Demander à l’ÉMU : Pourquoi observons-nous le Dimanche des Rameaux/de la Passion ?

Translate Page

De nombreux Méthodistes Unis se souviennent que le dimanche précédant la Semaine sainte est principalement consacré à l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem.

Le culte peut commencer en plein air, si le temps le permet, et chacun reçoit des palmes à agiter tandis que des enfants conduisent une procession vers le sanctuaire. Il peut également comporter une cantate du chœur basée sur des thèmes de la Semaine sainte. Bien qu’il s’agisse d’un jour de grande joie, le sermon peut également déplorer comment ceux qui semblaient louer Jésus le dimanche pouvaient, le vendredi matin, demander son exécution.

C’était le dimanche des Rameaux.

Cependant, depuis l’adoption du Livre du Culte Méthodiste Uni en 1992, ce dernier dimanche du Carême est connu sous le nom de dimanche des Rameaux/de la Passion. Les activités rappelant le dimanche où Jésus est entré à Jérusalem se limitaient à une procession d’ouverture, tandis que la partie principale du culte se concentrait sur la lecture du long récit de la passion (souffrance) finale de Jésus lors de sa trahison, son arrestation, son procès et son exécution. Souvent, cette lecture constituait le sermon. Le passage du triomphe et de l’exaltation à l’horreur et à la tristesse se faisait au cours de ce seul culte, donnant, soudainement, un ton sombre et solennel qui se poursuit pendant le reste de la semaine.

Pourquoi ce changement a-t-il été effectué ?

Avez-vous des questions ? Nous avons les réponses !

Posez vos questions et consultez d’autres FAQ.

DEMANDER FAQ

La première église chrétienne occidentale à effectuer ce changement a été l’Église Catholique. Elle l’a fait dans le cadre des nombreuses réformes du culte issues du concile Vatican II au début des années 1960. Vatican II a approuvé ce changement et bien d’autres en réponse aux conclusions de décennies de recherche œcuménique sur l’histoire du culte chrétien et le développement de l’Année ecclésiastique.

Ces recherches ont permis de préciser que l’Église primitive avait créé le Carême pour qu’il soit avant tout un temps de préparation intensive des candidats au baptême, qui se termineraient par un temps de préparation encore plus intensive pendant la Semaine sainte. Les lectures des Saintes Écritures pour chaque dimanche du Carême avaient été sélectionnées pour soutenir le travail de ceux qui se préparaient au baptême avec leurs parrains au cours de la semaine suivante. L’intensification, à l’échelle de l’Église, des pratiques de prière, de jeûne et de ministère auprès des personnes dans le besoin pendant ces 40 jours devait être un exemple palpable et encourageant pour ceux qui terminaient leur préparation au baptême.

La situation d’une grande partie du christianisme a changé lorsque l’empereur Théodose a déclaré le christianisme, religion légale de l’Empire romain (380 après J.-C.). Ce qui avait été une religion minoritaire dans l’Empire est devenu la religion de presque tous ceux qui se trouvaient à sa portée en quelques décennies seulement. Ainsi, à la fin du sixième siècle, peu de gens étaient baptisés en tant que convertis à la foi. Ces derniers, et probablement leurs parents et grands-parents, étaient baptisés en tant qu’enfants. Il n’était plus nécessaire que le Carême serve à préparer les convertis au baptême, car il y avait peu de convertis à préparer, voire aucun.

En réponse à cette réalité, les pratiques de jeûne, de prière et de ministère auprès des pauvres pendant le Carême s’étaient transformées en pratiques de pénitence générale parmi les baptisés pour aider à renforcer la vie spirituelle des chrétiens de longue date. Le lien étroit qui existait entre les lectures dominicales et la préparation des candidats au baptême a également perdu de son importance. 

Les réformes protestantes du 16e siècle ont ajouté une plus grande variété aux célébrations du carême. Certaines traditions observaient une journée appelée « dimanche de la Passion » le cinquième dimanche du Carême, mais avec des lectures axées sur l’appel de Jésus à prendre la croix et à le suivre, et non sur sa propre passion (souffrance). La célébration du dimanche des Rameaux peut avoir lieu le cinquième ou le sixième dimanche du Carême. Et les traditions catholiques et certaines traditions protestantes lisaient ou entendaient des représentations chorales de la version de Matthieu du récit de la passion de Jésus le sixième dimanche de Carême. 

