L'église virtuelle est le nouveau paradigme du ministère

Other Manual Translations: English Português Español

Points clés:

 • Le passage des rassemblements physiques à une "église sans murs" était considéré comme impensable il y a quelques années seulement, mais les fermetures dues au COVID-19 ont accéléré la pratique du ministère en ligne.

 • La campagne ‘’Repenser l’Eglise’’ (Rethink Church) de l’Agence Méthodiste Unie des Communications (United Methodist Communications) a incité Maforo à s'intéresser à l'église virtuelle pour sa thèse.

 • Sa série de dévotion quotidienne touche désormais des milliers de personnes via les médias sociaux.


Le Rev. Taurai Emmanuel Maforo. Photo par Mutsa Roy Maforo. 
Le Rev. Taurai Emmanuel Maforo.
Photo par Mutsa Roy Maforo.

Les fermetures provoquées par COVID-19 ont permis à l'Église Méthodiste Unie de la région épiscopale du Zimbabwe et au-delà de s'engager rapidement sur les autoroutes de l'information. Ce passage des rassemblements physiques à une "église sans murs" était considéré comme impensable il y a seulement quelques années.

En 2014, j'ai lutté pour convaincre mon superviseur d'approuver mon sujet de thèse sur les possibilités de l'église en ligne. Alors que l'église au Zimbabwe faisait des pas de bébé pour adopter la technologie, les mondes académique, commercial et du divertissement étaient déjà là et je me suis dit que l'église devait se trouver dans l'espace numérique.

Dans le cadre de l'accomplissement partiel de mes études au Collège théologique unifié (United Theological College), mon sujet de recherche était ‘’Repenser l'église ! Une analyse de l'impact des médias sociaux et des communautés virtuelles sur l'église physique’’. Cela semblait impossible à l'époque, mais l'église de Dieu prospère aujourd'hui sur des plateformes Internet comme WhatsApp, Facebook et YouTube.

La décision d'envisager une église virtuelle dans mon projet de recherche a été inspirée par trois facteurs :

  1. La campagne ‘’Repenser l'église’’ de l’Agence Méthodiste Unie des Communications (United Methodist Communications),
  2. Ma participation à la formation des communicateurs de la Conférence Centrale grâce à l’initiative de l’Agence Méthodiste Unie de Communications (UMCom) à l'église de Ginghamsburg à Tipp City, Ohio, en 2009, et
  3. L'énergie positive de l'Évêque Eben Kanukayi Nhiwatiwa dans l'adoption des nouvelles technologies pour le ministère au Zimbabwe.

Le slogan "Repenser l'Église" posait des questions importantes telles que "Et si l'église devenait quelque chose que nous faisons plutôt qu'un endroit où l'on va ?". Un feu s'est allumé en moi et j'ai cru en Dieu pour les opportunités d'une église virtuelle comme plus réelle et pratique qu'une simple idée abstraite. En effet, l'église est devenue plus qu'un endroit où nous allons mais quelque chose que nous faisons depuis que les portes ont fermé en mars 2020.

Le langage du " faire l'église ensemble " nous impressionne désormais davantage, car nous le faisons dans le cadre de la connexion Méthodiste Unie et au-delà. Contrairement aux perceptions de 2014 qui voyaient la plateforme Internet comme des outils d'interactions sociales et non destinés à une expérience religieuse significative, l'église en ligne est une " Repensée " totale. Faire l'église en ligne dans l'avènement de COVID-19 a ouvert les portes pour réaliser le mandat biblique d'‘’aller dans le monde entier’’, créant ce que j'appelle maintenant la ‘’Génération 28:19’’ - une génération qui n'est pas limitée aux frontières géographiques.

À l'église de Ginghamsburg, les deux côtés de ma personnalité ont trouvé leur convergence - ma vocation dans le ministère pastoral et ma passion pour la communication. J'avais lu le paragraphe 1806 du Livre de Discipline, qui stipule : ‘’La communication est une fonction stratégique nécessaire au succès de la mission de l'Église Méthodiste Unie.’’ J'ai cependant eu du mal à comprendre comment la communication devient une fonction stratégique pour mon ministère.

Observer le révérend Michael Slaughter, le pasteur principal de Ginghamsburg, à l'œuvre dans le ministère avec son équipe technologique m'a aidé à faire le lien. Bien sûr, Harare et l'Ohio sont à des milliers de kilomètres l'un de l'autre, mais j'étais motivé pour ramener cette inspiration chez moi. Cette expérience inspire encore mon ministère à ce jour et l'internet accompagne mon ministère depuis 2009.

