup de connaissances acquises dans le kit d’un survivant ont l'impression de disparaître rapidement, » a-t-elle déclaré dans une interview diffusée le 27 mars sur « PBS NewsHour ».

Le fait que, depuis le début de la pandémie, les ventes d'armes à feu aux États-Unis ont grimpé en flèche ne fait qu'ajouter à cette inquiétude. Nous savons que la présence d'une arme à feu dans un foyer où il existe la violence domestique rend cinq fois plus probable le fait que quelqu'un soit tué. C'est un scénario cauchemardesque.

Les personnes victimes d'abus se tournent d'abord vers des personnes de confiance : amis, famille et, souvent, leaders religieux ou quelqu'un de leur communauté religieuse. Le rapport de 2009 sur les décès dus à la violence domestique en Géorgie indique que « lors d’un traumatisme, les victimes ont cinq fois plus de chances de demander l'aide du clergé que de tout autre professionnel. Les membres du clergé sont des personnes qu'elles connaissent et en qui elles ont confiance. »

Alors que les victimes d'abus sont plus exposées et ont moins de possibilités de demander de l'aide, nous devons déployer des efforts extraordinaires au niveau de la communauté pour leur donner accès à la sécurité et aux services. Par exemple, en France et en Espagne, un code a été créé pour permettre aux survivants de demander à un pharmacien d'appeler la police. 

De nombreux pays qui mettent en place un « confinement » ont compris que le moment est venu de prendre des mesures extraordinaires pour venir en aide aux victimes d'abus et leur apporter un soutien. Dans cette situation d'urgence, Safe Havens fait appel à tous les Méthodistes Unis et à toutes les congrégations Méthodistes Unies, car nous avons besoin de votre aide ! Il existe plusieurs mesures importantes et concrètes que vous pouvez prendre pour soutenir les survivants. 

De nombreuses églises Méthodistes Unies ont placé dans les toilettes des affiches indiquant les numéros d'urgence de l'État et des services locaux de lutte contre la violence domestique et sexuelle. Maintenant que les congrégations sont devenues virtuelles, assurez-vous que ces informations (que vous pouvez obtenir en appelant la ligne d'assistance nationale : 800-799-7233 ou 800-787-3224 TTY) sont facilement accessibles sur le site web de votre congrégation. Mettez-les en bas de page de chaque bulletin d'information, sous votre signature électronique, et sur la page Facebook de votre congrégation. Faites savoir que les services de lutte contre les violences sexuelles et domestiques sont toujours ouverts pour fournir un soutien gratuit et confidentiel et des plans de sécurité.

La plupart des fidèles ne sont pas des experts en matière de violence domestique et sexuelle, et de maltraitance des personnes âgées, mais nous n'avons pas à l'être. Nous devons juste savoir comment appeler les experts de la ligne d'assistance téléphonique pour obtenir de l'aide. La ligne d'assistance est gratuite, anonyme et tout le monde peut appeler. Ils ont des possibilités de traduction.
 
Pour une victime qui ne peut pas se débrouiller seule, la possibilité d'appeler la ligne d'assistance et d'obtenir des informations que vous pouvez partager avec elle peut changer sa vie. En cette période de crise, il est important que nous tirions parti de la ligne d'assistance téléphonique pour aider à mettre les survivants en contact avec les services et la sécurité.
 
Utilisez également votre voix prophétique pour dénoncer les abus dans les bulletins d'information, les prières communautaires et autres communications. Incluez les survivants d'abus dans les homélies et les sermons. Brisez le tabou et faites en sorte que les leaders religieux puissent en parler.

Entrez en contact avec les membres de la famille, les amis et les paroissiens. Demandez-leur comment ils vont et écoutez attentivement leurs réponses, en gardant bien à l'esprit les « signaux d'alarme » de la maltraitance. Posez des questions en privé lorsque vous êtes concernés et orientez les personnes vers les services compétents. Restez en contact. 

Les victimes de maltraitance ont également besoin d'un soutien matériel. Vous pouvez envoyer des cartes-cadeaux pour l'épicerie, l'essence ou les pharmacies à l'adresse de l’agence locale de services aux victimes de violences domestiques et sexuelles. Les avocats de cette agence veilleront à ce que ces cartes-cadeaux soient remises aux personnes victimes d'abus.
 
Aujourd'hui plus que jamais, les leaders religieux et les congrégations Méthodistes Unies ont un rôle essentiel à jouer pour contribuer à la sécurité des personnes victimes d'abus. Nous pouvons et devons être l’affiche sur la vitrine : « Appelez-moi si vous avez besoin d'aide. »

Hunter est pasteur de la Conférence de la Nouvelle-Angleterre, fondatrice et directrice de Safe Havens Interfaith Partnership Against Domestic Violence and Elder Abuse. Safe Havens a été créé en 1991 grâce à un financement de démarrage de l’Agence de l’Eglise Méthodiste Unie chargé des Ministères Globaux.
Le Rév. Knut Refsdal. Photo de Karl A. Ellingsen.

Le rôle de Dieu en temps de crise

Une théologie très malsaine émerge lorsque les gens sont confrontés à toutes sortes de crises. La pandémie de coronavirus ne déroge pas à la règle.
Le Rév. Thomas Kim. Photo de Kathleen Barry, UM News

Le confinement forcé de la COVID-19 rappelle des jours de prison

Le Révérend Thomas Kim a été détenu comme prisonnier politique pendant huit mois en Corée du Sud dans les années 1980. Il compare cet emprisonnement au confinement forcé provoqué par la COVID-19.
Le Rév. Liberato Bautista. Photo de Marcelo Schneider, Conseil Œcuménique des Eglises.

La collaboration peut aider à éradiquer la COVID-19

La collaboration mondiale et locale, ou le multilatéralisme, est indispensable en période de pandémie.