Les recherches œcuméniques, combinées à la prise de conscience croissante du fait que la conversion à la foi était redevenue plus fréquente, ont conduit les participants à Vatican II à appeler à un réalignement du calendrier ecclésiastique et de ses célébrations pour relever les défis de cette nouvelle normalité. Cela incluait une reprise moderne des pratiques de culte et de formation de l’Église primitive pendant le Carême pour ceux qui se préparaient au baptême en tant que convertis. Les lectures des cinq premières semaines du Carême portaient sur la vie telle que vécue par Jésus. Pour le sixième dimanche, le début de la semaine de préparation la plus intense, ils combinaient la procession du dimanche des Rameaux avec la lecture de la passion de Jésus tirée de l’un des évangiles synoptiques (Matthieu, Marc ou Luc). Cette façon de procéder mettait davantage l’accent sur la lecture de l’Évangile et permettait à toute l’Église d’entrer de façon plus spectaculaire dans la semaine finale et la plus intense de préparation, la Semaine sainte.

En d’autres termes, l’Église Catholique a changé le dimanche des Rameaux en dimanche des Rameaux/de la Passion et afin de faire conformer plus clairement son culte sur la mission de faire des disciples de Jésus-Christ.

La même recherche œcuménique qui a influencé les changements apportés par Vatican II a également influencé le développement de nouvelles ressources de culte au cours des années 1970 et au-delà par les dénominations protestantes impliquées dans cette recherche. Il s’agit entre autres des Méthodistes, des Anglicans, des Luthériens et des Presbytériens. Le United Methodist Book of Worship (1992) est l’aboutissement le plus complet de ce travail chez les Méthodistes Unis. Le livre de Daniel T. Benedict, « Come to the Waters » (1997), fournit des conseils clairs et accessibles pour que les congrégations Méthodistes Unies puissent utiliser le carême et la Semaine sainte comme prévu à l’origine, pour préparer les candidats au baptême. D’autres ressources œcuméniques qui s’inspirent de ces ouvrages sont également disponibles.

Ainsi, même si de nombreux Méthodistes Unis gardent un souvenir ému du dimanche des Rameaux, l’observation du dimanche des Rameaux/ de la Passion, ainsi qu’un carême recentré, peuvent nous aider à mieux remplir notre mission : « Faire des disciples de Jésus-Christ pour la transformation du monde. » 

Ce contenu a été produit par Ask The UMC, un ministère de United Methodist Communications.

Le Conseil des Evêques
L'Evêque Sharma Lewis partage un moment avec l'Evêque Lindsey Davis, son ancien évêque de la Conférence de Géorgie du Nord, lors de la consécration de Lewis en 2016 au Lake Junaluska Conference and Retreat Center à Lake Junaluska, N.C. Le Conseil des Evêques a conclu sa réunion d'été 2022 en préparant l'élection de nouveaux dirigeants épiscopaux cette année. Les nouveaux évêques auront la tâche de diriger la dénomination dans une période de scission inédite de leur vivant. Photo de Burt Williams, Conférence de Caroline du Nord occidentale.

Les Evêques prévoient l'élection de nouveaux collègues

Le Conseil des Evêques Méthodistes Unis prévoit une orientation pour les nouveaux évêques élus dans les Conférences Juridictionnelles et Centrales cet automne.
Ecumenism
L’évêque Swenson présente les leaders des autres dénominations dans le cadre du culte de la Journée œcuménique lors de la Conférence générale de 2016. Photo de Kathleen Barry, UMNS.

Demander à l'EMU: Qu’est-ce que la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens ?

Pendant la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier, les chrétiens du monde entier sont invités à se souvenir les uns des autres dans la prière et à renforcer les liens d’amour et de mission mutuelle en Jésus-Christ. Demandez à l’EMU propose plus d’informations sur cette célébration annuelle, notamment sur la raison pour laquelle elle dure huit jours complets et sur la façon de télécharger des ressources.
L'Eglise locale
La chorale d’enfants God’s Flock de l’église Méthodiste Unie de Belmont chante « Away in a Manger » lors d’un culte en plein air en 2021 au Rose Park à Nashville, Tennessee. En cette deuxième saison de l’Avent pendant la pandémie de COVID-19, l’église a organisé deux réveillons de Noël, dont un en plein air. Les congrégations Méthodistes Unies procèdent à des ajustements pour assurer la sécurité de leurs paroissiens face à la montée en puissance de la variante omicron. Photo de Mike DuBose, UM News.

Omicron oblige les églises à se réadapter

Certaines congrégations Méthodistes Unies aux États-Unis reviennent à des rassemblements en ligne uniquement alors que le nombre de cas augmente.