Lors du lancement officiel du site web de la zone épiscopale du Zimbabwe en 2013, l'évêque Nhiwatiwa a déclaré : ‘’Vivre la vie sur le web est devenu une réalité et l'église ne peut pas continuer à exister en dehors des limites de cette bénédiction.’’

Je me suis inspiré de ces mots et j'ai considéré qu'un ministère en ligne était une nécessité et non une possibilité. À ce moment-là, nous n'avons jamais rêvé de la façon dont l'église pourrait survivre en dehors des quatre murs de nos sanctuaires de culte. Les méthodistes unis de la région épiscopale du Zimbabwe ont été réunis par un simple clic sur un bouton. Les services funéraires, les services religieux, les festivals de musique, les réveils et les réunions de conférence se déroulent tous en ligne.

Les découvertes faites au cours de mes recherches ont dressé un tableau sombre des possibilités d'une église en ligne. Les mythes les plus répandus étaient qu'Internet est sale et rempli de péchés, trop séculaire, réservé aux jeunes, qu'il éloigne les gens de l'église, et que la technologie est froide et impersonnelle. Mais la récente vague de retransmission en direct (live streaming) des activités de l'église au Zimbabwe raconte une histoire différente.

Le 10 février 2016, j'ai commencé une dévotion quotidienne appelée #365SunriseDevotions, qui a une diffusion quotidienne de plus de 2 000 contacts sur WhatsApp et atteint 2 000 à 4 000 sur Facebook. Ce ministère sur l'espace numérique n'était destiné qu'à durer les 40 jours de la saison du Carême, mais avec la demande pour la dose quotidienne de la parole de Dieu, je les ai maintenus en cours jusqu'à ce jour.

Depuis juillet 2020, les #365SunriseDevotions sont accompagnées d'une plateforme de partage audio - les Rencontre de Minuit de Placard des Prières (Prayer Closet Midnight Encounters), qui fonctionnent du lundi au vendredi de 23 heures à minuit. Le programme apparaît sur 68 groupes WhatsApp et compte 855 membres sur la plateforme Telegram. Les groupes WhatsApp ont un maximum de 257 membres, ce qui porte le nombre total d'adeptes de la plateforme de prière à plus de 17 000 membres.

Les blocages liés à la pandémie m'ont poussé à trouver des moyens de maintenir l'église en vie. Pour moi, un temps de crise est devenu un temps d'opportunité pour un plus grand ministère.

Maforo est communicateur et webmaster pour la région épiscopale du Zimbabwe.

Contact presse : Tim Tanton ou Joey Butler au (615) 742-5470 ou [email protected] Pour lire d'autres nouvelles du mouvement méthodiste uni, abonnez-vous gratuitement au Daily ou au Friday Digests.

Mission
À l'Hôpital Méthodiste Uni d'Uyira, un participant à la formation fait des simulations avec un microscope. Photo de Philippe Kituka Lolonga, UM News.

Les membres de l'église se concentrent sur les tests COVID-19 et les secours aux sinistrés

Une pandémie en cours et le rétablissement après une éruption volcanique mettent l'église au défi de répondre de manière nouvelle.
L'Eglise
Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies déclarent que la variante delta du coronavirus est très contagieuse, "Deux fois plus contagieuse que les variantes précédentes". Graphique reproduit avec l'aimable autorisation des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Le virus perturbe la planification de la Conférence générale

Après deux reports, les organisateurs continuent de travailler pour tenir l'assemblée législative de l'Église Méthodiste Unie l'année prochaine. Cependant, la variante delta présente de nouveaux défis.
Mission
Innocent Mushayavanhu (à gauche) et Tariraishe Mubazangi préparent un désinfectant pour les mains au lycée Murewa de l’Église Méthodiste Unie au Zimbabwe. « Nous avons réussi à préparer des désinfectants et des masques pour cette école de 1 250 lèves, 30 travailleurs et 55 enseignants, » a déclaré Sydney Mapisaunga, directeur de l’école. Photo de Kudzai Chingwe, UM News.

Les écoles et les étudiants luttent contre les fermetures liées à la COVID-19

Une seconde vague de la COVID-19 continue de perturber le système éducatif dans ce pays d’Afrique australe. De la maternelle à l’université, les élèves et le personnel des écoles Méthodistes Unies sont confrontés à des défis et trouvent des moyens innovants pour y faire face.